Fizahan-teny

Ohabolana : fandriana

Ohabolana Antitra manara am-pandriana: mivoady ny masoandro hiseho. [Veyrières 1913 #1803, Cousins 1871 #247]
Antitra mangatsiaka am-pandriana ka mivoady ny masoandro hiseho. [Rinara 1974 #294]
Dikanteny frantsay Vieillard qui a froid sur sa couche : il appelle de tous ses voeux le lever du soleil pour se chauffer. [Veyrières 1913]

Ohabolana Aza manao ariary zato am-pandriana. [Houlder 1895 #691]
Manao ariary zato am-pandriana. [Rajemisa 1985]
Manao ariary zato am-pandriana fa voamena nony mifoha. [Rinara 1974 #1985]
Manao ari-zato am-pandriana. [Cousins 1871 #1528, Nicol 1935 #47]
Fanazavana malagasy Manao tetika be an' eritreritra, izay mazàna tsy mifanaraka amin' ny zavatra mety hisy akory. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Compter cent piastres en songe (châteaux en Espagne). [Nicol 1935 #47]
Ne vous figurez pas avoir cent piastres dans votre lit. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Bâtir des châteaux en Espagne. [Houlder 1895]

Ohabolana Bemangy miray fandriana: any an-doha no tery. [Cousins 1871]
Be mangy miray fandriana ka ny any an-doha no tery. [Rinara 1974 #856]

Ohabolana Fandrian' Ivonizongo : ka ny mitsilany no malalaka noho ny mihorirana. [Veyrières 1913 #2786, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Les lits du Vonizongo: on s' y trouve plus au large en s' y couchant sur le dos qu' en s' y couchant sur le côté. [Houlder 1895]
Lits du Vonizongo : on y est plus au large sur le dos que sur le côté. [Veyrières 1913 #2786]
Fanazavana frantsay La malaria qui y faisait ravage, produisait une hypertrophie de la rate : il était pénible de se coucher sur le côté. [Veyrières 1913 #2786]
Parce que cette contrée est ravagée par la malaria qui produit une hypertrophie de la rate et fait grossir démesurément l' abdomen. [Houlder 1895]

Ohabolana Lohasaha fandrian’ ny zavona; helo-drano fandrian’ ny mamba. [Rinara 1974 #127, Cousins 1871 #1375]
Lohasaha fandrian' ny zavona; helo-drano fandrian' ny mamba; ny avo halan' ny iva. [Houlder 1895 #1428]
Dikanteny frantsay De même que c' est dans les vallées que se tient le brouillard et dans les sinuosités des rivières que se tiennent les caïmans, de même ceux qui sont en bas n' aiment pas ceux qui sont en haut. [Houlder 1895]

Ohabolana Malemy ama-mandry fa sarotra ama-mifoha toa fasika. [Rinara 1974 #1935, Cousins 1871 #1461]
Malemy am-pandriana, fa sarotra am-pifohazana toa fasika. [Veyrières 1913 #5956]
Malemy mandry, fa sarotra mifoha toa fasika. [Veyrières 1913 #5956]
Dikanteny frantsay S'entasser facilement dans le lit, mais se lever difficilement, comme le sable. [Veyrières 1913 #5956]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui ne se troublent pas facilement et sont vite rassurés. [Veyrières 1913 #5956]

Ohabolana Manao kibony valalafotay: raha mitailany no mety, fa raha mihorinana manety fandriana. [Cousins 1871 #1543]
Manao kibon' Ivalalafotsy : raha mitsilany no mety, fa raha mihorirana manety fandriana. [Veyrières 1913 #1649]
Dikanteny frantsay C'est comme le ventre d' Ivalalafotsy : il faut qu' il soit couché sur le dos, car lorsqu' il est couché sur le côté il encombre le lit. [Veyrières 1913 #1649]
Fanazavana frantsay Allusion à un personnage réputé pour son gros ventre. [Veyrières 1913 #1649]

Ohabolana Ny fandrian' ny eritreritra no tena fiadanana. [Veyrières 1913 #2220]
Dikanteny frantsay C' est le repos de la pensée qui est la vraie paix. [Veyrières 1913 #2220]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas avoir de soucis pour bien dormir. [Veyrières 1913 #2220]

Ohabolana Ny rariny toy ny nofy, tsy azo tsy anaty fandriana; ary toy ny hazo mahitsy, ka tsy hita tsy anatin’ ny ala. [Veyrières 1913 #3395, Cousins 1871 #2402]
Dikanteny frantsay La justice est comme un songe qu' on ne trouve que dans le repos du lit ; elle est comme un arbre droit qu' on ne trouve que dans la forêt. [Veyrières 1913 #3395]
Fanazavana frantsay C' est à force d' examiner une affaire qu'on arrive à la justice. [Veyrières 1913 #3395]

Ohabolana Ombalahy lany vilona, mitre-mandry. [Veyrières 1913 #672]
Ombalahy lany vilona, mitrena am-pandriana. [Veyrières 1913 #672]
Ombilahy lany vilona ka mitre-mandry. [Houlder 1895 #1470, Rinara 1974 #3408]
Ombilahy lany vilona: mitre-mandry. [Cousins 1871]
Ombilahy lany vilona: mitrena am-pandriana. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Taureau dans un parc à boeuf où il n' y a plus d' herbe : il mugit couché à terre. [Veyrières 1913]
Un boeuf qui n' a plus d' herbe à manger: il beugle tout en étant couché. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les bœufs que l'on voulait engraisser en vue de la Fête annuelle étaient placés dans une espèce de fosse et constamment pourvus de rations d' herbe fraîche. [Houlder 1895]
Se disait des grands ruinés et qui n' avaient plus d'influence. [Veyrières 1913 #672]

Ohabolana Raha mihorirana, ety ny fandriana : raha mitsilany, malalaka. [Veyrières 1913 #2236]
Dikanteny frantsay S' il se couche sur le côté c' est que la couche est étroite ; s' il se met sur le dos c' est qu' elle est large. [Veyrières 1913 #2236]
Fanazavana frantsay Quand on est pauvre, on est à l'étroit et quand on est riche, on est au large. [Veyrières 1913 #2236]

Ohabolana Sakelidrano fandrian' ny voay. [Veyrières 1913 #735, Cousins 1871 #2840]
Sakelidrano fandrian' ny voay, lohasaha fandrian' ny moka. [Rinara 1974 #3820]
Dikanteny frantsay Les affluents des rivières sont des nids de crocodiles. [Veyrières 1913 #735]
Fanazavana frantsay Se disait des repaires d'exacteurs ou d' avares. [Veyrières 1913 #735]

Ohabolana Tendrombohitra, fandrian’ ny zavona ; lohasaha, fandrian’ ny moka; sakeli-drano, fandrian’ ny mamba; izaho kely, fandrian’ ny saina. [Cousins 1871 #3069, Nicol 1935 #331]
Dikanteny frantsay La montagne est le lit des brouillards ; la vallée est le lit des moustiques ; le repli du fleuve est le lit des caïmans; et mon humble apparence est le lit de l’intelligence. [Nicol 1935 #331]

Ohabolana Zaza mivalana am-pandriana : voa rainy, voa reniny. [Veyrières 1913 #1016, Cousins 1871 #3777]
Dikanteny frantsay Enfant qui fait ses ordures au lit : son père et sa mère en sont atteints. [Veyrières 1913 #1016]
Fanazavana frantsay Les fautes des enfants atteignent les parents. [Veyrières 1913 #1016]

Fizahan-teny