Ohabolana : andihizana

Ohabolana1817 Dihizina am-boalohany, hoatry ny fanambadian- dratsy, ka itomaniana am-parany . [Veyrières 1913 #5531]
Dihizina am-boalohany, ohatra ny fanambadian- dratsy, ka itomaniana am-parany . [Cousins 1871]
Dihizina am-boalohany toy ny fanambadian- dratsy, fa itomaniana am-parany . [Rinara 1974 #999]
Ny fanambadiana andihizana am-boalohany, ary itomaniana no farany . [Veyrières 1913 #1215]
Ny fanambadiana andihizana am-boalohany fa isahiranana am-parany . [Rinara 1974 #192]
Dikanteny frantsay C' est comme dans les mariages malheureux : on commence par la danse et on finit par les larmes. [Veyrières 1913 #5531]
Le mariage commence par une danse de joie et finit dans les larmes. [Veyrières 1913 #1215]
Fanazavana frantsay Bien commencer et mal finir. [Veyrières 1913 #5531]
Sens général : heureux commencement, mauvaise fin. [Veyrières 1913 #1215]

Ohabolana6584 Sikidy soa tsy andihizana , sikidy ratsy tsy itomaniana . [Rinara 1974 #3885]
Sikidy soa tsy andihizana ; sikidy ratsy tsy taniana . [Houlder 1895 #38, Veyrières 1913 #140, Cousins 1871 #2889]
Sikidy soa tsy dihizina , sikidy ratsy tsy taniana . [Veyrières 1913 #140]
Dikanteny frantsay Il n' y a pas à danser quand le sikidy est bon, ni à pleurer quand il est mauvais. [Veyrières 1913 #140]
Un oracle favorable ne fait pas danser, comme un oracle défavorable ne fait pas pleurer. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C. à. d. on fait peu de cas des oracles. [Houlder 1895]
Il n'y a qu' à s'incliner devant sa réponse ; ce proverbe était dit aussi par ceux qui faisaient peu de cas des oracles. [Veyrières 1913 #140]

Fizahan-teny