Fizahan-teny

Ohabolana : avo

Ohabolana Akanga reraka, ka tsy mahanika ny avo intsony. [Veyrières 1913 #2578, Cousins 1871 #33, Houlder 1895]
Akanga reraka tsy mahasidina ambony. [Rajemisa 1985 #828]
Akanga reraka tsy mahasidina avo. [Rinara 1974]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny tsy fahafahana manao zavatra noho ny harerahana. [Rajemisa 1985 #828]
Ilazana ny akanga tsy afa-manidina avo noho ny hanoanana. [Rajemisa 1985 #828]
Dikanteny frantsay Gens déchus sont comme la pintade épuisée qui ne peut plus gravir les hauteurs. [Veyrières 1913]
Une pintade fatiguée: elle ne peut plus monter sur les arbres ou rochers hauts. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait de toutes les déchéances. [Veyrières 1913 #2578]

Ohabolana Akoho tokana anaka: avy sasaka vao halan-tompo. [Cousins 1871 #51]
Akoho tokana anaka: avy sasaka vao mamono an-toka. [Cousins 1871 #52]
Akoho tokana anaka : avo sasaka vao halan-tompo. [Veyrières 1913 #3228]
Akoho tokana anaka : avo sasaka vao mamono antoka. [Veyrières 1913 #3229]
Akoho tokan' anaka : avo sasaka vao halan' ny tompony. [Rinara 1974]
Akoho tokan' anaka : tonga roa vao mamono antoka. [Rinara 1974]
Avo sasaka hoatry ny akoho tokana anaka. [Veyrières 1913 #3238]
Avo sasaka ohatra ny akoho tokana anaka. [Rajemisa 1985 #868]
Dikanteny frantsay Poule qui a un poussin : c' est lorsqu' elle a produit son équivalent que son maître la prend en aversion. [Veyrières 1913 #3228]
Poule qui n' a qu' un poussin : c' est lorsqu' elle produit son équivalent qu' elle fait perdre son propriétaire. [Veyrières 1913 #3229]
Produire son équivalent comme la poule qui n' a qu' un poussin. [Veyrières 1913 #3238]
Fanazavana frantsay Parce qu' il s' attendait à mieux ; le sens est : déçu dans son attente. [Veyrières 1913 #3229]

Ohabolana Alao ho ahy ny tringitringiny, fa izaho no avo indrindra ; aiza koa ho ahy ny vodiny, fa ny taranako no ho tompon' ny farany. [Veyrières 1913 #182]
Dikanteny frantsay Je me réserve la bosse du boeuf, car je suis le plus grand ; et je me réserve la culotte du boeuf, parce que mes descendants seront maîtres de l' avenir. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Paroles proverbiales du roi Ralambo lorsqu'il fit abattre le premier boeuf pour être mangé. [Veyrières 1913]

Ohabolana Andevo maro tompo, ka mifidy ny avo tokonana. [Rinara 1974 #212]
Andevo maro tompo: mifidy izay avo tokonana. [Veyrières 1913 #536, Cousins 1871 #172]
Dikanteny frantsay Esclave qui est à plusieurs maîtres : il travaille d' abord pour celui qui est le plus riche. [Veyrières 1913 #536]

Ohabolana Avo ny lanitra ka tsy takatro. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Teny enti-milaza hafaliana sy haravoana raha toa ka ho tanteraka izay na sy tetehina. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Avo tokonana ka be anjonanjona. [Rinara 1974 #29]

Ohabolana Aza manao masoandro avy atsinanana, ka ny avo ihany no taingenana ; fa manaova masoandro avy andrefana, ka izay mivoha tsidihina avokoa. [Houlder 1895 #2208, Veyrières 1913]
Aza manao toy ny masoandro avy atsinanana : ny avo ihany no itaingenana; fa manaova toy ny masoandro avy andrefana : izay mivoha (varavarana) tsidihina avokoa. [Nicol 1935 #84, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme le soleil levant qui s'arrête aux sommets élevés ; jailes plutôt comme le soleil couchant : quiconque a la porte ouverte est visité. [Nicol 1935 #84]
Ne faites pas comme le soleil venant de l' est qui n' éclaire que les hauteurs; mais faites comme le soleil de l' ouest qui entre par toutes les portes ouvertes. [Houlder 1895]
Ne faites pas comme le soleil venant de l' est qui n' éclaire que les lieux élevés, mais faites comme le soleil de l' ouest qui entre par toutes les portes ouvertes. [Veyrières 1913 #626]
Fanazavana frantsay Toutes les anciennes cases ont leur unique porte tournée vers l' ouest. [Houlder 1895]
Toutes les portes des maisons étaient tournées vers l' ouest. [Veyrières 1913 #626]

Ohabolana Aza miambony andriana, toa hazo avo, na mialoha lalana, toa tehina. [Cousins 1871 #602, Nicol 1935 #58]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme l’arbre élevé, qui s'érige an dessus îles prim es, comme le laiton qui précède son maître. [Nicol 1935 #58]

