Fizahan-teny

Ohabolana : ohatra

Ohabolana Afa-nenina, ohatra ny manam-bady momba manala ratsiaina. [Cousins 1871]
Afa-nenina ohatry ny manambady momba manala ratsiaina. [Rinara 1974]

Ohabolana Aingaingain--kazera, ohatra ny famono vato. [Cousins 1871]
Aingaingain--kazera sahala amin' ny famono vato. [Rinara 1974]

Ohabolana Akaiky fanafody ohatry ny mihiaka ambony lakana. [Rinara 1974]

Ohabolana Akaiky mahatahotra, lavitra mahamanina, ohatry ny kotrok' orana. [Rinara 1974]
Akaiky mahatahotra, lavitra mahamanina, toy ny orana. [Houlder 1895 #905, Veyrières 1913 #3092]
Dikanteny frantsay Faire peur de près et faire soupirer de loin, comme la pluie. [Veyrières 1913 #3092]
Qui effraye de près et fait soupirer de loin, comme la pluie. [Houlder 1895 #905]

Ohabolana Akaiky tsy azo ohatry ny kiho. [Rinara 1974]

Ohabolana Akanjon-goaika, ka enti-maty hoatry ny tarehy. [Veyrières 1913 #5247]
Dikanteny frantsay Collier blanc des corbeaux : ils l' emportent avec leur tête en mourant. [Veyrières 1913 #5247]
Fanazavana frantsay Se disait des choses qui durent, par exemple d' une amitié fidèle. [Veyrières 1913 #5247]

Ohabolana Akaro, aidino, ohatra ny ondrin' ilay sarotra. [Houlder 1895, Rinara 1974]
Akaro, aidino : toy ny andry ondrin’ ilay sarotra. [Cousins 1871 #37, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Faire monter et faire descendre sans cesse, comme fait un berger gourmand avec ses moutons. [Houlder 1895]
Faites monter, faites descendre : c' est comme le gourmand soupçonneux qui garde ses moutons. [Veyrières 1913 #743]
Fanazavana frantsay Boutade dite par les inférieurs contre les chefs qui, suivant leurs intérêts, donnent des ordres et des contre-ordres. Le proverbe est emprunté à une légende : un gourmand, craignant que sa femme ne mangeât seule les bons morceaux pendant qu'il était aux champs à garder ses moutons, trouva quelque prétexte de les ramener avant l' heure à la maison, afin de surprendre sa femme ; mais il ne vit rien et repartit pour les champs avec ses moutons ; il fit à plusieurs reprises ce manège dans la journée. [Veyrières 1913 #743]
Il monte avec eux au village - voir si le repas est prêt - puis les fait redescendre aux champs. [Houlder 1895]

Ohabolana Akoholahy tsy maneno toy izay lasan-kary. [Veyrières 1913 #744, Houlder 1895]
Akoho tsy naneno ohatra izay lanin' ny kary. [Rajemisa 1985 #45]
Akoho tsy naneno ohatr' izay lasan' ny kary. [Rajemisa 1985 #45]
Akoho tsy naneno toy izay, afoizo fa lasan' ny kary. [Rinara 1974]
Raha akoholahy tsy naneno toy izay, afoizo fa lasan' ny kary. [Rinara 1974 #3545]
Fanazavana malagasy Enti-milaza famoizan-zavatra nandrasan-tsy tonga. [Rajemisa 1985 #45]
Tsy misy porofon' ny fahaverezana mihoatra noho ny tsy fahitana ilay zavatra na ny tsy fandrenesana ny feony. [Rajemisa 1985 #534]
Dikanteny frantsay Si le coq n' a pas encore chanté (le matin), c' est qu' il a été pris par un chat sauvage. [Houlder 1895]
Si le coq ne chante pas, c'est qu' il a été pris par un chat sauvage. [Veyrières 1913 #744]

Ohabolana Akoho tokana anaka: avy sasaka vao halan-tompo. [Cousins 1871 #51]
Akoho tokana anaka: avy sasaka vao mamono an-toka. [Cousins 1871 #52]
Akoho tokana anaka : avo sasaka vao halan-tompo. [Veyrières 1913 #3228]
Akoho tokana anaka : avo sasaka vao mamono antoka. [Veyrières 1913 #3229]
Akoho tokan' anaka : avo sasaka vao halan' ny tompony. [Rinara 1974]
Akoho tokan' anaka : tonga roa vao mamono antoka. [Rinara 1974]
Avo sasaka hoatry ny akoho tokana anaka. [Veyrières 1913 #3238]
Avo sasaka ohatra ny akoho tokana anaka. [Rajemisa 1985 #868]
Dikanteny frantsay Poule qui a un poussin : c' est lorsqu' elle a produit son équivalent que son maître la prend en aversion. [Veyrières 1913 #3228]
Poule qui n' a qu' un poussin : c' est lorsqu' elle produit son équivalent qu' elle fait perdre son propriétaire. [Veyrières 1913 #3229]
Produire son équivalent comme la poule qui n' a qu' un poussin. [Veyrières 1913 #3238]
Fanazavana frantsay Parce qu' il s' attendait à mieux ; le sens est : déçu dans son attente. [Veyrières 1913 #3229]

Ohabolana Akohovavy maneno, ka lazain' ny avoaky ny vavany. [Houlder 1895 #834]
Akohovavy maneno, ka lozain' ny vavany. [Veyrières 1913]
Akohovavy maneno ka lozain' ny vavany ihany. [Rinara 1974]
Akohovavy maneno, lozain' ny navoaky ny vavany. [Veyrières 1913 #1750]
Lozain' ny feony ohatra ny akohovavy maneno. [Rinara 1974]
Lozain' ny vavany ohatra ny akohovavy maneno. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Poule qui usurpe le chant du coq : ce chant lui porte malheur. [Veyrières 1913 #1750]
Une poule qui chante montre ce quelle est par son chant. [Houlder 1895 #834]
Fanazavana frantsay Se disait des femmes qui usurpaient les droits des hommes et se faisaient moquer d' elles. [Veyrières 1913 #1750]

Ohabolana Amalona tsy azo, ohatra ny fe; bonga tsy hita, ohatra ny loza. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Une anguille que l' on n' a pas prise est grosse comme la cuisse; un monticule que l' on n' a pas vu est colossal. [Houlder 1895 #460]

Ohabolana Amalon-tsy azo, ohatra ny fe. [Rinara 1974 #151]

Ohabolana Anaovany tsindry lany, ohatra an-dRafotsibe mirako-tsihy. [Rinara 1974 #205, Cousins 1871, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Il entasse contre lui les arguments sans fin, et sans lui donner le temps de la réplique : c' est comme la vieille qui se couche sur la moitié de la natte et se couvre de l' autre moitié. [Veyrières 1913 #3540]

Ohabolana Anarana ihany ohatra ny tsimbolavola. [Rinara 1974 #208]

Ohabolana Anarany ihany hoatry ny fatambary fahavaratra. [Veyrières 1913 #1607]
Anarany ihany, ohatra ny fatambary fahavaratra. [Cousins 1871]
Anarany ihany sahala amin' ny fantambary fararano. [Rinara 1974 #210]
Dikanteny frantsay Il n' y a que le nom, comme la mesure du riz en été. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des choses ou des gens qui devenaient inutiles, comme la mesure de riz quand il n' y a plus de riz. [Veyrières 1913 #1607]

Ohabolana Andrasan' amboa ohatra ny varavaran' ny mpitrosa. [Rinara 1974 #216]
Andrasan' amboa varavaranany mpitrosa. [Cousins 1871 #200, Nicol 1935 #356]
Ny trosa no iandrasan' amboa varavarana. [Rinara 1974 #3331]
Dikanteny frantsay Des chiens veillent à la porte des débiteurs. [Veyrières 1913 #4425]
La porte du débiteur est toujours gardée par un chien féroce. [Nicol 1935 #356]
Fanazavana frantsay C'est le jour qu'il faut frapper à la porte des débiteurs, car la nuit les chiens montent la garde. [Veyrières 1913 #4425]

Ohabolana An-goboka hoatry ny mivaro-boanantsindrana. [Veyrières 1913 #4363]
An-goboka hoatry ny voanantsindrana. [Veyrières 1913 #4364]
An-goboka ihany, tahaka ny varo-boanatsindrana. [Rinara 1974 #262]
An-goboka, ohatra ny mivaro-boanatsindrana. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Cacher son vol comme la plante voanantsindrana cache ses fruits. [Veyrières 1913 #4364]
Rusé comme le marchand de fruits de voanantsindrana. [Veyrières 1913 #4363]

Ohabolana Ankizy toa misy ambiny, lehibe toa tsy ampy kely, ohatra ny antitra nahazo bodokely. [Rinara 1974 #285]

Ohabolana An-ohatra ihany, ohatra ny afovato hazo. [Cousins 1871]

Ohabolana Anti-poana hoatry ny amboan' Avaradrano. [Veyrières 1913 #1801]
Dikanteny frantsay Vieillards qui ne sont plus bons à rien, sont comme les vieux chiens des gens à Avaradrano qui ne prennent des ans que le poids et la décrépitude. [Veyrières 1913 #1801]

Ohabolana Antomo-dava lalana, toy ny fandroana. [Veyrières 1913 #188, Cousins 1871 #251]
Antomo-dava ohatra ny fandroana. [Rinara 1974 #298]
Antomo-dava toy ny fandroana. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Chose qui revient souvent et périodiquement comme la fête du Bain du souverain. [Veyrières 1913 #188]
Qui parait imminent, mais se fait longtemps attendre comme le Fandroana. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Cette fête était le premier jour de l' an malgache et la fête nationale. [Veyrières 1913 #188]
On parle souvent de cette fête, on s' en réjouit à l' avance, et ainsi elle paraît toujours rapprochée. [Houlder 1895]

Ohabolana Antomotra hoatry ny oron-tsaka. [Veyrières 1913 #2686]
Dikanteny frantsay C' est proche et sur le point d' arriver : c' est comme le nez du chat. [Veyrières 1913 #2686]

Ohabolana Antoraka indroa, toy ny mpinona tanan-doza. [Cousins 1871 #324]
Atoraka indroa ohatra ny mpinona an-tanan-doza. [Houlder 1895, Rinara 1974]
Atoraka indroa toy ny mpinona tanan-doza. [Veyrières 1913 #2585]
Dikanteny frantsay Deux frois frappé, comme celui qui a bu le tanguin et ne peut pas rejeter les peaux du poulet. [Veyrières 1913 #2585]
Être doublement frappé, comme un accusé qui boit le tanguin et qu' un autre malheur attend. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Allusion à l' épreuve par le poison tanguin ; ceux qui ne rendaient pas les peaux étaient censés coupables. [Veyrières 1913 #2585]
Ses biens seront confisqués, ou il sera enseveli comme un malfaiteur. [Houlder 1895]

Ohabolana Antsontsany hoatry ny fihinanana fadin-kena : hanina mafana, mandoro ; hanina mangatsiaka, miraikitra amin' ny lanilany. [Veyrières 1913 #5644]
Antsontsany ohatra ny fihinana fadin-kena : hanina mafana, mandoro; hanina mangatsiaka, miraikitra amy ny lanilany. [Cousins 1871]
Antsontsany ohatra ny fihinanana fadin-kena : hanina mahamay mandoro, hanina mangatsiaka, miraikitra an-danilany. [Rinara 1974 #292]
Dikanteny frantsay Chercher difficultés et querelles comme l' intérieur de boeuf, quand on le mange : chaud, il brûle ; froid, il s' attache au palais. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Il faut en tout un juste milieu ; ce proverbe se disait des gens trop hésitants. [Veyrières 1913 #1198]
Se disait des personnes difficiles de caractère. [Veyrières 1913 #5644]

Ohabolana Aoka hifanatrehana ohatra ny loa-bary an-dasy. [Rinara 1974 #326]
Aoka hifanatrehantsika, tahaka ny loa-bary an-dasy. [Cousins 1871 #277]
Aoka hifanatrehantsika tahaky ny loa-bary an-dasy. [Veyrières 1913 #3190]
Dikanteny frantsay Que ce soit réglé en présence de nous tous, comme se fait dans un camp la distribution du riz extrait de la marmite. [Veyrières 1913 #3190]
Fanazavana frantsay Le sens est que le partage doit être public. [Veyrières 1913 #3190]

Ohabolana Asa vadi-drano, ka tsy vita tsy ifanakonana. [Veyrières 1913]
Asa vadi-drano: tsy vita raha tsy ifanakonana. [Rajemisa 1985]
Asa vadi-drano: tsy vita tsy ifanakonana. [Houlder 1895 #236, Cousins 1871 #287, Rajemisa 1985]
Asa zama, ka tsy vita tsy ifanakonana. [Veyrières 1913]
Ny raharaha hoatry ny miasa zama : raha tsy ifanokonana, tsy vita. [Veyrières 1913 #3289]
Fanazavana malagasy Tsy vita ny raharaha sarotra raha tsy iaraha-manao. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Durs travaux des rizières et défrichements : cela ne se fait point, sans que l' on s' aide les uns les autres. [Veyrières 1913 #5164]
Les affaires, c'est comme le gros travail des rizières et le défrichement : cela ne se fait point sans entente et secours mutuel. [Veyrières 1913 #3289]
Le travail des rizières ne peut se faire que si on s' y met plusieurs ensemble (d' habitude trois hommes). [Houlder 1895 #236]
Le travail des rizières n' est mené à bien que par l' entraide. [Urfer: Péril]
Travail des rizières : n’est réalisable que par la coordination des efforts. [Nicol 1935 #431]
Fanazavana frantsay Ces travaux se faisaient en commun. [Veyrières 1913 #3289]
Les grandes affaires, pour arriver à bonne fin, exigent l' entente et le secours mutuel. [Veyrières 1913 #5164]
L' union fait la force. [Houlder 1895]

Ohabolana Ataovy mitombo hoatry ny tohatr' omby fahavaratra, fa aza atao mihena hoatry ny trafon' omby ririnina. [Veyrières 1913 #2171]
Ataovy mitombo ohatra ny tohatr’ omby fahavaratra, fa aza atao mihena ohatra ny trafon’ omby ririnina. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Faites prospérer vos biens comme les mamelles des vaches qui se gonflent en été ; ne les laissez pas décroître comme la bosse du boeuf qui se ratatine en hiver. [Veyrières 1913]

Ohabolana Atero ka alao ohatra ny nampisambotra ny mpanana. [Rinara 1974 #343]
Atero koa alao, hoatry ny mampisambotra ny mpanana. [Veyrières 1913 #4426]
Atero koa alao, ohatra ny mampisambotra ny mpanana. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Apportez et emportez, c' est comme celui qui prête de l' argent à un riche. [Veyrières 1913 #4426]

Ohabolana Avoavo fiteny ohatra ny vinanto mpanan-karena. [Rinara 1974 #355]

Ohabolana Aza adala lava ohatra ny valalanamboa : mandrak' antitra ka mitsipika ihany. [Rinara 1974 #362]
Aza adala lava toa valalan' amboa : mandrak' antitra mitsambikimbikina ihany. [Veyrières 1913 #2062, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas toujours sot, comme les sauterelles de chiens qui ne font que sautiller jusqu' à la vieillesse. [Veyrières 1913 #2062]
Fanazavana frantsay Se disait des lourdauds. [Veyrières 1913 #2062]

Ohabolana Aza arian-davitra ohatra ny vilanibe nanatoana. [Rajemisa 1985]
Tsy azo arian-davitra hoatry ny vilanibe nanatoana. [Veyrières 1913 #5481]
Fanazavana malagasy Enti-miangavy tsy hanary ny olona nahitana soa na dia efa antitra sy tsy ilaina intsony ara izy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Qu' il ne faut pas rejeter au loin, comme on rejette la grande marmite qui a servi à la teinture. [Veyrières 1913 #5481]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas oublier les bienfaiteurs. [Veyrières 1913 #5481]

Ohabolana Aza atao aretin' alika, ka vitan-delaka ihany. [Rinara 1974 #377]
Aza atao hoatry ny aretin' alika, ka vitan-delaka ihany. [Veyrières 1913 #5073]
Aza atao ohatra ny aretin’ alika, ka vitan-delaka ihany. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme le chien malade qui se contente de lécher la partie malade. [Veyrières 1913 #5073]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas se contenter de bonnes paroles pour assister un ami dans le malheur. [Veyrières 1913 #5073]

Ohabolana Aza atao hala maina, hoatry ny vorondolo : tsy hohanin-kena, tsy hosotroin-dro, fa vonoim-poana. [Veyrières 1913 #5645]
Aza atao hala maina ohatra ny vorondolo: tsy ho hanin-kena, tsy hosotroin-dro, fa vonoim-poana. [Houlder 1895]
Aza atao hala maina toa vorondolo : tsy ho hanina, tsy halain-dro fa vonoim-poana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ne haïssez pas sans motif comme on hait le hibou ; on ne le mange pas, on n' en fait pas de bouillon, mais on le tue pour rien. [Veyrières 1913 #5645]
Ne haïssez pas sans raison comme on hait le hibou; on ne le mange pas, on n' en fait pas du bouillon, mais on le tue pour rien. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza atao hoatry ny kifafa : mipepipepy marain-tsy hariva, ka tsy hita izay rariny hiainana. [Veyrières 1913 #753]
Aza atao ohatra ny kifafa: mipepipepy marain-tay hariva, ka tsy mahita izay rariny hiainana. [Cousins 1871]
Aza atao toy ny kifafa : mipepipepy marain-tsy hariva, nefa tsy mahita izay rariny iainana ihany. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ne le traitez pas comme le balai : du matin au soir, il va à droite et à gauche, toujours occupé, sans jamais recevoir un témoignage de satisfaction, sans pouvoir jamais se reposer. [Veyrières 1913 #753]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas accabler de travail les petits sans les encourager. [Veyrières 1913 #753]

Ohabolana Aza atao mitsoaka an-tonony ohatra ny tohi-rofian' ankizy. [Houlder 1895]
Aza atao mitsoaka an-tonony toy ny tohy rofian' ankizy. [Rinara 1974 #412]
Dikanteny frantsay Ne faites pas des nœuds qui se dénouent, comme ceux que font les enfants avec le raphia pour le rajouter. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza atao vaky loha manompo ohatry ny fantaka. [Rinara 1974 #423]
Aza atao vaky loha manompo toy ny fantaka aho. [Cousins 1871 #370]

Ohabolana Aza dia manao fanohatra amalona : raha tsy azo, ohatra ny fe ; raha azo, ohatra ny sandry. [Cousins 1871]
Aza dia manao fanohatra amalona : raha tsy azo ohatry ny fe, raha azo ohatry ny sandry. [Rinara 1974 #440]

Ohabolana Aza dia miolika hoatry ny tsinain' ondry ; fa aoka mba ho tsotra hoatry ny tsinaim--balala. [Veyrières 1913 #4974]
Aza dia miolika loatra ohatry ny tsinain' ondry, fa ataovy tsotra toy ny tsinaim--balala. [Rinara 1974 #442]
Aza dia miolika ohatra ny tsinain’ ondry ; fa aoka mba ho tsotra ohatra ny tsinaim--balala. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas sinueux comme les boyaux du mouton mais simple comme les intestins de la sauterelle. [Veyrières 1913 #4974]

Ohabolana Aza faly am-panaovan-dratsy, hoatry ny mpamosavy. [Veyrières 1913 #5646]
Aza faly am-panaovan-dratsy ohatra ny mpamosavy. [Houlder 1895]
Aza faly am-panaovan-dratsy toa mpamosavy. [Rinara 1974 #448]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas content de faire le mal, comme un sorcier. [Veyrières 1913 #5646]
Ne soyez pas heureux de faire le mal comme un sorcier. [Houlder 1895 #45]

Ohabolana Aza homa-maina, toy ny tsofaben' Andohalo. [Houlder 1895 #590]
Homa-maina toy ny tsofaben' Andohalo. [Rinara 1974 #1369, Cousins 1871 #1095]
Mitsofa maina hoatry ny tsofaben' Andohalo. [Veyrières 1913 #5456]
Mitsofa maina ohatra ny tsofaben' Andohalo. [Abinal 1888, Rajemisa 1985]
Tsy mety raha homa-maina, toy ny tsofaben’ Ambodinandohalo. [Cousins 1871 #3416]
Tsy mety raha homa-maina toy ny tsofaben' Andohalo. [Rinara 1974 #4591]
Fanazavana malagasy Mihinana ny tsy nisasarana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Manger ce qui n' a rien coûté comme la grande scie d' Andohalo. [Veyrières 1913 #5456, Abinal 1888]
Ne travaillez pas pour rien comme la grande scie d' Andohalo. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Andohalo est le nom d' une des places de Tananarive où travaillaient autrefois des scieurs de long. [Houlder 1895]
Il s' agit de la scie construite par Laborde. Ce proverbe se disait des enfants prodigues dissipant les biens de leurs parents. [Veyrières 1913 #5456]

Ohabolana Aza madio fitafiana fa mitsindroka am--pihinanana toa vorompotsy. [Rinara 1974 #461]
Aza madio fitafiana, ka mitsindroka am--pihinanana ohatra ny vorompotsy. [Houlder 1895]
Madio fitafiana hoatry ny vorompotsy, kanefa mitsindroka am--pihinanana. [Veyrières 1913 #4510]
Madio fitafiana ohatra ny vorompotsy, kanefa mitsindroka am--pihinanana. [Cousins 1871]
Madio fitafiana toa vorompotsy, nefa mitsindroka am--pihinanana. [Rinara 1974 #1825]
Dikanteny frantsay Avoir une belle robe comme l' oiseau blanc vorompotsy et cependant ramasser des parcelles avec la main. [Veyrières 1913]
N' ayez pas de beaux habits tout en ramassant votre nourriture à terre, comme l' oiseau blanc (fausse aigrette). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des gens mal élevés. [Veyrières 1913]

Ohabolana Aza maka imason' ny tompony ohatra ny voromahery. [Houlder 1895]
Aza maka imason' ny tompony toy ny voromahery. [Rinara 1974 #37]
Dikanteny frantsay N' enlevez pas (quelque chose) devant les yeux de son propriétaire, comme le fait un épervier. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza mamokehana ohatra ny mampirafy kely vary. [Rinara 1974 #474]
Aza mamokehana toy ny mampirafy kely vary. [Veyrières 1913 #1419]
Aza mamokehana, toy ny mpampirafy kely vary. [Cousins 1871 #400]
Dikanteny frantsay Ne vous mettez pas dans la gêne, comme le polygame qui a peu de riz pour nourrir ses femmes. [Veyrières 1913 #1419]
Fanazavana frantsay Paroles de moquerie dites à ceux qui étaient les propres auteurs de leurs infortunes. [Veyrières 1913 #1419]

Ohabolana Aza mamorovoro tena ohatra ny tadio. [Rinara 1974 #475]
Aza mamorovoro tena toy ny tadio. [Houlder 1895 #1158, Cousins 1871 #401]
Dikanteny frantsay Ne vous embrouillez pas (ou: ne vous mettez pas en désordre) vous-même comme un tourbillon. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza manaiki--dany roa, toa dinta. [Houlder 1895 #355, Rinara 1974 #480, Cousins 1871 #406]
Homan--dany roa toa dinta. [Rinara 1974 #1373]
Manaiki--dany roa hoatry ny dinta. [Veyrières 1913 #719]
Manaiki--dany roa ohatra ny dinta. [Rinara 1974]
Tsy mety raha manaiki--dany roa ohatra ny dinta. [Rinara 1974]
Tsy mety raha manaiki-dany roa, toa dinta. [Cousins 1871 #3428]
Dikanteny frantsay L'exacteur est comme la sangsue : il mord de deux côtés. [Veyrières 1913 #719]
Ne mordez pas des deux côtés à la fois comme une sangsue. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay L' expression s'employait pour dire toute attaque impossible à repousser. [Veyrières 1913 #719]

Ohabolana Aza manakora tena ohatra ny vary ho ritra. [Rinara 1974 #483, Cousins 1871]
Manakora tena hoatry ny vary ho ritra. [Veyrières 1913 #3022]
Dikanteny frantsay Ne huez pas votre propre personne comme le riz dans la marmite au moment où l' eau va être évaporée. [Veyrières 1913 #3022]
Fanazavana frantsay Allusion au bruit que fait le riz dans la marmite. [Veyrières 1913 #3022]

Ohabolana Aza manamavo tena ohatra ny akoho mikotrika ambany farafara. [Rinara 1974 #484]
Aza manamavo tena toy ny akoho mikotrika ambany farafara. [Veyrières 1913 #2992, Cousins 1871 #409]
Dikanteny frantsay Ne vous abaissez pas vous-même en vous dégradant, comme la poule qui va couver sous le lit. [Veyrières 1913 #2992]

Ohabolana Aza manao hata-dava ohatra ny saka. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ne faites pas des demandes importunes et continuelles, comme un chat. [Houlder 1895 #653]

Ohabolana Aza manao hoatry ny mpitondra tsitialainga mitondra vola ratsy, ka izy hanidy indray no hamaha. [Veyrières 1913 #623]
Aza manao ohatra ny mpitondra tsitialainga mitondra vola ratsy, ka izy hanidy indray no hamaha. [Cousins 1871]
Aza manao ohatra ny tsitialainga mitondra vola ratsy, ka izy hanidy indray no mamaha. [Rinara 1974 #549]
Tsitialainga mitondra vola ratsy, ka ny hanidy indray no voahidy. [Rinara 1974 #4462]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme le messager royal, porteur de la lance d' argent appelée : celle qui n' aime pas le mensonge. [Veyrières 1913 #623]

Ohabolana Aza manao hoe : efa ho lava ny afon' Antongona. [Rinara 1974 #515]
Aza manao hoe : ho lava ny afon' Antongona. [Veyrières 1913 #6493, Cousins 1871 #463]
Efa ho lava ny afon' Antongona. [Ravelojaona 1937]
Efa ho lava ohatra ny afon' Antongona. [Rinara 1974 #1021]
Ho lava ny afo any Antongona, ka tsy hitan’ Andrianjafy hitairana. [Cousins 1871 #1084, Veyrières 1913]
Ho lava ny afon' Antongona ka tsy hitan' Andrianjafy hitairana. [Rinara 1974 #1368]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny antso vonjy, na hataka, miverimberina matetika, ka tsy mahataitra, na mampangoraka intsony. [Ravelojaona 1937]
Dikanteny frantsay Les signaux de feu sur la montagne Antongona seront continuels, aussi Andrianjafy ne trouve pas qu'il faille s'en émouvoir et faire alerte. [Veyrières 1913 #6499]
Ne dites pas : les signaux de feu donnés sur la montagne Antongona seront continuels. [Veyrières 1913 #6493]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui ne tiennent pas compte d'un avertissement parce qu' il est habituel. [Veyrières 1913 #6499]

Ohabolana Aza manao ohatra an' Ikotokely mandihy ambony zezika : faly foana mihaino ny fidobony, fa tsy mihevitra ny farasisa hanaikitra ny tongotra. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme Ikotokely dansant sur le fumier : tout content d' entendre ses pas, il ne pense pas au mal qui mordra ses pieds enflés par la maladie farasisa. [Veyrières 1913 #6215]
Fanazavana frantsay Le plaisir présent empêche de penser à ses suites funestes. [Veyrières 1913 #6215]

Ohabolana Aza manao rano manindao namana. [Houlder 1895 #294]
Nahoana no manao rano manindao namana ? [Veyrières 1913 #3128, Cousins 1871 #2050]
Nahoana no manindao namana ohatra ny rano ? [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme l' eau d' une rivière emportant sa pareille. [Houlder 1895 #294]
Pourquoi faites-vous comme la pluie qui emporte ses compagnes ? [Veyrières 1913 #3128]
Fanazavana frantsay On appelait ainsi la pluie qui arrive vers la fin de la saison sèche, parce quelle provoque une évaporation subite qui dessèche la terre et emporte toute humidité ; ce proverbe se disait des rapports avec les parents et amis. [Veyrières 1913 #3128]

Ohabolana Aza manao tanin' andron' andevolahy, ka ny kibo no atolotra andro. [Houlder 1895]
Aza manao tanin’ andron’ andevolahy: ny kibo no atanina andro. [Cousins 1871 #511]
Aza manao tanin' andron' andevolahy : ny kibo no atanin' andro. [Veyrières 1913 #553]
Aza manao tanin' andron' ankizilahy : ny kibo no atolotra andro. [Rinara 1974 #44]
Hoatry ny fitanin' andron' andevolahy, ka ny kibo kosa no vonjena atanin' andro. [Veyrières 1913 #553]
Tanin' andron' andevolahy : ny handrina, na ny kibo, no atolotra. [Veyrières 1913 #591]
Dikanteny frantsay Esclave qui se chauffe au soleil : il présente son front, ou son ventre, au soleil. [Veyrières 1913 #591]
Ne faites pas comme l'esclave qui se chauffe au soleil : il se chauffe le ventre, mais il n' a rien à manger. [Veyrières 1913 #553]
Ne vous chauffez pas au soleil à la façon d' un esclave, lequel expose son ventre à la chaleur. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il vaut mieux travailler et gagner sa nourriture que de se chauffer au soleil. [Veyrières 1913 #553]
Se disait de ceux qui se livraient complètement soit à leurs créanciers, soit aux juges et au gouvernement. [Veyrières 1913 #591]

Ohabolana Aza manaram-po ohatra ny kary an-efitra. [Houlder 1895]
Manaram-po hoatry ny kary an' efitra. [Veyrières 1913 #3027]
Manaram-po, ohatra ny kary an-efitra. [Cousins 1871]
Manaram-po tahaka ny kary an' efitra. [Rinara 1974 #2033]
Mihary zaka hoatry ny kary an' efitra. [Veyrières 1913 #3027]
Dikanteny frantsay Ne faites pas toutes vos volontés comme un chat sauvage dans le désert. [Houlder 1895]
Suivre son bon plaisir comme un chat sauvage en campagne. [Veyrières 1913 #3027]
Fanazavana frantsay Se disait des libertins. [Veyrières 1913 #3027]

Ohabolana Aza manaratsy tena ohatry ny omby hantsika. [Rinara 1974 #648]
Aza manaratsy tena toa omby hantsika. [Rajemisa 1985]
Manaratsy tena ohatra ny omby hantsika. [Rinara 1974]
Fanazavana malagasy Aoka tsy ny tena ihany no hilaza ratsy sy hanambany ny tena (toy ny omby izay bilaka miditra ny tandrony). [Rajemisa 1985]

Ohabolana Aza mandady miara-komana, hoatry ny mpiandry ratsy. [Veyrières 1913 #4469]
Aza mandady miara-komana, ohatra ny mpiandry ratsy. [Houlder 1895]
Mandady miara-komana toa mpiandry ratsy. [Rinara 1974 #2049]
Dikanteny frantsay Ne vous accroupissez pas pour manger ensemble comme une troupe de bandits. [Houlder 1895 #287]
Ne vous couchez pas à terre en mangeant, comme une troupe de voleurs. [Veyrières 1913 #4469]

Ohabolana Aza mandeha singany toy ny kiraron' Ibeminahy. [Houlder 1895]
Mandeha ila ohatra ny kiraron' i Beminahy. [Rajemisa 1985]
Mandeha singany hoatry ny kiraron' i Beminahy. [Veyrières 1913 #1650]
Mandeha singany ohatra ny kiraron' i Beminahy. [Ravelojaona 1937, Abinal 1888, Rinara 1974]
Tsy mety raha mandeha singany, ohatra ny kiraron' Ibeminahy. [Rinara 1974]
Tsy mety raha mandeha singany, toy ny kiraron’ Ibeminahy. [Cousins 1871 #3449]
Fanazavana malagasy Enti-milaza zavatra roa tokony hiaraka, nefa tsy tafaraka, fa ny iray ihany no ampiasaina na anaovana. [Rajemisa 1985]
Enti-milaza zavatra tsy feno, tsy tokony ho araka ny izy. [Rajemisa 1985]
Ilazana ny olona izay mampiaraka zavatra tsy misy iraisany na mandeha goana tsy mba manao izay fanaom-bahoaka. [Ravelojaona 1937]
Dikanteny frantsay Celui seul et n' a pas de compagnon, est comme le soulier que portait Beminahy à pied. [Veyrières 1913 #1650]
N' allez pas seul comme le soulier que portait Ibeminahy à un seul pied. [Houlder 1895]
Qui va seul, comme le soulier que portait Beminahy à un seul pied. [Abinal 1888]
Fanazavana frantsay Allusion au personnage d' une légende ; l'expression se disait des gens qui cordaient pas avec les autres. [Veyrières 1913 #1650]
Qui va sans compagnon, qui est dépareillé. [Abinal 1888]

