Fizahan-teny

Ohabolana : fasana

Ohabolana Andriamatoa erý am-pasam-bato, Andriamatoa Andriamahandrimanana: aza misorona olona adala, na manarana olom-bodo. [Cousins 1871 #209, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Andriamatoa qui reposez dans votre tombeau de pierre, Andriamatoa surnommé le noble qui garde bien ce qu' il possède, écoutez : il ne faut pas avoir trop de condescendance pour les sots, ni satisfaire les caprices d' une personne sans expérience. [Veyrières 1913 #6494]
Fanazavana frantsay Ce proverbe faisait allusion à une légende. [Veyrières 1913 #6494]

Ohabolana Fasana tsy mamerina haza. [Rinara 1974 #1129]

Ohabolana Fatra-pitady ny tany tsy misy fasana, ka sendra izay homana olona. [Houlder 1895 #1672]
Fatra-pitady ny tany tsy misy fasana, ka sendra izay mihinana olona. [Rinara 1974 #1152]
Dikanteny frantsay Désirer beaucoup trouver un pays où il n' y ait pas de tombeaux (où l' on ne meure pas), et arriver dans un pays de cannibales. [Houlder 1895]

Ohabolana Haren-kita : fasana. [Rinara 1974]
Tsara ny haren-kita fasana. [Houlder 1895 #2129, Veyrières 1913 #2256, Rinara 1974 #4406, Cousins 1871 #3284]
Dikanteny frantsay Bonnes sont les richesses dont on connaît le tombeau. [Veyrières 1913 #2256]
La richesse est bonne qui se manifeste par un (beau) tombeau. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Autrefois personne n' était tenu pour vraiment riche qui ne consacrait pas des sommes considérables à l'érection d'un tombeau. [Houlder 1895]
C' est-à-dire l' endroit d' où elles viennent. [Veyrières 1913 #2256]

Ohabolana Hianareo natao valala fiandry fasana, natao vorompotsy tsy mandao omby. [Veyrières 1913 #606]
Hianareo no natao valala fiandry fasana, natao vorompotsy tsy mandao omby. [Cousins 1871 #1071]
Hianareo no natao valala fiandry fasana sy vorompotsy tsy mandao omby. [Rinara 1974 #1336]
Hianareo no natao valala fiandry fasana, vorompotsy tsy mandao omby. [Houlder 1895 #99]
Dikanteny frantsay On vous a désignés pour être comme les sauterelles qui gardent les tombeaux, et comme les oiseaux blancs qui ne quittent pas les bœufs. [Houlder 1895]
Vous êtes devenus semblables à des sauterelles qui gardent le tombeau, semblables aux oiseaux blancs qui restent parmi les troupeaux de boeufs. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Cette expression désignait certains affranchis qui devaient garder le tombeau de la famille et qui redevenaient esclaves lorsqu' ils abandonnaient le village où était le tombeau du maître ; on comparait aux oiseaux blancs qui suivent les boeufs pour becqueter les insectes, les esclaves affranchis à condition de rester sur place ; on se servait de la même expression pour dire constance et fidélité. [Veyrières 1913]

Ohabolana Izao isika izao maty iray fasana, velona iray trano. [Houlder 1895 #249, Cousins 1871 #1172]
Izao isika izao : velona ampiraisin' ny trano, maty akamban' ny fasana. [Rinara 1974 #1472]
Maty, iray fasana ; velona, iray trano. [Nicol 1935 #405]
Dikanteny frantsay Morts, nous avons la même tombe ; vivants, la même maison. [Nicol 1935 #405]
Pour nous, nous serons unis dans la mort, comme nous sommes unis dans la vie. Litt. nous avons une tombe commune et une demeure commune. [Houlder 1895 #249]

Ohabolana Lalan-kitoviana toa fasana. [Rinara 1974]

