Fizahan-teny

Ohabolana : fanompoana

Ohabolana Andevolahy mahita entan-kitay, ka mahatsiaro ny fanompoana fanao. [Veyrières 1913 #510, Cousins 1871 #179]
Mpanompo mahita an' entan-kitay ka mahatsiaro ny fanompoana fanao. [Rinara 1974 #2599]
Dikanteny frantsay Esclave qui aperçoit une charge de paille à brûler : il se rappelle la corvée qu' il a l' habitude de faire. [Veyrières 1913 #510]
Fanazavana frantsay La tâche à faire est toujours là. [Veyrières 1913 #510]

Ohabolana Hady voanjo ny fanompoana, ka tsy ny momba ny tahony ihany no atao an-karona, fa ny mipetraka amin' ny tany koa hohazan-tanana, hamenoana ny harona. [Veyrières 1913 #373]
Tahaka ny hadi-voanjo ny fanompoana: ka tsy ny momba ny tahony ihany no atao an-karona, fa ny mipetraka amin' ny tany hohazan-tanana koa mba hamenoana ny harona. [Houlder 1895 #1527]
Dikanteny frantsay La corvée est comme la récolte des arachides: on ne met pas dans la corbeille seulement celles qui tiennent encore à la tige, mais aussi celles qui sont tombées à terre et qui doivent être ramassées à la main afin de remplir la corbeille. [Houlder 1895]
La corvée est comme les arachides qu' on arrache de la terre : on ne met pas seulement dans le panier ce qui vient avec la tige, mais les mains fouillent dans la terre et cherchent ce qui reste afin de remplir le panier. [Veyrières 1913 #373]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait les recherches scrupuleuses qui étaient faites pour remplir le nombre des escouades destinées à la corvée. [Veyrières 1913 #373]

Ohabolana Maresaka ny fanompoana. [Veyrières 1913 #376]
Dikanteny frantsay Ce sont des corvées sans fin, des corvées dont on parle partout. [Veyrières 1913 #376]

Ohabolana Mitoko miefa-madinika toy ny rano an-kitsak' akoho. [Veyrières 1913 #3710]
Ny fanompoana hoatry ny rano an-kitsak' akoho : mitelo miefa-madinika. [Veyrières 1913 #385]
Ny fanompoana ohatra ny ranoan-kitsak’ akoho : mitelo miefa-madinika. [Cousins 1871]
Ny fanompoana tahaka ny rano an-kitsaka akoho, ka mitelo miefa-madinika. [Rinara 1974 #190]
Dikanteny frantsay La corvée est comme l' eau dans la trace laissée par une patte de poule : ça se partage en trois puis en quatre. [Veyrières 1913 #385]
Se partager en quatre comme l' eau dans l' empreinte laissée par une patte de poule. [Veyrières 1913 #3710]
Fanazavana frantsay Dans la corvée il y a toujours plus de travail qu' on ne l'avait annoncé. [Veyrières 1913 #385]
Se disait de la corvée ou autre travail où il y a plus à faire qu' on ne l' avait dit ou pensé. [Veyrières 1913 #3710]

Ohabolana Ny andriana mandova fanjakana, ny vahoaka mandova fanompoana. [Veyrières 1913 #378]
Dikanteny frantsay Le souverain hérite du royaume, le peuple reçoit en héritage la corvée. [Veyrières 1913 #378]
Fanazavana frantsay Les enfants des riches reçoivent de l' argent en héritage et les enfants des pauvres reçoivent des embarras. [Veyrières 1913 #378]

Ohabolana Ny fanambadiana sy ny fanompoana no mitovy. [Veyrières 1913 #1217]
Dikanteny frantsay Mariage et corvée, c' est tout un. [Veyrières 1913 #1217]