Ohabolana Aza mandeha tsy voizina, toy ny lakana mivalan-drano. [Houlder 1895 #1205]
Mandeha tsy voizina hoatry ny lakan-jejo. [Veyrières 1913 #4047]
Mandeha tsy voizina toa lakan-fila. [Rajemisa 1985]
Mandeha tsy voizina toa lakan-jejo. [Rinara 1974 #2061]
Mandeha tsy voizina toy ny lakan-jejo. [Nicol 1935 #160]
Misosa tsy voizina hoatry ny lakan-jejo. [Veyrières 1913 #4047]
Tsy mety raha mandeha tsy voizina toa lakan-jejo, na manendry tena toy ny amboa hiantsena. [Rinara 1974 #4630]
Tsy mety raha mandeha tsy voizina, toy ny lakana mivalan-drano. [Cousins 1871 #3450]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona misosososo miditra na manao zavatra nefa tsy ampandrosoina na asaina manao ilay zavatra akory. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Filer avant même qu’on rame, comme une pirogue instable. [Nicol 1935 #160]
N' allez pas sans être envoyé (litt, sans qu' on vous fasse avancer en ramant), comme un canot allant à la dérive. [Houlder 1895]
S' introduire sans être invité et s' avancer de soi-même comme une pirogue légère qui s' en va sans qu' on rame. [Veyrières 1913 #4047]
Fanazavana frantsay N' agissez pas de votre propre chef. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza mandidy alohan' Andriamanitra. [Rinara 1974 #659]
Aza mandidy alohan' Andriamanitra toy ny mpanotrika akoho. [Houlder 1895 #30]
Mandidy alohan' Andriamanitra hoatry ny mpanotrika akoho : mbola tsy hita na ho foy na tsia, ka " kohokoholahy, kohokohovavy " . [Veyrières 1913 #36]
Mandidy alohan' Andriamanitra sahala amin' ny mpanotrika akoho. [Rinara 1974 #2066]
Mandidy alohan’ Andriamanitra, toy ny mpanotrika akoho. [Cousins 1871 #1586]
Dikanteny frantsay Commander avant Dieu, comme font ceux qui disent : venez poulets, venez poulettes, en faisant couver une poule, et ne savent même pas si l' oeuf éclora. [Veyrières 1913]
Ne décide pas avant Dieu comme celui qui met couver et qui compte ses poussins avant qu' ils soient éclos. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C. à d. il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. [Houlder 1895]
Kohokoho est un mot imitatif employé pour appeler les poules : ce proverbe se disait de ceux qui lancent de faux bruits, ou de ceux qui prétendent savoir ce qu' il n' appartient qu' à Dieu de savoir, comme font ceux qui pronostiquent que ce sera un coq ou une poule avant même de savoir si l' oeuf éclora. [Veyrières 1913]

Ohabolana Aza mandrava efa hoatry ny voalavo. [Veyrières 1913 #2350]
Mandrava efa ohatra ny voalavo. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Ilazanaireo olona manimbanimba ny zavatra tsara, manakorontana ny efa milamina. []
Dikanteny frantsay Ne soyez pas comme les rats qui déchirent et qui dégradent tout. [Veyrières 1913 #2350]
Fanazavana frantsay Se disait des dissipateurs gaspillant tout. [Veyrières 1913 #2350]

Ohabolana Aza mandrora olon-tsy maimbo, ka hatao mangidy be fofona, ohatra ny tongolo tapa--bilany. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ne crachez pas près des gens qui ne sentent pas mauvais, les traitant comme une marmite à moitié pleine d' ail à l' odeur forte. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza manely ny efa vory toy ny akoholahy ambony sompitra. [Rinara 1974 #673]
Aza manely vory hoatry ny akoholahy ambony sompitra. [Veyrières 1913 #2351]
Aza manely vory, ohatra ny akoholahy ambony sompitra. [Cousins 1871, Nicol 1935]
Manao akoholahy an-tsompitra manely vory. [Veyrières 1913 #2385]
Manely vory ohatra ny akoholahy ambony sompitra. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona faly mandanilany foana ny noharin' ny sasany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Faire comme le coq dans le grenier : il disperse ce qui était rassemblé. [Veyrières 1913 #2385]
N' éparpillez pas ce qui a été rassemblé, comme fait le coq dans la grande corbeille à riz. [Veyrières 1913 #2351]
Ne pas éparpiller son avoir comme le coq dans un grenier. [Nicol 1935 #215]
Fanazavana frantsay Se disait des dissipateurs et des gens désordonnés. [Veyrières 1913 #2385]

Ohabolana Aza manendry tena ohatra ny alika ho any an-tsena. [Houlder 1895]
Manendry tena tahaka ny alika ho any an-tsena. [Rinara 1974 #138]
Manendry tena toy ny amboa ho any an-tsena. [Veyrières 1913 #4244, Cousins 1871 #1607, Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Ne vous mettez pas toujours en avant (litt. ne vous désignez pas vous-même), comme un chien qui ne demande qu' à aller au marché, - où il sait qu' il trouvera quelque chose à ramasser. [Houlder 1895]
Se désigner soi-même comme le chien qui va au marché. [Veyrières 1913 #4244]
Se produire impudemment, comme un chien dans un marché. [Nicol 1935 #155]
Fanazavana frantsay Le chien va au marché pour voler. Le sens est : se trahir soi-même. [Veyrières 1913 #4244]

Ohabolana Aza mantsim-bao miray, hoatry ny rongony. [Veyrières 1913 #4344]
Aza mantsim-bao miray, ohatra ny rongony. [Houlder 1895]
Aza mantsim-bao miray toy ny rongony. [Rinara 1974 #700]
Dikanteny frantsay N' attendez pas de sentir mauvais avant de vous unir, comme le chanvre. [Houlder 1895]
N' attendez pas de sentir mauvais pour vous unir, comme le chanvre au rouissage. [Veyrières 1913 #4344]
Fanazavana frantsay Allusion au rouissage. [Houlder 1895]
Se disait des complices. [Veyrières 1913 #4344]

Ohabolana Aza mantsina voaray, ohatra ny kongona. [Cousins 1871]
Aza mantsina voaray toa kongona. [Rinara 1974 #700]

Ohabolana Aza miady hazava alohan’ ny masoandro, ohatra ny fitarik’ andro. [Cousins 1871]
Aza miady hazava alohan' ny masoandro tahaka ny fitarikandro. [Rinara 1974 #722]

Ohabolana Aza mialoha lelany ohatra ny angady. [Rinara 1974 #732]
Aza mialoha lelany, toy ny fangady. [Cousins 1871 #601, Nicol 1935 #197]
Dikanteny frantsay Ne marchez pas la langue la première, comme la bêche. [Nicol 1935 #197]

Ohabolana Aza mianteamboteambotra, toy ny vary kely an-daona. [Cousins 1871 #604]
Aza miantsambotsambotra ohatra ny vary kely an-daona. [Rinara 1974 #735]
Aza miantsambotsambotra toy ny vary kely an-daona. [Houlder 1895 #396, Veyrières 1913 #3556]
Miantsambotra toa vary kely an-daona. [Veyrières 1913 #722]
Miantsambotsambotra ohatra ny vary kely an-daona. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Miantsambotsambotra, toy ny vary kely an-daona. [Nicol 1935 #124]
Dikanteny frantsay Les petits sautent comme le riz lorsqu' il est en petite quantité dans le mortier : les grands sont le pilon qui les fait sauter. [Veyrières 1913 #722]
Ne sautillez pas comme un peu de riz au fond du mortier. [Houlder 1895]
Ne soyez pas agité et sautillant comme du riz en petite quantité lorsqu' on le pile dans le mortier. [Veyrières 1913 #3556]
Sautiller comme les grains pilés dans le mortier. [Nicol 1935 #124]
Fanazavana frantsay Dominez-vous, soyez maître de vous-même! [Houlder 1895]
Les petits sont exploités par les grands ; se disait aussi des paroles sautillantes et précipitées des gens trop émus. [Veyrières 1913 #722]
On disait ces paroles aux gens troublés et parlant avec précipitation. [Veyrières 1913 #3556]

Ohabolana Aza mietaketaka toy ny akoho kely vidin-drindra. [Houlder 1895 #837]
Aza mietaketaka toy ny akoholahy vidin-drindra. [Rinara 1974 #736]
Aza mietaketaka, toy ny akoho vidin-ketsa. [Cousins 1871 #654]
Mietaketaka ohatra ny akohokely vidin-drindra. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas arrogant comme un poulet qu' on vend pour quelques joncs. [Houlder 1895 #837]

Ohabolana Aza mifanaratsy an-toerana hoatry ny vavy antitra mitanina andro. [Veyrières 1913 #4861]
Mifanaratsy an-toerana ohatra an--dRafotsibe mitanin' andro. [Houlder 1895]
Mifanaratsy an-toerana, ohatra ny vavy antitra mitanin-andro. [Cousins 1871]
Rafotsibe mitanin' andro, ka mifanaratsy an-toerana ka rafitr' ady. [Veyrières 1913 #1909]
Dikanteny frantsay Des vieilles femmes se chauffant au soleil, elles médisent l' une de l' autre tout en étant ensemble. [Houlder 1895]
Ne vous dénigrez pas en face, comme les vieilles femmes qui se chauffent au soleil. [Veyrières 1913 #4861]
Vieilles qui se chauffent au soleil : elles médisent à qui mieux mieux, et les disputes vont leur train. [Veyrières 1913 #1909]
Fanazavana frantsay Être accroupi au soleil est l' occupation favorite des gens oisifs à Madagascar surtout des vieux et des malades. Et alors comme les bras ne font rien, la langue travaille souvent d' autant plus. [Houlder 1895]
Se disait des gens qui par leurs médisances ou leurs racontars mettent la division et sèment la dispute. [Veyrières 1913 #1909]

Ohabolana Aza mihebiheby maso hoatry ny hitsikitsika hangalatra akoho. [Veyrières 1913 #4283]
Dikanteny frantsay Ne regardez pas de tout côté comme l' oiseau hitsikitsika qui cherche à voler un poulet. [Veyrières 1913 #4283]

Ohabolana Aza mihinan-tena hoatry ny tany mietsaka. [Veyrières 1913 #2353]
Mihinan-tena, ohatra ny tany mietsaka. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne vous mangez pas vous-même comme la terre qui s' éboule d' elle-même. [Veyrières 1913 #2353]
Fanazavana frantsay Se disait des dissipateurs. [Veyrières 1913 #2353]

Ohabolana Aza miisa roa ohatra ny Tankady. [Rinara 1974 #776]
Aza miisa roa toy ny Tankady. [Veyrières 1913]
Aza misa roa toy ny Tankady. [Houlder 1895]
Miisa roa ohatra ny Tankady. [Rinara 1974]
Tsy mety raha miisa roa, ohatra ny Tankady, na sady ho ao atsimo no ho ao avaratra. [Rinara 1974]
Tsy mety raha miisa roa, toa Tankady. [Cousins 1871 #3466]
Dikanteny frantsay Ne vous faites pas compter deux fois comme les Tankady. [Veyrières 1913 #21, Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Afin d' avoir une part double, les Tankady avaient réputation de tricheurs. [Veyrières 1913 #21]
Pour avoir une part double. [Houlder 1895 #1517]

Ohabolana Aza mijokojoko mampiseho vombona. [Houlder 1895 #536]
Aza mijokojoko mampiseho vombona tahaka ny takatra. [Rinara 1974 #751]
Aza mijokojoko mampiseho vombona, tahaka ny takatra mijoko sahona. [Cousins 1871 #620]
Aza mijokojoko mampiseho vombo, tahaky ny takatra mijoko sahona. [Veyrières 1913 #4987]
Manjokojoko mampiseho vombona ohatra ny takatra mijaiko sahona. [Rinara 1974]
Manjokojoko miseho vombo, tahaka ny takatra mijaiko sahona. [Cousins 1871 #1624]
Manjokojoko miseho vombo tahaky ny takatra mijaiko sahona. [Veyrières 1913 #5007]
Dikanteny frantsay Ne courbez pas le cou en montrant votre crinière. [Houlder 1895 #536]
Ne marchez pas courbé tout en montrant la huppe, comme l' oiseau takatra guettant une grenouille. [Veyrières 1913 #4987]
S' avancer en se courbant, mais montrant cependant le toupet, comme l' oiseau takatra qui guette une grenouille. [Veyrières 1913 #5007]
Fanazavana frantsay Se disait des ruses qui se voient. [Veyrières 1913 #4987]
Une ruse qui se trahit à quelque indice. [Veyrières 1913 #5007]

Ohabolana Aza mikapa sakaiza hoatry ny andevolahy homan-tain-jiro. [Veyrières 1913 #546]
Aza mikapa sakaiza ohatra ny andevolahy homan-tain-jiro. [Houlder 1895]
Aza mikapa sakaiza, ohatra ny andevolahikely homan-tainjiro. [Cousins 1871]
Aza mikapa sakaiza ohatra ny ankizilahy homan-tain-jiro. [Rinara 1974 #771]
Dikanteny frantsay N' attaquez pas vos amis, comme l' esclave qui mange les restes de suif de la lumière qui sert à l' éclairer. [Veyrières 1913 #546]
Ne frappez pas votre ami comme un esclave qui mange les restes de suif de la lampe (qui servait à l' éclairer). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il fallait qu' il eût faim! [Houlder 1895]
Il ne faut pas être ingrat, ni tromper ses amis et prendre leurs biens par ruse. [Veyrières 1913 #546]

Ohabolana Aza miovoka ambony ohatra ny ranovolan' i Tsiodiana. [Rinara 1974 #783]
Aza miovoka ambony toy ny ranovolan' i Tsiodiana. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ne vous détachez pas trop tôt comme les restes de riz (de marmite) de Tsiodiana. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il s' agit des restes de riz restant attachés au fond ou autour de la marmite et qui servent à faire le "ranovola"; si on enlève cette croûte avant d' y jeter l' eau, le "ranovola" ne sera pas bon; c' est ce que fait Tsiodiana, dont le nom signifie "celui chez qui on ne retourne pas" . [Houlder 1895]

Ohabolana Aza mipelipelika ohatra ny amboakely len-drano. [Houlder 1895]
Mipelipelika ohatra ny amboa len-drano. [Rinara 1974]
Mipelipelika, toy ny amboa len-drano. [Cousins 1871 #1804]
Dikanteny frantsay Ne vous débattez pas tant comme un petit chien mouillé. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza mirotidrotika, ohatra ny adin’ Ambohipiara. [Cousins 1871]
Aza mirotidrotika ohatra ny hadin' Ambohipiara. [Rinara 1974 #787]

Ohabolana Aza misisika ho may hoatry ny fisoitr' afo. [Veyrières 1913 #6149]
Aza misisika ho may ohatra ny fisoitr' afo. [Houlder 1895]
Fisoitrafo ka may vao misisika. [Rinara 1974 #1170]
Tsy mety raha may misisika hoatry ny fisoitrafo. [Veyrières 1913 #6390]
Tsy mety raha may vao misisika toa fisoitrafo. [Rinara 1974 #4637]
Dikanteny frantsay Il ne convient pas de faire comme le tisonnier qui s' introduit toujours, bien qu' il soit brûlé. [Veyrières 1913 #6390]
Ne vous brûlez pas par force comme le tisonnier (de bois) qui pénètre dans le feu. [Houlder 1895]
Ne vous brûlez pas par force comme le tisonnier qui va dans le feu. [Veyrières 1913 #6149]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas insister sans discernement. [Veyrières 1913 #6390]

Ohabolana Aza misosososo tahaka ny vinanto kely tsy mahare fosa. [Rinara 1974 #781]
Aza misosososo, tahaka ny vinantokely tsy mandre fosa. [Cousins 1871 #642]
Hoatry ny vinanto kely tsy mandreny fosa. [Veyrières 1913]
Mijolonjolona hoatry ny vinanto kely tsy nahare fosa. [Veyrières 1913 #1453]
Mijolonjolona ohatra ny vinanto kely tsy mahare fosa. [Rajemisa 1985]
Misosososo, ohatra ny vinanto kely tsy mandreny fosa. [Cousins 1871]
Misosososo ohatra ny vinanto tsy mahare fosa. [Rajemisa 1985]
Misosososo tahaka ny vinanto kely tsy mandreny fosa. [Rinara 1974 #2419]
Misosososo tahaky ny vinanto tsy nahare fosa. [Veyrières 1913]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny olona tay mahimahina ny amin' izay olona hatonina fa aviavy erý mamboraka izay ao am-po. [Rajemisa 1985]
Enti-milaza olona misosososo miditra befahatany any amin' olona tsy mankasitraka azy akory. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay S' avancer hardiment comme la bru qui n' a pas entendu le mal que sa belle-mère dit sur son compte. [Veyrières 1913 #1454]
S'introduire avec hardiesse, comme la bru qui n' a pas entendu le mal que les beaux-parents disaient d' elle. [Veyrières 1913 #1453]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui s' introduisaient auprès des gens dont ils étaient mal vus. [Veyrières 1913 #1453]
Se disait de ceux qui vont chez des gens qu' ils croient leurs amis ; à peine sont-ils partis, on dit du mal d' eux. [Veyrières 1913 #1454]

Ohabolana Aza mitady ny tsy hita ohatra an' Andriampolo. [Rinara 1974 #787]
Aza mitady ny tsy hita tahaka an' Andriampolo. [Veyrières 1913 #6108, Cousins 1871 #648]
Dikanteny frantsay Ne cherchez pas ce qui n' existe pas ou ne se voit pas, comme Andriampolo. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Il cherchait, dit la légende, les cornes des mouches. Le sens est : faites attention à vos affaires et ne vous lancez pas dans l'inconnu. [Veyrières 1913]

Ohabolana Aza mitaitay ohatra ny fitia tsy haharitra. [Rinara 1974 #792]
Maimaika ohatra ny fitia tsy haharitra. [Rinara 1974]
Mitaitay ohatra ny fitia tsy haharitra. [Rinara 1974]

Ohabolana Aza mitangorona ohatra ny voangory ho ritra. [Rinara 1974 #793]
Aza mitangorona, toy ny voangory ho ritra. [Houlder 1895 #272, Veyrières 1913 #4669, Cousins 1871 #655]
Dikanteny frantsay Ne vous groupez pas à la façon des hannetons, lorsque l' eau qui les a fait cuire va s' évaporer. [Veyrières 1913 #4669]
Ne vous réunissez pas en masse comme les hannetons qui vont périr. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait surtout aux enfants groupés en attendant avidement le repas qu'on prépare. [Veyrières 1913 #4669]

Ohabolana Aza mitoe-poana ohatra ny vato: ny lehibe tsy miteny, ny kely tsy misy mpananatra. [Houlder 1895]
Aza mitoe-poana, toy ny vato: ny lehibe tsy miteny, ny kely tsy misy mpananatra. [Cousins 1871 #663]
Mitoe-poana toy ny vato : ny lehibe tsy miteny, ny kely tsy misy mpananatra. [Veyrières 1913 #650]
Dikanteny frantsay C' est comme la pierre qui reste immobile : les chefs ne reprennent pas leurs inférieurs, les subordonnés n' ont personne pour les réprimander. [Veyrières 1913 #650]
Ne soyez pas oisifs comme les pierres, les grands ne disant mot, les petits ne sachant que faire (litt. n' ayant pas de conseillers). [Houlder 1895 #686]

Ohabolana Aza mitsoitsoy, toy ny totozy kely len-drano. [Cousins 1871 #678]
Aza mitsoitsoy toy ny totozy len-drano. [Houlder 1895 #968]
Mitsoitsoy hoatry ny totozy len-drano. [Veyrières 1913 #1666]
Mitsoitsoy ohatra ny totozy len-drano. [Abinal 1888]
Dikanteny frantsay Il est trempé comme une souris complètement mouillée. [Abinal 1888]
Ne soyez pas tout penaud (ou tremblant) comme une souris trempée. [Houlder 1895]
Trempé comme une souris complètement mouillée. [Veyrières 1913 #1666]
Fanazavana frantsay Se disait des sens qui ont l' air malheureux. [Veyrières 1913 #1666]

Ohabolana Aza mivadibadika toy ny andro ririnina. [Veyrières 1913 #5329]
Mivadibadika ohatra ny andro ririnina. [Rajemisa 1985]
Mivadibadika tahaka ny andro ririnina. [Rinara 1974 #2511]
Mivadibadika toy ny andro ririnina. [Cousins 1871 #1911, Nicol 1935]
Fanazavana malagasy Ilazana toetra mora miovaova toy ny andro ririnina, izay mafana kely dia tonga mangatsiaka indray avy eo. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Ne changez pas souvent comme le jour en hiver. [Veyrières 1913 #5329]

Ohabolana Aza mivadibadika toy ny lela may. [Houlder 1895 #533, Veyrières 1913 #5330]
Mivadibadika ohatra ny lela may. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ne tournez pas à tout vent, comme la langue qui se tourne et se retourne sans cesse lorsqu' elle se brûle. [Veyrières 1913 #5330]
Ne vous retournez pas de tous les côtés comme une langue qui s' est brûlée. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza mivolon-ko tompony. [Cousins 1871 #684]
Manao ho tompony toy ny mpihambo. [Houlder 1895 #822]
Mivolon-ko tompony ohatra ny mpihambo. [Rinara 1974]
Mivolon-tompony, toy ny mpihambo. [Cousins 1871 #1925]
Dikanteny frantsay S' en dire le propriétaire comme un vantard. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza odian-tsy hita ohatra ny tonom--bomanga misy vahiny. [Houlder 1895]
Aza odian-tsy hita, ohatra ny tonom-bomanga vory vahiny. [Cousins 1871]
Odian-tsy hita, ohatra ny tonom-bomanga vory olona. [Cousins 1871]
Odian-tsy hita tahaka ny tonom--bomanga vory vahoaka. [Rinara 1974 #3389]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme quelqu' un rôtissant des patates au moment où un étranger arrive, (et qui s' empresse de les recouvrir de cendres pour que l' autre ne les voie pas). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Et ainsi il n' aura pas besoin de lui en offrir! [Houlder 1895]

Ohabolana Aza tafandry manana aretina. [Houlder 1895 #1996]
Aza tafandry manana aretina, tahaka ny didimaso tsara ondana. [Cousins 1871 #710]
Aza tafandry manana aretina, tahaky ny didimaso tsara ondana. [Veyrières 1913 #3242]
Nahoana no tafandry manana aretina, ohatra ny didi-maso tsara ondana ? [Cousins 1871]
Nahoana no tafandry manana aretina toy ny didimaso tsara ondana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ne dormez pas tranquillement quand vient la maladie, comme l' homme aux yeux chassieux qui dort sur un bon oreiller malgré sa maladie. [Veyrières 1913 #3242]
Ne soyez pas tranquille tout en étant malade. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Inquiétez-vous de vous soigner et de guérir. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza tampenam-bava, hoatry ny batera. [Veyrières 1913 #3560]
Aza tampenam-bava, ohatra ny batera. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Qu' on ne me ferme pas la bouche comme à une tabatière. [Veyrières 1913 #3560]
Fanazavana frantsay Qu' on ne m' empêche pas de parler. [Veyrières 1913 #3560]

Ohabolana Aza tsy mahahendry hoatry ny tenda : tsy omena, maniny ; omena maniny ; satriny hihinana ihany. [Veyrières 1913 #4672]
Aza tsy mahahendry, ohatra ny tenda: tsy omena, maniny ; omena, maniny : satriny hihinana ihany. [Cousins 1871]
Aza tsy mahahendry toa tenda : omena maniny, tsy omena maniny, fa satriny ihany hihinana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas comme le gosier ; on a beau avoir du savoir faire, on n'en a pas à son goût : quand on ne lui donne pas, il fait des reproches ; quand on lui donne, il fait des reproches : il voudrait toujours manger. [Veyrières 1913 #4672]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui ne sont jamais contents de la nourriture. [Veyrières 1913 #4672]

Ohabolana Aza tsy mamela mitsotra, rehefa midaboka ohatra ny amalo-maty. [Rinara 1974 #822]
Aza tsy mamela mitsotra, rehefa midaboka ohatra ny amalo-maty sy mitsororoka ohatra ny menaka ny olona. [Cousins 1871]

Ohabolana Babantany, hoatry ny vehivahy somorina. [Veyrières 1913 #4822]
Baka lany sahaza, hoatry ny vehivavy somorina. [Veyrières 1913 #4822]
Baka lany sahaza, toy ny vehivavy somorina. [Rinara 1974 #842, Cousins 1871 #727, Houlder 1895]
Tapitra ohatra, hoatry ny vehivavy somorina. [Veyrières 1913 #4822]
Dikanteny frantsay Qui est sans pareil et dépasse toute comparaison, comme une femme barbue. [Veyrières 1913 #4822]
Sans pareil, comme une femme barbue. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Incomparable, prodigieux ; se disait en bonne ou mauvaise part. [Veyrières 1913 #4822]

Ohabolana Bamba iray hoatry ny oron' Ikambo. [Veyrières 1913 #1614]
Dikanteny frantsay Carré comme le nez du taureau Ikambo. [Veyrières 1913 #1614]
Fanazavana frantsay Un des deux taureaux préférés de la reine Ranavalona I s'appelait Ikambo ; la reine lui fit des funérailles solennelles au bruit du canon ; ce proverbe se disait de ceux qui avaient une tête carrée. [Veyrières 1913 #1614]

Ohabolana Basi-na ariary fito: tsy takatry ny ory, tsy tian' ny mpanana. [Rajemisa 1985]
Basin' ariary fito : sady tsy tian' ny mpanana no tsy takatry ny ory. [Rinara 1974 #850]
Basin' ariary fito: tsy tian' ny mpanana ary tsy takatry ny mahahelo. [Rajemisa 1985]
Basin’ ariary fito: tsy tian’ ny mpanana, tsy takatry ny malahelo. [Cousins 1871]
Salasala ohatra ny basin' ariary fito: tsy takatry ny malahelo, tsy tian' ny mpanana. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Douteux comme un fusil de sept piastres:. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay les pauvres ne peuvent l' acheter, les riches ne l' aiment pas. [Houlder 1895]

Ohabolana Be anjonanjona toa anti-dahy voan-kanina. [Veyrières 1913 #1837]
Mianjonanjona ohatra ny anti-dahy voan-kanina. [Rinara 1974]
Mianjonanjona toa anti-dahy voan-kanina. [Veyrières 1913 #1837]
Mianjonanjona, toy ny anti-dahy voan-kanina. [Cousins 1871 #1726]
Dikanteny frantsay Fier mais embarrassé comme le vieillard qui est bien repu. [Veyrières 1913 #1837]

Ohabolana Be fanahiana hoatry ny manan-jaza tokana. [Veyrières 1913 #964]
Be fanahiana ohatra ny manan-janaka tokana. [Rinara 1974 #873]
Be fanahiana, ohatra ny manan-jaza tokana. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Plein d'inquiétude et de sollicitude, comme ceux qui n' ont qu' un seul enfant. [Veyrières 1913 #964]

Ohabolana Be fandrahonana hoatry ny ampanga : mbola any an-tany, ka mamonkin-totohondry. [Veyrières 1913 #5595]
Be fandrahonana ohatra ny ampanga : mbola any an-tany dia mamonkina totohondry. [Rinara 1974 #889]
Be fandrahonana, ohatra ny ampanga: mbola any an-tany, ka mamonkin-totohondry. [Cousins 1871]
Be rahona tahaky ny ampanga : any an-tany ka mamoron-toto-hondry. [Veyrières 1913 #761]
Dikanteny frantsay L' inférieur qui s' emporte contre son supérieur n' est fort qu'en menaces, comme la fougère qui sortant à peine de terre montre le poing. [Veyrières 1913 #761]
Plein de menaces comme la fougère : à peine sort-elle de terre qu' elle se contracte et montre le poing. [Veyrières 1913 #5595]
Fanazavana frantsay Allusion à la forme de la fougère. [Veyrières 1913 #5595]
Le proverbe fait allusion à ce que la fougère sortant de terre, à la forme d' une main fermée ; il se disait en général des menaces vaines et non suivies d' effet. [Veyrières 1913 #761]

Ohabolana Be faniriana ohatra ny mpangataka monina amoron-tsena. [Rinara 1974 #891]

Ohabolana Be herehina ohatra ny mitaiza kely manetsa. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny olona misahana adidy maro, izay sahala amin' ny vehivavy mitaiza kely ka sady manao raharaha no mikarakara ny zanany. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Be resaka hoatry ny vavy antitra nisaoram-bady, ka izay hita rehetra dia anokonan-dresaka avokoa. [Veyrières 1913 #1365]
Dikanteny frantsay Bavard comme une vieille femme que son mari a répudiée : tout ce qu' elle voit lui sert à bavardage. [Veyrières 1913 #1365]

Ohabolana Be resaka ohatra an' Ambositra, fa tsy hahalafo an' Ambohinamboarina. [Rinara 1974 #885, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fa na mahay miteny sy be resaka aza ianao, dia tsy ho voambaka akory ny hafa. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Be tetika ohatra an-dRabejofo. [Rinara 1974 #884]

Ohabolana Be tsy adala hoatry ny amboan' Avaradrano. [Veyrières 1913 #2075]
Dikanteny frantsay Maladroit et lourdaud comme les chiens d' Avaradrano au nord de l'Imerina. [Veyrières 1913 #2075]

Ohabolana Bikany fotsiny ohatra ny sakan' i Paritra. [Rinara 1974 #899]

Ohabolana Boka tsy namosavin-kavana, hoatry ny mananasy. [Veyrières 1913 #1993]
Boka tsy namosavin-kavana ohatra ny mananasy. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ce n' est pas parce que ses parents lui ont jeté un maléfice qu' un lépreux est lépreux : il l' est devenu comme pousse un ananas. [Veyrières 1913 #1993]
Ce n' est pas par des maléfices jetés par les parents qu' un lépreux est devenu tel, (mais c' est) comme un ananas. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les Malgaches trouvaient de la ressemblance entre un ananas et la figure du lépreux:. [Veyrières 1913 #1993]
Un lépreux est devenu lépreux sans que ses parents y soient pour rien: c' est une chose qui s' est produite naturellement, comme la croissance d' un ananas dans lequel les Malgaches voient une ressemblance avec la figure ravagée d' un lépreux. [Houlder 1895]

Ohabolana Bonga tsy hita ohatra ny loza. [Rinara 1974 #65]

Ohabolana Bory manan-tongotra ohatra ny landy. [Rinara 1974 #961, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qui n' a pas de membres et a pourtant des pieds, comme les cocons. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay On dit que les cocons ont des pieds, parce que les marchands, pour les vendre, les transportent loin de l'endroit où ils ont été produits. [Houlder 1895]

Ohabolana Botry avana hoatry ny harongan-kely. [Veyrières 1913 #1500]
Botry avana ohatra ny harongan-kely. [Rinara 1974 #963, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Rester rabougri, alors même qu' on est sarclé, comme le petit arbuste harongana. [Veyrières 1913 #1500]
Rester rabougri quand même on est sarclé, comme le petit "harongana" . [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C' est une plante dont on fait des remèdes contre la dysenterie et la gale. [Houlder 1895 #2081]
Se disait des nains et des chétifs. [Veyrières 1913 #1500]

Ohabolana Dihizina am-boalohany, hoatry ny fanambadian-dratsy, ka itomaniana am-parany. [Veyrières 1913 #5531]
Dihizina am-boalohany, ohatra ny fanambadian-dratsy, ka itomaniana am-parany. [Cousins 1871]
Dihizina am-boalohany toy ny fanambadian-dratsy, fa itomaniana am-parany. [Rinara 1974 #999]
Ny fanambadiana andihizana am-boalohany, ary itomaniana no farany. [Veyrières 1913 #1215]
Ny fanambadiana andihizana am-boalohany fa isahiranana am-parany. [Rinara 1974 #192]
Dikanteny frantsay C' est comme dans les mariages malheureux : on commence par la danse et on finit par les larmes. [Veyrières 1913 #5531]
Le mariage commence par une danse de joie et finit dans les larmes. [Veyrières 1913 #1215]
Fanazavana frantsay Bien commencer et mal finir. [Veyrières 1913 #5531]
Sens général : heureux commencement, mauvaise fin. [Veyrières 1913 #1215]