Ohabolana Aza mijery tany avo avaratra. [Houlder 1895 #2267, Cousins 1871 #619]
Dikanteny frantsay Ne regardez pas (toujours) vers le pays élevé qui est au nord. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay N' ayez pas de trop grands espoirs, ou: ne vous faites pas trop d' illusions, comme en comptant sur un héritage, etc. [Houlder 1895]

Ohabolana Bevohoka nisaoram-bady ka avo sasaka ny alahelo. [Rinara 1974 #888]

Ohabolana Eo am-panaovana miady varotra ny ho avo, ka nony handalotra no milaza ho saro--panina. [Rinara 1974 #1041]

Ohabolana Fandrin-drano, ka tsy misy avo sy iva. [Cousins 1871 #922, Nicol 1935 #467]
Dikanteny frantsay Comme l’eau tranquille : ni haut ni bas. [Nicol 1935 #467]

Ohabolana Hainandro hariva ka ny avo no trany farany. [Rinara 1974 #1245]
Hain' andro hariva : ny avo ihany no trany. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Hain' andro, ka ny avo ihany no vonjena. [Veyrières 1913]
Toy ny hainandro, ka ny avo ihany no vonjeny. [Houlder 1895]
Toy ny hainandro ka ny avo ihany no vonjeny aloha. [Rinara 1974 #4282]
Toy ny hainandro: ny avo ihany no vonjeny. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Chaleur du soleil : ce sont les régions élevées qui sont secourues. [Veyrières 1913 #765]
Pareil au soleil, qui n' éclaire (d' abord) que les endroits élevés. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les grands seuls et non les petits sont l' objet d' égards. [Veyrières 1913 #765]

Ohabolana Hazo avo halan-drivotra. [Nicol 1935, Rajemisa 1985]
Hazo avo ka halan-drivotra. [Veyrières 1913 #635, Rinara 1974 #1293, Cousins 1871 #1040, Houlder 1895]
Izay avo halan-drivotra. [Veyrières 1913 #638]
Trano avo, ka halan-drivotra. [Veyrières 1913 #686, Cousins 1871 #3267, Houlder 1895]
Trano avo : manerinerina fa halan-drivotra. [Rinara 1974 #4380]
Fanazavana malagasy Izay amin' ny toerana ambony maro mpitsiriritra sy be fahavalo. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Arbre élevé est haï du vent. [Nicol 1935 #152]
Arbre élevé, le vent le poursuit de sa haine. [Veyrières 1913 #635]
Ce qui est élevé est exposé aux ravages du vent. [Veyrières 1913 #638]
Haute maison : le vent la poursuit de sa haine. [Veyrières 1913 #686]
Une maison (ou un arbre) élevée est battue (litt. haïe) par les vents. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait le danger des positions élevées, et les dénigrements des chefs par leurs subordonnés jaloux. [Veyrières 1913 #638]
Ce proverbe se disait des grands et des orgueilleux ; il signifiait aussi que les inférieurs murmurent toujours contre les chefs. [Veyrières 1913 #635]
Les petits murmurent contre les grands. [Veyrières 1913 #686]

Ohabolana Izay avo tokonana, mahamena-maso. [Rinara 1974 #1481]

Ohabolana Izay mitsingina no avo tehezana ary izay be fandraoka no be tonon-tanana. [Veyrières 1913 #1634, Cousins 1871 #1198, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Celui qui fait le délicat a la taille fine, et celui qui travaille à ramasser à pleines mains a les noeuds des doigts très gros. [Veyrières 1913]

Ohabolana Lohasaha fandrian’ ny zavona; helo-drano fandrian’ ny mamba. [Rinara 1974 #127, Cousins 1871 #1375]
Lohasaha fandrian' ny zavona; helo-drano fandrian' ny mamba; ny avo halan' ny iva. [Houlder 1895 #1428]
Dikanteny frantsay De même que c' est dans les vallées que se tient le brouillard et dans les sinuosités des rivières que se tiennent les caïmans, de même ceux qui sont en bas n' aiment pas ceux qui sont en haut. [Houlder 1895]

Ohabolana Mahasosotra ohatra ny malahelo misambo--bary : maka mitady ny avo loha, manatitra manao safo vava. [Rinara 1974]
Mahasosotra, ohatra ny malahelo misambo--bary : raha vao maka, mitady avo loha ; nony manatitra, manao safo vava. [Cousins 1871]

Ohabolana Manemitra ivelany toa tandro-trano. [Rinara 1974 #2093]
Manemitra ivelany toa tandro-trano: miainga ho avo, ka mandry irery. [Houlder 1895 #805]
Temitra ivelany, toa tandro-trano : miainga ho avo, ka mandry irery. [Veyrières 1913 #1133, Cousins 1871 #3067]
Dikanteny frantsay Orner l' extérieur, comme les pièces de bois qui protègent le bord des et dépassent le faîtage de manière à former deux cornes : elles veulent s' élever et les laisse étendues seules. [Veyrières 1913 #1133]
Un ornement extérieur comme les cornes d' une maison; elles s' élèvent haut mais elles sont seules. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C' est la punition des grandeurs. Dans les anciennes cases de certaines tribus, les deux pièces de bois formant le pignon se croisent au faite comme des cornes; et plus le rang du propriétaire est élevé, plus ces cornes sont longues. [Houlder 1895]
C' était une marque d'amitié, d' habiter ensemble ; mais qui fréquentent à l'excès ou favorisent les étrangers au détriment des parents, la famille les délaisse. [Veyrières 1913 #1133]

