Ohabolana : avara-patana

Ohabolana411 Andevolahy latsaka avara-patana , ka saro-miala . [Houlder 1895 #1552]
Andevolahy latsaka avara-patana : saro-miala . [Cousins 1871 #178]
Ankizilahy latsaka avara-patana , ka saro-miala . [Rinara 1974]
Saro-miala , toy ny andevolahy latsaka avara-patana . [Cousins 1871 #2866]
Dikanteny frantsay Un esclave qui s' est mis (sans y penser), au nord du foyer, il lui est difficile de quitter sa place. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le nord du foyer est la place d' honneur dans la case malgache; un esclave ne devait jamais l' occuper, mais une fois qu' il s' y était mis, il y était retenu par la fausse honte. [Houlder 1895]

Ohabolana764 Avara-patana . [Veyrières 1913 #2173]
Dikanteny frantsay La place au nord du foyer. [Veyrières 1913 #2173]
Fanazavana frantsay C' était la place d' honneur dans la case. [Veyrières 1913 #2173]

Ohabolana4256 Mingodongodom-pihavy ny manan-dreny : manao fihavin' andriana , tsy miala afa-tsy eo avara-patana . [Veyrières 1913 #925, Cousins 1871 #1797]
Mingodongodom-pihavy ny velon-dreny : manao fihavin' andriana , tsy miala tsy avara-patana . [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Enfants qui ont encore leur mère au foyer : ils entrent en faisant résonner leurs pas, ils arrivent comme des princes, ils ne descendent de leur palanquin ou ne s' arrêtent que lorsqu' ils sont au nord du foyer, à la place d' honneur. [Veyrières 1913 #925]
Fanazavana frantsay Ce proverbe montre bien la différence de traitements entre une mère et une marâtre ; on l' appliquait à ceux qui étaient joyeux parce qu' ils se sentaient aimés et protégés. [Veyrières 1913 #925]

Fizahan-teny