Ohabolana Miisa roa ohatra ny fatin-jaza, sady ao atsimon-trano no am-pasan-drazana. [Rinara 1974]
Misa roa, toa fatin-jaza : sady atsimon-trano no am-pasan-drazana. [Veyrières 1913 #377]
Misa roa, toa fatin-jaza: sady atsimo trano no am-pasan-drazana. [Cousins 1871 #1823]
Nahoana no dia misa roa toa fatinjaza: sady ao atsimon-trano no am-pasan-drazana? [Houlder 1895 #2131]
Dikanteny frantsay Avoir deux parts, comme le cadavre d' un enfant : il est enterré au sud de la maison, et encore dans le tombeau des ancêtres. [Veyrières 1913 #377]
Comment se fait-il que vous avez deux places, comme le corps d' un enfant mort, une au sud de la maison, et l' autre dans le tombeau des ancêtres? [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe fait allusion au placenta enterré par le père au sud de la maison, à la naissance de l' enfant ; on le disait en guise de protestation quand quelqu'un, à deux titres différents, était appelé à faire double corvée ou à payer double impôt. On peut dire aussi que l'enfant avait deux tombeaux, parce qu' on l' ensevelissait d' abord au sud de la maison, en attendant que le tombeau de l' ouest fût ouvert pour un adulte ; alors on l' y transportait. [Veyrières 1913 #377]
Le corps d' un petit enfant est souvent enseveli temporairement près de la maison, ou près du tombeau de famille, au sud: il y reste jusqu' à ce qu' on ouvre ce tombeau pour y mettre un membre adulte de la famille, car alors on l' exhume et on le met avec les autres. [Houlder 1895]

Ohabolana Nahoana moa hianao no sarotin' alahelo, ka tia tsiri-pasana ? [Veyrières 1913 #2637, Cousins 1871 #2027]
Nahoana moa no sarotin' alahelo ka no tia tsiri-pasana ? [Rinara 1974 #2662]
Raha sarotin-kalahelo, aza tia tsiri-pasana. [Rinara 1974 #3652]
Sarotin' alahelo ka no tia tsiry fasana. [Rajemisa 1985]
Sarotin' alahelo ka no tia tsiri-pasana, tsy tia ady ka no misahato olona. [Rinara 1974 #3852]
Sarotin' alahelo ka tia tsiri-pasana. [Houlder 1895 #1022]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona sarotin-javatra iray, nefa dia fatra-panao io zavatra io indrindra; "tsy tia ady ka no misahato olona", "sarotin-doiloy, ka no mihinampatsa manta". [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Puisque vous vous affligez facilement, pourquoi allez-vous voir le tombeau? [Veyrières 1913 #2637]
Sous l' empire d' un grand chagrin, il aime à aller voir souvent au tombeau. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Pourquoi cherchez-vous les occasions de chagrin ? [Veyrières 1913 #2637]

Ohabolana Ny boka indray no mahantra: velona, tsy iray trano; maty tsy iray fasana. [Houlder 1895 #2030]
Ny boka indray ve no tsy hahantra : velona tsy miray trano aman-kavana, raha maty tsy miray fasana amim-pianakaviana. [Rinara 1974 #2923]
Dikanteny frantsay Que les lépreux sont donc malheureux: vivants, il ne partagent pas la maison (de la famille): morts, ils ne partagent pas le tombeau! Les lépreux ne sont pas ensevelis dans le tombeau de famille, mais dans un tombeau à part. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny fasana Andriamanantena ary ny olona Andrianantenaina. [Rinara 1974 #2972]
Ny fasana, Andriamanantena; fa ny olona kosa, Andrianantenaina. [Veyrières 1913 #2897, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay La tombe attend (litt. espère), et ce sont les hommes quelle attend. [Houlder 1895 #2130]
Le tombeau est celui qui attend ; les hommes sont ceux qui sont attendus. [Veyrières 1913 #2897]

Ohabolana Ny fasana tsy mahalala harena sy hatsaram-panahy ary voninahitra fa tsy mizaha tavan' olona. [Rinara 1974 #2973]

Ohabolana Ny fihavanana toy ny fasam-Bazimba ka izay mandrava aloha no kely lia. [Houlder 1895 #162]
Dikanteny frantsay L' amitié est comme un tombeau de Vazimba: celui qui le démolit le premier aura le côté atrophié. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny tompom-pasana indray no atao an-iritra. [Veyrières 1913 #2231, Rinara 1974 #3310, Cousins 1871 #2510]
Tsy mety raha ny tompom-pasana indray no atao aniritra, na ny tompony no atao mangataka ny atiny. [Rinara 1974 #4665]
Tsy mety raha ny tompom-pasana indray no hatao aniritra. [Veyrières 1913 #3879, Cousins 1871 #3479]
Dikanteny frantsay Il ne convient pas que le maître du tombeau soit mis dans une tombe provisoire. [Veyrières 1913 #3879]
Voilà que le maître du tombeau est placé dans une tombe provisoire. [Veyrières 1913 #2231]
Fanazavana frantsay Le maître doit jouir de son bien. [Veyrières 1913 #3879]
Se disait de celui qui n'a pas l'usage de son bien. [Veyrières 1913 #2231]