Ohabolana Ny fanompoana aza atao andran-drano: ka raha marivo hotsobohina; ary raha lalin-kihemorana. [Houlder 1895]
Ny fanompoana aza atao andran-drano : marivo irobohana, raha lalin-kihemorana. [Rinara 1974 #2965]
Ny fanompoana aza atao andran-drano: raha marivo hotsobohina, ary lalin-kihemorana. [Cousins 1871 #2217]
Ny fanompoana aza atao andran-drano : raha marivo hotsoboina, raha lalina hihemorana. [Veyrières 1913 #382]
Dikanteny frantsay Ne considérez pas la corvée comme le passage d' une rivière: et si l' eau est basse vous traverserez, mais si elle est profonde, vous reculerez. [Houlder 1895]
Ne faites pas pour la corvée ce que l' on fait avec l' eau qu' on sonde pour voir quelle est la profondeur : si l' eau est assez basse on passe. [Veyrières 1913 #382]
Fanazavana frantsay C. à. d. on y est toujours forcé, quelle soit facile ou difficile. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny fanompoana folo elatra ahina : ahina, dia mahavelona ; tsy ahina, dia mahafaty. [Veyrières 1913 #383, Cousins 1871 #2218]
Ny fanompoana folo elatra ahina : ahina mahavelona, tsy ahina mahafaty. [Houlder 1895 #1529, Rinara 1974 #2966]
Dikanteny frantsay La corvée a dix ailes à soigner : les soigner fait vivre, les négliger tue. [Veyrières 1913 #383]
La corvée a dix ailes (c. à. d. elle est compliquée) dont il faut s' en occuper: s' en occuper fait vivre; ne pas s' en occuper fait mourir. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait les difficultés et les inconvénients de la corvée. [Veyrières 1913 #383]
Parce que dans le second cas, on pouvait être accusé de désobéissance, voire de rébellion. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny fanompoana hoatry ny tsangan' akoho, ka izay be fitranga ihany no voa. [Veyrières 1913 #384]
Ny fanompoana ohatra ny tsangan’ akoho, ka izay be fitranga ihany no voa. [Cousins 1871]
Ny fanompoana toy ny tsangan' akoho, ka izay be fitranga ihany no voa. [Rinara 1974 #191]
Dikanteny frantsay La corvée est comme le jeu aux poules mises en terre : plus la partie de la poule qui sort de terre est grande et plus elle est exposée à être atteinte par les coups de pierre. [Veyrières 1913 #384]
Fanazavana frantsay Les gens qui ne savent pas s' esquiver mais se montrent, sont pris pour la corvée. [Veyrières 1913 #384]

Ohabolana Ny fanompoana ny manjaka : anio dia anio, maraina dia maraina, alina dia alina. [Veyrières 1913 #386]
Dikanteny frantsay On ne remet pas à plus tard le service du souverain, la corvée : si c'est aujourd' hui, il faut s' y mettre aujourd' hui ; si c' est le matin, le matin ; si c' est la nuit, la nuit. [Veyrières 1913 #386]

Ohabolana Ny fanompoana tahaka ny lanitra, ka samy miloloha ny tandrifiny. [Houlder 1895 #1528]
Ny fanompoana tahaka ny loloha lanitra, ka samy miloloha ny hitsiny. [Rinara 1974 #2967]
Ny fanompoana toy ny lanitra : samy miloloha ny landrifiny. [Nicol 1935 #116]
Ny fanompoana toy ny lanitra : samy miloloha ny tandrifiny. [Veyrières 1913 #388, Cousins 1871 #2222]
Dikanteny frantsay La corvée c' est comme le firmament qui est au-dessus de nos têtes : chacun en porte sa part. [Veyrières 1913 #388]
La corvée est comme le ciel et chacun en supporte la part qui est au-dessus de sa tête. [Houlder 1895]
Les charges communes sont comme le ciel : chacun supporte sa part au-dessus de sa tcte. [Nicol 1935 #116]
Fanazavana frantsay Il n' y a pas d' exemption. [Veyrières 1913 #388]