Ohabolana Donga andro anio hoatry ny lainga. [Veyrières 1913 #4917]
Donga andro anio, ohatra ny lainga. [Cousins 1871, Nicol 1935]
Donga takona, fa botry mifanatrika. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Aujourd’hui gros et gras, comme le mensonge. [Nicol 1935 #141]
Il est gras aujourd' hui comme le mensonge. [Veyrières 1913 #4917]
Fanazavana frantsay Le mensonge est gras tant qu' il n'est pas découvert, mais il devient maigre en présence de la vérité. [Veyrières 1913 #4917]

Ohabolana Dongadonga tsy soa, ohatra ohatra vomanga an-kady. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Gros et mauvais comme les patates dans un fossé. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ces patates sont grosses mais insipides. [Houlder 1895]

Ohabolana Donga mifatotra ohatra ny vomanga. [Rinara 1974 #1007]
Donga mifatotra toa vomanga. [Houlder 1895 #1043, Cousins 1871 #858]
Dikanteny frantsay Être captif et pourtant gros (ou dodu). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Quand elles sont encore dans le sol et attachées à la tige. [Houlder 1895]

Ohabolana Donga tena, fa botry saina, ohatra ny zana-kisoa. [Cousins 1871]
Donga tena fa botry saina toy ny zana-kisoa. [Rinara 1974 #1008]
Toy ny zana-kisoa : donga tena, fa botry saina. [Veyrières 1913 #1540]
Dikanteny frantsay Cet enfant est comme le petit de la truie : gras et dodu, mais de peu d' intelligence. [Veyrières 1913 #1540]
Fanazavana frantsay Se disait des enfants bien nourris, mais mal élevés. [Veyrières 1913 #1540]

Ohabolana Donga tsy soa ohatra ny anantsinahy ambony taimboraka. [Rinara 1974 #1009]
Donga tsy soa toy ny anantsinahy ambony taim-boraka. [Veyrières 1913 #58]
Dikanteny frantsay De belle venue sans être bon, comme le bident qui pousse sur des résidus de panse de boeuf. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens ou des choses de belle apparence, sans réalité. [Veyrières 1913 #58]

Ohabolana Entam-panjozoro : bataina, tsy zakan’ irery ; aiditra, tsy omby varavarana; ataina, tsy mahaloaka alina. [Cousins 1871 #871, Nicol 1935]
Entam-panjozoro : batain-tsy zakan' ny irery ; aiditra, tsy omby varavarana ; ataina, tsy mahaloaka alina. [Veyrières 1913]
Entam-ponjozoro : bataina tsy zakan' ny irery, aiditra tsy omby varavarana, fa nony ataina indray alina monja. [Rinara 1974 #70]
Mivongovongo foana hoatry ny entam-panjozoro : batain-tsy zakan' ny irery ; aiditra, tsy omby varavarana ; ataina, tsy mahaloaka alina. [Veyrières 1913]
Mivongovongo foana toy ny anten-jozoro : entina tsy zakan' ny irery, aiditra tsy omby varavarana, ataina tsy mahaloaka alina. [Rinara 1974 #2528]
Mivongovonto foana, ohatra ohatra entam-panjozoro: entina, tsy zakan’ ny irery ; aiditra, tsy omby varavarana; ataina, tsy mahiloaka alina. [Cousins 1871]
Toy ny entan--jozoro: bataina, tsy zakan' ny irery; aiditra, tsy omby varavarana; ataina, tsy mahaloaka alina. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Comme un paquet de zozoro : un seul homme ne peut le transporter ; la porte d’une maison est trop petite pour le laisser passer; mais quand on le fait flamber, il ne suffit même pas pour une nuit. [Nicol 1935 #338]
Paquet de moelles de joncs : quand on veut le soulever, une seule personne n' arrive pas à le faire ; quand on veut l' introduire dans la maison, il ne peut pas passer par la porte ; mais quand on le brûle pour la cuisine, il ne suffit pas pour une nuit. [Veyrières 1913 #5897]
Pareil à une botte de souchets: on ne peut ni la porter seul, ni la faire entrer par la porte, et si on les brûle, il n' y en a pas assez pour durer toute la nuit. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Beaucoup d' apparence, mais peu de réalité. [Veyrières 1913 #5897]

Ohabolana Fahan-kisoan' i Vonizongo, ka ny lasan--ko ariary no tohanana. [Rinara 1974 #1050]
Fahan-kisoany Vonizongo : ny ho lasan--ko ariary no tohanana. [Cousins 1871 #880]
Hoatry ny fahan-kisoan' Ivonizongo : ny lasan--ko ariary no tohanana. [Veyrières 1913 #4383]
Dikanteny frantsay C' est comme la manière d' engraisser les cochons chez les Vonizongo : ce sont ceux qui peuvent atteindre une piastre qui sont soignés. [Veyrières 1913 #4383]
Fanazavana frantsay Il y avait chez les Vonizongo une grande race de cochons difficiles à nourrir ; ce proverbe se disait de ceux qui ne s'occupent que des grands ou des grandes choses. [Veyrières 1913 #4383]

Ohabolana Faly sahirana hoatry ny mpisorona afo homan-koditra. [Veyrières 1913 #5538]
Faly sahirana, ohatra ny mpisoron-afo homan-koditra. [Cousins 1871]
Faly sahirana toy ny mpisorona afo homan-koditra. [Rinara 1974 #74]
Dikanteny frantsay Content et embarrassé tout ensemble comme celui qui, en attisant le feu, mange de la peau. [Veyrières 1913 #5538]
Fanazavana frantsay Se disait des honneurs ou des biens mélangés de tracas. [Veyrières 1913 #5538]

Ohabolana Faly sahirana ohatra ny akohokely tsipazam-potsimbary. [Rajemisa 1985 #45]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona nahazo soa betsaka mitontohitra ka diboky ny hafaliana nefa sahirana indray fa toa tsy hita izay horaisina. [Rajemisa 1985 #45]

Ohabolana Fanambakana hita maso, ohatra ilay manandrana tantely. [Cousins 1871]
Fanambakana hita maso toy ilay nanandrana tantely. [Rinara 1974 #1085]

Ohabolana Feony ihany hoatry ny babo anjombona. [Rinara 1974 #1159]
Feony ihany, ohatra ny babo anjombona. [Cousins 1871]

Ohabolana Fifaliana tsy ampy hoatry ny mpanan-karena momba. [Rinara 1974 #1165]

Ohabolana Fifaliana very sasaka hoatry ny manan-janaka maditra. [Rinara 1974 #1166]

Ohabolana Filan-karena madio, hoatry ny volan' ny mpampivelona. [Veyrières 1913 #2180]
Filan-karena madio, ohatra ny volan’ ny mpampivelona. [Cousins 1871]
Filan-karena madio tahaka ny volan' ny mpampivelona. [Rinara 1974 #1160]
Dikanteny frantsay Manière honnête de s' enrichir, comme la paie de la sage-femme. [Veyrières 1913 #2180]

Ohabolana Finari-dratsy hoatry ny didimaso tsara ondana. [Veyrières 1913 #3272]

Ohabolana Fisoitrafo nitonoan-kena : may loha tsy mba mihinana. [Veyrières 1913 #4486, Cousins 1871 #968]
Fisoitrafo nitonoan-kena : may loha tsy mba nihinana. [Rinara 1974 #78]
May loha tsy mba mihinana tahaka ny fisoitrafo. [Rajemisa 1985]
May tsy mba homana ohatra ny soitrafo. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ireo mpanao soa tsy mba heverin' ny olona akory. [Rajemisa 1985]
Enti-milaza ny olona maty misahirana mafy, nefa tsy mba mahita soa firy amin'izay isasarany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Tisonnier en bois qui a servi de broche pour faire rôtir de la viande : il a la tête brûlée, et cependant il n' aura rien à manger. [Veyrières 1913 #4486]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui travaillent, sans profit pour eux-mêmes. [Veyrières 1913 #4486]

Ohabolana Hadinodino ohatra ny hava-malahelo. [Rinara 1974]

Ohabolana Hafahafa ohatra ny adin' ondrilahy : akorain-tsy mifampilanja, avela ihany mifamaky loha. [Rinara 1974]
Hafahafa, ohatra ny adin’ ondrilahy: hihorehana, tsy misy milanja; avela ihany, mifamaky loha. [Cousins 1871]
Mahasalasala ohatra ny adin' ondrilahy: akorain-tsy mifampilanja; avela ihany, mifamaky loha. [Houlder 1895]
Mahasalasala toa adin' ondrilahy : akorain-tsy mifampilanja, avela mifamaky loha. [Rinara 1974 #1864]
Dikanteny frantsay Rendre perplexe, comme un combat de béliers: on les excite, ils ne bougent pas (litt. ne se soulèvent pas l' un l' autre); on les laisse tranquilles, ils se brisent la tête. [Houlder 1895]

Ohabolana Hafahafa ohatra ny borizano : ampihiraina, tsy mahay, ka nony mitomany, miolakolaka ny saha, miaka-midina sahala amin' ny mason' ny mpamoly. [Rinara 1974]
Hafahafa, ohatra ny borizano: ampihirain-tsy mahay, ka nony mitomany, miolakolaka ny saha ; miaka-midina mimason’ ny mpamoly. [Cousins 1871]

Ohabolana Hoatry ny akohokely misaraka aman-dreniny. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Les orphelins sont comme les poussins séparés de leur mère. [Veyrières 1913 #1020]

Ohabolana Hoatry ny anantsinahy maniry ambony taim-boraka. [Veyrières 1913 #3009]
Dikanteny frantsay Semblable au bident qui pousse sur les détritus de panse de boeuf. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des mauvais sujets. [Veyrières 1913 #6717]

Ohabolana Hoatry ny fanambadian--dRamahafohiliaka : ny lahy moramorainy, ny vavy tsy sarotiny. [Veyrières 1913 #1195]
Dikanteny frantsay C' est comme le mariage de Ramahafohiliaka : l' homme est bonasse et la femme de caractère facile. [Veyrières 1913 #1195]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait des ménages trop bonasses comme celui de Ramahafohiliaka, d' après la légende. [Veyrières 1913 #1195]

Ohabolana Hoatry ny fery an-kandrina ka tsy takona afenina. [Veyrières 1913 #294]
Dikanteny frantsay Plaie au front ne peut pas se cacher : il est est ainsi de la conduite. [Veyrières 1913 #294]

Ohabolana Hoatry ny loharano : tovozina tsy ritra, avela mihabe. [Veyrières 1913 #2187]
Loharano : tovozina tsy ritra, avela mihabe. [Nicol 1935 #94]
Ohatra ny loharano: tovozina tsy ritra, avela mihabe. [Cousins 1871]
Ohatra ny loharano : tovozin-tsy ritra, avela mihabe. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay C' est comme une source : on y puise, elle ne tarit pas ; on la laisse, elle augmente. [Veyrières 1913 #2187]
Comme une source : jamais épuisée, toujours féconde. [Nicol 1935 #94]
Fanazavana frantsay Se disait de la prospérité. [Veyrières 1913 #2187]

Ohabolana Hoatry ny maso : tezitra vao mibaliaka ; mijery ny tiana vao manjary mikombomkombona. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay C' est comme les yeux : quand ils sont en colère ils s' ouvrent tout grands ; et quand ils voient une chose qu' ils aiment, ils se ferment de contentement. [Veyrières 1913 #5604]
Fanazavana frantsay Se disait des gens singuliers. [Veyrières 1913 #5604]

Ohabolana Hoatry ny momba : tsy misy manao azy reny. [Veyrières 1913 #1506]
Dikanteny frantsay C' est comme la femme stérile : il n' y a personne qui lui donne le nom de mère. [Veyrières 1913 #1506]

Ohabolana Hoatry ny mpiara-dia samy miavona izy roa, ka ny aloha tsy manao hoe haingana, ary ny aoriana kosa tsy manao hoe andraso. [Veyrières 1913 #4008]
Miara-dia samy miavona ka ny eo aloha tsy miandry, ny eo aoriana tsy miantso. [Rinara 1974]
Mpiara-dia roa samy miavona : ny aloha tsy manao " haingana " , ny aoriana tsy manao " andraso " . [Veyrières 1913 #6012]
Dikanteny frantsay Ce sont deux orgueilleux qui voyagent ensemble : celui qui est devant ne dit pas à l' autre de marcher plus vite, et celui-ci ne lui dit pas de l'attendre. [Veyrières 1913 #6012]
Ils sont comme deux voyageurs orgueilleux : celui qui est devant, ne dit pas à l' autre d' aller plus vite ; celui qui est derrière, ne dit pas de l' attendre. [Veyrières 1913 #4008]
Fanazavana frantsay Se disait des gens, surtout des époux qui allaient chacun de leur côté, sans entente. [Veyrières 1913 #4008]

Ohabolana Hoatry ny ondrilahy maro am-pisoko. [Veyrières 1913 #3469]
Dikanteny frantsay C' est comme plusieurs béliers dans le parc. [Veyrières 1913 #3469]
Fanazavana frantsay Ils ne s' entendent pas et se battent ; ce proverbe se disait des sens qui ne s'entendent pas. [Veyrières 1913 #3469]

Ohabolana Hoatry ny sinibe vakin--tsiny, ka matin--jaza tezaina. [Veyrières 1913 #913]
Ohatra ny sinibe vakin--tsiny, ka matin--jaza tezaina. [Houlder 1895]
Sinibe vakin-jinga, ka matin--jaza tinaiza. [Rinara 1974 #3896]
Sinibe vakin-jinga : matin-jaza no tinaiza. [Veyrières 1913 #5476, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay C' est comme la grande cruche cassée par la petite, elle a été brisée par l' enfant qu'elle élevait. [Veyrières 1913 #913]
Comme une "grande cruche" , cassée par une cruche (ordinaire): elle a été brisée (litt. tuée) pas l' enfant qu' elle élevait. [Houlder 1895]
Grande cruche cassée par la tasse à puiser l' eau : c' est être tué par l' enfant qu' on a nourri et élevé. [Veyrières 1913 #5476]
Jarre brisée par un zinga : personne trahie par l’enfant qu’elle a élevé. [Nicol 1935 #393]
Fanazavana frantsay Les Malgaches ont des grandes cruches qui sont enterrées dans le sol de la case et servent de réservoirs, et des cruches plus petites servant à porter l'eau de la source à la maison. Ce proverbe s' applique aux parents qui ont à souffrir du fait de leurs propres enfants. [Houlder 1895]
Parents qui ont à souffrir des enfants. [Veyrières 1913 #913]
Se disait de l' ingratitude. [Veyrières 1913 #5476]

Ohabolana Hoatry ny taizan-drenibe : voky hanina, fa tsy mitombo saina. [Veyrières 1913 #971]
Hoatry ny zaza taizan-drenibe : voky hanina, fa tsy mitombo saina. [Veyrières 1913 #971]
Zaza taizan-drenibe : voky hanina fa votsa saina. [Rinara 1974 #5102]
Dikanteny frantsay Enfant élevé par sa grand-mère : il est bien repu, mais il ne grandit pas en sagesse. [Veyrières 1913 #971]
Fanazavana frantsay Se disait des enfants auxquels on laissait de la fortune mais qu' on avait mal élevés. [Veyrières 1913 #971]

Ohabolana Hoatry ny tantely an-tanam-boka. [Veyrières 1913 #2000]
Dikanteny frantsay Comme le miel dans la main d'un lépreux. [Veyrières 1913 #2000]
Fanazavana frantsay Se disait des choses qui jurent ensemble. [Veyrières 1913 #2000]

Ohabolana Hoatry ny tehina an-tanan' ny mpihaingo, ka sady haingo no tohan' aina. [Veyrières 1913 #2430]
Ohatra ny tehina an-tanan' ny mpihaingo, ka sady haingo no tohan' aina. [Cousins 1871, Nicol 1935, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay C' est comme une canne dans la main de celui qui aime à se parer : elle est à la fois une parure et un soutien. [Veyrières 1913 #2430]
(Les enjants) sont comme une canne aux mains d’un élégant : c’est à la fois une parure et un soutien. [Nicol 1935 #174]
Fanazavana frantsay Se disait des choses à plusieurs usages. [Veyrières 1913 #2430]

Ohabolana Hoatry ny volan' ny kankafotra, ka ny omaly tsy miova ihany. [Veyrières 1913 #6356]
Dikanteny frantsay Invariable comme le chant de l' oiseau qu' on appelle kankafotra : aujourd' hui comme hier sans changement. [Veyrières 1913 #6356]
Fanazavana frantsay Se disait des gens tenaces, et aussi de ceux qui répètent toujours la même chose. [Veyrières 1913 #6356]

Ohabolana Homana ila hoatry ny rafi-dratsy. [Veyrières 1913 #3678]
Homana ila toa rafi-dratsy. [Rinara 1974 #1372]
Homana lia ohatra ny rafi-dratsy. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qui ne joint (litt. ne mange) que d' un côté, comme un assemblage de menuiserie mal fait. [Houlder 1895]
Qui ne joint que d' un côté, comme un travail de menuisier qui est mal fait. [Veyrières 1913 #3678]

Ohabolana Homan-tena hoatry ny tantely merik' andro. [Veyrières 1913]
Mihinan-tena (homana ny azo) ohatra ny tantely merik' andro. [Rinara 1974]
Mihinan-tena, toy ny tantely merika andro. [Houlder 1895 #781, Cousins 1871 #1774]
Mihinan-tena toy ny tantely merik' andro. [Veyrières 1913]
Tantely merika andro : ny ao an-trano ihany no hanina. [Cousins 1871]
Tantely merik' andro : ny an-trano ihany no hanina. [Veyrières 1913 #2408]
Tantely merik' andro : ny ao an-trano no hanina. [Rinara 1974 #4099]
Tantely merik' andro : ny ao an-trano no haniny. [Veyrières 1913 #2408]
Dikanteny frantsay Le prodigue se consume lui-même comme les abeilles par un temps de bruine. [Veyrières 1913]
Par les temps de bruine, le miel qui est à l' intérieur de la ruche est mangé par les abeilles. [Veyrières 1913 #2408]
Se manger soi-même comme les abeilles quand le temps est à la pluie. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Elles ne peuvent sortir de la ruche et mangent du miel quelles ont déjà fait. [Houlder 1895]
Par les temps de bruine les abeilles ne sortent pas et elles mangent le miel qui est à l' intérieur de la ruche. [Veyrières 1913 #2368]
Se disait de ceux qui mangent leurs biens. [Veyrières 1913 #2408]

Ohabolana Homan-tena ohatra ny tany mainty. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qui se mange lui-même, comme du terrain noir. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il ne forme qu' une mince couche qui est bientôt emportée par les pluies. [Houlder 1895]

Ohabolana Hotetehiko hoatry ny bala ka homeko ny amboa. [Veyrières 1913 #4193]
Dikanteny frantsay Je mettrai leurs corps en morceaux aussi petits que des balles, et je le donnerai en nourriture aux chiens. [Veyrières 1913 #4193]
Fanazavana frantsay Paroles d' Andrianampoinimerina, Radama et autres chefs contre leurs ennemis. [Veyrières 1913 #4193]

Ohabolana Ifandrombaham-bitsika, hoatry ny fia-pary amoron-dalana. [Veyrières 1913 #2188]
Ifandrombaham-bitsika ohatra ny fia-pary amoron-dalana. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Ifandrombaham-bitsika toy ny fia-pary amoron-dalana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Les fourmis se les disputent comme les restes de canne à sucre au bord du chemin. [Veyrières 1913 #2188]
Que les fourmis s' arrachent, comme un morceau de canne à sucre sucé au bord du chemin. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des biens qu'on se dispute ; autre sens : tout le monde l' accable. [Veyrières 1913 #2188]

Ohabolana Ilay nanoroka afenana, ka tsy nisy toa an-drahavana. [Rinara 1974 #1412]
Ilay nanoroka afenana, koa: "Tsy misy toa an-dRahavana" . [Cousins 1871 #1124, Houlder 1895]
Ilay nanoroka afenana: tsy misy ohatra an' i Malala. [Rajemisa 1985]
Toy ilay nanoroka afenana, ka tsy misy toa an-dRahavana. [Rinara 1974 #4242]
Dikanteny frantsay Celui qui embrasse en cachette, dit: "Il n' y en a pas comme la bien-aimée!". [Houlder 1895]

Ohabolana Indroa mahita ny maizina ohatra ny tain' omby napeta-davabary. [Houlder 1895]
Indroa tratry ny maizina, ohatra ny tain-omby natam-pin-davabary. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Être deux fois dans l' obscurité, comme de la bouse de vache dont on enduit la fosse à riz. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay La première fois, c' était dans le corps de l'animal, et la seconde fois c' est dans la terre, au fond de la fosse à riz servant de grenier. [Houlder 1895]

Ohabolana Indroa maty karaha vary rahana. [Samson 1965 #I2]
Indroa maty ohatra ny vary narahana. [Rinara 1974]
Indroa maty toa vary rahana. [Veyrières 1913 #2706]
Maty indroa ohatra ny vary narahana. [Rinara 1974]
Maty indroa toa vary rahana. [Houlder 1895 #1020, Cousins 1871 #1664, Rajemisa 1985]
Maty roa ohatra ny vary rahana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona na zavatra tratran' ny fahavoazana indroa miantoana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Celui qui subit successivement deux pertes meurt deux fois, comme le riz qu' on a fait bouillir avant de le décortiquer. [Veyrières 1913 #2706]
Mort deux fois comme le riz qu' on avait fait bouillir avant de le décortiquer. les grains: ce riz était alors décortiqué, et quand on le faisait cuire pour le manger, c' était la seconde fois qu' il était dans la marmite. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce riz sera mis de nouveau dans la marmite quand on le fera cuire pour le manger. [Veyrières 1913 #2706]
Le riz qu' on avait dû récolter avant que les grains fussent durcis était soumis à une sorte d' ébouillantage qui avait pour but de durcir. [Houlder 1895]

Ohabolana Indroa tratry ny aizina toy ny tain' omby natampin-dava--bary. [Veyrières 1913 #2600]
Indroa tratry ny aizina toy ny tain' omby natsentsin' davaka. [Veyrières 1913 #2600]
Indroa tratry ny maizina ohatra ny tain' omby natsentsin-dava--bary. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Deux fois atteint par l' obscurité, comme la bouse de vache qui sert à boucher le trou à riz : d' abord dans l' estomac et puis dans le trou. [Veyrières 1913 #2600]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui subissent deux malheurs de suite. [Veyrières 1913 #2600]

Ohabolana Intelo maty hoatry ny vay notsinaingok' akoho : ny vay manonitra, ny akoho matin-toraka, ary ny sinibe vaky nitsipihan' ny vato. [Veyrières 1913 #2601]
Intelo maty hoatry ny vay voatsaingok' akoho : ny vay manonitra, ny akoho maty voatoraka, ary ny sinibe vaky nitsipihan' ny vato. [Veyrières 1913 #2601]
Intelo maty ohatra ny vay voatsaingok' akoho : ny vay manonitra, ny akoho maty voatoraka, ny sinibe vaky nitsipihan' ny vato. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Trois malheurs à la fois, comme le furoncle becqueté par la poule : le furoncle s' enflamme, la poule est tuée d' un coup de pierre, et la cruche est cassée par le ricochet que fait la pierre. [Veyrières 1913 #2601]
Fanazavana frantsay Se disait des gens victimes de trois malheurs à la suite. [Veyrières 1913 #2601]

Ohabolana Kaodikaody ohatra ny amboam-bahiny: izay mandalo rehetra toa hikapoka daholo. [Cousins 1871]
Kaodikaody ohatra ny amboa vahiny, izay mandalo rehetra toa hikapoka daholo. [Rinara 1974]

Ohabolana Kely mipiaka ohatra ny aketalahy. [Houlder 1895, Rinara 1974]
Kely mipiaka toa aketalahy. [Veyrières 1913 #1512, Cousins 1871 #1247]
Dikanteny frantsay Petit qui fait beaucoup de bruit comme le mâle de la sauterelle adrisa. [Veyrières 1913 #1512]
Quelque chose de petit qui bruisse comme l' "aketalahy" (sauterelle). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des enfants et aussi des petites gens qui crient trop fort et se dorment de l'importance. [Veyrières 1913 #1512]

Ohabolana Kely misalaka hoatry ny fanjaitra. [Veyrières 1913 #3]
Kely misalaka ohatra ny fanjaitra. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Kely misalaka toa fanjaitra. [Rinara 1974 #1622]
Dikanteny frantsay Petit qui porte un salaka, comme l'aiguille munie de fil. [Veyrières 1913 #3]
Une petite chose entourée d' un pagne, telle une aiguille. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le fil de l' aiguille représente le pagne. [Houlder 1895]
Les enfants allaient nus, sans salaka autour des reins. [Veyrières 1913 #3]

Ohabolana Kely mitrena am--parihy hoatry ny zinga. [Veyrières 1913]
Kely mitrena am--parihy ohatra ny zinga. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Kely mitrena am--parihy toa zinga. [Rinara 1974 #1621]
Dikanteny frantsay Petit qui beugle fort sur le bord des rizières, comme la tasse qui sert à puiser l' eau. [Veyrières 1913 #1514]
Une petite chose qui mugit près de l' étang, telle la grande tasse en fer-blanc (servant à puiser l' eau). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des enfants et des petites gens. [Veyrières 1913 #1514]

Ohabolana Kely sahy lapa ohatra ny sotrobe. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza izay olona fatra-pihambohambo foana. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Kely tratry ny mafy, hoatry ny parasy voahitsak' omby. [Veyrières 1913 #768]
Kely tratry ny mafy, ohatra ny parasy voahitsak’ omby. [Cousins 1871, Nicol 1935]
Kely tratry ny mafy tahaka ny parasy voahitsak' omby. [Rinara 1974 #1625]
Dikanteny frantsay Faible aux prises avec l’adversité, comme la puce écrasée par le taureau. [Nicol 1935 #363]
Petit accablé par un puissant : telle la puce écrasée sous le pied d' un boeuf. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Les petits opprimés par les grands. [Veyrières 1913 #768]

Ohabolana Kely tratry ny sarotra hoatry ny misao-bady tezitra. [Veyrières 1913 #1375]
Kely tratry ny sarotra, ohatra ny misao-bady tezitra. [Cousins 1871, Houlder 1895, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay De petits riens jettent dans de grandes difficultés, comme un divorce fait dans un moment d'impatience et de colère. [Veyrières 1913 #1375]
Un petit (homme) surpris par une grosse difficulté, comme celui qui divorce d' avec sa femme en colère. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il s' en repentira, car il ne peut se passer de laide d' une femme. [Houlder 1895]

Ohabolana Kely tsaroan' ny aina ohatra ny voan' ny somisika. [Rinara 1974]

Ohabolana Kofon' ny nataony ohatra ny totozy misangy an-davenona. [Rinara 1974]

Ohabolana Ladim-boatavo ny olombelona: raha fotorana, iray ihany. [Rajemisa 1985]
Ny olombelona hoatry ny ladim-boatavo : raha fotorana, iray ihany. [Veyrières 1913 #5211]
Ny olombelona ohatra ny ladim-boatavo, ka raha fotorana, iray ihany. [Houlder 1895]
Ny olombelona ohatra ny ladim-boatavo: raha fotorana, iray ihany. [Cousins 1871, Nicol 1935]
Ny olombelona toy ny ladim-boatavo, ka raha fotorana iray ihany. [Rinara 1974 #3178]
Dikanteny frantsay Les hommes sont comme les ramifications de la tige des courges, au fond il n' y a qu' une seul tige. [Houlder 1895 #11]
Les hommes sont comme les tiges de citrouille : quand on cherche la racine, il n' y en a qu' une. [Veyrières 1913 #5211]
L’humanité ressemble aux tiges des citrouilles : si l’on creuse le sol, la souche est unique. [Nicol 1935 #414]

Ohabolana Lany foana hoatry ny volan' Inambina. [Veyrières 1913 #2374]
Lany foana, ohatra ny volany Nambina. [Cousins 1871]
Lany foana tahaka ny volan' i Nambina. [Rinara 1974 #1735]
Lany maina toy ny koban' Inambina. [Veyrières 1913 #2379]
Dikanteny frantsay Dépensé sans profit comme l' argent de Nambina, célèbre pour ses opérations peu fructueuses. [Veyrières 1913 #2374]
Dépensé sans profit comme les pains de Nambina. [Veyrières 1913 #2379]
Fanazavana frantsay La légende raconte que Nambina vendant ses pains trop chers, personne n' en achetait, et alors il les donnait pour rien parce qu' ils seraient devenus rances. [Veyrières 1913 #2379]

Ohabolana Lany hatoka hoatry ny akoholahy matin' ady. [Veyrières 1913 #3472]
Lany hatoka ohatra ny akoholahy matin' ady. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay N' avoir plus de plumes à la nuque comme un coq battu dans le combat. [Houlder 1895]
Qui a perdu la nuque comme un coq battu dans le combat. [Veyrières 1913 #3472]

Ohabolana Lany lena, ohatra ny valalan’ ny maro an-drano. [Cousins 1871]
Lany lena, tahaka ny valalan' ny maro an-trano. [Rinara 1974 #1737]

Ohabolana Lany maina hoatry ny bala atifi-potaka. [Veyrières 1913 #2377]
Dikanteny frantsay L' argent dépensé en pure perte c' est comme les balles qu' on tirerait sur de la boue. [Veyrières 1913 #2377]

Ohabolana Lany maina hoatry ny goavin' Ilaihavana. [Veyrières 1913 #2378]
Lany maina ohatra ny goavin' Ilaihavana. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Dépensé en pure perte et par trop de bonté comme les goyaves d' Ilaihavana qu' il donnait à tous ceux qui lui en demandaient. [Veyrières 1913 #2378]
Fanazavana frantsay Ilaihavana, l' ami de tout le monde, était un bonasse. [Veyrières 1913 #2378]

Ohabolana Lany maina ohatra ny sakafon--doholona. [Houlder 1895]
Lany maina toy ny sakafon--doholona. [Veyrières 1913 #714, Rinara 1974 #1741, Cousins 1871 #1332]
Dikanteny frantsay Dépensé en pure perte comme le repas offert aux chefs du village. [Veyrières 1913 #714]
Obtenu gratis, comme le repas d' un notable. Les familiers ont mangé à sa table sans rien payer. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les chefs de village prennent les cadeaux et ne font rien pour l'affaire qu'on leur a recommandée ; on appliquait ce proverbe à tous ceux qui avaient reçu de l' argent pour un travail et ne le faisaient pas. [Veyrières 1913 #714]

Ohabolana Lany maina ohatra ny sakafon--dRandrahona. [Rinara 1974]
Lany maina toy ny laokan--Radrahona. [Veyrières 1913 #3925, Cousins 1871 #1330]
Dikanteny frantsay Mangé sans être accompagné de riz comme les mets de Radrahona. [Veyrières 1913 #3925]
Fanazavana frantsay Se disait des gloutons qui sont trop pressés de manger. [Veyrières 1913 #3925]

Ohabolana Lany maina ohatra ny sakafon' ilay kamo. [Rinara 1974]
Lany maina, tahaka ny sakafon’ ilay kamo. [Cousins 1871 #1329]
Lany maina, tahaky ny sakafon' ilay kamo. [Veyrières 1913 #3924]
Dikanteny frantsay Dépensé inutilement comme la nourriture du paresseux. [Veyrières 1913 #3924]

Ohabolana Lany marika hoatry ny tranon-dRarija, ka tonta am-panaovana hoatry ny tranon-dRatsarahoby. [Veyrières 1913 #3802]
Dikanteny frantsay Vous vouliez quelque chose de parfait comme la maison de Rarija, et pendant que vous travailliez trop longuement, cela s' est abîmé comme la maison de Ratsarahoby. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay À vouloir faire trop bien on risque de ne pas aboutir. [Veyrières 1913]

Ohabolana Lany tsy mamy hoatry ny siran' ny mahihitra. [Veyrières 1913 #2293]
Lany tsy mamy, ohatra ny siran’ ny mahihitra. [Cousins 1871]
Lany tsy mamy, tahaka ny siran' ny mahihitra. [Rinara 1974 #1743]
Dikanteny frantsay Épuisé sans avoir jamais eu de goût comme le sel de l' avare. [Veyrières 1913 #2293]
Fanazavana frantsay L' avare le dépense avec peine, ce qui fait qu' il n' y trouve aucun goût. [Veyrières 1913 #2293]

Ohabolana Lasa tsy mimpody ohatra ny maty. [Rinara 1974]

Ohabolana Latsaka anelanelany hoatry ny kaka. [Veyrières 1913 #2606]
Latsaka anelanelany ohatra ny kaka. [Cousins 1871, Rajemisa 1985]
Latsaka an' elanelany tahaka ny kaka. [Rinara 1974 #1755]
Latsaka anelanelany toy ny kaka. [Houlder 1895 #1009]
Fanazavana malagasy Sendra fahasahiranana manery andaniny roa avy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Placé entre deux maux comme la parcelle de nourriture placée entre les dents. [Veyrières 1913 #2606]
Pris des deux côtés comme un coin. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait d'une situation inextricable. [Veyrières 1913 #2606]

