Fizahan-teny

Ohabolana : voaray

Ohabolana Aza mantsina voaray, ohatra ny kongona. [Cousins 1871]
Aza mantsina voaray toa kongona. [Rinara 1974 #700]

Ohabolana Hanina voaray maty afo ka ny vava tsy mba maizina. [Rinara 1974]
Hanina voaray maty afo : ny vava tsy mba maizina. [Veyrières 1913 #4489, Cousins 1871 #1027]
Hanina voaray maty jiro ka ny vava tsy mba maizina. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Nourriture prise au moment où le feu s' éteint : la bouche n' est jamais dans l' obscurité. [Veyrières 1913 #4489]
Fanazavana frantsay Les Malgaches prenaient leur repas autour du feu et restaient ensuite à causer ; le feu s' éteignait peu à peu. Le sens est qu' il n'y a pas besoin d'y voir pour manger. [Veyrières 1913 #4489]

Ohabolana Tsy ny kely vao raisina no maharesy ahy, fa ny be omby ao an-karona. [Veyrières 1913 #4410, Cousins 1871 #3566]
Tsy ny kely voaray no maharesy ahy, fa ny be mby an-karona. [Houlder 1895 #1347]
Tsy ny kely voaray no maharesy, fa ny be efa mby an-karona. [Rinara 1974 #4772]
Dikanteny frantsay Ce n' est pas le peu que vous venez de prendre qui me fait perdre, c' est la grande quantité déjà au panier. [Veyrières 1913 #4410]
Ce n' est pas sur le surplus que vous venez de prendre que je perds, mais sur ce que vous avez dans votre corbeille. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le marchand disait ces paroles à l'acheteur, pour signifier qu' il vendait trop bon marché. [Veyrières 1913 #4410]
Parole adressée par un marchand de riz à un client qui a acheté du riz bon marché et qui pourtant prend encore une ou deux poignées par-dessus le marché. [Houlder 1895]

Fizahan-teny