Ohabolana : andiavana

Ohabolana1544 Aza tondroin-dia maty , fa tsy toro vato nandiavana , ary tsy fola-kazo niankinana . [Cousins 1871 #717, Nicol 1935 #30]
Dikanteny frantsay Ne vous évanouissez pas devant un geste, car la pierre que vous foulez n’est pas encore brisée, et l’arbre qui vous soutient n’est pas encore renversé. [Nicol 1935 #30]

Ohabolana2154 Folaka andry niankinana , toro vato nandiavana . [Veyrières 1913 #809]
Dikanteny frantsay Perdre un protecteur, c' est voir se briser la colonne sur laquelle on s' appuyait, la pierre qu' on foulait aux pieds. [Veyrières 1913 #809]

Ohabolana7902 Tsy toro vato nandiavana izahay, ka hitakoko mena-masoandro . [Rinara 1974 #4805]

Ohabolana7903 Tsy toro vato nandiavana , na maty Vazaha nandrafitra . [Veyrières 1913 #3375, Cousins 1871 #3588]
Tsy toro vato nandiavana , tsy folaka andry niankinana . [Veyrières 1913 #3376]
Dikanteny frantsay La pierre sur laquelle j' ai posé le pied n' est pas brisée ; il n' est pas mort l' architecte européen qui a bâti l' édifice,. [Veyrières 1913 #3375]
La pierre sur laquelle j' ai posé le pied n' est pas brisée, la colonne sur laquelle je m' appuyais n' est pas cassée. [Veyrières 1913 #3376]
Fanazavana frantsay Ce proverbe était dit par l'homme dont les protecteurs étaient encore vivants ou par celui qui avait encore des témoins pour son procès. [Veyrières 1913 #3376]
Je n' ai pas perdu mes protecteurs ou les témoins qui garantissent ma parole. [Veyrières 1913]

Fizahan-teny