Ohabolana Lava hadalana hoatry ny trambo : tongotra hahelika, ka enti-mandady. [Veyrières 1913]
Lava hadalana, ohatra ny trambo: tongotra hahelika, ka enti-mandady. [Cousins 1871, Rajemisa 1985]
Lava hadalana tahaka ny trambo : tongotra hahelika ka enti-mandady. [Rinara 1974 #119]
Fanazavana malagasy Azon' ny hadalana ka tsy mahay mitandro izay tokony hotandrovina, toy ny haja, voninahitra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay D' une éternelle sottise comme le mille-pieds : des pattes, il en a jusque sous les aisselles et il s' en sert pour ramper. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens peu débrouillards pour leurs intérêts. [Veyrières 1913 #2081]

Ohabolana Lava hadalana hoatry ny valalan' amboa : kely mitsipika, lehibe mandady. [Veyrières 1913 #2082]
Lava hadalana ohatra ny valalan' amboa: kely mitsipaka, lehibe mandady. [Rajemisa 1985]
Lava hadalana, ohatra ny valalan’ amboa: kely mitsipika, lehibe mandady. [Cousins 1871]
Lava hadalana tahaka ny valalan' amboa : kely mitsipika, lehibe mandady. [Rinara 1974 #120]
Fanazavana malagasy Ny adala iray trano na ny samy adala tsy misy mpananatra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay D' une éternelle sottise comme les sauterelles qu' on appelle sauterelles de chiens : petites elles sautillent, devenues grandes elles rampent. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens lourdauds et peu débrouillards. [Veyrières 1913 #2082]

Ohabolana Lavi-dingana hoatry ny andevolahy misikidy ho andriana. [Houlder 1895 #1586, Veyrières 1913 #5853]
Lavi-dingana toy ny mpanompo misikidy ho andriana. [Rinara 1974 #1768]
Dikanteny frantsay Faire une grande enjambée, comme un esclave qui, par divination, voudrait devenir noble. [Houlder 1895]
Faire un grand pas, comme l' esclave qui fait le sikidy ou divination pour devenir noble. [Veyrières 1913]

Ohabolana Lehibe foana, toa amiana. [Cousins 1871 #1352]
Lehibe foana toa amiana, fa raha iankinana mahaboka. [Rinara 1974 #1770]
Lehibe foana toy ny amiana. [Veyrières 1913 #1639, Houlder 1895]
Lehibe tsy azo iankinana ohatra ny amiana. [Rinara 1974]
Lehibe tsy azo iankinana tahaky ny amiana. [Veyrières 1913]
Lehibe tsy azo ifampikasohana ohatra ny amiana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Grande taille mais bon à rien, comme l' arbre à feuilles piquantes qu'on nomme amiana. [Veyrières 1913 #1639]
Grand, mais sans utilité, comme l' "amiana" . [Houlder 1895]
Grand sur qui on ne peut ni s' appuyer ni compter, comme l' arbre à feuilles piquantes qu' on nomme amiana. [Veyrières 1913 #1641]
Fanazavana frantsay L' "amiana" est un arbre à feuilles piquantes comme des orties et à bois spongieux. [Houlder 1895]
Se disait de ceux qui ne rendent pas service : grand et sans utilité. [Veyrières 1913 #1641]
Se disait des propres à rien. [Veyrières 1913 #1639]

Ohabolana Lehibe tsy amelezana, sahala amin' ny totohondrin' Ibefetrika. [Rinara 1974]
Lehibe tsy amely haotry ny totohondrin' Ibefetrika. [Veyrières 1913 #3474]
Lehibe tsy amely, ohatra ny totohondrin’ Ibefetrika. [Cousins 1871]
Totohondrin' i Befetrika, ka lehibe fa tsy amelezana. [Rinara 1974 #278]
Totohondrin' Ibefetrika : lehibe ihany, fa tsy amely. [Veyrières 1913 #5966, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Poing de Befetrika, l' homme au gros poing : il est gros, mais il ne frappe pas. [Veyrières 1913 #5966]
Qui est grand et sans jamais donner de coups comme le poing d' Ibefetrika. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Bourru, mais bonasse. [Veyrières 1913 #5966]
Se disait des gens qui menacent toujours sans arriver aux actes ; Ibefetrika, comme son nom l' indique, était réputé pour la force de son poing et aussi pour ses menaces vaines. [Veyrières 1913]

Ohabolana Lehibe tsy havanambanana ohatra ny amboan' Avaradrano. [Rinara 1974]
Lehibe tsy havanambanana, toy ny amboan’ Avaradrano. [Houlder 1895 #1387, Veyrières 1913 #2084, Cousins 1871 #1360]
Dikanteny frantsay Grand, mais maladroit, comme les chiens de l' Avaradrano. [Houlder 1895]
Grand, sans être leste, comme les chiens d' Avaradrano. [Veyrières 1913 #2084]
Fanazavana frantsay Les gens de l'Avaradrano (pays situé entre Tananarive et Ambohimanga) sont réputés intelligents, mais non leurs chiens. [Houlder 1895]
Se disait des lourdauds et des maladroits. [Veyrières 1913 #2084]

Ohabolana Lehibe vao manary lamba ohatra ny fary. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Lehibe vao manary lamba toa fary. [Rinara 1974 #1780]
Dikanteny frantsay Attendre d' être grand pour jeter son lamba, comme la canne à sucre (dont les feuilles tombent quand elle commence à mûrir). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Jeter son lamba, veut dire, au figuré, faire des folies. [Houlder 1895]

Ohabolana Lohany main-tendro, ohatra ny tahom-bomanga-hazo ririnina. [Cousins 1871]
Lohany main-tendro, ohatra ny tahom--bomanga ririnina. [Rinara 1974]

Ohabolana Madiodio ohatra ny vilany nahandroam-patsa. [Rinara 1974]

Ohabolana Madio tsy mangarangarana, ohatra ny ranovola mandry amim-panasina. [Rinara 1974]
Madio tsy mangarangarana toa ranovola. [Veyrières 1913 #2437]
Madio tsy mangarangarana, toy ny ranovola mandry amim-panasina. [Houlder 1895 #497, Cousins 1871 #1392]
Dikanteny frantsay Être propre sans être limpide, comme l' eau chauffée dans une marmite ayant des restes de riz collés aux parois et qu' on boit à la fin du repas. [Veyrières 1913 #2437]
Être propre sans être limpide, comme l' eau de riz salée. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Après avoir retiré le riz de la marmite où il a cuit, on met un peu d' eau que l' on mélange avec les grains de riz brûlé restés au fond; l' eau prend une couleur brunâtre et sale, mais on y ajoute du sel, après quoi on la boit, la trouvant propre quoique pas transparente. Ce proverbe s' applique à ceux qui n' ont d' honnête que l' apparence. [Houlder 1895]
Cette expression se disait des gens qui avaient un mélange de parure et de saleté, et de ceux qui étaient parés et ne savaient où se placer dans une maison sale ; se disait aussi d' une affaire déjà réglée et remise en discussion. [Veyrières 1913]

Ohabolana Mafampana hoatry ny ratsy ataon-kavana. [Veyrières 1913 #1091]
Mafanafana ohatra ny ratsy ataon-kavana. [Houlder 1895, Rajemisa 1985]
Mafanafana sahala amin' ny latsa ataon-kavana. [Rinara 1974 #1829]
Mafanafana sarotra inoana tahaka ny ratsy ataon-kavana. [Rinara 1974 #1830]
Mafanafana, toy ny ratsy ataon-kavana. [Cousins 1871]
Maharary hoatry ny ratsy ataon-kavana. [Veyrières 1913 #1091]
Mahararirary, toy ny ratsy ataon-kavana. [Cousins 1871 #1409, Nicol 1935 #364]
Fanazavana malagasy Rehefa ny havana izay tena tokony hanampy no manisy ratsy dia tena mangidy tokoa fa tsaroan' ny aina ka mafana sy manempotra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Excessivement sensible, comme les mauvais procédés d’un parent. [Nicol 1935 #364]
Pénible comme le mal fait par un parent. [Veyrières 1913 #1091]
Pénible (litt. assez chaud) comme le mal fait par des parents (ou amis). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay On sent plus vivement les mauvais traitements lorsqu'ils viennent des parents. [Veyrières 1913 #1091]

Ohabolana Mafana vay ohatra ny afom-pantaka. [Rinara 1974]

Ohabolana Mahabe sentosento, ohatra ny farikelim-baritelo-venty. [Cousins 1871, Rinara 1974]

Ohabolana Mahay roa hoatry ny lelan' omby : sady ho ao am-bavany no ho ao an' orony. [Veyrières 1913 #5001]
Mahay roa ohatra ny lelan’ omby, sady ho ao am--bavany no ho ao an-orony. [Cousins 1871]
Mahay roa ohatra ny lelan' omby : sady ho ao am-bava no ho ao an' orona. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Celui qui est double et sait se faufiler dans les deux partis est comme la langue du boeuf qui sert pour la bouche et pour le nez. [Veyrières 1913]

Ohabolana Mahakelikely fitia ohatra ny vady saro-piaro. [Rinara 1974]

Ohabolana Mahamaro sakaiza ohatra ny harem-be. [Rinara 1974]

Ohabolana Mahamonamonaina mahatofoka, ohatra ny vahivoraka amoron-kady. [Rinara 1974]
Mahamonamonaina, mahatofoka, toy ny vahivoraka amoron-kady. [Veyrières 1913 #4511, Cousins 1871 #1404, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qui cause du dégoût et donne des nausées comme la plante vahivoraka, plante purgative et vénéneuse, qui pousse au bord des fossés. [Veyrières 1913]
Qui vous répugne et vous dégoûte, comme la liane "vahivoraka" croissant au bord du fossé du village. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les fruits seraient faciles à cueillir, puisqu' ils sont à proximité, mais cette liane est une plante vénéneuse; de là le proverbe. [Houlder 1895]

Ohabolana Mahamonamonaina, ohatra ny tantely vidin' amboa. [Cousins 1871]
Mahamonamonaina ohatra ny tantely vidin' anoka. [Rinara 1974]
Mahamonamonaina tahaky ny tantely vidin' amboa. [Veyrières 1913 #4512]
Dikanteny frantsay Qui donne des nausées comme le miel acheté avec le prix d' un chien. [Veyrières 1913 #4512]
Fanazavana frantsay Les Tanala, habitants des forêts, aimaient les chiens et échangeaient leur miel contre des chiens. Proverbe de mépris pour les chiens ; le sens était que pour le prix d'un chien, on n' avait qu'un mauvais miel donnant des nausées. [Veyrières 1913 #4512]

Ohabolana Mahasadaika ohatra ny mitari-bady tsy lasam-bodiondry. [Rinara 1974]
Mijokojoko ohatra ny mitari-bady tsy lasam-bodiondry. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Mitari-bady tsy lasam-bodiondry. [Veyrières 1913 #1210, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Emmener une femme sans avoir payé le "vodiondry" . [Houlder 1895]
Prendre une femme sans payer le vodiondry ou derrière de mouton. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay C. à d. sans l'avoir épousée légalement au point de vue malgache d'avant la conquête. Le futur devait faire aux parents de l' épouse un présent en argent le jour du mariage, et c' est ce présent qui, aux yeux de tous, rendait le mariage légal. Ce présent s' appelle "vodiondry" ou derrière de mouton, car à l' origine c' était ce présent en nature qui se donnait. [Houlder 1895]
Il n' y avait pas de mariage légal sans cette formalité. [Veyrières 1913]

Ohabolana Mahasalasala hoatry ny mitery ombin-drafozana : misakobona, toa hangala--dronono ; misikim-ponitra, toa hamono zanak' omby. [Veyrières 1913 #1448]
Dikanteny frantsay Ne savoir comment faire, comme le gendre qui va traire la vache de son beau-père : s' il gonfle son lamba, on croira qu' il vole le lait ; s' il se serre les reins avec son lamba, on dira qu' il veut tuer le veau. [Veyrières 1913 #1448]
Fanazavana frantsay Il est difficile de contenter tout le monde, surtout ses beaux-parents. [Veyrières 1913 #1448]

Ohabolana Mahasosotra ohatra ny malahelo misambo--bary : maka mitady ny avo loha, manatitra manao safo vava. [Rinara 1974]
Mahasosotra, ohatra ny malahelo misambo--bary : raha vao maka, mitady avo loha ; nony manatitra, manao safo vava. [Cousins 1871]

Ohabolana Mahatsiravina hoatry ny biby masiaka. [Veyrières 1913 #428]
Dikanteny frantsay Ce sont des guerriers aussi redoutables que les bêtes féroces. [Veyrières 1913 #428]

Ohabolana Mahery an-drano, tahaka ny mpamono vady. [Cousins 1871 #1416]
Mahery an-trano hoatry ny lehilahy mpamono vady. [Veyrières 1913]
Mahery an-trano ohatra ny mpamono vady. [Rinara 1974]
Mahery an-trano tahaky ny mpamono vady. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Dur et cruel envers les siens comme un mari qui bat sa femme. [Veyrières 1913 #1289]
Fanazavana frantsay Sens général : dur envers les siens et timide envers les autres. [Veyrières 1913 #1289]

Ohabolana Mahery an-tanin' olona hoatry ny sakay. [Veyrières 1913 #642]
Mahery an-tanin’ olona, ohatra ny sakay. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Fort sur le terrain d' autrui comme le piment. [Veyrières 1913 #642]
Fanazavana frantsay Se disait des grands qui se croyaient tout permis, et aussi des prétentieux sans influence. [Veyrières 1913 #642]

Ohabolana Mahia maozatra ohatra ny herana. [Rinara 1974]
Makia-maozatra toa harena. [Rinara 1974 #1908]
Makia-maozatra toy ny herana. [Veyrières 1913 #1645, Cousins 1871 #1443, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Cassant et en même temps tenace, comme le "herana" . [Houlder 1895]
Sec mais solide comme le herana ou jonc à larges feuilles. [Veyrières 1913 #1645]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait des gens maigres mais musculeux ; il se disait aussi des petits qui s' opiniâtrent dans un procès contre les grands. [Veyrières 1913 #1645]
Le "herana" est un jonc à larges feuilles dont on couvre les toits. [Houlder 1895]

Ohabolana Mahia tsy marary hoatry ny tsindrahaka an-tatatra. [Veyrières 1913 #2799]
Tsindrahaka an-tatatra, ka mahia tsy marary. [Rinara 1974 #289]
Tsindrahaka an-tatatra : mahia tsy marary. [Veyrières 1913 #1726, Cousins 1871 #3309]
Dikanteny frantsay Cancrelat aquatique qui habite les canaux des rizières : il est maigre sans être malade. [Veyrières 1913 #1726]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui sans être malades, étaient très maigres. [Veyrières 1913 #1726]

Ohabolana Maina tsy azo diasana, hoatry ny fia-parin' andevolahy. [Veyrières 1913 #560]
Maina tsy azo diasana, ohatra ny fia-parin’ an-devolahy. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Maina tsy azo diasana, toy ny fia-parin' ankizilahy. [Rinara 1974 #1895]
Dikanteny frantsay C' est une chose complètement sucée et desséchée sans qu' un autre puisse y revenir, comme la canne à sucre sucée par un esclave. [Veyrières 1913 #560]
Trop sec pour qu' on puisse encore y sucer, comme un morceau de canne à sucre sucé par un esclave. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ou bien il avait de fortes dents, ou bien il était à moitié affamé. [Houlder 1895]
Se disait des choses dont on avait épuisé toutes les ressources. [Veyrières 1913 #560]

Ohabolana Mainka koa manaratsy tena ohatra ny vaviantitra mitomany. [Rinara 1974 #1896]

Ohabolana Mainty ambanin' ny rano hoatry ny tsikovoka. [Veyrières 1913 #4240]
Mainty ambanin’ ny rano, toy ny tsikovoka. [Cousins 1871 #1438]
Mainty ambonin' ny rano toa tsikovoka. [Rinara 1974 #1901]
Dikanteny frantsay Noir sous l'eau comme les dytiques. [Veyrières 1913 #4240]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui ne parviennent pas à se disculper. [Veyrières 1913 #4240]

Ohabolana Mainty helika hoatry ny mpanefy. [Veyrières 1913 #4241]
Mainty helika ohatra ny mpanefy. [Cousins 1871, Houlder 1895, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Avoir les aisselles noires comme les forgerons. [Veyrières 1913 #4241]
Être noir sous les bras comme un forgeron. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Dénoncé par ses propres actes. [Veyrières 1913 #4241]

Ohabolana Maivana tsy zaka hoatry ny hanoanana. [Veyrières 1913 #2511]
Maivana tsy zaka, ohatra ny hanoanana. [Cousins 1871, Nicol 1935]
Maivan-tsy zaka ohatra ny hanoanana. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Mahatsiaro ho tsy misy na inona na inona ny kibo ka maivana, nefa tsy zaka kosa satria reraka ny tena; enti-milaza zavatra roa toa mifanohitra, vokatry ny anton-javatra iray ihany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay C' est un manque de poids bien lourd à porter que la faim. [Veyrières 1913 #2511]
Léger mais insupportable, comme la faim. [Nicol 1935 #365]

Ohabolana May volon-tanana, ohatra ny mpisorona afo. [Cousins 1871]
May volon-tanana sahala amin' ny mpisoron' afo. [Rinara 1974]

Ohabolana Malahelo be sampon-kanina ohatra ny mpanakalo rano. [Rinara 1974]
Malahelo be sampon-kanina toy ny mpanakalo rano. [Houlder 1895 #1451, Veyrières 1913 #2514]
Dikanteny frantsay Pauvre qui a des victuailles extraordinaires, comme la vendeuse d' eau. [Veyrières 1913 #2514]
Un malheureux possédant toutes sortes d' aliments, tel un débitant d' eau. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay En échange de l'eau, elle recevait des morceaux de viande, des fruits, du miel. [Veyrières 1913 #2514]
Quelquefois un pauvre se met à offrir de l'eau aux gens sur un marché, en échange de ce qu' on veut bien lui donner: petits morceaux de viande, morceaux de manioc, poignées de riz, etc., de sorte qu' il se trouve au bout de la journée possesseur d' une étrange collection de bagatelles. [Houlder 1895]

Ohabolana Malaza tsy hihinanana toa viliantsahona. [Rinara 1974 #1934]
Malaza tsy ihinanana hoatry ny viliantsahona. [Veyrières 1913 #1648]
Malaza tsy ihinanana ohatra ny viliantsahona. [Rajemisa 1985]
Malaza tsy ihinanana, toy ny viliantsahona. [Houlder 1895 #819, Cousins 1871 #1460]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona na zavatra mireondreona erý araka ny anarany, fa ny toetrany na ny zava-bitany tsy misy inona. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Celui qui jouit d' une réputation qu' il ne mérite pas, est comme l' herbe aquatique appelée écuelle des grenouilles, bien que les grenouilles n' y mangent pas. [Veyrières 1913 #1648]
De grande réputation, mais dont on ne se sert pas pour manger, comme "l' écuelle des grenouilles" , (nom d' une herbe aquatique à petites feuilles arrondies). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Dans un autre sens on appliquait l' expression aux mauvais sujets. [Veyrières 1913 #1648]

Ohabolana Mamabo tena hoatry ny mitoto vary lena : ny an' ny tena ihany, ka iadiam-po ho lany. [Veyrières 1913 #2383]
Mamabo tena, ohatra ny mitoto vary lena: ny any ny tena ihany, ka iadiam-po ho lany. [Cousins 1871]
Mamabo tena ohatra ny mitoto vary lena, ny an' ny tena ihany no iadiam-po ho lany. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Se piller soi-même, comme celui qui pile du riz encore humide : c' est votre propre bien que vous vous hâtez d' épuiser. [Veyrières 1913 #2383]

Ohabolana Mamantan-trano vita, hoatry ny andevolahy namidy. [Veyrières 1913 #561]
Mamantan-trano vita, ohatra ny andevolahy namidy. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Trouver une maison toute faite comme l' esclave qui a été vendu. [Veyrières 1913 #561]
Fanazavana frantsay Entreprendre sans difficulté. [Veyrières 1913 #561]

Ohabolana Mamarin-tena toy ny fandrotrarana an-kady. [Rinara 1974 #132]
Mamari-tena hoatry ny fandrotrarana an-kady. [Veyrières 1913 #6232]
Mamari-tena, ohatra ny fandrotrarana an-kady. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Se jeter soi-même dans le précipice, comme le chiendent qui est dans fossé. [Veyrières 1913 #6232]

Ohabolana Mamy kely hoatry ny zanaka. [Veyrières 1913 #1520]
Mamy kely ohatra ny zanaka. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qu' on aime petits, comme les enfants. [Veyrières 1913 #1520]
Qu' on chérit petits, comme les enfants. [Houlder 1895]

Ohabolana Mampifilafila ohatra ny vehivavy mitondra harena. [Rinara 1974]

Ohabolana Mampisalasala ohatra ny mitsako vozon' akoho : hatelina toa taolana, haloa toa nofony. [Rinara 1974]
Mampisalasala, ohatra ny mitsako vozon’ akoho ; hatelina, toa taolana; haloa, toa nofony ihany. [Cousins 1871]
Manalasala ohatra ny vozon' akoho tanora. [Rajemisa 1985]
Manalasala ohatra ny vozon' akoho tanora; hanina toa taolana, avala toa nofony ihany. [Rajemisa 1985]
Salasala mivozon’ akoho tanora : haloa, toa nofony ; hatelina, toa taolana. [Nicol 1935 #280, Veyrières 1913]
Salasala toa vozon' akoho tanora : haloa toa nofony, hatelina toa taolana. [Rinara 1974 #3816]
Fanazavana malagasy Enti-milaza zavatra tsy hita hatao ho tsara na ratsy ka manahirana ny saina ny manapaka na hitana na hamela azy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Ambigu ou équivoque comme le cou d’un jeune poulet : le rejeter? mais c’est de la chair ; l’avaler ? mais c’est de Vos. [Nicol 1935 #280]
Ni l' un ni l' autre, tel le cou d' un poulet : si on veut le rejeter, il semble cependant que c' est de la chair ; si on veut l' avaler, il semble que c' est un os. [Veyrières 1913 #4590]
Fanazavana frantsay Se disait pour signifier l' incertitude, quand on se demandait par exemple si un procédé dénotait amitié ou hostilité. [Veyrières 1913 #4590]

Ohabolana Manadala vadintany, hoatry ny mpamosavy be molotra. [Veyrières 1913 #151]
Manadala vadintany, ohatra ny mpamosavy be molotra. [Cousins 1871]
Manadala vadintany toa mpamosavy be molotra. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Embarrasser les envoyés du gouvernement comme les sorciers qui ont de grosses lèvres. [Veyrières 1913 #151]
Fanazavana frantsay Allusion au poison tanguin qu' on administrait aux sorciers : les sorciers à grosses lèvres étaient tellement laids qu'ils effrayaient les justiciers. [Veyrières 1913 #151]

Ohabolana Manafaingana tena toy ny marary be tsy homan-kanina. [Veyrières 1913 #2800]
Manafaingan-tena ohatra ny marary tsy homan-kanina. [Rinara 1974]
Manafaingan-tena ohatra ny marary tsy mahatelin-kanina. [Rinara 1974]
Manafaingan-tena toy ny marary be tsy homan-kanina. [Houlder 1895 #2110, Cousins 1871 #1488]
Marary be tsy mahatelin-kanina, ka manafaingana ny ainy. [Houlder 1895 #2003, Veyrières 1913 #2804]
Dikanteny frantsay Celui qui est gravement malade et ne peut plus rien avaler accélère sa fin. [Houlder 1895]
Hâter sa fin comme un malade qui ne mange plus rien. [Houlder 1895 #2110]
Hâter sa perte comme un malade qui ne mange même plus les choses qu' il aimait. [Veyrières 1913 #2800]
L' homme gravement malade qui ne peut plus prendre de nourriture hâte sa fin. [Veyrières 1913 #2804]
Fanazavana frantsay Celui qui ne pouvait plus manger allait mourir. [Veyrières 1913 #2804]
Les malgaches pensent que quand quelqu' un ne peut plus manger, il doit être près de sa mort. [Houlder 1895]
On faisait manger beaucoup les malades ; quand un malade refusait de manger, son entourage disait qu'il hâtait sa mort ; ce proverbe se disait de ceux qui ne font pas leur possible pour se tirer d' embarras. [Veyrières 1913 #2800]

Ohabolana Manamaimbo tena hoatry ny fiterena. [Veyrières 1913 #3023]
Manamaimbo tena, ohatra ny fiterena. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay S' imprégner soi-même d'une mauvaise odeur comme le vase à traire les vaches. [Veyrières 1913 #3023]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui se déshonorent. [Veyrières 1913 #3023]

Ohabolana Manampontsampona hoatry ny fatin' antitra. [Veyrières 1913 #1830]
Dikanteny frantsay Embarrassant comme le cadavre d' un vieillard dont la mort excite peu de regrets. [Veyrières 1913 #1830]
Fanazavana frantsay Si on ne va pas à l' enterrement, on manque à son devoir ; si on y va, on ne peut pas vaquer à ses affaires ; ce proverbe se disait des choses embarrassantes ; il se disait aussi des petites occupations qui en empêchent de plus grandes. [Veyrières 1913 #1830]

Ohabolana Manana amby tsy ampy ohatra ny sola vaohina. [Rajemisa 1985 #60, Houlder 1895]
Manana amby tsy ampy, toy ny sola vaohina. [Cousins 1871 #1502]
Tsy ampy manana amby toy ny sola somorina. [Veyrières 1913 #2144]
Tsy ampy manana amby toy ny sola vaohina. [Veyrières 1913 #2144]
Tsy ampy tsy lany, tahaka ny sola somorina. [Rinara 1974 #4478]
Dikanteny frantsay Avoir de trop et pourtant n' avoir pas assez, comme un chauve avec des favoris. [Houlder 1895 #2042]
Manquer du suffisant tout en en ayant de reste, comme le chauve qui est barbu. [Veyrières 1913 #2144]
Fanazavana frantsay Avoir trop et pas assez ; avoir du superflu et de la parure, et manquer du nécessaire. [Veyrières 1913 #2144]

Ohabolana Manandrify hoatry ny tenin' adala. [Veyrières 1913 #4765]
Manandrifindrify ohatra ny tenin' adala. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qui tombe juste quelquefois comme les paroles d' un imbécile. [Houlder 1895]
Tomber juste parfois comme les paroles d' un sot. [Veyrières 1913 #4765]

Ohabolana Manao kitoatoa ohatra ny mpiambina : ny tsy hita no zovina! [Rinara 1974]

Ohabolana Manao mosalahy mandrakariva hoatry ny mpivarotra tsy mana-mizana. [Veyrières 1913 #4390]
Manao mosalahy mandrakariva, ohatra ny mpivarotra tsy mana-mizana. [Cousins 1871]
Manao mosalahy ohatra ny mpivarotra tsy mana-mizana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Agir toujours au hasard, comme un marchand qui n' aurait pas de balance. [Veyrières 1913 #4390]
Fanazavana frantsay Agir par à-peu-près et à la légère. [Veyrières 1913 #4390]

Ohabolana Manao ohatra an-dRangahibe leon-tsokina : ny mby am-bilany dia ariana, ary ny any an-tsaha tsy akarina intsony. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Faire comme le vieillard dégoûté du hérisson ; le hérisson qui est dans la marmite, il faut le jeter et ceux qui sont dans la campagne, il ne faut pas les apporter à la maison. [Veyrières 1913 #1833]
Fanazavana frantsay Se disait des choses prises en aversion. [Veyrières 1913 #1833]

Ohabolana Manao ohatra ny hao, ka izy lolohavina indray no hanaikitra. [Cousins 1871]

Ohabolana Manao ohatra ny hao : sady lolohaviko izy no vatsiny aho. [Rinara 1974]

Ohabolana Manao ohatra ny mpitrosa mahay: anio tsy mamoa-javatra, ampitso mifehy trano, afak’ ampitso lasan-davitra. [Cousins 1871, Rinara 1974]

Ohabolana Manarain-tsy lasan-davitra ohatra ny akoho. [Rinara 1974]
Manarain-tsy lasan-davitra, toy ny akoho. [Cousins 1871 #1563]
Marain-tsy lasan-davitra ohatra ny akoho. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Être matinal et pourtant ne pas aller bien loin comme les poules. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Beaucoup de bruit pour rien! [Houlder 1895]

Ohabolana Manaram-po ohatra ny banga mihomehy alina. [Rinara 1974]
Manaram-po ohatra ny banga mihomehy maizina. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ireo olona ratsy toetra ka manararaotra izaitsizy ny toe-javatra sendra. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Manary andro toy ny lehilahy mitsongo anana. [Rajemisa 1985]
Mandany andro ohatra ny lehilahy mitsongo anana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona manao zavatra tsy fanaony ka very andro fotsiny. [Rajemisa 1985]
Ny fanaovan-draharaha tsy mahazatra dia toy ny fanariana andro noho ny tena tsy mahay ka very fotoana azon' ny fikaviaviana. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Manary tena ohatra ny vomanga miseho. [Rinara 1974]
Manary tena toy ny vomanga miseho. [Veyrières 1913 #3028, Cousins 1871 #1570]
Manary tena toy ny vomanga miseho amoron-dalana. [Houlder 1895 #889]
Dikanteny frantsay Se livrer soi-même et s' attirer malheur, comme la patate qui se montre en sortant de terre et est mangée par les rats et les poules. [Veyrières 1913 #3028]
Se perdre soi-même comme des patates poussant au bord d' un chemin et se montrant à fleur de terre. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait des coupables qui se cachent mais cependant se trahissent par quelque signe, et sont pris ; il se disait aussi des gens qui s' attirent malheur en violant une loi ou une défense. [Veyrières 1913]
On les verra et on les volera. [Houlder 1895]

Ohabolana Manavesa-tena sy sahiram-poana hoatry ny malahelo matavibe. [Veyrières 1913 #2520]
Dikanteny frantsay Lourd et embarrassé inutilement comme un pauvre qui est gros. [Veyrières 1913 #2520]

Ohabolana Mandalo dia raikitra ohatra ny tsipolitra antitra. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny olona mora tia sy revorevo foana, na amin' ny fitiavana na amin' ny zavatra hafa. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Mandany ny azo maina ohatra ny mpandova be sitrapo. [Rinara 1974]

Ohabolana Mandao masaka hoatry ny takotra. [Veyrières 1913 #4046]
Mandao masaka, ohatra ny takotra. [Cousins 1871]
Mandao masaka tahaka ny takotra. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny vahiny tsy mety mijanona hihinana ny sakafo efa vita. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay C' est comme le couvercle qui abandonne ce qui est cuit. [Veyrières 1913 #4046]
Fanazavana frantsay Se disait des visiteurs qui s' en vont au moment où le riz est cuit. Sens plus général : laisser une faveur. [Veyrières 1913 #4046]

Ohabolana Mandeha tsy fidiny hoatry ny zaobavim-boka. [Veyrières 1913 #2007]
Dikanteny frantsay Aller contre son gré comme la belle-soeur d' un lépreux. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay La veuve devait épouser le frère de son mari décédé. [Veyrières 1913 #2007]

Ohabolana Mandia tany naleha ohatra ny fanoron' ny tsy mahay. [Houlder 1895]
Mandia tany naleha toa fanoron-dratsy. [Rinara 1974 #2065]
Mandia tany naleha toa fanoron' ny tsy mahay. [Veyrières 1913 #3030, Cousins 1871 #1585]
Dikanteny frantsay Passer toujours par les mêmes endroits, comme le mauvais joueur de "fanorona" . [Houlder 1895]
Revenir sur un terrain déjà parcouru comme les pions d'un joueur de fanorana inhabile. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Le "fanorona", espèce de jeu de dames est le jeu national malgache. [Houlder 1895]
Revenir à ses premiers errements. [Veyrières 1913]

Ohabolana Mandidy sofin-toho ohatra ny tia kely. [Rinara 1974]

Ohabolana Mandrafitra arivo ohatra ny fanantana. [Cousins 1871, Rinara 1974]

