Fizahan-teny

Ohabolana : folaka

Ohabolana Amboalambo folaka. [Veyrières 1913 #6410]
Dikanteny frantsay Chien sauvage dompté. [Veyrières 1913 #6410]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui se repentent. [Veyrières 1913 #6410]

Ohabolana Amin' ny tolakolaka andro. [Veyrières 1913 #6603]
Folaka andro. [Veyrières 1913 #6550]
Raha folapolaka ny andro. [Veyrières 1913 #6603]
Raha tolatolaka ny andro. [Veyrières 1913 #6603]
Tolaka andro. [Veyrières 1913 #6550]
Dikanteny frantsay Au déclin du jour, lorsque le soleil décline : entre trois et quatre heures. [Veyrières 1913 #6550]
Lorsque le soleil est un peu dompté et commence à baisser : vers deux heures de l' après-midi. [Veyrières 1913 #6603]

Ohabolana Andraso ho folaka ny andro vao atao ny fandevenana. [Veyrières 1913 #2841]
Dikanteny frantsay Attendez que le jour soit à son déclin pour faire les funérailles. [Veyrières 1913 #2841]
Fanazavana frantsay Les Malgaches croyaient que cela portait malheur de faire les funérailles avant, car disaient-ils, enterrer lorsque le soleil est dans sa force c'est s' exposer à ce que la mortalité soit grande dans la famille. [Veyrières 1913 #2841]

Ohabolana Aza manao hantan-kankana, ka folaka eo am-piolehana. [Houlder 1895 #513]
Aza manao hantan-kankana : tapaka eo am-piolehana ihany. [Veyrières 1913 #756, Rinara 1974 #509, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas capricieux comme le ver de terre qui se coupe le corps en se tortillant. [Houlder 1895 #513]
Ne suppliez pas à la façon du ver : il se coupe, rien qu'à se tortiller. [Veyrières 1913 #756]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui suppliaient bassement. [Veyrières 1913 #756]

Ohabolana Aza mitsipa-doha laka-nitana. [Cousins 1871 #675, Rajemisa 1985]
Aza mitsipa-doha laka-nitana, fandrao dia folaka an-dantony. [Veyrières 1913 #963]
Mitsipa-doha laka-nitana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Aza mampiseho tsy fankasitrahana ka ny nahitan-tsoaindray no atao tsinontsinona. [Rajemisa 1985]
Tsy mahay mankasitraka, na mamaly ratsy ny soa ataon' olona ny tena. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Ne pas repousser du pied la pirogue qui vous a fait passer. [Nicol 1935 #306]
Ne repoussez pas du pied la pirogue grâce à laquelle vous avez passé l'eau ; ne soyez pas ingrat envers les parents qui vous ont donné le jour, de peur de mourir jeune, frappé au plus beau moment de la vie. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait de l' ingratitude. [Veyrières 1913 #5476]

Ohabolana Barabaha folaka, akondro mahia: manambady tsy tiana malak’ aretina. [Samson 1965 #B3]

Ohabolana Fatra-pamolaka, ka folaka. [Houlder 1895 #875, Veyrières 1913 #6279]
Dikanteny frantsay Qui veut trop soumettre les autres doit souvent se soumettre lui-même. [Houlder 1895 #875]
Vouloir trop l' emporter sur les autres et être dominé.'. [Veyrières 1913 #6279]

Ohabolana Folaka an-dantony. [Veyrières 1913 #1565]
Dikanteny frantsay Jeune personne qui meurt : elle est frappée au beau moment de la vie, à la fleur de l' âge. [Veyrières 1913 #1565]

Ohabolana Folaka andry niankinana, toro vato nandiavana. [Veyrières 1913 #809]
Dikanteny frantsay Perdre un protecteur, c' est voir se briser la colonne sur laquelle on s' appuyait, la pierre qu' on foulait aux pieds. [Veyrières 1913 #809]

