Fizahan-teny

Ohabolana : sanga

Ohabolana Fohy sanga. [Veyrières 1913 #1503]
Dikanteny frantsay Enfant dont le toupet de cheveux sur la tête est petit. [Veyrières 1913 #1503]
Fanazavana frantsay Enfant jeune et de peu de sens. [Veyrières 1913 #1503]

Ohabolana Natao ho sanga ka nanakona, natao ho tandroka ka nanoto. [Rinara 1974 #2770]
Natao sanga hianao, ka nanakona ; natao tandroka, ka nanoto. [Nicol 1935 #391, Veyrières 1913]
Natao sanga ka nanakona; natao tandroka ka nanoto. [Houlder 1895 #576]
Dikanteny frantsay C' était une mèche de cheveux et on s' en couvre (les yeux); c' étaient des cornes et on s' en sert pour frapper. [Houlder 1895]
Nous vous avons érigé en toupet, et vous nous avez intercepté la lumière ; nous vous avons érigé en cornes, et vous nous avez donné des coups de corne. [Veyrières 1913]
On avait fait de vous un toupet, vous avez caché la route ; on avait fait de vous une corne, vous avez frappé et blessé. [Nicol 1935 #391]
Fanazavana frantsay Ingratitude. [Veyrières 1913]

Ohabolana Ny anarana no tsy raikitra, ny an-trano no manivaiva. [Houlder 1895 #1328, Rinara 1974 #2873, Cousins 1871 #2154]
Ny anarana no tsy raikitra, ny ao an-trano no manivaiva. [Veyrières 1913 #1113]
Ny anaran-tsy raikitra, hono, dia ny ao an-trano no manao hoe Ikelisanga. [Veyrières 1913 #0]
Ny anaran-tsy raikitra, hono, dia ny ao an-trano no manao sanga kely. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Si le nom ne tient pas, c' est que ceux de la maison abaissent celui qui le porte. Il s' agit d' un jeune homme qui prend un nouveau nom, ne voulant plus de celui par lequel on l' a appelé jusqu' ici, un nom de petit garçon, Ikoto ou un autre. [Houlder 1895]
Si les beaux noms qu' on porte ne se vérifient pas, c' est que les gens de la maison sont là pour en rabattre. [Veyrières 1913 #1114]
Si les beaux noms qu' on porte ne se vérifient pas, c' est qu' on est déprécié par les gens de la maison. [Veyrières 1913 #1113]
Fanazavana frantsay Ce proverbe est analogue au français : il n' y a pas de grand homme pour son valet de chambre. [Veyrières 1913 #1114]
Mais ses parents, ses frères et sœurs, continuent à rappeler du même nom qu' avant; de là le proverbe. Le nom que l'on porte, à Madagascar, n' est pas invariable de la naissance à la mort: on peut en changer, et on en change pour plusieurs raisons. Un des cas les plus fréquents est celui d' un homme devenu père qui abandonne le nom qu' il avait jusque-là pour prendre celui de son fils aîné. [Houlder 1895]
Se disait de ceux qui au lieu d' honorer les gens qui habitaient avec eux, les dénigraient. [Veyrières 1913 #1113]

Ohabolana Rano no nahakenda ka ny sanga no boriana? [Rinara 1974 #3710]

Ohabolana Sanga mangaro-maso sahala amin' ny havan-dratsy. [Rinara 1974 #3830]

Fizahan-teny