Ohabolana Mandrara homana ohatra ny goaika. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Ny feon' ny goaika dia tsy miato na efa mihinina ny voanjon' olona aza ka mova tsy ny mpiandry miseho ho mikarakara iny izy, kanjo izy no tena mihinana ny zavatra andrasany. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Mandrebireby ny taona hoatry ny tsaramaso mamoa ririnina. [Veyrières 1913 #3127]
Mizaha mandrebireby ny taona, ohatra ny tsaramaso mamoa ririnina. [Cousins 1871]
Mizaha toetra (mandrebireby) ny taona tahaka ny tsaramaso mamoa ririnina. [Rinara 1974 #3]
Mizaha toetra ny taona hoatry ny tsaramaso mamoa ririnina. [Veyrières 1913 #3127]
Mizaha toetra ny taona, ohatra ny tsaramaso mamoa ririnina. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Tenter ou troubler la saison comme les haricots qui donnent des fruits en hiver. [Veyrières 1913 #3127]
Fanazavana frantsay Se disait des choses arrivant hors de saison. [Veyrières 1913 #3127]

Ohabolana Mandroroa ohatra ny mason' antitra. [Rinara 1974 #2082]
Mandroroa toy ny mason' antitra. [Veyrières 1913 #1836, Cousins 1871 #1600, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Voir double comme les yeux des vieux. [Houlder 1895 #1939]
Voir double comme les yeux du vieillard. [Veyrières 1913 #1836]
Fanazavana frantsay Se disait au propre et au figuré. [Veyrières 1913 #1836]

Ohabolana Mandroso midina hoatry ny rambon' omby. [Veyrières 1913 #3268]
Mandroso midina ohatra ny rambon' omby. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Croître en descendant comme la queue du boeuf. [Veyrières 1913]

Ohabolana Manehoeho hoatry ny angaroha babo : raha maneno, mahavaky toby, kanjo nony izahana, kely. [Veyrières 1913 #5702]
Manehoeho ohatra ny angaroa babo: maneno maneno mahavaky toby, kanjo nony zahana kely ihany. [Rinara 1974]
Manehoeho, ohatra ny angaroa babo : raha maneno, mahavaky toby ; kanjo nony izahana, kely. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Retentissant comme la conque marine prise en butin : quand elle sonne, son bruit disperse tout un camp ; mais quand on s' approche pour la voir, elle est bien petite. [Veyrières 1913 #5702]
Fanazavana frantsay De loin c' est quelque chose. Je près ce n'est rien. [Veyrières 1913 #5702]

Ohabolana Mangala-pijery ohatra ny banga voaroso taolan--dohaliny. [Rinara 1974]

Ohabolana Mangata-maso ohatra ny mpihaingo vao tampohiny. [Rinara 1974]

Ohabolana Manila ohatra ny oran-dratsy. [Rinara 1974]

Ohabolana Maniry hanina an-tenda, hoatry ny amboa miambozon-koditra. [Veyrières 1913 #5859]
Maniry manitra ohatra ny alika miambozon-koditra. [Akademia 2005, Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Nahoana no maniry manitra tahaka ny alika miambozon-koditra ? [Rinara 1974 #179]
Fanazavana malagasy Entina milaza olona mitsiriritra zava-tsoa izay lavitra azy sy mety ho sarotra ny hahazoana azy nefa tsy lavitra azy dia efa misy an'io zavatra tsiriritiny io saingy tsy azony alaina ho azy akory. [Akademia 2005]
Entina milaza olona tsy lavitra zava-tsoa iray, nefa tsy afaka haka azy fa mitsiriritra lava eny. [Rajemisa 1985]
Eo akaikin' ny zavatsoa iray lalandava, nefa tsy afaka hanararaotra. [Rajemisa 1985]
Maniry hahazo zavatra mahafinaritra izay eo akaikin' ny tena lalandava, nefa tsy ho azo na oviana na oviana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Désirer une nourriture qu' on a à la gorge, c' est comme le chien qui a un collier en peau. [Veyrières 1913 #5859]

Ohabolana Maniry hanina an-tenda, ohatra ny amboamiam-bozon-koditra. [Cousins 1871]

Ohabolana Maniry manitra ohatra ny boka anaty tapia. [Rinara 1974]
Nahoana no maniry manitra, hoatry ny boka anaty tapia ? [Veyrières 1913 #2018]
Nahoana no maniry manitra ohatra ny boka anatin' ny ala-tapia. [Rinara 1974]
Nahoana no maniry manitra ohatra ny boka anaty tapia? [Cousins 1871, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Pourquoi recherchez-vous ce qui est doux (ou: sent bon) comme un lépreux au milieu des "tapia?". [Houlder 1895]
Pourquoi soupirer après les parfums comme un lépreux au milieu des arbres tapia ? [Veyrières 1913 #2018]
Fanazavana frantsay Désirs peu proportionnés. [Veyrières 1913 #2018]
Le "tapia" est un arbre dont les fruits sont comestibles et dont les feuilles servent de nourriture aux vers à soie. Mais, quoique cet arbre ne soit pas élevé, le lépreux ne peut pas saisir les fruits, ni même ramasser ceux qui sont à terre. [Houlder 1895]

Ohabolana Manisa be tsy ho any ny tena, tahaka ny vady kelin’ ny mpanan-karena. [Cousins 1871]
Manisa be tsy ho an' ny tena ohatra ny vady tokantrano mason' ny mpanan-karena. [Rajemisa 1985]
Manisa be tsy ho an' ny tena, tahaky ny vadikelin' ny mpanan-karena. [Veyrières 1913 #1426]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona izay tompony tsy mizaka amin' ny zavatra na fananana eo am-pelatanany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Faire le compte de beaucoup de choses qu'on n' a pas pour soi, comme l' épouse secondaire d' un riche polygame. [Veyrières 1913 #1426]

Ohabolana Manita-draharaha toy ny sima misioka. [Veyrières 1913 #2620, Houlder 1895]
Manitatra ohatra ny sima misioka. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Augmenter son mal (litt. son travail) comme un bec-de-lièvre qui siffle. [Houlder 1895 #2083]
Augmenter son mal ou son travail, comme un bec-de-lièvre qui siffle. [Veyrières 1913 #2620]

Ohabolana Manjaka telo minitra hoatry ny varivarin-toaka. [Veyrières 1913 #5555]
Manjaka telo minitra, ohatra ny varivarin-toaka. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Régner pendant trois minutes comme celui qui est rendu joyeux par le rhum. [Veyrières 1913 #5555]
Fanazavana frantsay Se disait de l' ivresse, et des joies de peu de durée. [Veyrières 1913 #5555]

Ohabolana Manjilajilatra hoatry ny feo vantony. [Veyrières 1913 #4769]
Manjilajilatra ohatra ny feo vantony. [Houlder 1895]
Manjilajilatra tahaka ny feo vantony. [Rinara 1974 #2119]
Dikanteny frantsay Eraillé, comme une voix qui mue. [Houlder 1895]
Voix éraillée comme la voix qui mue. [Veyrières 1913 #4769]

Ohabolana Manjohizohy mihafihafy ohatra ny antitra mahantra. [Rinara 1974]

Ohabolana Manjonitra tsy mana-manjo hoatry ny vorondolo. [Veyrières 1913 #5556]
Manjonitra tsy mana-manjo, ohatra ny vorondolo. [Cousins 1871]
Manjonitra tsy mana-manjo toa vorondolo. [Rinara 1974 #2124]
Dikanteny frantsay Sombre et mélancolique sans porter le deuil, comme le hibou. [Veyrières 1913 #5556]
Fanazavana frantsay Se disait par moquerie de ceux qui étaient tristes sans motif. [Veyrières 1913 #5556]

Ohabolana Manova ny tsy fanao, hoatry ny mihinana an-tsotrobe. [Veyrières 1913 #328]
Manova ny tsy fanao, ohatra ny mihinana an-tsotrobe. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Changer les coutumes et faire ce qu' on n' a jamais fait, comme celui qui mange avec la grande cuiller en usage pour prendre les aliments dans la marmite. [Veyrières 1913 #328]

Ohabolana Marary lava ohatra ny ahitra an-tsena. [Rinara 1974]
Marary lava toy ny ahitra an-tsena. [Houlder 1895 #2004, Veyrières 1913 #2806]
Dikanteny frantsay Qui est continuellement malade, comme l' herbe poussant sur un marché. [Houlder 1895]
Qui est toujours malade, comme l'herbe poussant sur le marché et qui est sans cesse piétinée. [Veyrières 1913 #2806]
Fanazavana frantsay Parce quelle est constamment piétinée, semaine après semaine, tous les marchés étant hebdomadaires. [Houlder 1895]

Ohabolana Matavy anarana, fa mahia tena hoatry ny saingona. [Veyrières 1913 #1654]
Matavy anarana, famahiatena, ohatra ny saingona. [Cousins 1871]
Matavy anarana ohatra ny saingona. [Rinara 1974]
Tahaka ny saingona : matavy anarana, fa mahia tena. [Cousins 1871 #2963]
Dikanteny frantsay Gros de nom et maigre de corps comme l' herbe qu' on nomme saingona. [Veyrières 1913 #1654]
Fanazavana frantsay Le même mot qui signifie gros, est le nom d' une herbe longue servant à couvrir le faîtage des maisons. [Veyrières 1913 #1654]

Ohabolana Matavy vasoka, hoatry ny samoimboatavo. [Veyrières 1913 #2209]
Matavy vasoka ohatra ny samoim-boatavo. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Mauvaise graisse, sans éclat, comme le sphinx grisâtre qui suce les fleurs des citrouilles. [Veyrières 1913 #2209]
Fanazavana frantsay Se disait des mauvais riches et des richesses mal acquises. [Veyrières 1913 #2209]

Ohabolana Maty an-dazony hoatry ny valala nosamborim-boka. [Veyrières 1913 #2009]
Maty an-dazony, ohatra ny valala nosamborim-boka. [Cousins 1871]
Maty an-dazony, tahaka ny valala samborim-boka. [Rinara 1974 #2200]
Matimaty foana tahaka ny valala samborim-boka. [Rinara 1974 #144]
Maty tsy amin' ny antony (potsitra) toy ny valala nosamborim-boka. [Rinara 1974 #2205]
Dikanteny frantsay Mourir d' une mort violente comme la sauterelle saisie par le lépreux. [Veyrières 1913 #2009]
Fanazavana frantsay Il l' écrase de ses mains difformes et maladroites. [Veyrières 1913 #2009]

Ohabolana Maty foana, hoatry ny mamelon-jaza boka : miandry izay hahalehibiazany, kanjo nilaozany nanala rantsana. [Veyrières 1913]
Maty foana, ohatra ny mamelon-jaza boka miandry izay hahalehibiazany, kanjo nilaozany nanala-rantsana. [Cousins 1871]
Maty foana ohatra ny mitaiza zaza boka : miandry izay hahalehibeazany kanjo nilaozany nanala rantsana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Peiner pour rien, comme celui qui élève un enfant lépreux : on attend qu' il grandisse et il est en train de perdre ses doigts. [Veyrières 1913 #2010]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui travaillent en pure perte. [Veyrières 1913 #2010]

Ohabolana Matin-delany toa toho ary matin-tanany ohatra ny foza. [Rinara 1974]
Matin-delany toa toho: ary matin-tanany toa foza. [Houlder 1895 #1144]
Matin-delany, toa toho ; matin-tanany, toa foza. [Cousins 1871 #1673, Nicol 1935 #199]
Dikanteny frantsay Etre victime de sa langue, comme le petit poisson ; ou de ses pattes comme le crabe. [Nicol 1935 #199]
Tué (ou pris) par sa langue, comme un poisson; et tué (ou pris) par ses pattes, comme un crabe. [Houlder 1895]

Ohabolana Matin-kambo ohatra ny ombalahy manaka-drano. [Rinara 1974]
Matin-kambo, toy ny ombilahy manaka-drano. [Cousins 1871 #1676]

Ohabolana Matin-keriny ohatra ny famaky. [Rinara 1974]
Matin-keriny toy ny famaky. [Veyrières 1913 #6307, Cousins 1871 #1679]
Dikanteny frantsay Victime de sa force comme la hache à couper le bois. [Veyrières 1913 #6307]
Fanazavana frantsay Se disait des audacieux. [Veyrières 1913 #6307]

Ohabolana Maty tsy antonony ohatra ny reniakoho nosingora-mahazaka. [Rinara 1974]
Maty tsy antonony, toy ny reny akoho nosongira-mahazaka. [Cousins 1871 #1668]

Ohabolana Maty vao mizara efatra hoatry ny tandrok' omby. [Veyrières 1913 #2875]
Maty vao mizara efatra, ohatra ny tandrok’ omby. [Cousins 1871]
Maty vao mizara efatra toa tandrok' omby. [Rinara 1974 #2212]
Dikanteny frantsay C' est une fois mort qu' il se partage en quatre comme les comes du boeuf. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait du partage après la mort. [Veyrières 1913 #2875]

Ohabolana Mena ambanin' ny mena. [Veyrières 1913 #649]
Mena ambanin' ny mena ohatra ny tretrak' akoholahy. [Rajemisa 1985]
Toy ny tretrak' akoholahy : mena, fa ambanin' ny mena. [Veyrières 1913 #688, Cousins 1871 #3243]
Toy ny tretrok' akoholahy, ka mena ambanin' ny mena. [Rinara 1974 #4346]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona manam-pahefana, nefa mbola misy ambony noho izy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay C' est comme les barbillons charnus qui se trouvent au-dessous de la gorge du coq : c' est du rouge au-dessous d' un plus rouge. [Veyrières 1913 #688]
C' est de la pourpre au-dessous d' une autre pourpre plus rouge. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Chef puissant qui en a de plus puissants au-dessus de lui. [Veyrières 1913]
Se disait des chefs subalternes et aussi de deux choses semblables. [Veyrières 1913 #688]

Ohabolana Miadan-dratsy ohatra ny boka mitery. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Miadan-dratsy ohatra ny boka mitery omby. [Houlder 1895]
Miadan-dratsy, toy ny boka mitery. [Cousins 1871 #1704]
Miadan-dratsy toy ny boka mitery omby. [Veyrières 1913 #2012]
Fanazavana malagasy Entimilaza izay mba mahita fiadanana ihany na dia ao anatin' ny fahasahiranana lehibe aza. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Avoir du bonheur dans son malheur, comme le lépreux qui trait une vache. [Veyrières 1913 #2012]
Qui est d' une mauvaise lenteur comme un lépreux trayant une vache. [Houlder 1895]

Ohabolana Miainga ila hoatry ny tain' omby voahitsaka. [Veyrières 1913 #3700]
Miainga ila ohatra ny tain' omby voahitsaka. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Dont un côté se soulève comme de la bouse de vache foulée aux pieds. [Veyrières 1913 #3700]

Ohabolana Miala sasatra vao mandia loha ohatra ny siny. [Houlder 1895]
Miala sasatra vao mandia loha tahaka ny siny. [Rinara 1974 #2245]
Dikanteny frantsay Se reposer avant de marcher (ou d' avoir) la tête en bas comme une cruche. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay On ne pose la cruche, la tête, c. à. d. l'ouverture, en bas, que lorsqu' on ne s' en sert plus, ou quelle est vide (quelle se repose); mais, par euphémisme, marcher la tête en bas veut dire faire de grands efforts. Ce proverbe marque ainsi le fait de quelqu' un qui, tout en paraissant se reposer, ou au moment où il devrait se reposer, travaille plus dur qu' avant. [Houlder 1895]

Ohabolana Mialikalika ohatra ny voalavo : ny alin-kandriana vao itavanana. [Rinara 1974]
Mialikalika toy ny voalavo : ny alin-kandriana no itavanana. [Veyrières 1913 #3037, Cousins 1871 #1715]
Dikanteny frantsay Mener une vie dévergondée comme les rats : ils font leur sabbat la nuit alors qu' il faudrait dormir. [Veyrières 1913 #3037]

Ohabolana Miandry mahazo ohatra ny vovo. [Rajemisa 1985]
Ny vovo no miandry mahazo : ao ny be siasia. [Rinara 1974 #3374]
Fanazavana malagasy Entina ilazana izay rehetra tsy mba manenjika nefa mahazo ihany. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Miangolangola ohatra ny tenda fararano. [Rinara 1974]
Miangolangola toy ny tenda fararano. [Houlder 1895 #1137]
Dikanteny frantsay Satisfaire ses caprices, comme le gosier au moment de la récolte. [Houlder 1895]

Ohabolana Miarizaka, ohatra ny kary an-efitra. [Cousins 1871]

Ohabolana Miavaka anatiny, hoatra ny hasim-boasary. [Cousins 1871]
Miavaka anatiny, hoatra ny maso misy fotsy. [Cousins 1871]
Miavaka anatiny hoatry ny hasim-boasary. [Veyrières 1913 #1102]
Miavaka anatiny hoatry ny maso misy fotsy. [Veyrières 1913 #1103]
Miavaka anatiny ohatra ny maso fotsy. [Houlder 1895]
Miavaka anatiny ohatra ny maso misy fotsy. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Faire bande à part à l' intérieur, comme des quartiers d' oranges. [Veyrières 1913 #1102]
Faire bande à part à l' intérieur comme une taie dans l'oeil. [Veyrières 1913]
Qui est bien séparé en dedans comme un œil avec une taie. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Qui est clair et net. [Houlder 1895]
Se disait des parents qui ne se mêlaient pas aux autres. [Veyrières 1913 #1103]
Se disait des parents qui restaient à l' écart de leurs parents. [Veyrières 1913 #1102]

Ohabolana Miavon-tsy feno ohatra ny tain-delo : mbola tsy feno dia manamorona. [Rinara 1974]
Miavon-tsy feno, toa tain-delo: mbola tsy feno, ka manamorona. [Cousins 1871 #1737]

Ohabolana Mibalitalita hoatry ny amboa kely voky ron-kena. [Veyrières 1913 #4695]
Dikanteny frantsay Marcher avec peine comme un petit chien au gros ventre, repu de sang. [Veyrières 1913 #4695]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui mangent trop. [Veyrières 1913 #4695]

Ohabolana Mibehambehana ohatra ny vorontsiloza avy nosiahina. [Nicol 1935]
Nibehambehana, ohatra ny vorontsiloza avy nosiahina. [Cousins 1871]
Nibehambehana tahaka ny vorontsiloza avy nosiahina. [Rinara 1974 #2781]
Dikanteny frantsay Se pavaner comme un dindon qui vient d’entendre siffler. [Nicol 1935 #157]

Ohabolana Miboridana hoatry ny omby. [Veyrières 1913 #3038]
Dikanteny frantsay Aller nu comme les boeufs. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait au sens littéral et aussi au sens figuré, des personnes sans pudeur. [Veyrières 1913 #3038]

Ohabolana Mibory mihefika ohatra an-dRalanimboahangy! [Rinara 1974]

Ohabolana Midaboka boatra ny hazo voakapa aho; mivelatra boatra ny tsibibe nanabazana. [Cousins 1871]
Midaboka hoatry ny hazo voakapa aho, mivelatra hoatry ny tsihibe nanahazana. [Veyrières 1913 #4246]
Midaboka ohatra ny hazo voakapa ary mitsotra tahaka ny amalo-maty. [Rinara 1974]
Midaboka ohatra ny hazo voakapa ; mivelatra ohatra ny tsihibe nanahazana. [Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Je tombe de tout mon long comme un arbre qu' on a abattu, je m' étends comme une grande natte qui a servi à faire sécher. [Veyrières 1913 #4246]
S’écrouler comme un arbre abattu; s’étaler comme une natte au séchoir. [Nicol 1935 #370]
Fanazavana frantsay Comparaisons pour dire : je demande grâce. [Veyrières 1913 #4246]

Ohabolana Midaron-tsy malefaka, hoatra ny ravim-bomangalahy an-tanimena. [Cousins 1871]
Midaron-tsy malefaka ohatra ny ravim-bomangalahy an-tanimena. [Rinara 1974]

Ohabolana Miditra an-tranon' olona, misolelaka ohatra ny sifotra, fa nony idiran' an-trano, mikainkona tahaka ny sokina. [Rinara 1974]

Ohabolana Miditra an-tsipiriany, ohatra ny vakan' ny Talaotra. [Rinara 1974]
Miditra an-tsipiriany toy ny tohivakan' ny Talaotra. [Houlder 1895]
Tohivakan' ny Talaotra, ka miditra an' tsipiriany. [Veyrières 1913 #342]
Toy ny tohivakan' ny Talaotra : miditra an-tsipiriany, misavorovoro jerena fa milamina am-pitohizana. [Rinara 1974]
Toy ny tohy vakan-Talaotra: miditra an-tsipiriany. [Cousins 1871 #3240]
Dikanteny frantsay C' est comme les six perles des Arabes qui sont enfilées avec ordre. [Veyrières 1913 #342]
Fait avec ordre, comme l' enfilement des perles des Talaotra. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les Talaotra sont une tribu d' origine arabe qui occupe une partie de la côte sud-est de Madagascar. [Houlder 1895]
Se disait des six divisions de la noblesse et des six divisions de la caste des Tsiarondahy, descendants des noirs ou serfs royaux ; se disait aussi pour indiquer la filière à suivre, comme dans le chapelet de perles que les Arabes de la côte avaient apporté ; le sens général est qu' il faut agir avec ordre. [Veyrières 1913 #342]

Ohabolana Midodododo amin-doza, ohatra ny omby hatao afana. [Cousins 1871]
Midodododo amin-doza tahaka ny omby hatao afana. [Rinara 1974 #2289]
Midodododo ohatra ny omby atao afana. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Courir comme un boeuf qu' on va tuer pour les funérailles. Courir à son malheur. [Houlder 1895]

Ohabolana Midohaka amin' ny be tsy ho an' ny tena ohatra ny vadin-kelin' ny mpanana. [Rinara 1974]

Ohabolana Miebo tapany, boatra ny rano an-tatatra. [Cousins 1871 #1746]
Miebo tapany, ohatra ny rano an-tatatra. [Houlder 1895]
Miebo tapany ohatra ny ranon-driaka an-tatatra. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Qui ne s' en croit qu' à moitié, comme l' eau d' une rigole. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay L' eau ne remplit la rigole qu' à moitié. [Houlder 1895]

Ohabolana Miefonefona hoatry ny zaza voky tain-jiro. [Veyrières 1913 #1525]
Dikanteny frantsay Être essoufflé comme un enfant repu de suif de chandelle. [Veyrières 1913 #1525]

Ohabolana Mierotra tsy matory, boatra ny kitratraina. [Cousins 1871 #1749]
Mierotra tsy matory, hoatry ny kitratraina. [Veyrières 1913 #2813]
Dikanteny frantsay Ronfler sans dormir comme un poitrinaire ou un asthmatique. [Veyrières 1913 #2813]

Ohabolana Mifampihinjihinjy ohatra ny adin' angely. [Rinara 1974]
Mihinjihinjy, ohatra ny adin’ angely. [Cousins 1871]

Ohabolana Mifezafeza hoatry ny andilam-pangaraka. [Veyrières 1913 #2532]
Dikanteny frantsay Celui qui a une faim canine à la taille comme celle de l' abeille maçonne. [Veyrières 1913 #2532]

Ohabolana Mihanfon-kariva ohatra ny salakan' Amboantany. [Houlder 1895]
Mihanton-kariva hoatry ny salakan' Amboantany. [Veyrières 1913 #1838]
Mihanton-kariva, ohatrany salakan' Amboantany. [Cousins 1871]
Mihanton-kariva, sahala amin' ny salakan' Amboantany. [Rinara 1974 #2316]
Dikanteny frantsay Qu' on suspend vers le soir comme les pagnes d' Amboantany. [Houlder 1895]
Suspendu le soir, comme le salaka à ceindre les reins d'Amboantany. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Déposer ses habits avant d' avoir terminé son ouvrage. [Houlder 1895]
Se disait des gens qui ne trouvaient que tard le repos et le respect. [Veyrières 1913 #1838]

Ohabolana Miharihary ohatra ny kary am--pamoloana. [Rajemisa 1985]
Miharihary toa kary am--pamoloana. [Rinara 1974 #2318, Cousins 1871 #1766]
Miharihary toy ny kary am--pamoloana. [Houlder 1895 #2257, Veyrières 1913 #5008]
Fanazavana malagasy Enti-milaza zavatra na olona miseho mibaribary tsara tsy misy miafina. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Cela se voit comme le chat sauvage dans l' aire, où rien ne le cache. [Veyrières 1913 #5008]
Être bien exposé à tous les yeux comme un chat tigré sur une aire (en plein air). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ça crève les yeux. [Veyrières 1913 #5008]

Ohabolana Miharihary, ohatra ny vay an-kandrina. [Cousins 1871, Nicol 1935]
Miharihary sarotra afenina toa vay an-kandrina. [Rinara 1974 #2317]
Miharihary toy ny vay an-kandrina. [Veyrières 1913 #5009]
Vay an-kandrina ka sarotra afenina. [Houlder 1895 #2082, Veyrières 1913 #2834]
Dikanteny frantsay Etre en évidence, comme une plaie au front. [Nicol 1935 #371]
Furoncle au front : il est difficile de le cacher. [Veyrières 1913 #2834]
Un furoncle sur le front est difficile à cacher. [Houlder 1895]
Visible comme le furoncle sur le front. [Veyrières 1913 #5009]
Fanazavana frantsay Cela crève les yeux. [Veyrières 1913 #5009]
On ne peut pas tenir secret ce qui se voit. [Veyrières 1913 #2834]

Ohabolana Mihazakaza-dava ohatra ny ombilahy. [Rinara 1974]
Mihazakaza-dava toa ombalahy. [Veyrières 1913 #1658]
Mihazakaza-dava toa ombilahy. [Veyrières 1913 #1658, Cousins 1871 #1769]
Dikanteny frantsay Courir toujours comme un taureau. [Veyrières 1913 #1658]
Fanazavana frantsay Se disait des libertins et des vagabonds. [Veyrières 1913 #1658]

Ohabolana Miherikerika ohatra ny ombalahy babo. [Rinara 1974]
Miherikerika, toy ny ombilahy babo. [Houlder 1895 #1110, Cousins 1871 #1772]
Dikanteny frantsay Regarder en arrière comme un taureau prisonnier. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Malgré sa force - il n' aurait jamais dû être pris - c' est maintenant tout ce qu' il peut faire. [Houlder 1895]

Ohabolana Mihinan-dreny hoatry ny vitsika. [Veyrières 1913 #979]
Dikanteny frantsay Enfants qui dissipent les biens de leurs parents : ils font comme les fourmis qui mangent leur mère. [Veyrières 1913 #979]
Fanazavana frantsay Il s'agit du serpent appelé renimandotra qu'on prétendait habiter dans les fourmilières et être nourri par les fourmis qui le mangeaient ensuite. [Veyrières 1913 #979]

Ohabolana Mihinjihinjy hoatry ny andevolahy maty anaka. [Veyrières 1913 #5558]
Mihinjihinjy ohatra ny andevolahy maty anaka. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Raide comme un esclave dont l' enfant vient de mourir. [Veyrières 1913 #5558]
Se raidir comme un esclave dont l’enfant vient de mourir. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Contrairement aux autres il ne verse pas de larmes. [Houlder 1895]
L' esclave ne pleure pas. [Veyrières 1913 #5558]

Ohabolana Mihotsaka ho azy ohatra ny ranovola tra-maraina. [Rinara 1974]

Ohabolana Miisa roa ohatra ny fatin-jaza, sady ao atsimon-trano no am--pasan--drazana. [Rinara 1974]
Misa roa, toa fatin-jaza : sady atsimon-trano no am--pasan--drazana. [Veyrières 1913 #377]
Misa roa, toa fatin-jaza: sady atsimo trano no am--pasan--drazana. [Cousins 1871 #1823]
Nahoana no dia misa roa toa fatinjaza: sady ao atsimon-trano no am--pasan--drazana? [Houlder 1895 #2131]
Dikanteny frantsay Avoir deux parts, comme le cadavre d' un enfant : il est enterré au sud de la maison, et encore dans le tombeau des ancêtres. [Veyrières 1913 #377]
Comment se fait-il que vous avez deux places, comme le corps d' un enfant mort, une au sud de la maison, et l' autre dans le tombeau des ancêtres? [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe fait allusion au placenta enterré par le père au sud de la maison, à la naissance de l' enfant ; on le disait en guise de protestation quand quelqu'un, à deux titres différents, était appelé à faire double corvée ou à payer double impôt. On peut dire aussi que l'enfant avait deux tombeaux, parce qu' on l' ensevelissait d' abord au sud de la maison, en attendant que le tombeau de l' ouest fût ouvert pour un adulte ; alors on l' y transportait. [Veyrières 1913 #377]
Le corps d' un petit enfant est souvent enseveli temporairement près de la maison, ou près du tombeau de famille, au sud: il y reste jusqu' à ce qu' on ouvre ce tombeau pour y mettre un membre adulte de la famille, car alors on l' exhume et on le met avec les autres. [Houlder 1895]

Ohabolana Miisa roa toa ramanavy : manidina vorona, mipetraka totozy. [Rinara 1974 #2330]
Misa roa hoatry ny manavy : manidina, vorona ; mipetraka, totozy. [Veyrières 1913 #5011]
Misa roa, toa manavy: manidina, vorona; mipetraka, totozy. [Cousins 1871 #1824]
Dikanteny frantsay Se faire passer pour deux choses à la fois, comme la chauve-souris : quand elle vole, c' est un oiseau ; quand elle se pose, c' est une souris. [Veyrières 1913 #5011]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui jouent double jeu, et de ceux qui prennent deux parts dans une distribution. [Veyrières 1913 #5011]

Ohabolana Mijaikojaiko ohatra ny tanalahy. [Rinara 1974]
Mijaikojaiko, tahaka ny tanalahy leom-paraky. [Cousins 1871]
Mijaikojaiko tahaky ny tanalahy leom-paraky. [Veyrières 1913 #6175]
Dikanteny frantsay Marcher à pas comptés comme un caméléon ivre de tabac. [Veyrières 1913 #6175]

Ohabolana Mijalijaly am--pitoerana, hoatry ny zaza tsy afa-dratsiaina. [Veyrières 1913 #5918]
Mijalijaly am--pitoerana, ohatra ny zaza tsy afa-dratsiaina. [Cousins 1871]
Mijalijaly ohatra ny zaza tsy afa-dratsiana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Piétiner sur place comme un enfant dont on n' a pas satisfait les caprices. [Veyrières 1913 #5918]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui ne peuvent pas se procurer ce qu' ils désirent. [Veyrières 1913 #5918]

Ohabolana Mikiakiaka sy mijafajafa hoatry ny voalavo terin-tonta. [Veyrières 1913 #5010]
Dikanteny frantsay Crier et se débattre comme un rat pris au piège. [Veyrières 1913 #5010]

Ohabolana Mikoan' ny nahiny hoatry ny hadin' Ambohitrandraina. [Veyrières 1913 #2390]
Mikoan’ ny nahiny, ohatra ny hadin’ Ambohitrandraina. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay S' ébouler soi-même comme le fossé d' Ambohitrandraina. [Veyrières 1913 #2390]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui se ruinent. [Veyrières 1913 #2417]

Ohabolana Mikoan' ny nahiny hoatry ny ranovolan' Ingahitsiadiana. [Veyrières 1913 #2391]
Mikoan’ ny nahiny, ohatra ny ranovolan’ Ingahitsiadiana. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Tomber par sa faute comme les croûtes de riz adhérentes à la marmite d' Ingahitsiadiana. [Veyrières 1913 #2391]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui se ruinent. [Veyrières 1913 #2417]

Ohabolana Mikoan' ny nahiny ohatra ny ampango tra-maraina. [Rajemisa 1985 #67]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny zavatra rehetra mianjera ho azy rehefa tonga ny fotoany na dia tsy nisy nampianjera aza. [Rajemisa 1985 #694]
Miala ho azy amin' ny nahim-pony fa tsy ilaina esorina akory rehefa tonga ny fotoanany. [Rajemisa 1985 #67]

Ohabolana Mikorisarisa ohatra ny fandehan-kankana. [Rinara 1974]
Mikorisarisa toy ny fandehan-kankana. [Houlder 1895 #1254, Cousins 1871 #1782]
Dikanteny frantsay Marcher en glissant sur (ou frottant) la terre comme un ver. [Houlder 1895 #1254]

Ohabolana Milambam-bary hoatry ny aretin' Imamo, ka ny sisa tsy maty be kibo. [Veyrières 1913 #2881]
Milambam-bary, ohatra ny aretin’ Imamo, ka ny aisa tsy maty be kibo. [Cousins 1871]
Milambam-bary ohatra ny aretin' Imamo, ka ny sisa tsy maty be kibo. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Grande mortalité à la façon du riz couché à terre par le vent ou la pluie : c' est comme dans l' épidémie qui a frappé les gens de l'Imamo et ceux qui ne meurent pas deviennent ventrus. [Veyrières 1913 #2881]
Fanazavana frantsay Allusion à une grande épidémie qui avait eu lieu dans l'Imamo. [Veyrières 1913 #2881]