Ohabolana Folaka ny andro ka malefaka ny lalana. [Rinara 1974]
Folaka ny andro ka malemy ny lalana. [Veyrières 1913 #3674]
Folaka ny andro, ka malemy ny lalany. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Le jour baisse et le chemin est facile. [Veyrières 1913 #3674]
Le jour décline, et la route est facile. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Car il fait moins chaud. [Houlder 1895]
Car la chaleur est tombée. [Veyrières 1913 #3674]

Ohabolana Mafana ny andriana, folaka ny andriana, nihilana ny andriana, nafenina ny andriana. [Veyrières 1913 #209]
Dikanteny frantsay Le souverain est malade, il est mort, il est enterré. [Veyrières 1913 #209]
Fanazavana frantsay Pour signifier la maladie, la mort, l'enterrement du souverain, les Malgaches se servaient d' expressions spéciales réservées au souverain : le souverain a chaud, il s' est penché vers la terre, il est caché. [Veyrières 1913 #209]

Ohabolana Mandady mora tsy folaka, tana-mihamana tsy voavely. [Samson 1965 #M48]
Tana-mihamana tsy voavely, mandady mora tsy folaka. [Samson 1965 #T33]

Ohabolana Marefy ny vy, folaka ny vato : ny ela tsy ari-draha. [Samson 1965 #M99]

Ohabolana Ny marina toy ny ombalahy aronjina : na mivena aza tsy folaka. [Rinara 1974]

Ohabolana Ny olo-marina toy ny ombalahy ampandronjinana : tsy folaka anio, tsy maty mandrakizay. [Veyrières 1913 #2968]
Ny olona marina toy ny ombalahy ampandronjinana: tsy folaka anio, tsy maty mandrakizay. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Gens honnêtes : ils sont comme les taureaux que l' on pousse au combat : pas vaincus aujourd' hui, jamais tués. [Veyrières 1913 #2968]
Les honnêtes gens sont comme les taureaux que l' on pousse dans le combat: ils ne sont pas vaincus aujourd' hui, et ils ne sont jamais tués. [Houlder 1895]

Ohabolana Toko folaka, vilany mitsikilana ; izay tsy mety aremina. [Samson 1965 #T81]

Ohabolana Tsipika atim-patana, folaka an-davenona, zanaky ny mpitono ka ngerom--bava. [Rinara 1974 #4456]

Ohabolana Tsy toro vato nandiavana, na maty Vazaha nandrafitra. [Veyrières 1913 #3375, Cousins 1871 #3588]
Tsy toro vato nandiavana, tsy folaka andry niankinana. [Veyrières 1913 #3376]
Dikanteny frantsay La pierre sur laquelle j' ai posé le pied n' est pas brisée ; il n' est pas mort l' architecte européen qui a bâti l' édifice,. [Veyrières 1913 #3375]
La pierre sur laquelle j' ai posé le pied n' est pas brisée, la colonne sur laquelle je m' appuyais n' est pas cassée. [Veyrières 1913 #3376]
Fanazavana frantsay Ce proverbe était dit par l'homme dont les protecteurs étaient encore vivants ou par celui qui avait encore des témoins pour son procès. [Veyrières 1913 #3376]
Je n' ai pas perdu mes protecteurs ou les témoins qui garantissent ma parole. [Veyrières 1913]

Ohabolana Vero notaingenam-pody : tsy folaka fa milefitra. [Rinara 1974 #4934]

Ohabolana Volom-bodin' akoho folaka : ny vava no manitsy. [Veyrières 1913 #4849, Cousins 1871 #3728]
Volom-bodin' akoholahy folaka, ka ny vava no enti-manitsy azy. [Rinara 1974 #5020]
Dikanteny frantsay Plumes cassées de la queue d' une poule : c' est la bouche qui les redresse. [Veyrières 1913 #4849]
Fanazavana frantsay Les bonnes paroles arrangent les choses. [Veyrières 1913 #4849]

Fizahan-teny