Ohabolana Ny fanompoana tahaka ny zavona : raha halavirina maizina, fa raha akekena mazava. [Cousins 1871 #2221, Nicol 1935 #96]
Ny fanompoana tahaky ny zavona : raha halavirina maizina, fa raha akekena mazava. [Veyrières 1913 #387]
Ny fanompoana toy ny zavona : raha alavirina maizina, fa raha akaikezina mazava. [Rinara 1974 #2970]
Dikanteny frantsay I.e travail ressemble au brouillard : de loin, c'est sombre ; de prés, c’est lumineux. [Nicol 1935 #96]
La corvée c' est comme le brouillard : de loin c' est trouble et nuageux ; mais quand on s' approche, cela se clarifie. [Veyrières 1913 #387]
Fanazavana frantsay Le travail devient facile quand on s' y applique. [Veyrières 1913 #387]

Ohabolana Ny vitsika no keliray, ny fanompoana no mafy : mivoaka, mitondra tany ; miditra, mitondra hanina ; kanefa nony tonga, ny tsy naka no homana. [Veyrières 1913 #731, Cousins 1871 #2481]
Dikanteny frantsay Si les fourmis sont chétives, c' est que leur corvée est rude : en sortant elles portent de la terre ; en rentrant elles apportent des provisions ; mais quand elles arrivent, c' est celui qui n' a pas amassé qui mange tout. [Veyrières 1913 #731]
Fanazavana frantsay Ce proverbe qui s'appliquait aux exacteurs, fait allusion au serpent renimandotra ; les Malgaches disaient que ce serpent habitait les fourmilières et était nourri par les fourmis qui à leur tour mangeaient son cadavre. [Veyrières 1913 #731]

Ohabolana Raha very kely, manontany ny razana; raha very lehibe, manontany fanompoana. [Cousins 1871 #2724]
Raha very kely, manontany razana; fa raha very lehibe, manontany fanompoana. [Houlder 1895 #1532]
Raha very kely manontany razana, raha very lehibe manontany fanompoana. [Rinara 1974 #3679]
Dikanteny frantsay Quand on a été réduit en esclavage étant petit, on s' informe de ses ancêtres (parce qu' on est resté ignorant là-dessus); mais quand on a été réduit en esclavage une fois grand, on s' informe du travail à faire pour son maître. [Houlder 1895]

Ohabolana Tahaka ny hady voanjo ny fanompoana : tsy ny momba ny tahony ihany no atao an-karona, fa ny mipetraka amy ny tany hohazan-tanana, mba hamenoana ny harona. [Cousins 1871]
Tahaka ny hady voanjo ny fanompoana : tsy ny momba ny tahony ihany no atao an-karona, fa ny mipetraka amin' ny tany koa hohazan-tanana. [Rinara 1974]

Ohabolana Tahaka ny jorery ny fanompoana, ka na dia tapaka aza ny tongony aman-tanany mbola mimenomenona ihany izy. [Houlder 1895 #1525]
Tahaka ny jorery ny fanompoana, ka na tapaka aza ny tongony aman-tanany, mbola mimenomenona ihany. [Rinara 1974]
Tahaka ny jorery ny fanompoana: na diatapaka aza ny tongony, na afaka aza ny tanany, mbola mimeno-menona ihany izy. [Cousins 1871]
Tahaky ny jorery ny fanompoana ; ka na dia tapaka aza ny tongony aman-tanany dia tsy mbola miova ihany ny feony. [Veyrières 1913 #395]
Tahaky ny jorery ny fanompoana : na dia tapaka aza ny tongony, na afaka aza ny tanany, mbola mimenomenona ihany izy. [Veyrières 1913 #395]
Dikanteny frantsay La corvée est comme la cigale : coupez-lui les pattes et les ailes, elle fait encore entendre son cri strident. [Veyrières 1913 #395]
La corvée est comme une cigale: qu' elle ait les pattes cassées, elle chante toujours. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C. à. d. tant qu' on est encore en vie, on est bon pour la corvée, on ne peut s' y soustraire. [Houlder 1895]
Les gens corvéables, tant qu'ils n'ont pas rendu l' âme, sont appelés à la corvée ; s' ils ne peuvent pas travailler, il faut qu'ils se rachètent à prix d' argent. [Veyrières 1913 #395]

Fizahan-teny