Ohabolana Milamina, ohatra an-dRafotsibe mihinam-boangory. [Cousins 1871, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Procéder avec lenteur comme une vieille qui mange des hannetons. [Veyrières 1913 #1884]

Ohabolana Miloloha mamy tsy ho any ny tena, toy ny vatan’ akondro afa-boa. [Cousins 1871 #1789]
Miloloha mamy tsy ho an' ny tena ohatra ny akondro afa-boa. [Rinara 1974]
Vatan’ akondro afa-boa: miloloha mamy tsy ho any ny tena. [Cousins 1871]
Vatan’ akondro afa-boa : miloloha mamy tsy ho an’ ny tena. [Veyrières 1913 #3881, Nicol 1935]
Vatan' akondro afa-boa : niloloha ny mamy tsy ho an' ny tena. [Rinara 1974 #4885]
Dikanteny frantsay Bananier auquel on enlève le régime de bananes qu'il porte : il porte des douceurs mais ce n' est pas pour lui. [Veyrières 1913 #3881]
Bananier dépouillé de ses fruits : il s’est chargé de douceurs, mais pas pour lui-même. [Nicol 1935 #238]
Fanazavana frantsay Travailler pour que d' autres en profitent. [Veyrières 1913 #3881]

Ohabolana Mimenomenona ohatra ny ampelam-bantotra. [Cousins 1871, Houlder 1895, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Murmurer comme une jeune esclave (à vendre). Sur le marché où les esclaves à vendre étaient exposés comme des pièces de bétail, une jeune esclave devait danser pour montrer ses qualités à un acheteur possible, mais elle ne se soumettait à l' examen qu' avec la plus grande répugnance. [Houlder 1895]

Ohabolana Mimonomonona hoatry ny lalitra hianao ; miriorio hoatry ny angidina. [Veyrières 1913 #3491]
Mimonomonona ohatra ny lalitra hianao; miriorio ohatra ny angidina. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Vous bourdonnez comme une mouche, et vous voltigez comme une libellule. [Houlder 1895]
Vous bourdonnez comme une mouche, vous voltigez comme une libellule. [Veyrières 1913 #3491]
Fanazavana frantsay Proverbe servant peut-être à exciter quelqu' un à se battre plus fort. [Houlder 1895]

Ohabolana Mimpody an-tenda ohatra ny varin' ny mpifana. [Rinara 1974]
Mimpody an-tenda, toy ny varin’ ny mpifana. [Veyrières 1913 #358, Cousins 1871 #1794]
Dikanteny frantsay Le peuple est parfois comme la femme en couches, qui avale difficilement ou rejette la nourriture : il revient sur ce qui avait été décidé et l' affaire est à recommencer. [Veyrières 1913 #358]
Fanazavana frantsay Les Malgaches avaient l'habitude de forcer les femmes en couches à manger le plus possible ; ce proverbe, au sens général, pouvait se dire de tous ceux qui voulaient se dédire et retirer leur parole. [Veyrières 1913 #358]

Ohabolana Miolanolana ohatra ny banga very antsy. [Rinara 1974]

Ohabolana Mipapapapa ohatra ny maso voarehoka. [Rinara 1974]
Mipapapapa ohatra ny maso voa sakay. [Houlder 1895]
Mipapapapa toy ny maso voarehoka. [Veyrières 1913 #5810, Cousins 1871 #1803]
Dikanteny frantsay Embarrassé comme un oeil qui a reçu un crachat. [Veyrières 1913]
Marcher en tâtonnant comme quelqu' un qui a du piment dans les yeux. [Houlder 1895 #1048]

Ohabolana Mipapapapa ohatra ny ondry teraka alina. [Rinara 1974]

Ohabolana Mipelipelika ohatra ny amboakely tonga tompo. [Rinara 1974]
Mipelipelika, toy ny amboakely tonga tompo. [Veyrières 1913 #5561, Cousins 1871 #1805]
Dikanteny frantsay S' agiter comme un petit chien dont le maître est de retour. [Veyrières 1913 #5561]
Fanazavana frantsay Se disait d' une joie débordante. [Veyrières 1913 #5561]

Ohabolana Mipenimpenina ohatra ny akoho hanatody. [Rinara 1974]

Ohabolana Mipetra-potsiny ohatra ny lamban' ny mpiasa. [Rinara 1974]

Ohabolana Mipitrapitra ohatra ny banga voaroso hoditra. [Rinara 1974]

Ohabolana Mirediredy ho lambolahy, fa rehefa mahita ny ampombo malemy, miketraka ho reni-kisoa. [Houlder 1895 #806]
Tsy misy henjana hoatry ny lambo : fa raha mahita ny ampombo, miketraka ho kisoa. [Veyrières 1913 #4636]
Tsy misy henjana ohatra ny lambo, fa raha mahita ny ampombo miketraka ho kisoa. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Il n' y a pas d' animal aussi vigoureux que le sanglier ; mais quand il voit du son, il s' amollit comme un porc. [Veyrières 1913 #4636]
Se vanter d' être un sanglier, puis, en voyant le son pâteux, descendre au rang de truie (en le mangeant, comme un porc domestique). [Houlder 1895 #806]
Fanazavana frantsay Les passions et l' intérêt amollissent. [Veyrières 1913 #4636]

Ohabolana Mirerarera, ohatra ny adrisa main’ andro. [Cousins 1871]

Ohabolana Miriorio foana hoatry ny valala hanatody. [Veyrières 1913 #2038]
Dikanteny frantsay Aller çà et là comme les sauterelles qui veulent pondre. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens singuliers et vivant à part. [Veyrières 1913 #2038]

Ohabolana Miriorio foana ny angidina fa any anaty rano ihany no iafarany. [Rajemisa 1985]
Miriorio foana ny angidina, fa any an-kady ihany ny iafarana. [Cousins 1871]
Miriorio foana ny angidina, fa any an-kady ihany no farany. [Houlder 1895 #857]
Miriorio foana ny angidina, fa any an-kady ihany no hiafarana. [Nicol 1935 #220]
Miriorio foana ny angidina fa any an-kady ihany no hiafarany. [Rinara 1974 #154]
Miriorio foana ny angidina, fa any an-kady ihany no iafarana. [Veyrières 1913 #4016]
Mivezivezy hoatry ny rano miriorio hoatry ny angidina. [Veyrières 1913 #3043]
Mivezivezy ohatra ny rano; miriorio ohatra ny angidina. [Houlder 1895]
Mivezivezy toa rano, miriorio toa angidina. [Rinara 1974 #2521]
Fanazavana malagasy Na inona na inona atao, ny hiafarana dia any amin' izay efa faleha araka ny fombany avy ihany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Aller de côté et d' autre comme un cours d' eau, rôder comme une libellule. [Houlder 1895]
Errer de côté et d' autre comme l' eau, rôder comme une libellule. [Veyrières 1913 #3043]
La libellule vole çà et là en vain, car elle finira quand même dans le fossé. [Houlder 1895]
La libellule voltige à droite et à gauche, mais elle finira par le fossé. [Nicol 1935 #220]
Les libellules ont beau errer partout, elles finissent bien par aller dans le fossé. [Veyrières 1913 #4016]
Fanazavana frantsay Il faut travailler. [Veyrières 1913 #3043]
Se disait des marchands qui finissent par revenir dans leur patrie ; se disait aussi de ceux qui, après bien des errements, reviennent dans leur famille. [Veyrières 1913 #4016]

Ohabolana Mirisarisa ohatra ny akoho boka fa raha tonga tsy misy mpanarona. [Rinara 1974]
Mirisarisa toy ny akoho boka : raha tonga, tsy misy mpanarona. [Veyrières 1913 #2014, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Misérable comme la poule lépreuse : quand elle arrive et à l' air de vouloir pondre, personne ne la couvre de la corbeille pour la faire pondre. [Veyrières 1913 #2014]
Fanazavana frantsay Se disait des malheureux : on ne fait pas attention à eux parce qu'on n' attend rien d' eux. [Veyrières 1913 #2014]

Ohabolana Miroatra, ohatra ny ronono taitr’ afo. [Cousins 1871]

Ohabolana Mirotidrotika hoatry ny adin' Ambohitrandraina. [Veyrières 1913 #3357]
Mirotidrotika, ohatra ny adin’ Ambohitrandraina. [Cousins 1871]
Mirotidrotika tahaka ny adin' Ambohitrandraina. [Rinara 1974 #2392]
Dikanteny frantsay Embrouillé comme les procès d' Ambohitrandraina. [Veyrières 1913 #3357]
Fanazavana frantsay C'était un village réputé pour la chicane. [Veyrières 1913 #3357]

Ohabolana Misalasala hoatry ny mitoetra amin-drenikely : manoza tanana, mandany rano ; mitoetra amin' izao, zaza veta. [Veyrières 1913 #5812]
Misalasala, ohatra ny mitoetra amin-drenikely : manoza tanana, mandany rano; mitoetra amin’ izao, zaza veta. [Cousins 1871]
Misalasala ohatra ny mitoetra amin-drenikely : mioza tanana lazaina ho mandany rano, mitoetra amin' izao, lazaina ho voretra. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Être dans l'embarras, comme l' enfant qui habite avec sa marâtre : s'il se lave les mains, elle dit qu' il gaspille l' eau ; s' il reste sans se laver, elle dit que c' est un enfant malpropre. [Veyrières 1913 #5812]
Fanazavana frantsay Se disait des gens toujours blâmés, quoi qu' ils fassent. [Veyrières 1913 #5812]

Ohabolana Misalasala ohatra an-dRakotobe : hivarotra matahotra ny ho fatiantoka, hangalatra matahotra ny ho tapa-doha. [Rinara 1974]
Misalasala tahaka an-dRakotobe: mivarotra, mahatahotra ny ho faty antoka; mangalatra, matahotra ny ho tapa-doha. [Houlder 1895]
Misalasala tahaka an-dRakotobe : mivarotra, matahotra ny faty antoka ; mangalatra, matahotra ny ho tapa-doha. [Veyrières 1913 #5813]
Dikanteny frantsay Être perplexe comme Rakotobe: s' il se met à faire du commerce, il craint de faire des pertes; et s' il se fait voleur, il craint d' avoir la tête coupée. [Houlder 1895]
Perplexe comme Rakotobe : s' il fait du commerce il a peur de faire des pertes; s' il se met à voler il a peur d' avoir la tête coupée. [Veyrières 1913 #5813]

Ohabolana Misarimorimo hoatry ny valala : raha nanatody, nokotrehin' ny tany ; nony foy, tsy nanan-dreny harahina. [Veyrières 1913 #1034]
Misarimorimo ohatra ny valala, nanatody nokotrehin' ny tany, nony foy tsy nanan-dreny harahina. [Rinara 1974]
Misarimorimo, ohatra ny valala : raha nanatody, nokotrehin’ ny tany; nony foy, tsy nanan-dreny harahina. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Tournoyer en bourdonnant comme les sauterelles : après la ponte, c' est la terre qui les a couvées ; une fois écloses, elles n' ont pas eu de mère pour les conduire. [Veyrières 1913 #1034]
Fanazavana frantsay Se disait des orphelins et des malheureux qui n'ont personne à qui recourir ; ou bien de ceux qui veulent se mettre à 'écart de leurs parents. [Veyrières 1913 #1034]

Ohabolana Misarom-bava tsy mitafy hoatry ny sinibe. [Veyrières 1913 #6456]
Misarom-bava tsy mitafy, ohatra ny sinibe. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Se couvrir la bouche de confusion, tout en laissant le corps nu, comme la grande cruche. [Veyrières 1913 #6456]
Fanazavana frantsay Allusion à l' ouverture de la cruche, qu'on ferme pour empêcher les mouches et la poussière d' entrer. [Veyrières 1913 #6456]

Ohabolana Miseho lany ohatra ny vehivavy lava volon-dranjo. [Rinara 1974]

Ohabolana Misentosento ohatra ny banga kely kitay. [Rinara 1974]

Ohabolana Misoko mangina toa ron-gisa. [Rinara 1974 #2412]
Misoko, ohatra ny ron-gisa. [Cousins 1871]

Ohabolana Misosososo janga loha, ohatra ny lakana avy nindramina. [Rinara 1974]

Ohabolana Mitabataba hoatry ny voanjo am-bavan' antitra. [Veyrières 1913 #1839]
Mitabataba, ohatra ny voanjo am--bavan’ antitra. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Tumultueux comme les arachides dans la bouche d' un vieillard édenté : il les tourne et retourne sans pouvoir les mâcher. [Veyrières 1913 #1839]
Fanazavana frantsay Se disait des gens remuants, agités. [Veyrières 1913 #1839]

Ohabolana Mitady handrovitra any Imerina hoatry ny voalavo mandrovi-damba. [Veyrières 1913 #294]
Dikanteny frantsay Tenter de faire un trou à l'Imerina, comme des rats font un trou à un habit. [Veyrières 1913 #294]
Fanazavana frantsay Se disait des ennemis de l'Imerina. [Veyrières 1913 #294]

Ohabolana Mitady hivelona amin’ ny ran’ ny sasany ohatra ny moka mitsentsitra. [Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Se nourrir du sang d’autrui comme le moustique qui suce. [Nicol 1935 #62]

Ohabolana Mitana ny efa hoatry ny rary havia. [Veyrières 1913 #2092]
Mitana ny efa ohatra ny rary havia. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Tenir ce qui est fait et qui tient déjà par lui-même, comme les tresses de faiseurs de nattes sans habileté. [Veyrières 1913 #2092]
Fanazavana frantsay Se disait des gens maladroits. [Veyrières 1913 #2092]

Ohabolana Mitan-droa hoatry ny omby kambana : velona, ambin-karena ; maty, ambin-kanina. [Veyrières 1913 #2213]
Mitan-droa ohatra ny omby kambana : velona ambin-karena, maty ambin-kanina. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Ondry manao kambana : velona ambin-karena, maty ambin-kanina. [Rinara 1974 #3462]
Dikanteny frantsay Double bien comme une vache qui a mis bas deux veaux en même temps : s' ils vivent c' est un surcroît de fortune ; s' ils meurent c' est un surcroît de nourriture. [Veyrières 1913 #2213]
Fanazavana frantsay Se disait d' une bonne aubaine. [Veyrières 1913 #2213]

Ohabolana Mitavozavoza hoatry ny andevom--behivavy. [Veyrières 1913 #576]
Dikanteny frantsay Maladroits comme les esclaves qui appartiennent à des femmes. [Veyrières 1913 #576]
Fanazavana frantsay Ils avaient la réputation d'être paresseux et maladroits. [Veyrières 1913 #576]

Ohabolana Mitery omby tsy mirohy ohatra an-dRabemalo : ho fatin' ny daka no farany. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Mitery omby tsy mirohy ohatra an-dRabemalo, ka ho fatin' ny daka no farany. [Houlder 1895]
Mitery omby tsy mirohy toa an-dRabemalo, ka ho fatin' ny daka ihany no farany. [Rinara 1974 #2455]
Dikanteny frantsay Si vous allez traire une vache qui n' est pas attachée, comme Rabemalo (le timide), vous finirez par être tué d' un coup de pied. [Houlder 1895]
Traire une vache sans l' attacher, comme Rahemalo : on finira par être assommé de ses ruades. [Veyrières 1913 #6311]
Fanazavana frantsay Qui aime le danger y périra. [Veyrières 1913 #6311]

Ohabolana Mitoe-poana hoatry ny razam-be tsy mitahy. [Veyrières 1913 #3942]
Mitoe-poana, ohatra ny razambe tsy mitahy. [Cousins 1871]
Mitomoe-poana ohatra ny razam-be tsy mitahy. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Rester inutile comme un ancêtre qui n' accorde pas de faveurs à ses descendants. [Veyrières 1913 #3942]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui pourraient faire et ne font pas. [Veyrières 1913 #3942]

Ohabolana Mitoetra amin' ny lazako teo aloha, hoatry ny basin' ariary fito aho. [Veyrières 1913 #1661]
Mitoetra amin' ny lazako teo aloha ohatra ny basin' ariary fito aho. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Je m' en tiens à ma renommée d' autrefois, comme un fusil de sept piastres. [Veyrières 1913 #1661]
Je m' en tiens à mon renom d' autrefois, comme un fusil de sept piastres (35 francs). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce fusil était célèbre. [Veyrières 1913 #1661]
Ne pas vouloir changer (en bien) quand même cela serait nécessaire. - Ce fusil ne devait pas être bien bon, car on disait que les riches n' en voulaient pas, tandis que pour les pauvres, il était trop cher. [Houlder 1895]

Ohabolana Mitoha tsy manana ohatra ny amboa, be fady andro toa kisoa. [Rinara 1974]
Mitoha tsy manana, toy ny amboa; be fady andro, toy ny kisoa. [Cousins 1871 #1870]

Ohabolana Mitoko miefa-madinika toy ny rano an-kitsak' akoho. [Veyrières 1913 #3710]
Ny fanompoana hoatry ny rano an-kitsak' akoho : mitelo miefa-madinika. [Veyrières 1913 #385]
Ny fanompoana ohatra ny ranoan-kitsak’ akoho : mitelo miefa-madinika. [Cousins 1871]
Ny fanompoana tahaka ny rano an-kitsaka akoho, ka mitelo miefa-madinika. [Rinara 1974 #190]
Dikanteny frantsay La corvée est comme l' eau dans la trace laissée par une patte de poule : ça se partage en trois puis en quatre. [Veyrières 1913 #385]
Se partager en quatre comme l' eau dans l' empreinte laissée par une patte de poule. [Veyrières 1913 #3710]
Fanazavana frantsay Dans la corvée il y a toujours plus de travail qu' on ne l'avait annoncé. [Veyrières 1913 #385]
Se disait de la corvée ou autre travail où il y a plus à faire qu' on ne l' avait dit ou pensé. [Veyrières 1913 #3710]

Ohabolana Mitomany tsy vonoina, hoatry ny didimaso. [Veyrières 1913 #2633]
Mitomany tsy vonoina, ohatra ny didimaso. [Cousins 1871]
Mitomany tsy vonoina tahaka ny didimaso. [Rinara 1974 #2465]
Dikanteny frantsay Pleurer sans avoir été molesté comme le chassieux. [Veyrières 1913 #2633]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui gémissent et se plaignent sans motif. [Veyrières 1913 #2633]

Ohabolana Mitomboan-dalana hoatry ny dian' andriana. [Veyrières 1913 #4018]
Mitombo an-dalana ohatra ny dian' andriana. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qui s' accroît en route, comme le cortège royal. [Houlder 1895 #1401]
S' accroître en chemin comme le cortège royal. [Veyrières 1913 #4018]
Fanazavana frantsay Allusion au fait que sur le parcours le cortège du souverain faisait de nouvelles recrues. [Veyrières 1913 #4018]

Ohabolana Mitombo maty hoatry ny laveno-mololo. [Veyrières 1913 #2884]
Mitombo maty, ohatra ny laveno-mololo. [Cousins 1871]
Mitombo maty tahaka ny laveno-mololo. [Rinara 1974 #2467]
Mitombo maty toy ny laveno-mololo. [Houlder 1895 #2122]
Dikanteny frantsay Croître par la mort comme les cendres de la paille. [Veyrières 1913 #2884]
S' augmenter par la mort comme les cendres de la paille. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe s' appliquerait, par ex, à un commerçant qui s' enrichirait au péril de sa vie en se rendant, pour son commerce, dans des pays très malsains. [Houlder 1895]
Se disait de ceux qui font fortune au péril de leur vie. [Veyrières 1913 #2884]

Ohabolana Mitondra adidy, ohatra ny fangala-bola. [Cousins 1871]
Mitondra adidy amin' ny tsy atao, ohatra ny fangala-bola. [Rinara 1974]

Ohabolana Mitondra entina, hoatry ny tongotra. [Veyrières 1913 #4019]
Mitondra entina ohatra ny tongotra. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Porter et être porté comme les pieds. [Veyrières 1913 #4019]
Qui porte et est porté en même temps, comme les pieds. [Houlder 1895]

Ohabolana Mitondra roa hoatry ny vehivavy somorina : ny hetran--dray tsy apetraka, ny lova tamin-dreny tsy avela. [Veyrières 1913 #1774]
Mitondra roa ohatra ny vehivavy somorina : ny hetran--drainy tsy apetraka, ny lova tamin-dreny tsy avela. [Rinara 1974]
Mitondra roa, ohatra ny vehivavy somorona : ny hetran-dray tsy apetraka, ny lova tamin-dreny tsy avela. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Porter double bien comme une femme barbue : l' héritage paternel (la barbe) elle ne l' abandonne pas, et l' héritage maternel elle ne le laisse pas. [Veyrières 1913 #1774]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui étaient de deux partis ou recevaient de deux côtés. [Veyrières 1913 #1774]

Ohabolana Mitranga matetika, hoatry ny fifandiran' ny mpivady. [Veyrières 1913 #1303]
Mitranga matetika ohatra ny fifandiran' ny mpivady. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qui se produit souvent, comme les disputes entre époux. [Veyrières 1913 #1303]
Qui se produit souvent, comme les querelles, disputes) entre époux. [Houlder 1895]

Ohabolana Mitsaha-ketrika ohatra ny vary sosoa voatampo-drano. [Rajemisa 1985]
Mitsaha-miketriketrika tahaka ny sosoa voatapo-drano. [Rinara 1974 #2490]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona na zavatra nanajanona ny asany na nijanona tampoka fa nisy nanakivy na nanao hasomparana. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Mitsaha-menimenina, toy ny vary sosoa voatondraka. [Cousins 1871 #1894]
Mitsaha-menomenona hoatry ny sosoa voatondra-drano. [Veyrières 1913 #360]
Mitsaha-menomenona ohatra ny vary sosoa voatondraka. [Houlder 1895]
Mitsaha-menomenona ohatra ny voangory mipaika. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Cesser de bouillonner, comme le riz cuit avec beaucoup d' eau, lorsqu' on y verse de l' eau froide. [Veyrières 1913 #360]
Cesser de se plaindre, comme le riz en cuisson rajouté d' eau froide, ou comme un hanneton qui s' est heurté quelque part. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait de l' agitation, des clameurs, des disputes qui cessent lorsque les chefs se montrent ou qu'un jugement intervient. [Veyrières 1913 #360]

Ohabolana Mitsaha-pilana hoatry ny mpivaro-baliha maty vady. [Veyrières 1913 #2214]
Mitsaha-pilana ohatra ny mpivaro-baliha maty vady. [Cousins 1871, Houlder 1895, Rajemisa 1985]
Mitsaha-pilana tahaka ny mpivaro-baliha maty vady. [Rinara 1974 #2492]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny olona izay voatery tsy fidiny hifanona amin' ny raharaha fanaony (ny mpivaro-baliha matetika dia tsy maintsy mitendritendry ny valihany roba hahahenoan' ny mpividy ny feony; tsy afaka hanao izany anefa Izy raha maty vady satria misaona). [Rajemisa 1985]
Enti-milaza ny olona mijanona tsy fidiny amin' ny asa fanaony. [Rajemisa 1985]
Enti-milaza olona voatery nijanona tsy fidiny amin' ny raharaha fivelomany fa nisy nahazo azy mifanohitra indrindra amin' io asany io. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Celui qui ne cherche plus à s' enrichir est semblable au marchand de guitares qui cesse son métier, parce qu' il est devenu veuf et que son deuil l' empêche de vendre des instruments de musique. [Veyrières 1913 #2214]
Cesser son commerce, comme un marchand de "valiha" qui vient de perdre sa femme. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Celui qui vend ces instruments est obligé d' en jouer pour montrer leurs qualités; mais quand sa femme est morte, il cesse de jouer - donc de vendre - car autrement il aurait l'air de se réjouir. [Houlder 1895]
Se disait des gens cessant leur métier ou se contentant de leur acquis. [Veyrières 1913 #2214]

Ohabolana Mitsaitsaika ohatra ny fandeham-borombe. [Houlder 1895]
Mitsaitsaika toy ny fandeham-borombe. [Veyrières 1913 #3944, Rinara 1974 #2497, Cousins 1871 #1897]
Dikanteny frantsay Avancer lentement comme marche une oie. [Veyrières 1913 #3944]
Marcher sans faire de bruit comme une oie qui se dandine. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Démarche peu digne de l'oie, puisqu' elle n' attire pas l'attention, alors que son nom est le "grand oiseau". [Houlder 1895]

Ohabolana Mitsanga-mitoetra, ohatra ny mpaka vilia. [Cousins 1871, Rinara 1974]

Ohabolana Mitsapa tany foana, ohatra ny havandra avy ririnina. [Cousins 1871]

Ohabolana Mitsatsatsatsa hoatry ny jaboran-kena ratsy. [Veyrières 1913 #4776]
Dikanteny frantsay Criailler ou bavarder sans rime ni raison, comme la mauvaise graisse qui pétille sur le feu. [Veyrières 1913 #4776]

Ohabolana Mitsiky tsy ampihomehezina, hoatry ny lava nify. [Veyrières 1913 #1664]
Mitsiky tsy ampihomehezina ohatra ny lava nify. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Montrer les dents sans être excité à rire, comme celui qui a de longues dents. [Veyrières 1913 #1664]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui avaient toujours l'air de rire à cause de leurs dents longues et apparentes. [Veyrières 1913 #1664]

Ohabolana Mitsikitsiky foana toy ny zaza feno lovia : homam-be vao mivanika. [Veyrières 1913 #1526]
Mitsikitsiky ohatra ny zaza feno vilia : homana be vao mivanika. [Rinara 1974]
Mitsikitsiky, toy ny zaza feno lovia : homana be vao mivanika. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Sourire comme l' enfant qui a son assiette pleine : c' est quand il mange beaucoup qu' il montre ses dents. [Veyrières 1913 #1526]
Fanazavana frantsay Se disait des gourmands et aussi de ceux qui ne savaient pas profiter de l' aisance. [Veyrières 1913 #1526]

Ohabolana Mitsoaka anatiny ohatra ny vololon-drofia. [Rinara 1974]
Mitsoaka anatiny, tahaka ny vololon-drofia. [Cousins 1871 #1908]

Ohabolana Mitso-dava hoatry ny amalo-maty. [Veyrières 1913 #5998]
Mitso-dava ohatra ny amalo-maty. [Houlder 1895]
Mitsotra hoatry ny amalo-maty. [Veyrières 1913 #6417]
Dikanteny frantsay Implorer continuellement, étendu à terre comme une anguille morte. [Veyrières 1913 #5998]
Implorer (ou demander pardon, litt. être étendu), continuellement, comme une anguille morte. [Houlder 1895]
S' étendre comme une anguille morte pour reconnaître sa faute. [Veyrières 1913 #6417]

Ohabolana Mivarahontsana hoatry ny vavy antitra mandre faty lavitra. [Veyrières 1913 #1886]
Mivarahontsana, ohatra ny vavy antitra mandre faty lavitra. [Cousins 1871]
Mivarahontsana sahala amin--dRafotsibe nandre faty lavitra. [Rinara 1974 #2515]
Dikanteny frantsay Atterré comme la vieille qui apprend que quelqu' un est mort au loin. [Veyrières 1913 #1886]
Fanazavana frantsay C'était un grand chagrin de mourir loin du tombeau des ancêtres. [Veyrières 1913 #1886]

Ohabolana Mivembem-poana, ohatra ny valala manatody. [Cousins 1871]

Ohabolana Miverin-dalana ohatra ny amboa mahia. [Rinara 1974]
Miverin-dalana ohatra ny amboa reraka. [Rinara 1974]

Ohabolana Mivilivily tsy misaraka ohatra ny sandry. [Rinara 1974]
Mivilivily tsy misaraka toy ny sandry. [Veyrières 1913 #5200, Cousins 1871 #1922]
Dikanteny frantsay Se balancer sans se séparer comme les bras. [Veyrières 1913 #5200]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui s' entendent bien malgré des paroles vives, des emportements. [Veyrières 1913 #5200]

Ohabolana Mivontovonto hoatry ny vadibe nilaozan-drahalina. [Veyrières 1913 #1428]
Mivontovonto, ohatra ny vadibe nilaozan-drahalina. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Se mettre en fureur comme l' épouse principale abandonnée de son mari durant la nuit. [Veyrières 1913 #1428]
Fanazavana frantsay Se disait des gens en colère, surtout des femmes. [Veyrières 1913 #1428]

Ohabolana Mivontovonto ratsy hoatry ny andevolahy voky taim-piraka. [Veyrières 1913 #2216]
Dikanteny frantsay Mauvaise graisse comme celle de l' esclave qui se rassasie de la gélatine formée au fond de la marmite. [Veyrières 1913 #2216]
Fanazavana frantsay Se disait des biens mal acquis et des mauvais riches. [Veyrières 1913 #2216]

Ohabolana Mizenjena foana hoatry ny lakan' Imozevo. [Veyrières 1913 #3946]
Mizenjena foana, ohatra ny lakan’ Imozevo. [Cousins 1871]
Mizenjena foana tahaka ny lakan' Imozevo. [Rinara 1974 #2533]
Dikanteny frantsay Errer çà et là comme les pirogues d'Imozevo. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Le bois appelé mozevo était un bois trop dur pour les pirogues ; ce proverbe se disait des lourdauds et bons à rien. [Veyrières 1913 #3946]

Ohabolana Mody adala, ohatra ny jiolahy homana anana. [Cousins 1871]
Mody adala ohatra ny jiolahy homan' anana. [Rinara 1974]

Ohabolana Mody amy ny laoniny, ohatra ny andevolahy verin-trosa. [Cousins 1871]
Mody amin' ny laoniny hoatry ny andevolahy verin-trosa. [Veyrières 1913]
Mody amin' ny laoniny ohatra ny ankizilahy verin-trosa. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Qui est dans l' ordre et selon la justice comme un homme devenu esclave pour dettes. [Veyrières 1913 #577]
Fanazavana frantsay On pouvait perdre sa liberté quand on ne payait pas ses dettes ; ce proverbe se disait toutes les fois qu' une affaire était remise en ordre. [Veyrières 1913 #577]

Ohabolana Mody an-trano ohatra ny voro-damba nenti-nisodika. [Rinara 1974]
Mody an-trano, toy ny voro-damba nenti-nisodika. [Cousins 1871 #1937]

Ohabolana Mody ratsy ohatra ny mofon' Ikotohova. [Rinara 1974]

Ohabolana Na dia kely aza, tsarotsaroan' ny aina, hoatry ny fahenim-bary fahavaratra. [Veyrières 1913 #2767]
Na dia kely aza, tsarotsaroan’ ny aina, ohatra ny fahenimbary fahavaratra. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay C' est peu de chose, mais cela éveille la vie, comme la petite mesure de riz en été, alors que le riz est rare. [Veyrières 1913 #2767]

Ohabolana Nahoana aho no teren-doza roa hoatry ny venty latsaka erany? ny vato mizana hanindry, ny akotry hanindry. [Veyrières 1913 #2636]
Nahoana aho no teren-doza roa ohatra ny venty latsaka erany : ny vato-mizana hanindry, ny akotry hanindry ? [Cousins 1871]
Nahoana re no teren-doza roa ohatra ny venty latsaka erany : ny vato mizana hanindry, ny akotry hanindry? [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Pourquoi suis-je accablé par deux malheurs, comme une pièce de quatre-vingts centimes moins la soixante-douzième partie de la piastre? j' ai à porter le poids de la balance et celui des grains de riz. [Veyrières 1913 #2636]
Fanazavana frantsay Se disait d' un double malheur. [Veyrières 1913 #2636]

Ohabolana Nahoana no dia mitady hivelona amy ny ran’ ny sasany, ohatra ny moka mitsentsitra ? [Cousins 1871]
Nahoana no dia mitady hivelona amin' ny ran' ny hafa ohatra ny moka ? [Rinara 1974]
Nahoana no dia mitady hivelona amin' ny ran' ny sasany, hoatry ny moka mitsentsitra ? [Veyrières 1913 #725]
Dikanteny frantsay Pourquoi donc chercher à vivre du sang des autres comme les moustiques qui sucent le sang ? [Veyrières 1913 #725]

Ohabolana Nahoana no dia mitady hivelona amy ny ranomason’ olona, ohatra ny lalitra mitsentsitra ny maso didy ? [Cousins 1871]
Nahoana no dia mitady hivelona amin' ny ranomason' olona tahaka ny lalitra mitsetsitra maso didy ? [Rinara 1974]

