Fizahan-teny

Ohabolana : volavita

Ohabolana Mpiandry omby volavita : tsy tompony, fa mpamerin-doha. [Veyrières 1913 #3413, Rinara 1974 #2609, Cousins 1871 #1981, Houlder 1895, Rajemisa 1985]
Mpiandry omby volavita: tsy tompony fa mpamerin-dohany. [Veyrières 1913 #3858]
Mpiompy omby volavita, tsy tompony fa mpamerin-dohany. [Akademia 2005]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona tsy tompon-javatra akory fa mpikarakara fotsiny. [Rajemisa 1985]
Enti-milaza tsy fananan' ny tena fizakana manana amin' ny zavatra iray, fa ny mitahiry sy mikarakara fotsiny no anjaran' ny tena. [Rajemisa 1985]
Ilazana ny olona tsy mba mioty ny vokatr'izay nisasarany fa ny hafa indray no mitavana sy mahazo soa amin'izany. [Akademia 2005]
Dikanteny anglisy A tender of the sovereign's cattle, he is not the owner, but simply the one who has to keep them together. [Richardson 1885]
Fanazavana anglisy A phrase used to show the relation between an overseer and the people. [Richardson 1885]
Dikanteny frantsay Gardiens de boeufs volavita tachetés de blanc et devant être offerts au souverain, ils n' en ont pas la propriété mais le dépôt. [Veyrières 1913]
Les gardiens des boeufs volavita blancs et rouges ne peuvent pas en disposer : ils doivent les rendre au maître. [Veyrières 1913]
Les gardiens des bœufs "Volavita" : Ils n' en sont pas les propriétaires, mais les dépositaires seulement. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Gardien n' est pas maître. [Veyrières 1913 #3413]
Les bœufs appelés "Volavita" étaient des bœufs marqués de taches blanches, et considérés comme appartenant en droit au souverain auquel on les offrait pour reconnaître sa souveraineté. Ce proverbe s' applique à toute chose dont on ne peut disposer librement, parce que quelqu' un d' autre a des droits sur elle. [Houlder 1895]
Se disait des choses dont on n'avait pas la libre disposition. [Veyrières 1913 #3858]

Fizahan-teny