Fizahan-teny

Ohabolana : kofehy

Ohabolana Fanjaitry ny tany, kofehy mando mitam-panjakana. [Veyrières 1913 #417]
Kofehy mando mitam-panjakana. [Veyrières 1913 #640]
Dikanteny frantsay Les chefs sont comme la corde mouillée qui ne casse pas et tient le royaume. [Veyrières 1913 #640]
Mes soldats sont l' aiguille qui a cousu le pays, la corde mouillée qui lie le royaume. [Veyrières 1913 #417]
Fanazavana frantsay Comparaisons employées par le roi Andrianampoinimerina. [Veyrières 1913 #417]

Ohabolana Kofehy momba ny maty. [Veyrières 1913 #2860]
Dikanteny frantsay Lien qui suit le mort. [Veyrières 1913 #2860]
Fanazavana frantsay On appelait ainsi l' argent donné aux parents du défunt. [Veyrières 1913 #2860]

Ohabolana Lavitra ny kitay ny kofehy. [Veyrières 1913 #3258]
Dikanteny frantsay C' est comme un paquet éloigné de la corde qui doit l' attacher. [Veyrières 1913 #3258]
Fanazavana frantsay Se disait des choses ou affaires impossibles ; autre sens : la question est encore loin d'être tranchée. [Veyrières 1913 #3258]

Ohabolana Mpialin-drafia nahazo mpangalatra : vonona raha hamatorana. [Samson 1965 #M141]
Mpialin-drafia nahazo mpangalatra: voñona hafatotra hamatorana. [Houlder 1895]
Mpivaro-drofia nahazo mpangalatra, ka vonona ny tady hamatorana. [Rinara 1974 #2637]
Mpivaro-drofia nahazo mpangalatra : vonona ny kofehy hamatorana. [Veyrières 1913 #4307, Cousins 1871 #1998]
Fanazavana malagasy Mpaka rofia nahazo mpangalatra: vonona ny kofehy hamatorana. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Quand un marchand de raphia arrête un voleur, il a le lien tout prêt pour le garrotter. [Veyrières 1913 #4307]

Ohabolana Nahoana no haka rindra ka hitondra kofehy ? [Veyrières 1913 #2095, Cousins 1871 #2042]
Dikanteny frantsay Pourquoi se munir de liens lorsqu' on va chercher des écorces de joncs ? [Veyrières 1913 #2095]
Fanazavana frantsay C' est inutile puisque les joncs servent de liens. [Veyrières 1913 #2095]

Ohabolana Ny kofehy no naman' ny fanjaitra. [Veyrières 1913 #786]
Dikanteny frantsay Le fil va avec l' aiguille. [Veyrières 1913 #786]
Fanazavana frantsay L' inférieur suit son chef ; ce proverbe se disait de tous ceux qui obéissent : femmes, enfants, subordonnés ; il faut que les petits s' entendent avec les grands pour que tout aille bien. [Veyrières 1913 #786]

Ohabolana Ny mpifehy tsy dia kofehy. [Veyrières 1913 #666, Rinara 1974 #3162, Cousins 1871 #2358]
Dikanteny frantsay Celui qui attache n' est pas la corde. [Veyrières 1913 #666]
Fanazavana frantsay Le chef ne doit pas tout faire. [Veyrières 1913 #666]

Ohabolana Tari-baton-kibobo : ny anjombona dia betsaka fa ny handray kofehy no tsy misy. [Rinara 1974 #4106]
Tari-baton-kibobo: ny anjombona dia betsaka, fa ny handray kofehy tsy misy. [Cousins 1871 #3044]

Ohabolana Tsy kofehy no nafehy trano, fa zaza no miandry trano, ka ny miditra hitany, ary ny mivoaka hitany. [Veyrières 1913 #1007, Cousins 1871 #3359]
Tsy kofehy no nafehy trano, fa zaza no miandry trano, ka ny miditra hitany, ny mivoaka hitany. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ce n' est pas une corde qui sert à fermer la maison, mais c' est un enfant qui garde la case : ce qui entre il le voit, ce qui sort il le voit. [Veyrières 1913 #1007]
Fanazavana frantsay C'était me grande pensée malgache que l' enfant consolidait le foyer et rendait plus stable l'union des parents ; on employait aussi ce proverbe pour dire qu'on savait tout ce qui s' était passé. [Veyrières 1913]

Fizahan-teny