Ohabolana Nahoana no dia ratsy vintana ohatra ny saka : bevohoka vao atao mamosavy ? [Rinara 1974]
Nahoana no dia ratsy vintana tahaka ny saka: berohoka vao atao mamosavy ? [Cousins 1871 #2037]
Nahoana no dia ratsy vintana takaky ny saka ? bevohoka vao atao mamosavy. [Veyrières 1913 #90]
Dikanteny frantsay Pourquoi avoir un mauvais destin comme la chatte ? c' est quand elle est pleine qu' on la dit adonnée à la sorcellerie. [Veyrières 1913 #90]
Fanazavana frantsay C' était une croyance populaire que la chatte avortait lorsqu' on disait : elle est pleine ; aussi pour désigner une chatte pleine, on employait le mot mamosavy : faire de la sorcellerie. [Veyrières 1913 #90]

Ohabolana Nahoana no dia sahisahy foana tahaka ny voalavo, ka tranom--pahavalo no ivelomana ? [Rinara 1974]
Nahoana no dia sahisahy hoatry ny voalavo ka tranom--pahavalo no ivelomana ? [Veyrières 1913 #6313]
Nahoana no dia sahisahy, ohatra ny voalavo, ka tranom--pahavalo no ivelomana ? [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Pourquoi être téméraire comme le rat qui vit dans la maison de ses ennemis ? [Veyrières 1913 #6313]

Ohabolana Ny aina hoatry ny fanjozoro : ka izay mahavatra mampando no manana ny mafy. [Veyrières 1913 #2768]
Dikanteny frantsay La vie est comme la moelle de jonc : ceux qui prennent soin de l' humecter l' ont solide. [Veyrières 1913 #2768]
Fanazavana frantsay Il faut bien se soigner pour vivre longtemps. [Veyrières 1913 #2768]

Ohabolana Ny amboa no be aina, fa raha voky ran-kena, mandry ilalana. [Houlder 1895 #824, Veyrières 1913]
Ny amboa no be aina fa raha voky ran-kena mandry lalana. [Cousins 1871 #2148, Rinara 1974]
Tsy misy be aina noho ny alika, fa raha voky ran-kena, mandry ilalana. [Veyrières 1913]
Tsy misy be aina ohatra ny alika, fa raha voky ran-kena mandry lalana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Le chien est un animal bien vigoureux, mais quand il est repu de sang, il couche en chemin avant d' arriver au terme. [Veyrières 1913 #4543]
Un chien est très vigoureux; mais quand il est repu de sang de viande, il se couche en route. [Houlder 1895 #824]
Fanazavana frantsay Paroles dites par l' invité pour dire qu' il est rassasié. [Veyrières 1913 #4543]

Ohabolana Ny eritreritra ohatra ny omby haolo ka raha mahita tady miranga. [Rinara 1974]

Ohabolana Ny fahadalana hoatry ny aretin' androbe : vory vahoaka, vao manala baraka. [Veyrières 1913]
Ny fahadalana ohatra ny aretin’ androbe : vory vahoaka vao manala baraka. [Cousins 1871]
Ny fahalainana hoatry ny aretin' androbe : vory vahoaka, vao manala baraka. [Veyrières 1913]
Ny fahalainana ohatra ny aretin’ androbe : vory vahoaka vao manala baraka. [Cousins 1871]
Ny fahalainana toy ny aretina androbe : vory vahoaka vao manala baraka. [Rinara 1974 #2944]
Dikanteny frantsay La stupidité et la fainéantise sont comme l' épilepsie : c' est quand la foule est réunie que cela vous déshonore parce qu' alors on s' en aperçoit. [Veyrières 1913 #2101]

Ohabolana Ny fanambadiana hoatry ny varotra, ka raha tsy mifanaraka misaraka ihany. [Veyrières 1913 #1389]
Ny varotra toy ny fanambadiana, ka raha tsy raikitra misaraka ihany. [Houlder 1895 #1816]
Dikanteny frantsay Le mariage est résiliable comme une vente : si les époux ne s' entendent pas, ils se séparent. [Veyrières 1913 #1389]
Un marché est comme le mariage: si on ne s' entend pas, on se sépare. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny fanambadiana ohatra ny menaka, ka raha manalavitra ny afo, dia mandry. [Cousins 1871]
Ny fanambadiana tahaka ny menaka, ka raha manalavitra ny afo dia mandry. [Rinara 1974 #193]
Ny fanambadiana tahaky ny menaka, ka raha manalavitra ny afo dia mandry. [Veyrières 1913 #1216]
Dikanteny frantsay Il en est du mariage comme de la graisse : quand on l' éloigne du feu, elle se fige. [Veyrières 1913 #1216]
Fanazavana frantsay Loin des yeux, loin du coeur. [Veyrières 1913]

Ohabolana Ny fanompoana hoatry ny tsangan' akoho, ka izay be fitranga ihany no voa. [Veyrières 1913 #384]
Ny fanompoana ohatra ny tsangan’ akoho, ka izay be fitranga ihany no voa. [Cousins 1871]
Ny fanompoana toy ny tsangan' akoho, ka izay be fitranga ihany no voa. [Rinara 1974 #191]
Dikanteny frantsay La corvée est comme le jeu aux poules mises en terre : plus la partie de la poule qui sort de terre est grande et plus elle est exposée à être atteinte par les coups de pierre. [Veyrières 1913 #384]
Fanazavana frantsay Les gens qui ne savent pas s' esquiver mais se montrent, sont pris pour la corvée. [Veyrières 1913 #384]

Ohabolana Ny fihavanana hoatry ny landy : maty isika, ifonosana ; velona itafiana ; ka ny madilana harahim-panondro. [Veyrières 1913 #5295]
Ny fihavanana ohatra ny landy: maty isika, ifonosana; velona, itafiana; ka ny madilana harahim-panondro. [Cousins 1871]
Ny fihavanana sahala amin' ny landy : maty ifonosana, velona itafiana ary ny madilana arahim-panondro. [Rinara 1974 #192]
Dikanteny frantsay Les bonnes relations sont comme la soie : à la mort nous en sommes enveloppés, pendant la vie nous en sommes revêtus, aussi quand il y a un rétrécissement au milieu, un fil qui va se rompre, il faut y mettre le doigt pour fortifier. [Veyrières 1913 #5295]
Fanazavana frantsay Il faut entretenir et fortifier les bonnes relations. [Veyrières 1913 #5295]

Ohabolana Ny fihavanana ohatra ny famoriana tain' omby: ka izay mahavezivazy no mahafeno harona aloha. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay L' amitié est comme le ramassage de bouse de vache: c' est celui qui court le plus ci et là qui en remplit le premier sa corbeille. (La bouse de vache sert de combustible). [Houlder 1895]

Ohabolana Ny fihavanana ohatra ny jiafotsy: raha vao, mikataosaoka; raha tonta, misy romoromony. [Houlder 1895]
Ny fihavanana ohatra ny jiafotsy : vaovao tsy ialan-kasokasoka, raha tonta tsy ialan-dromoromo. [Rinara 1974]
Tahaka ny jiafotsy: vao, tsy ilaozan-kasokasoka; rovitra, tsy ilaozan--dromoromo. [Houlder 1895 #2194]
Tahaky ny jiafotsy : vao tsy ilaozan-kasokasoka ; rovitra tsy ilaozan--dromoromo. [Veyrières 1913 #2463]
Dikanteny frantsay Comme le tissu de raphia : neuf il fait un bruit de frottement, usé il a encore des aspérités. [Veyrières 1913 #2463]
Comme un tissu en raphia: quand il est neuf, il produit toujours un bruit de frôlement; et quand il est usé, il y a toujours des aspérités. [Houlder 1895]
L' amitié est comme un tissu de raphia: quand il est neuf il fait du bruit (à cause de sa raideur), et quand il est usé il y a des aspérités. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce tissu est très grossier et raide comme de la toile empesée. [Houlder 1895]
Se disait du caractère. [Veyrières 1913 #2463]

Ohabolana Ny fitafiana azo tsy manahirana ohatra ny vady manenina. [Rinara 1974]
Ny fitafiana azo tsy manahirana, toy ny vady manenina. [Cousins 1871 #2232]
Ny fitafiana azo tsy manahirana, toy ny vady manenona. [Veyrières 1913 #1309]
Dikanteny frantsay Moyen facile d' avoir de quoi se vêtir : avoir une épouse qui tisse. [Veyrières 1913 #1309]

Ohabolana Ny fitia aza atao tsy mivaly ohatra ny hanina nomena boka. [Rinara 1974]
Ny fitia aza atao tsy mivaly, toy ny hanina omem-boka. [Houlder 1895 #2034, Veyrières 1913 #5116]
Dikanteny frantsay Que l' affection ne reste pas sans récompense, comme la nourriture qu' on donne à un lépreux. [Houlder 1895]
Que l' amour ne reste pas sans récompense comme la nourriture qu' on donne à un lépreux. [Veyrières 1913 #5116]
Fanazavana frantsay Quand on donne à manger à un lépreux, on ne désire pas qu' il vous rende la pareille! [Houlder 1895]

Ohabolana Ny fofony ihany no anjarany : ohatra ny vaviantitra nahandro hoditra. [Rinara 1974]
Ny fofony no anjarany, hoatry ny vavy antitra mahandro hoditra. [Veyrières 1913 #1888]
Ny fofony no anjarany, ohatra ny vavy antitra mahandro hoditra. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay N' avoir pour part que l' odeur, comme la vieille qui fait cuire de la peau. [Veyrières 1913 #1888]
Fanazavana frantsay La vieille édentée ne peut pas manger la peau ; ce proverbe se disait des gens lésés dans un partage ou une distribution. [Veyrières 1913 #1888]

Ohabolana Ny harena dia hoatry ny rano an-tami-bato : raha tazanina, toa be ; raha andraofana, tsy ahazoana hoatrinona. [Veyrières 1913 #2222]
Ny harena dia ohatra ny rano an-tami-bato: raha tazanina toa be, raha andraofana tsy ahazoana ohatrinona. [Rajemisa 1985]
Ny harena rano an-tami-bato: tazanina, be; andraofana, tsy ahazoana. [Abinal 1888]
Dikanteny frantsay La fortune est comme l' eau qui suinte des rochers : de loin cela semble abondant et quand on approche, c' est à peine si on peut en puiser pour boire. [Veyrières 1913 #2222]
La fortune est comme l'eau suintant des roches: de loin elle semble abondante, quand on approche, on peut à peine en puiser pour boire. [Abinal 1888]

Ohabolana Ny olo-marina ohatra ny vato lava sorona: izay ametrahana azy mety avokoa. [Cousins 1871]
Ny olo-marina ohatra ny vato lava sorona, ka izay ametrahana azy mety avokoa. [Rinara 1974]
Ny olona marina ohatra ny vato lava sorona, ka izay ametrahana azy marina avokoa. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Les gens honnêtes sont comme une pierre longue servant aux sacrifices: on peut la placer n' importe où, elle exerce toujours son influence. [Houlder 1895 #101]

Ohabolana Ny raharaha ohatra ny miasa jama : raha tsy ifanakonana, tsy vita. [Cousins 1871]
Ny raharaha ohatra ny miasa zama: raha tsy ifanakonana, tsy vita. [Cousins 1871]

Ohabolana Ny teny marina ohatra ny fia-pary, ka na lava aza, tsy lany hamamiana. [Houlder 1895]
Ny teny marina ohatra ny fia-pary lava : tsy lany hainamiana. [Nicol 1935]
Ny teny marina ohatra ny fia-pary lava: tsy lany hamamiana. [Cousins 1871]
Ny teny marina ohatra ny fia-pary lava vany, ka na lava aza tsy lany hamamiana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Les paroles sages sont comme la canne à sucre qu’on ne cesse de sucer: la saveur n’en peut être épuisée. [Nicol 1935 #203]
Les paroles vraies sont comme la canne à sucre que l'on mâche: quoiqu' elle soit longue, elle est douce partout. [Houlder 1895]

Ohabolana Nitondra ny tsy araka ny aina, hoatry ny moka voateha-tsofina. [Veyrières 1913 #2731]
Nitondra ny tsy araka ny aina, ohatra ny moka voateha-tsofina. [Cousins 1871]
Nitondra ny tsy eran' ny aina, ohatra ny moka voateha-tsofina. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Recevoir ce qui est au-dessus de ses forces comme le moustique qui a reçu un soufflet. [Veyrières 1913 #2731]
Fanazavana frantsay Allusion à la manière de tuer les moustiques. [Veyrières 1913 #2731]

Ohabolana Ny tsiny tsy mba mivongovongo tahaka ny rahona, fa misokosoko tahaka ny fanala, tsy hita ka mahangoly. [Cousins 1871 #2456, Nicol 1935 #275]
Ny tsiny tsy mba mivongovongo tahaky ny rahona, fa misokosoko tahaky ny fanala, tsy hita ka mahangoly. [Veyrières 1913 #6432]
Ny tsiny tsy mivongovongo ohatra ny rahona, fa misokosoko toy ny fanala, nefa mahangoly. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Les blâmes secrets ne s’amoncellent pas en flocons comme les nuages; ils s’insinuent comme le froid : vous n'apercevez rien, et vous voilà transi. [Nicol 1935 #275]
Le sentiment de la culpabilité, cela ne se montre pas comme un amas de nuages, mais cela vient comme de la gelée blanche qu' on ne voit pas et qui engourdit. [Veyrières 1913 #6432]

Ohabolana Ny zoky be hoatry ny ray ihany. [Houlder 1895 #1902]
Ny zoky be tahaky ny ray, ary ny ray dia ray rahateo. [Veyrières 1913 #1159]
Dikanteny frantsay Un bon aîné remplace le père, le père est déjà père. [Veyrières 1913 #1159]
Un grand aîné est comme un père. [Houlder 1895]

Ohabolana Odian-tsy tiana ohatra ny varin' amboa mahamay. [Rinara 1974]
Odian-tsy tiana, tahaka ny varin’ amboa mahamay. [Cousins 1871]
Odian-tsy tiana tahaky ny varin' amboa mahamay. [Veyrières 1913 #5127]
Dikanteny frantsay Qu' on fait semblant de ne pas aimer, comme le chien a l' air de ne pas aimer son riz trop chaud. [Veyrières 1913 #5127]
Fanazavana frantsay Se disait du jeu de l'amour ; se disait aussi de ceux qui feignaient de ne pas vouloir acheter, ou faire un contrat. [Veyrières 1913 #5127]

Ohabolana Raha haka ny an' ny olona mivelatra ohatra ny tafoben-trano, fa nony hanefa, mihorona toy ny tapenaka. [Rinara 1974]
Raha haka ny an' olona, mivelatra hoatry ny tafoben-trano, ka nony handoa, mihorona hoatry ny tapekana. [Veyrières 1913 #4447]
Raha haka ny an’ olona, mivelatra ohatra ny tafoben-trano, ka nony handoa, mihorona ohatra ny tapenaka. [Cousins 1871]
Raha hangataka, mivelatra ohatra ny tafontrano; raha hangatahina, mihorona ohatra ny tapenaka. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Entiamilaza ny olona tia tena: rehefa hangataka aminao izy, miseho ho toy ny olona tsara, malala-tanana; rehefa hangatahanao zavatra kosa izy, tsy hahitanao mangirana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Quand on emprunte, on s' ouvre comme la grande couverture du toit, et quand il s' agit de rembourser, on se rétrécit comme le pignon. [Veyrières 1913 #4447]
Fanazavana frantsay Facile pour emprunter, difficile pour rembourser. [Veyrières 1913 #4447]

Ohabolana Raikitra tsy satry ohatra ny ombalahy mifanena ankaterena. [Rajemisa 1985]
Raikitra tsy satry, ohatra ny ombilahy mifanena an-katerena. [Cousins 1871]
Raikitra tsy satry toy ny ombilahy mifanena an-katerana. [Rinara 1974 #3690]

Ohabolana Rano iray hoatry ny sangan' Inampy. [Veyrières 1913 #1698]
Rano iray ohatra ny sangan' Inampy. [Houlder 1895, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Tout uni (ou uniforme), comme la chevelure d' Inampy. [Houlder 1895]
Uni comme le toupet d' Inampy. [Veyrières 1913 #1698]
Fanazavana frantsay Inampy était un personnage légendaire. [Veyrières 1913]

Ohabolana Ratsy miafara, hoatry ny lahy antitra maka mosavy. [Veyrières 1913]
Ratsy miafara, ohatra ny lahy antitra maka mosavy. [Cousins 1871]
Ratsy miafara sahala amin' ny lahiantitra maka mosavy. [Rinara 1974 #3725]
Dikanteny frantsay Finir mal comme le vieux qui se fait initier à la sorcellerie. [Veyrières 1913]

Ohabolana Ratsy vintana hoatry ny saka, be vohoka vao mamosavy. [Veyrières 1913 #108]
Dikanteny frantsay Avoir une mauvaise destinée comme la chatte : c' est quand elle est pleine qu' on l' appelle sorcière. [Veyrières 1913 #108]
Fanazavana frantsay C'était l'expression consacrée pour dire d'une chatte quelle était pleine ; on appliquait ce proverbe aux braves gens qui, devenus riches, se faisaient méchants. [Veyrières 1913 #108]

Ohabolana Rovitra an-karona, hoatry ny lamban' ny Zanadoria. [Veyrières 1913 #2325]
Rovitra an-karona, ohatra ny lambany Zanadoria. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Usé dans la corbeille comme le linge et les vêtements des Zanadoria. [Veyrières 1913 #2325]
Fanazavana frantsay Les Zanadoria étaient une caste fabriquant des linceuls de soie rouge pour les morts ; ils avaient la réputation de ne pas se servir de leurs vêtements mais de les laisser dans la corbeille, afin de ne pas les user. [Veyrières 1913 #2325]

Ohabolana Salasala hoatry ny akotralahy miakanjo jaky : hoharabaina, tsy andriana ; havela ihany, miakanjo jaky. [Veyrières 1913 #4090]
Salasala ohatra ny ankotralahy: arahabaina, tsy andriana; avala, miakanjo jaky. [Houlder 1895]
Salasala, ohatra ny ankotralahy : harabaina, tsy andriana : havela, miakanjo jaky. [Cousins 1871]
Toy ny akotralahy : arahabain-tsy andriana, avela amin' izao miakanjo jaky. [Rinara 1974 #4263]
Dikanteny frantsay Ni grand ni petit, comme les soldats portant giberne et vêtus de pourpre : ils ne sont pas des princes pour qu' on les salue, mais comment les négliger alors qu'ils portent la pourpre. [Veyrières 1913 #4090]
Qui rend perplexe comme un soldat: on le salue, ce n' est pas un noble; on ne le salue pas, il porte pourtant de la pourpre. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay La couleur pourpre était la couleur de la Reine et des nobles, et ceux qui la portaient avaient droit à une salutation spéciale. [Houlder 1895]
Se disait des personnes qu'on ne sait pas comment traiter, en supérieures ou en égales. [Veyrières 1913 #4090]

Ohabolana Salasala ohatra ny kamboty : tsy manoza tanana, zaza veta; manoza, mandany rano. [Houlder 1895]
Salasala ohatra ny zaza tsy an-trano-reny : tsy manoza tanana, zaza veta; manoza, mandany rano. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qui ne sait plus que faire comme un orphelin (ou un enfant dont la mère a été divorcée): s' il ne se lave pas les mains, on (la belle-mère) lui dit qu' il est sale; et s' il se les lave, il emploie de l' eau pour rien. [Houlder 1895]

Ohabolana Salasala ohatra ny tongotry ny mpanihika : sady manosika no mamerina. [Houlder 1895, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Douteux, comme les pieds de celui qui pêche au panier, tantôt il les avance et tantôt il les recule. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay La pêche au panier se pratique dans certains bas-fonds et dans les rizières marécageuses. [Houlder 1895]

Ohabolana Sasana vao mihavasoka hoatry ny tongo-dririnina. [Veyrières 1913 #2460]
Sasana vao mihavasoka ohatra ny tongo-dririnina. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay C' est une fois lavé que cela devient terne comme les pieds en hiver. [Veyrières 1913 #2460]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait des affaires arrangées, mais dont il reste toujours quelque chose ; se disait aussi des soins exagérés qui obtenaient un mauvais effet. [Veyrières 1913 #2460]

Ohabolana Sasa-poana ohatra ny akoho mikotri-borona, valaky ny tsy ho an' ny tena. [Abinal 1888]
Dikanteny frantsay Fatigué inutilement, comme une poule couvant des oeufs de canard. [Abinal 1888]
Fanazavana frantsay Elle s'épuise pour des petits qui ne la suivront pas. [Abinal 1888]

Ohabolana Serintseriny ohatra ny vinanto vao. [Rinara 1974]

Ohabolana Sina hoatry ny sifotra nalan-doha. [Veyrières 1913 #5779]
Sina ohatra ny sifotra nalan-doha. [Cousins 1871, Rajemisa 1985]
Sina sahala amin' ny sifotra nalan-doha. [Rinara 1974 #3890]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona very hevitra, sanganehana izaitsizy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Interdit et muet de confusion, comme un escargot auquel on a coupé la tête. [Veyrières 1913 #5779]

Ohabolana Singotry ny vava ihany ohatra ny samoim-boatavo. [Rinara 1974]

Ohabolana Sitraka andro anaovana ohatra ny tongotr' omby mihosy. [Rajemisa 1985]
Sitraka andro anaovana, toy ny tongotr' omby avy nihosy. [Rinara 1974 #3900]
Sitrak’ andro anaovana, toa tongotr’ omby nihosy. [Cousins 1871 #2904, Nicol 1935]
Tongotr' omby nihosy : sitraka andro nanaovana. [Veyrières 1913 #5412]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny olona ankasitrahana, fa amin' ny fotoana anaovany raharaha ihany, fa tsy tsaroana kosa ankoatra an' io. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay On est content des pieds du boeuf le jour où ils piétinent les rizières. [Veyrières 1913]
Services qu’on ne reconnaît que le jour où ils sont rendus : tels les pieds du bœuf qui a foulé la rizière. [Nicol 1935 #309]
Fanazavana frantsay On apprécie quelqu' un le jour où il rend des services. [Veyrières 1913 #5412]

Ohabolana Soa hoatry ny vary fotsy mby am--bilany hianareo, sahala amin' ny haso be endriky ny saha, ka hoatry ny rakitra saro-bidy, toy ny lamba isampinako raha miramirana, sy isikinako raha sendra tezitra. [Veyrières 1913 #309]
Dikanteny frantsay Vous êtes aussi bons que le riz blanc qui est dans la marmite, vous êtes comme l' arbre majestueux ornement de la vallée, vous êtes aussi précieux qu' un trésor, vous êtes comme le lamba dont je pare mes épaules quand je suis content et dont je me ceins les reins quand je suis en colère. [Veyrières 1913 #309]
Fanazavana frantsay Paroles du roi Andrianampoinimerina à ses guerriers. [Veyrières 1913 #309]

Ohabolana Soki-manani-bato : tapi-dalana aleha. [Veyrières 1913 #1857]
Sokina nanani-bato ka tapi-dalan-kaleha. [Rinara 1974]
Tapi-dalana aleha ohatra ny soki-manani-bato. [Houlder 1895]
Tapi-dalan-kaleha ohatra ny soki-nanani-bato. [Rajemisa 1985]
Toy ny sokina nanani-bato : tafakatra ihany fa tapi-dalan-kaleha. [Rinara 1974]
Toy ny soki-nanani-bato : tapi-dalana aleha. [Cousins 1871 #3225]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona lany tetika aman-kevitra fa efa nanao izay azony natao rehetra. [Rajemisa 1985]
Fanazavana anglisy Hérisson qui monte sur un rocher : sa course est vite finie. [Veyrières 1913 #1856]
Dikanteny frantsay Arrivée au bout de sa route comme le hérisson qui a grimpé sur le haut d' un rocher. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des gens vieux et épuisés qui ne peuvent plus rien faire. [Veyrières 1913 #1857]

Ohabolana Tai-dava hoatry ny saobakaka am-body riana. [Veyrières 1913 #5728]
Dikanteny frantsay Toujours sur le qui-vive comme le crapaud au pied d' une cascade. [Veyrières 1913 #5728]

Ohabolana Tanana eo an-jorony efatra, ohatra ny fihinam-boatavo mahamay. [Cousins 1871]
Tanana eo an-jorony efatra toy ny fihinam-boatavo mahamay. [Rinara 1974]

Ohabolana Tapa-dia ohatra ny omby nafahy. [Rinara 1974]
Tapa-dia toy ny omby nafahy. [Houlder 1895 #1031]
Dikanteny frantsay Qui a fini de marcher comme un bœuf engraissé. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il sera bientôt tué pour la boucherie. [Houlder 1895]

Ohabolana Tapaka vao mirebika, ohatra ny androngo. [Cousins 1871]

Ohabolana Tezera-manatona, hoatry ny vady aman-janaka ; hala-mahatratra, hoatry ny ray aman-dreny. [Veyrières 1913 #5629]
Tezera-manatona ohatra ny vady aman-janaka, hala-mahatratra ohatra ny ray aman-dreny. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay S' approcher, bien qu' on soit grondé, comme l' épouse et les enfants ; assister et secourir, bien qu' on soit détesté, comme le père et la mère qui n' abandonnent pas leurs enfants ingrats. [Veyrières 1913 #5629]

Ohabolana Tezi-dresaka ohatra an-dRainitsimaniry. [Houlder 1895, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Parler avec colère comme Rainitsimaniry. [Veyrières 1913 #5630, Houlder 1895]

Ohabolana Tia kely ohatra ny amboninjato malahelo. [Rinara 1974]
Tia kely, tahaka ny ambonin-jato malahelo. [Houlder 1895 #650]
Tia kely, tahaky ny amboninjato malahelo. [Veyrières 1913 #5411]
Dikanteny frantsay Aimer les petits profits, comme le centenier de cent pauvres. [Veyrières 1913 #5411]
Qui aime les petits profits, comme le chef-de-cent pauvre. Ce fonctionnaire, comme bien d' autres, du reste, n' était pas payé sous l'ancien gouvernement malgache; il était donc obligé de vivre plus ou moins sur ses administrés. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il vit sur ses administrés. [Veyrières 1913 #5411]

Ohabolana Tia kely ohatra ny lehilahy mikao-dranovola. [Rinara 1974]
Tia kely, tahaka ny lehilahy mikao-dranovola. [Cousins 1871 #3091]
Tia kely, tahaky ny lehilahy mikao-dranovola. [Veyrières 1913 #2327]
Dikanteny frantsay Chiche comme l' homme qui racle la croûte de riz où l' on a fait chauffer de l' eau. [Veyrières 1913 #2327]

Ohabolana Tiana ny zanaka, fa raha manaikitra ny nono akifika. [Rinara 1974 #4135]
Tiana ny zanaka ; nefa raha manaikitra ny nono, akifika. [Veyrières 1913 #942]
Tsy misy mamy hoatry ny zanaka, fa raha manaikitra ny nono akifika. [Houlder 1895 #1891]
Tsy misy mamy ohatra ny zanaka, fa raha manaikitra ny nono akifika. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fa na dia izay tiana indrindra aza, raha tafaohatra ny toetra asehony dia akipaka. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay La mère aime son enfant, mais lorsqu' il lui mord le sein en tétant, elle l' écarte. [Veyrières 1913 #942]
Rien n' est plus précieux (litt. doux) qu' un enfant, mais quand il mord le sein on le repousse. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des gens ingrats envers leurs bienfaiteurs ; se disait surtout pour montrer que l' affection ne doit pas empêcher les corrections et les réprimandes. [Veyrières 1913 #942]

Ohabolana Todihan-tsy hita ohatra ny sofina. [Rinara 1974]
Todihina tsy hita toy ny sofina. [Houlder 1895 #2188]
Todihin-tsy hita toy ny sofina. [Veyrières 1913 #6091]
Dikanteny frantsay Qu' on ne voit pas en se retournant, comme les oreilles. [Houlder 1895 #2188, Veyrières 1913 #6091]

Ohabolana Toy ny amboa mainty vava, ka ataony ho nangala-pihinana ihany. [Houlder 1895 #1071, Cousins 1871]
Toy ny amboa ngerom-bava, ka ataony ho nangala-pihinana ihany. [Cousins 1871]
Toy ny amboa ngerom-bava, ka ohatra ny avy nangala-pihinana ihany. [Rinara 1974]
Toy ny saka ngerom-bava, ka ohatra ny avy nangala-pihinana ihany. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Semblable à un chien à la gueule sale, qui est soupçonné d' avoir volé de la nourriture. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Parce que les apparences sont contre lui. [Houlder 1895]

Ohabolana Tokam-pilana hoatry ny siny : tsy manam-po afa-tsy ny rano. [Veyrières 1913 #6386]
Tokam-pilana ohatra ny siny: tsy manam-po afa-tsy ny rano. [Rajemisa 1985]
Tokam-pilana toy ny siny, tsy manam-po afa-tsy ny rano. [Houlder 1895]
Tokam-pilana, toy ny siny : tsy manan-po afa-tsy ny rano. [Cousins 1871 #3106]
Tokam-po ohatra ny siny, ka tsy manam-po afa-tsy rano. [Rinara 1974]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona tsy manan-javatra kinendry afa-tsy zavatra toisana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Celui qui ne veut qu' une chose, est comme la cruche destinée seulement à recevoir l' eau. [Veyrières 1913 #6386]
N' avoir qu' un seul et unique désir, comme la cruche: il ne lui faut que de l' eau. [Houlder 1895]

Ohabolana Tonga haka, ohatra ny jiro manao rehibe. [Cousins 1871, Rinara 1974]

Ohabolana Tsara aloha, fa ratsy aoriana, hoatry ny omby folona. [Veyrières 1913 #1723]
Tsara aloha fa ratsy aoriana, ohatra ny omby folona. [Cousins 1871]
Tsara aloha fa ratsy aoriana, toy ny omby bory rambo. [Rinara 1974]
Tsara aloha fa ratsy aoriana, toy ny omby folona. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Beau par devant mais laid par derrière, comme un boeuf dont la queue est coupée. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Ce proverbe, outre son.sens matériel, avait un sens moral et se disait des gens qu' on encensait par devant et qu' on dénigrait par derrière. [Veyrières 1913 #1723]

Ohabolana Tsara hateloana, hoatry ny be volombava noharasana. [Veyrières 1913 #1724]
Tsara hateloana, ohatra ny be volom-bava noharasana. [Cousins 1871]
Tsara hateloana ohatra ny be volom-bava noharatana. [Rinara 1974]
Tsara hateloana ohatra ny volom-bava haratana. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Beau pendant trois jours comme un homme à forte barbe qu' on a rasée. [Veyrières 1913 #1724]
Bon pour trois jours, comme lorsqu' on vient de se raser. [Houlder 1895 #113]
Fanazavana frantsay Se disait de charmes de peu de durée. [Veyrières 1913 #1724]

Ohabolana Tsara kely, hoatry ny zanak' Inamehana. [Veyrières 1913 #1541]
Tsara kely, ohatra ny zanak’ Inamehana. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Beau pendant l' enfance, comme les enfants de Namehana. [Veyrières 1913 #1541]

Ohabolana Tsara miankandrefana hoatry ny miaramila rombina. [Veyrières 1913 #4031]
Tsara miankandrefana, ohatra ny miaramila rombina. [Cousins 1871]
Tsara miankandrefana sahala amin' ny miaramila rombina. [Rinara 1974 #4405]
Dikanteny frantsay Qui se trouve bien quand il va vers l' ouest, comme un soldat qui a un bec-de-lièvre. [Veyrières 1913 #4031]
Fanazavana frantsay Allusion au vent de l'est très fréquent. [Veyrières 1913 #4031]

Ohabolana Tsara volana imaso. [Veyrières 1913 #4960]
Tsara volana imaso, tahaka ny ombin' Imantasoa. [Rinara 1974 #4415]
Tsara volan’ imaso, ohatra ny ombin’ Imantasoa. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Qui donne de bonnes paroles en face. [Veyrières 1913 #4960]
Fanazavana frantsay Se disait des hypocrites. [Veyrières 1913 #4960]

