Ohabolana : ahafahana

Ohabolana62 Ahafahana vao mihavesatra toy ny tongo- -boka . [Veyrières 1913 #1943]
tongo- -boka : ahafahana vao mihamavesatra . [Rinara 1974 #272]
tongo- -boka : ahafahana vao mihavesatra . [Veyrières 1913 #1943, Cousins 1871 #3136]
Dikanteny frantsay Les pieds des lépreux : à mesure qu'ils s'en vont en morceaux, ils deviennent plus lourds. [Veyrières 1913 #1943]
Fanazavana frantsay Parce qu' ils enflent. Se disait des malheurs qui s' aggravent avec le temps. [Veyrières 1913 #1943]

Ohabolana843 Aza ataonao fitia haron-kely : asiana roa, dia feno, afahana iray, dia tapany. [Cousins 1871 #374]
Aza ataonao fitia haron-kely : asiana roa, dia feno ; ahafahana iray, dia tapany. [Veyrières 1913 #1418]
Aza atao toy ny haron-kely ny fitiavana : asiana roa dia feno, afahana iray dia tapany. [Rinara 1974 #432]
Dikanteny frantsay N' ayez pas une affection aussi bornée qu' une petite corbeille : si on y met deux objets, elle est pleine ; si on en enlève un, elle est à moitié vide. [Veyrières 1913 #1418]
Fanazavana frantsay Se disait de la polygamie. [Veyrières 1913 #1418]

Ohabolana4885 Ny alahelo toy ny vary an-tsompitra : ahafahana iray fatambary n , ka ho levona ihany no farany . [Veyrières 1913 #2639, Cousins 1871]
Ny alahelo toy ny vary an-tsompitra : ahafahana isan' andro , ka levona ihany no farany . [Rinara 1974 #2848]
Ny alahelo toy ny vary an-tsompitra : ka ahafahana iray fatambary isan-andro , dia ho levona ihany no farany . [Houlder 1895 #1019]
Dikanteny frantsay La tristesse est comme la provision de riz dans le grenier : tous les jours on en enlève une petite mesure, et à la fin il n' en restera plus rien. [Veyrières 1913 #2639]
Le chagrin est comme le riz dans le grenier: chaque jour il diminue d' une petite mesure, et à la fin il n' en reste plus. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le temps est un grand maître. [Houlder 1895]
Le temps vient à bout des chagrins. [Veyrières 1913 #2639]

Ohabolana7136 Toy ny kitapo afaka entana , ka tsy tsaroan' ny olona intsony. [Houlder 1895]
Toy ny kitapo afaka entana : tsy tsaroan' ny olona intsony. [Veyrières 1913 #5480, Cousins 1871 #3206]
Toy ny kitapo nahafahan' entana : ka hadinodino (tsy tsaroana ) nony foana ny atiny. [Rinara 1974 #4296]
Dikanteny frantsay C' est comme le sac dont on a retiré le contenu : personne ne pense plus à lui. [Veyrières 1913 #5480]
Pareil à un sac vide, personne ne s' en souvient plus. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le bienfait, me fois reçu, on ne pense plus au bienfaiteur. Se disait aussi des riches ruinés qu'on abandonne. [Veyrières 1913 #5480]

Fizahan-teny