Ohabolana Misaotra anao aho; misondrota amin' ny ambony indrindra hianao, hitaingenako amin' ny avo. [Houlder 1895 #2158]
Dikanteny frantsay Je vous remercie: élevez-vous au plus haut point, afin que je puisse me percher haut. [Houlder 1895]

Ohabolana Mitsingintsingina ka avo tehezana. [Veyrières 1913 #1665]
Dikanteny frantsay Homme qui se montre délicat dans le manger et a les côtes élevées. [Veyrières 1913 #1665]

Ohabolana Mitsinjo tany avo avaratra. [Veyrières 1913 #3180]
Dikanteny frantsay Regarder les pays élevés du nord. [Veyrières 1913 #3180]
Fanazavana frantsay Ce proverbe qui fait allusion à Ambohimanga la capitale du nord, se disait de ceux qui comptent sur leurs parents ou sur un héritage et vivent dans l' oisiveté. [Veyrières 1913 #3180]

Ohabolana Mpanao soa am-po mahazo tombony : avo roa toko ny fiadanam-po. [Rinara 1974 #2580]

Ohabolana Ny anaovako ny nongonongona ho avo hitsinjovako ny iva. [Rinara 1974 #186]
Ny anaovana ny nongonongona ho avo, hitsinjovana ny iva. [Houlder 1895 #2291]

Ohabolana Ny hazo avo halan-drivotra, ary ny manan-karena halan' olona. [Houlder 1895 #1430, Veyrières 1913 #2223]
Dikanteny frantsay Les arbres élevés sont battus (litt. haïs) par le vent, et les riches sont haïs par les autres. [Houlder 1895]
Les arbres élevés sont battus par le vent, et les riches sont mal vus des pauvres. [Veyrières 1913 #2223]

Ohabolana Ny hazo avo halan-drivotra, ny vaky molotra halan-tsakay, ny idimaso halan-tsetroka, ary ny mifankatia halan' olona. [Veyrières 1913 #660]
Dikanteny frantsay Les arbres élevés sont battus du vent, les lèvres fendues sont abîmées par le piment, les yeux chassieux sont éprouvés par la fumée, les gens qui s'aiment font des jaloux. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens exposés aux difficultés. [Veyrières 1913 #660]

Ohabolana Ny olombelona fandrin-drano ka tsy misy avo sy iva. [Houlder 1895 #9, Rinara 1974 #3175]
Dikanteny frantsay Les hommes sont pareils à la surface d' une eau tranquille, il n' y a ni haut ni bas. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ils ne sont ni plus ni moins que des hommes. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny sitran-tsy miody mba tsara ihany. [Houlder 1895 #2090, Veyrières 1913 #2816]
Ny sitran-tsy miody mba tsara ihany, fa ny maty tsy vita ala nenina dia avo telo heny ny alahelo. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Il est bon de guérir sans prendre de remèdes. [Veyrières 1913 #2816]
Il n' est pas mauvais de guérir sans prendre de remèdes. [Houlder 1895]

Ohabolana Olona avo fa tsy olom-be. [Veyrières 1913 #1693]
Dikanteny frantsay Un homme de haute taille n' est pas à confondre avec un homme important. [Veyrières 1913 #1693]
Fanazavana frantsay Le sens de ce proverbe betsimisaraka de la côte, est que la taille ne fait pas l'importance. [Veyrières 1913 #1693]

Ohabolana Petak' orona sy dondon-kandrina : ny iray iva tsy anomezan-tsiny, ny iray avo tsy anomezam-pondro, fa izay vitan--Janahary ifaliana. [Rinara 1974 #3491]

Ohabolana Tain’ amboa, ka ny avo ihany no tovonana. [Veyrières 1913 #2245, Rinara 1974 #3991, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ordures de chiens : les chiens y ajoutent encore. [Veyrières 1913 #2245]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait dans les partages ; dans son sens général il signifiait que les riches augmentent toujours leurs richesses. [Veyrières 1913 #2245]

Ohabolana Tao-zava-drafozana : avo roa toko ny aina. [Veyrières 1913 #1477]
Dikanteny frantsay Quand on travaille pour ses beaux-parents on montre deux tiers de forces de plus. [Veyrières 1913 #1477]
Fanazavana frantsay On cherche à se faire bien voir des beaux-parents ou des chefs. [Veyrières 1913 #1477]

Ohabolana Trano avo fisafon-drivotra, trano iva fisafom-bovoka. [Rinara 1974]

Fizahan-teny