Ohabolana Tsy ampy be ohatra an' ilay mivaro-bady. [Veyrières 1913]
Tsy ampy be, toa any ilay mivaro-bady. [Cousins 1871 #3334]
Tsy ampy be toa an' ilay lava nivaro-bady. [Houlder 1895 #1825]
Tsy ampy be toy ilay nivaro-bady. [Rinara 1974 #4476]
Dikanteny frantsay Être loin de son compte comme celui qui vend sa femme pour couvrir ses dettes. [Veyrières 1913 #1340]
Qui est loin de se suffire à lui-même, comme un homme long qui a vendu sa femme. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Etant très grand, il pensait pouvoir se passer de l' aide d' une femme, mais il se trompe, vu que certains travaux ne peuvent être bien faits que par une femme. [Houlder 1895]
Se disait de ceux qui se lançaient dans des opérations risquées. [Veyrières 1913 #1340]

Ohabolana Tsy ampy tsy lany, ohatra ny vary be vato. [Cousins 1871, Nicol 1935]
Tsy ampy tsy lany, sahala amin' ny vary be akotry. [Rinara 1974]
Tsy ampy tsy lany, sahala amin' ny vary be vato. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Le riz pierreux peut être insuffisant, il y en a toujours trop. [Nicol 1935 #381]

Ohabolana Tsy antenaina tsy andraina, toy ny tantely am-body vintanina. [Houlder 1895]
Tsy antenain-tsy andraina, ohatra ny tantely am-body vintanina. [Rinara 1974]
Tsy antenain-tsy andraina, toy ny tantely am-body vintanina. [Houlder 1895 #952, Cousins 1871 #3337]
Dikanteny frantsay Ni espéré ni attendu, comme du miel qu' on trouve au pied d' un "vintanina" (arbre). [Houlder 1895]
Ni espéré ni attendu, comme d' un miel trouvé au pied d' un arbre. [Houlder 1895]
Qui n' est ni espéré ni regardé, comme le miel qui se trouve dans le tronc du gros arbre vintanina. [Veyrières 1913 #5830]
Fanazavana frantsay Se disait des choses auxquelles il fallait renoncer. On ne peut pas couper le tronc d' arbre pour arriver au trou où le miel se trouve. [Veyrières 1913 #5830]

Ohabolana Tsy hata lavadavaka, ohatra ny boka misikidy rantsana. [Cousins 1871]
Tsy hita lavadavaka, hoatry ny boka misikidy rantsana. [Veyrières 1913 #2028]
Tsy hita lavadavaka, ohatra ny boka misikidy rantsana. [Houlder 1895]
Tsy hita lavadavaka ohatra ny boka misikidy rantsana haniry. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay "On n' y peut rien du tout" , s' écrie le lépreux consultant le devin pour se faire revenir des doigts (qu' il a perdus par la maladie). [Houlder 1895]
On n' y voit rien : c' est comme un lépreux qui consulte la divination pour voir s' il recouvrera ses doigts. [Veyrières 1913 #2028]
Fanazavana frantsay Le lépreux a les doigts rongés ; ce proverbe se disait de ceux qui prétendaient faire ce qu' ils ne savaient pas, et aussi de tout ce qui n'était pas clair. [Veyrières 1913 #2028]

Ohabolana Tsy hisy hanoarana, ohatra ny vikina ambany farafara. [Cousins 1871]
Tsy hita hanoarana, ohatra ny hazakazaka ambany farafara. [Rinara 1974]
Tsy hita hanoharana hoatry ny vikina ambany farafara. [Veyrières 1913 #5780]
Dikanteny frantsay Sans comparaison, comme faire un saut sous le lit. [Veyrières 1913 #5780]
Fanazavana frantsay Autre sens : chose impossible. [Veyrières 1913 #5780]

Ohabolana Tsy hita hanaovana, hoatry ny ondry kely sarak' andro : avela an-tanàna, ivorian' ny lalitra ; entina an-tsaha, iangonan' ny tsipolitra. [Veyrières 1913]
Tsy hita hanaovana, ohatra ny ondrikely sarak’ andro: avela an-tanana, ivorian’ ny lalitra; entina an-tsaha, iangonan’ ny tsipolitra. [Cousins 1871]
Tsy hita izay hanaovana azy, ohatra ny ondry kely sarak' andro : avela an-tanàna ivorian' ny lalitra, aidina an-tsaha, iangonan' ny tsipolitra. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Une personne dont on ne sait pas quoi faire, c' est comme l' agneau que la mère n'allaite plus que le soir : si on le laisse à l' étable, il est couvert de mouches ; si on le conduit aux champs, il est couvert de graines de bident. [Veyrières 1913 #3990]
Fanazavana frantsay Se disait des bons à rien. [Veyrières 1913 #3990]

Ohabolana Tsy hita hatanorana ohatra ny tana : tanora midreho, antitra midreho. [Rinara 1974]
Tsy hita hatanorana, toy ny tana: antitra midreho, tanora midreho. [Veyrières 1913 #1729, Cousins 1871 #3349]
Dikanteny frantsay Chez qui on n' aperçoit pas la jeunesse comme chez les caméléons : vieux, ils se traînent ; jeunes, ils se traînent. [Veyrières 1913 #1729]
Fanazavana frantsay Se disait des gens vieux avant l' âge. [Veyrières 1913 #1729]

Ohabolana Tsy hita izay hiainana, fa hoatry ny tsindretra anaty tambiazina : mankamin' ny marivo, tsindrohin' ny vano ; mankamin' ny lalina, paohin' ny mamba. [Veyrières 1913 #5833]
Tsy hita izay hiainana, fa ohatra ny tsindretra anaty tambiazina: mankamy ny marivo, tsindrohin’ ny vano; mankamy ny lalina, paohin’ ny mamba. [Cousins 1871]
Tsy hita izay hiainana, fa toy ny tsindretra anaty tambiazina : mankamin' ny marivo, tsindrohin' ny vano, mankamin' ny lalina, paohin' ny mamba. [Rinara 1974 #4496]
Dikanteny frantsay On ne sait comment vivre, car on est comme les larves de libellules dans une eau ferrugineuse : si elles sont dans les endroits peu profonds, le héron les prend une à une avec le bec ; si elles sont dans les endroits profonds, le caïman les rafle. [Veyrières 1913 #5833]

Ohabolana Tsy kivy tsy ketraka, hoatry ny mpitari-bady tsy lasam-bodiondry. [Veyrières 1913 #1241]
Tsy kivy tsy mijokojoko, hoatry ny mpitari-bady tsy lasam-bodiondry. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Qui n' a nulle honte, nulle vergogne, comme celui qui prend une femme sans offrir à ses parents le derrière de mouton que la coutume exige pour qu' il y ait mariage. [Veyrières 1913 #1241]
Fanazavana frantsay Se disait des mauvais sujets. [Veyrières 1913 #6717]

Ohabolana Tsy latsaka ohatra ny totom-patsa nahazoan-datsa. [Rinara 1974]

Ohabolana Tsy mahalala izay varavaran-kodiavina, hoatry ny akoho amidy ao an-tsena. [Veyrières 1913 #2047]
Tsy mahalala izay varavaran-kodiavina ohatra ny akoho amidy ao an-tsena. [Houlder 1895]
Tsy mahalala varavaran-kodiana, toy ny akoho vao novidiana teny an-tsena. [Rinara 1974 #4513]
Dikanteny frantsay Celui qui ne sait pas par quelle porte il entrera, est comme la poule à vendre sur le marché. [Veyrières 1913 #2047]
Qui ne sait pas par quelle porte il entrera, comme une poule sur le marché. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Elle ne sait pas qui l' achètera ni, par conséquent, chez qui elle ira. [Houlder 1895]
La poule ne sait pas qui l'achètera ni où elle ira. . [Veyrières 1913 #2047]

Ohabolana Tsy mahaleo mora, ohatra ny mpantsaka. [Houlder 1895]
Tsy mahaleo mora, toa mpantsaka. [Rinara 1974 #4514, Cousins 1871]
Tsy mahaleo mora toy ny mpantsaka. [Veyrières 1913 #3992]
Dikanteny frantsay Celui qui ne sait pas choisir le moment favorable, est semblable aux porteuses d' eau qui renvoient au soir ou au dernier moment pour aller chercher de l' eau, alors qu' il y aura encombrement ou mauvais temps. [Veyrières 1913 #3992]
Qui ne peut pas résister à ce qui est faible, comme un porter d' eau. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce qui est faible, c' est l' eau, le fluide qu' on porte sur la tête, dans une cruche; c' est donc l' eau qui occupe la position la plus élevée, de là le proverbe. [Houlder 1895]
Laisser passer le moment favorable, par paresse ou négligeance. [Veyrières 1913 #3992]

Ohabolana Tsy mahamafy fonosana ohatra ny zavatra maharatsiana. [Rinara 1974]

Ohabolana Tsy mahamendrika, hoatry ny saron-doha hariva, ka ny mody no soa. [Veyrières 1913 #173]
Tsy mahamendrika ohatra ny saron-doha hariva, ka ny mody no soa. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay C' est une chose inconvenante, comme le fait de se couvrir la tête le soir : le mieux c' est de rentrer chez soi. [Veyrières 1913 #173]
Fanazavana frantsay Il faut laisser aux sorciers cette habitude de sortir la nuit et de se couvrir la tête. [Veyrières 1913 #173]

Ohabolana Tsy mahasaraka fa tsy azo ho namana, tahaka ny tandindona. [Rinara 1974 #4518]
Tsy mahasaraka tsy azo ho namana, hoatry ny tandindona. [Veyrières 1913 #5346]
Tsy mahasaraka tsy azo ho namana, ohatra ny tandindona. [Cousins 1871, Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Comme l’ombre : elle ne vous quitte pas et cependant ce n’est pas une compagnie. [Nicol 1935 #23]
Inséparable, mais sur l' amitié de qui on ne peut pas compter, comme l' ombre. [Veyrières 1913 #5346]
Fanazavana frantsay Se disait beaucoup des femmes qui ne s' entendaient pas avec leurs maris, et cependant ne voulaient pas les quitter. [Veyrières 1913 #5346]

Ohabolana Tsy mahatsiaro ny be efa lany ohatra ny tenda. [Cousins 1871, Rinara 1974]

Ohabolana Tsy maintsy lena hoatry ny andro ririnina. [Veyrières 1913 #6094]
Tsy maintsy lena tahaka ny andro ririnina. [Rinara 1974]
Tsy maintsy lena toy ny andro ririnina. [Houlder 1895 #1270, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza toetra tsy hita hatao tsara tsy hita hatao ratsy toy ny andro ririnina izay tsy maina mafana no tsy lena mandriaka fa manerika madinika lava. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay C' est comme un jour d' hiver : il n' est ni sec ni humide. [Veyrières 1913 #6094]
Ni sec ni mouillé, comme un jour d'hiver. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Pendant une partie de l' hiver - la saison sèche à Madagascar - il tombe pourtant une fine pluie, la bruine. [Houlder 1895]
Se disait du sage qui se tient dans le juste milieu, ou du médiocre. [Veyrières 1913 #6094]

Ohabolana Tsy manana manahy tena, manana manantena, ohatra ny fahandroan-kena. [Rinara 1974]
Tsy manana manahy tena, manana manantena, toy ny fandrahoan-kena. [Cousins 1871 #3375]

Ohabolana Tsy manan-karon-kasiana, hoatry ny alika. [Veyrières 1913 #2414]
Tsy manan-karon-kasiana, ohatra ny alika. [Houlder 1895]
Tsy manan-karon-kasiana ohatra ny amboa. [Rinara 1974 #4526]
Dikanteny frantsay Le prodigue est comme le chien qui n' a pas de panier pour amasser. [Veyrières 1913 #2414]
Ne pas avoir de panier pour y amasser, comme le chien. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se dit des gens qui dépensent aussitôt ce qu' ils ont gagné. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy mangalatra manana adidy, ohatra ny fangala-bola. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Tsy mangalatra manana adidy, sahala amin' ny fangala-bola. [Rinara 1974 #293]
Dikanteny frantsay Celui qui commet le vol le plus grave, c' est celui qui vole de l' argent. [Houlder 1895 #1060]

Ohabolana Tsy mba an-dambany hoatry ny vomanga, fa an-toriny hoatry ny voanjo. [Veyrières 1913 #3317]
Tsy mba an-dambany ohatra ny vomanga, fa an-toriny ohatra ny voanjo. [Cousins 1871]
Tsy mba an-dambany, ohatra ny vomanga, fa an-toriny, tahaka ny voanjo. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ce n' est pas par grandes bandes comme pour les patates, mais par petits sillons comme pour les arachides. [Veyrières 1913 #3317]
Fanazavana frantsay Se disait des affaires traitées avec méthode. [Veyrières 1913 #3317]

Ohabolana Tsy menatra ny mandositra, ohatra ny kary. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qui n' a pas honte de s' enfuir, comme un chat sauvage. [Houlder 1895 #925]

Ohabolana Tsy mety raha atao hoatry ny latsin-trano : an-trano, tsy mahita hivoahana ; alatrano, tsy mahita hidirana. [Veyrières 1913 #4094]
Tsy mety raha atao ohatra ny latsin-trano : an-trano, tsy mahita hivoahana; ala-trano, tsy mahita hidirana. [Cousins 1871]
Tsy mety raha atao toy ny tery latsin-trano : alatrano tsy mahita hidirana ao an-trano tsy mahita hivoahana. [Rinara 1974 #4583]
Dikanteny frantsay Il ne faut pas traiter quelqu' un comme les lattes du toit de la maison : si elles sont dedans elles n'ont pas la faculté de sortit, et si elles sont dehors elles n'ont pas la faculté de rentrer. [Veyrières 1913]

Ohabolana Tsy mety raha may misisika, ohatra ny fisoitra afo. [Cousins 1871]
Tsy mety raha may vao misisika, ohatra ny fisoitra afo. [Cousins 1871]

Ohabolana Tsy mety raha manao hoatry ny sinibe : ny loha saronana, fa ny tenabe mitanjaka. [Veyrières 1913 #3080]
Dikanteny frantsay Il n' est pas décent d' imiter la grande cruche à eau dont la tête seule est recouverte, alors que tout le reste du corps est nu. [Veyrières 1913 #3080]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui ne rougissent pas d' être nus. [Veyrières 1913 #3080]

Ohabolana Tsy mety raha miala maina ohatra ny nandevim-boka. [Rinara 1974]
Tsy mety raha miala maina toy ny mandevim-boka. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Tsy mety raha miala maina toy ny mandevin-amboa. [Houlder 1895]
Tsy mety raha mody maina toy ny avy nandevina amboa. [Rinara 1974 #4654]
Tsy mety raha mody maina, toy ny mandevina amboa. [Cousins 1871 #3471]
Dikanteny frantsay Il n' est pas convenable de s' en aller les mains vides comme lorsqu' on a enterré un lépreux (ou: un chien). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Aux ensevelissements de gens qui se respectaient, il y avait toujours une distribution d' argent (le "ala fady") et de viande de bœuf. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy mety raha mihazakazaka tsy hihaino teny, hoatry ny alika. [Veyrières 1913 #1735]
Tsy mety raha mihazakazaka tsy hihaino teny, ohatra ny alika. [Cousins 1871]
Tsy mety raha mihazakazaka tsy hihaino teny ohatra ny amboa. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Il ne sied pas de courir pour ne pas entendre un ordre donné comme font les chiens. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui n'écoutaient pas les ordres ou partaient avant d'avoir entendu. [Veyrières 1913 #1735]

Ohabolana Tsy miantra ny mahantra, ohatra ny mpangalatra. [Rinara 1974]
Tsy miantra ny ory, ohatra ny mpangalatra. [Cousins 1871]

Ohabolana Tsy misy aretin-dratsy ohatra ny nendra, fa namoizako ny olo-malala. [Rinara 1974]
Tsy misy aretin-dratsy tahaka ny nendra, fa namoizako olo-malala. [Cousins 1871 #3508]
Tsy misy aretin-dratsy tahaky ny nendra, fa namoizako olo-malala. [Veyrières 1913 #2832]
Dikanteny frantsay Il n' y a pas de mal aussi pernicieux que la petite vérole, car elle m' a fait perdre des hommes qui m' étaient chers. [Veyrières 1913 #2832]
Fanazavana frantsay Le roi Andrianampoinimerina a dit ces paroles : la petite vérole avait décimé les nouveaux habitants qu' il avait établis à Tananarive après la prise de cette ville ; à la faveur de ce fléau, les ennemis avaient repris la ville ; ce souvenir avait dicté à Andrianampoinimerina des règlements très sévères sur la petite vérole. [Veyrières 1913 #2832]

Ohabolana Tsy misy be aina noho ny alika, fa raha manodidina any Itasy, valaka. [Cousins 1871 #3509]
Tsy misy be aina noho ny alika, fa raha manodidina an' Itasy, valaka. [Veyrières 1913 #4035]
Tsy misy be aina ohatra ny alika, fa raha manodidina an' Itasy valaka. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Personne n' a autant de force que le chien, et pourtant quand il fait le tour du lac Itasy, il est fatigué. [Veyrières 1913 #4035]
Fanazavana frantsay Paroles d'excuses. [Veyrières 1913 #4035]

Ohabolana Tsy misy boribory ohatra ny tain' ondry, fa raha latsaka an-tany misy kitsambony. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy misy fatra-piahy tena ohatra ny tsindretra, fa famaky kely iray sy katsomanta telo no entiny, fa raha tamy ny tandroho misitrika. [Cousins 1871]
Tsy misy fatra-piahy tena, toy ny tsindretra, fa famaky iray, katsomanta telo. [Rinara 1974 #4707]

Ohabolana Tsy misy hasambarana hoatry ny fanambadian-tsitrapo. [Veyrières 1913 #1244]
Tsy misy hasambarana ohatra ny fanambadian-tsitrapo. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Il n'y a pas de plus grand bonheur qu' un mariage contracté par amour. [Veyrières 1913 #1244]
Il n' y a pas de plus grand bonheur qu' un mariage d' amour (litt. mariage volontaire, de par la volonté des conjoints, et non de celle de leurs parents seulement). [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy misy hianterana ohatra ny bozaka : tanora sakafon' ny omby, nony antitra sakafon' ny fatana. [Rinara 1974]
Tsy misy hianterana toa bozaka : tanora, sakafon' ny omby ; antitra, sakafom--patana. [Houlder 1895 #1947, Veyrières 1913 #2779]
Dikanteny frantsay Qui n' a pas le temps de vieillir, comme l' herbe: jeune, elle sert à nourrir le bétail, vieille, elle sert à nourrir le foyer (c. à. d. à brûler). [Houlder 1895]
Qui ne peut pas vieillir comme l' herbe : jeune elle nourrit les boeufs, vieille elle alimente le foyer. [Veyrières 1913]

Ohabolana Tsy misy hihaingoana hoatry ny maka kitay homan-daingo. [Veyrières 1913 #2473]
Tsy misy hihaingoana ohatra ny maka kitay homan-daingo. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Il n' y a pas de temps pour faire toilette : c' est comme celui qui se nettoie les dents avec l' herbe laingo tout en ramassant la provision de paille à brûler. [Veyrières 1913 #2473]

Ohabolana Tsy misy mafy noho ny maty anaka ; fa raha kekerin' ny moka, mitehaka. [Veyrières 1913 #952, Cousins 1871 #3523]
Tsy misy mafy ohatra ny maty anaka, fa raha kaikerin' ny moka mitehaka. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Rien n' est pénible comme de perdre son enfant, et cependant quand on est piqué par un moustique on frappe de la main. [Veyrières 1913 #952]
Fanazavana frantsay Le chagrin doit parfois céder ; ce proverbe fait allusion au geste pour tuer le moustique. [Veyrières 1913 #952]

Ohabolana Tsy misy mahay mandeha ohatra ny akoho, fa raha mandeha an--tsahafa solafaka. [Rinara 1974]
Tsy misy mahay mandeha tahaka ny akoho fa raha mandeha an--tsahafa solafaka. [Rajemisa 1985]
Tsy misy mahay mandeha toy ny akoho ; fa raha mandeha amy ny sahafa, solafaka. [Cousins 1871]
Tsy misy mahay mandeha toy ny akoho ; fa raha mandeha amin’ ny sahafa, solafaka. [Nicol 1935 #288]
Fanazavana malagasy Aoka hitandrina na dia izay milaza azy ho mahay aza fa raha sendra ny sarotra mety ho voa. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay La poule est le plus habile des marcheurs ; mais s’il lui arrive de marcher sur le van, la voilà qui glisse. [Nicol 1935 #288]

Ohabolana Tsy misy malaza hoatry ny angidina, fa raha atono dia tsy ampy mizara. [Veyrières 1913 #5941]
Tsy misy malaza ohatra ny angidina, fa raha atono dia tsy ampy mizara. [Houlder 1895]
Tsy misy malaza ohatra ny angidina, fa raha atono tsy ampy mizara. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Rien n' est plus fameux que la libellule, mais quand elle est grillée, il n' y a plus rien à partager. [Veyrières 1913 #5941]
Rien n' est plus fameux que la libellule, mais quand on la grille, il ne reste rien à partager. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy misy manao soa ohatra ny vilany, fa raha lany ny ao anatiny, ahohoky ny olona. [Rinara 1974]
Tsy misy manao soa tahaka ny vilany ; fa raha lany ny mamy ao anatiny, dia ahohoky ny olona. [Cousins 1871 #3529, Nicol 1935 #312]
Dikanteny frantsay Qu’y a-t-il de plus utile qu’une marmite : et pourtant, dès qu’elle a été vidée, elle est aussitôt renversée. [Nicol 1935 #312]

Ohabolana Tsy misy manga hoatry ny voantay ; fa raha ratsy fila hanina, vazina. [Veyrières 1913 #3084]
Tsy misy manga noho ny voantay, fa raha ratsy fila hanina, mahavazina. [Rinara 1974 #4728]
Tsy misy manga ohatra ny voantay; fa raha ratsy fila hanina, vazina. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Rien n' est aussi beau qu' un bousier, mais il est déshonoré parce qu' il cherche sa nourriture dans l' ordure. [Veyrières 1913 #3084]
Fanazavana frantsay La beauté n' empêche pas le déshonneur. [Veyrières 1913 #3084]

Ohabolana Tsy misy mangidy hoatry ny sakay, hono, fa raha atao teny ierana dia mafanafana. [Veyrières 1913]
Tsy misy mangidy hoatry ny sakay, hono, fa raha atao teny ierana dia mamy. [Veyrières 1913]
Tsy misy mangidy noho ny sakay, fa raha teny ierana dia hanina. [Houlder 1895 #265]
Tsy misy mangidy ohatra ny sakay fa rehefa teny ierana laitra ihany. [Rajemisa 1985]
Tsy misy mangidy ohatra ny sakay fa rehefa teny ierana lany ihany. [Rajemisa 1985]
Tsy misy mangidy toy ny sakay; fa raha teny ierana, mafanafana. [Cousins 1871 #3533]
Tsy misy mangidy toy ny sakay fa rehefa teny ierana mamy. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fa rehefa sitraka sy nifanarahana, dia maniary mora na dia sarotra sy manahirana aza. [Rajemisa 1985]
Na inona na inona hasarotan-javatra eo amin' ny fifampiraharahana, rehefa ifanarahana vita ihany. [Rajemisa 1985]
Na inona na inona zava-tsarotra, rehefa ifanarahana tonga mora. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Rien n' est plus cuisant que le piment, mais quand il y a union et entente, c' est doux à manger. [Veyrières 1913 #4842]
Rien n' est plus piquant que le piment, mais si l' on s' accorde pour cela, on le mange quand même. [Houlder 1895 #265]
Fanazavana frantsay Les peines sont adoucies en famille. [Veyrières 1913 #4842]

Ohabolana Tsy misy marivo noho ny tsihy ; fa raha mandry, ialan-tsalaka. [Veyrières 1913 #1738, Cousins 1871 #3534]
Tsy misy marivo ohatra ny tsihy, fa raha handriana ialan-tsalaka. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Rien n' est aussi peu profond qu' une natte, et cependant quand on va se coucher sur la natte on enlève le salaka. [Veyrières 1913 #1738]
Fanazavana frantsay Les Malgaches quittaient le salaka qu' ils portaient autour des reins lorsqu' ils se couchaient sur la natte pour le repos de la nuit ; ils le quittaient aussi pour passer une rivière profonde ; sens général : ne méprisez pas une affaire de peu d' apparence. [Veyrières 1913 #188]

Ohabolana Tsy misy mateza milevina hoatry ny voalavo ; fa raha mitranga izy, dia hanin' ny saka. [Veyrières 1913 #6258]
Tsy misy mateza milevina ohatra ny voalavo; fa raha mitranga izy, dia hanin' ny saka. [Houlder 1895]
Tsy misy mateza milevina ohatra ny voalavo, fa raha mitranga lanin' ny saka. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Aucun animal ne reste aussi longtemps enterré qu' un rat, mais quand il sort de son trou, il est pourtant mangé par le chat. [Houlder 1895]
Il n' y a pas d' animal qui reste enterré comme un rat, mais lorsqu' il sort de son trou, il est mangé par le chat. [Veyrières 1913 #6258]

Ohabolana Tsy misy na inona na inona ohatra ny laoka sirahazo. [Rinara 1974]

Ohabolana Tsy misy na inona na inona ohatra ny totohondrin' Ikotomanana, raha vao mivonkina toa hahafaty omby, fa nony mamely, tsy mahafaty akohokely. [Rinara 1974]
Tsy misy na inona na inona, ohatra ny totohondrin’ Ikotomanana: raha vao mivonkina, toa hahafaty omby ; nefa nony mamely, tsy mahafaty akohokely akory. [Cousins 1871]

Ohabolana Tsy misy nanao soa ohatra ny fandrahoam-bary ; fa raha vaky, nanotrehana akoho. [Cousins 1871]
Tsy misy nanao soa toy ny fandrahoam-bary, fa nony vaky nanotrehana akoho. [Rinara 1974 #4739]
Tsy nisy nanao soa ohatra ny vilany, fa raha vaky, natao fanotrehana akoho. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Personne n' a fait autant de bien qu' une marmite, car lorsqu' elle fut brisée, on s' en servit encore pour y mettre couver la poule. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy misy raharahabe ohatra ny landihazobe. [Rinara 1974]
Tsy misy raharaha toa landihazobe. [Houlder 1895 #700, Cousins 1871 #3542]
Dikanteny frantsay Qui ne sert à rien, comme le "grand cotonnier" . [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le "grand cotonnier" est un faux cotonnier qui ne donne pas de coton. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy misy tsara hoatry ny fanambadiana mifanaraka. [Veyrières 1913 #1347]
Tsy misy tsara ohatra ny fanambadiana mifanaraka. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Il n' y a rien de plus beau qu' un ménage uni. [Veyrières 1913 #1347]
Rien n' est plus beau (ou meilleur) que des époux unis. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy misy valiny; ohatra ny manao soa vato aman-kazo. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay (Quelque chose) qui ne procure pas de récompense; c' est comme si on avait fait du bien à une pierre ou à un morceau de bois. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy miteny fa mahatahotra ohatra ny kiady. [Rinara 1974]
Tsy miteny ka mahatahotra, toy ny kiady. [Veyrières 1913 #693, Cousins 1871 #3552]
Dikanteny frantsay Sans parole et cependant redoutable, comme le bâton surmonté d' une touffe d' herbe qui sert à marquer une défense ou une prise de possession. [Veyrières 1913 #693]
Fanazavana frantsay Se disait des chefs qui ne parlaient pas, mais dont la présence suffisait pour mettre une affaire en train. [Veyrières 1913 #693]

Ohabolana Tsy mitsaha-tsy efa, ohatra ny ravin’ ala. [Cousins 1871]

Ohabolana Tsy mitsapa farany hoatry ny andevolahy mangery an-jezika na an-davenona. [Veyrières 1913 #599]
Dikanteny frantsay Agir inconsidérément et sans penser aux suites, comme l' esclave qui va à la selle dans les cendres et le fumier. [Veyrières 1913 #599]
Fanazavana frantsay C' est lui qui sera obligé de porter tout cela aux champs. [Veyrières 1913 #599]

Ohabolana Tsy soa tsy ratsy ohatra ny hoditr' androngo. [Houlder 1895, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ni bon ni mauvais, comme la peau d' un lézard. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy tiana ka mahavery isany, hoatry ny hatina. [Veyrières 1913 #2833]
Tsy tiana ka mahavery isany, ohatra ny hatina. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay C' est comme la gale qui est détestée et qui pourtant occupe toute l' attention. [Veyrières 1913 #2833]

Ohabolana Tsy tsara tsy ratsy ohatra ny andro ririnina. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Ilazana toe-javatra na toetr' olona tsy hita hatao tsara na ratsy tanteraka (mitovy amin' ny hoe "tsy maina tsy lena" entin' ny olona milaza ny ririnina koa). [Rajemisa 1985]

Ohabolana Valabalaka hoatry ny andevolahy homan-goaika. [Veyrières 1913 #602]
Valabalaka, ohatra ny andevolahy homan-goaika. [Cousins 1871]
Valabalaka sahala amin' ny ankizilahy homan-goaika. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Las comme un esclave qui mange du corbeau. [Veyrières 1913 #602]
Fanazavana frantsay Se disait d' une grande fatigue. [Veyrières 1913 #602]

Ohabolana Vao manary lamba hoatry ny fary. [Veyrières 1913 #2124]
Dikanteny frantsay Il est comme la canne à sucre : c' est lorsqu' il est grand qu' il rejette son lamba. [Veyrières 1913 #2124]
Fanazavana frantsay Se disait des gens simples et toqués. [Veyrières 1913 #2124]

Ohabolana Vavany maro ohatra ny sodina. [Rinara 1974]
Vavany maro tahaka ny sodina. [Cousins 1871 #3644]
Vavany maro tahaky ny sodina. [Veyrières 1913 #5348]
Dikanteny frantsay Qui a plusieurs bouches comme la flûte. [Veyrières 1913 #5348]
Fanazavana frantsay Se dédire souvent ; ou bien : dire l'un et l' autre. [Veyrières 1913 #5348]

Ohabolana Very anevanevany hoatry ny zazahova. [Veyrières 1913 #604]
Very anevanevany, ohatrany zazahova. [Cousins 1871]
Very anevanevany, tahaka ny zazahova. [Rinara 1974 #4935]
Dikanteny frantsay N' appartenir ni à un côté ni à l' autre, comme un homme libre devenu esclave. [Veyrières 1913 #604]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui étaient entre deux partis. [Veyrières 1913 #604]

Ohabolana Very an-trano hoatry ny fanjaitra. [Veyrières 1913 #3323]
Very an-trano, ohatra ny fanjaitra. [Cousins 1871]
Very an-trano toa fanjaitra. [Houlder 1895 #2202, Rinara 1974 #4937]
Dikanteny frantsay Perdu dans la maison comme l' aiguille. [Veyrières 1913 #3323]
Perdu dans la maison comme une aiguille. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C' est affaire de ménage. [Veyrières 1913 #3323]
Dans sa maison, on ne devrait pas se perdre! [Houlder 1895]

Ohabolana Very indroa ohatra ny tain-kisoa. [Rinara 1974]
Very indroa toa tain-kisoa. [Houlder 1895 #2233]
Dikanteny frantsay Perdu deux fois comme des excréments de porc. [Houlder 1895]

Ohabolana Verin-tenany ohatra ny ampingan' ilay osa. [Cousins 1871, Rinara 1974]

Ohabolana Very sasaka ohatra ny fihinam-barim-boka. [Rinara 1974]
Very sasaka, toy ny fihinam-barim-boka. [Veyrières 1913 #1, Cousins 1871 #3669]
Dikanteny frantsay Il s' en perd la moitié, comme dans le riz mangé par un lépreux. [Veyrières 1913 #1]

Ohabolana Very sasaka, ohatra ny fotsimbary anaty haron-kerana. [Cousins 1871, Rinara 1974]

Ohabolana Very sasaka, very fahatelo, ohatra ny ro sotroin' ny sima. [Cousins 1871, Rinara 1974]

Ohabolana Voafitaky ny vavany, ohatra ny tobo voajono. [Cousins 1871]
Voafitaky ny vavany ohatra ny toho voajono. [Rinara 1974]

Ohabolana Voatelina tsy satry, hoatry ny tavin-kena am-bavan' antitra. [Veyrières 1913 #1870]
Voatelina tsy satry, ohatra ny tavin-kena am--bavan’ antitra. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay C' est avalé avant qu' il l' ait voulu, comme de la viande grasse dans la bouche d' un vieillard. [Veyrières 1913 #1870]
Fanazavana frantsay Plaisanterie sur les édentés, analogue à l' expression : n' en faire qu' une bouchée ; autre sens : fait à la hâte et malgré soi. [Veyrières 1913 #1870]

Ohabolana Vovon' ny kamo : aza matory ohatra ahy. [Rinara 1974]

Fizahan-teny