Ohabolana Rafotsibe mitorovoka eo an-doha fasana: aleo ve hitoe-poana, toy izay hitomany ireo maty be ao am-pasana? [Cousins 1871]
Rafotsibe mitorovoka eo an-doha fasana : aleo ve hitomoe-poana toy izay hitomany ireo maty betsaka ao am-pasana! [Rinara 1974]
Rafotsibe mitorovoka eo an-doha fasana : aleo ve itoe-poana toy izay hitomany ireo maty be ao am-pasana ? [Veyrières 1913 #1910]
Dikanteny frantsay Vieille femme assise devant le tombeau : ne vaut-il pas mieux pleurer les nombreux morts qui sont dans le tombeau, que de rester à ne rien faire ? [Veyrières 1913 #1910]

Ohabolana Raha mpihavana tsy mifankatia, asaivo mijery ny fasana mivoha. [Rinara 1974 #3628]

Ohabolana Tahaka ny fasana ity, ka ny avy any ivelany indray no miraharaha ny tompon-trano. [Rinara 1974]
Tahaka ny fasana ity: ny avy any ivelany indray no miraharaha ny tompon-trano. [Cousins 1871]
Tahaky ny fasana ity : ny avy any ivelany indray no miraharaha ny tompon-trano. [Veyrières 1913 #3611]
Dikanteny frantsay Il en est de cette affaire comme du tombeau : ce sont ceux qui viennent du dehors qui délibèrent pour les maîtres de la maison. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui par insoucimce se laissent dominer. et traîner l' aile, mais nous sommes des petits d' oiseaux éclos au printemps et qui sont forts et lestes. Comparaison pour dire qu' on est capable de se faire respecter. [Veyrières 1913 #3611]

Ohabolana Tiatia ny takona, ka diso ny avaratry ny fasana. [Houlder 1895 #2134]
Tiatia no nitakona, ka diso avaratry ny fasana. [Cousins 1871 #3096]
Tiatia takona ka lasa avaratry ny fasana. [Rinara 1974 #4137]
Dikanteny frantsay Aimer à se cacher et manquer (c. à. d. ne pas avoir) le terrain qui est au nord du tombeau (endroit honorable et recherché). [Houlder 1895]

Ohabolana Torahan-kariana toy ny sorohitra ambony fasana. [Veyrières 1913 #2924]
Torahan-tsy hohanina, toy ny sorohitra ambony fasana. [Houlder 1895 #427, Cousins 1871 #3143]
Torahin-tsy ho hanina tahaka ny sorohitra ambony fasana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay C'est comme l' alouette sur un tombeau : si elle est chassée avec des pierres et si elle est tuée, on ne peut pas la manger mais il faut la jeter. [Veyrières 1913 #2924]
Qu' on tue sans vouloir le manger, comme une alouette sur un tombeau. [Houlder 1895 #427]
Fanazavana frantsay C' était là une des nombreuses prescriptions superstitieuses ; se disait des gens sans pudeur. [Veyrières 1913 #2924]

Ohabolana Valala fiandry fasana. [Veyrières 1913 #603]
Dikanteny frantsay Sauterelles gardiennes des tombeaux. [Veyrières 1913 #603]
Fanazavana frantsay Les Malgaches appelaient de ce nom des esclaves priviligiés attachés à la garde des tombeaux et qu'on ne pouvait pas vendre ; on appliquait l' expression à ceux qui habitaient près du tombeau de famille. [Veyrières 1913 #603]

Ohabolana Valala fiandry fasana, vorompotsy tsy mandao omby. [Nicol 1935 #346]
Dikanteny frantsay Sauterelle qui garde le tombeau ; oiseau blanc inséparable des troupeaux de bœufs. [Nicol 1935 #346]

Ohabolana Velona iray trano, maty iray fasana. [Rinara 1974 #4924]

Fizahan-teny