Ohabolana : 0 .. 999
Fizahan-teny

Ohabolana1 Abidy manely vary ; samy manano izay ho efany. [Samson 1965 #A2]

Ohabolana2 Abidy nahazo masina : tsy ampiana koa. [Samson 1965 #A3]

Ohabolana3 Abidin--trova : ny lany lanina. [Samson 1965 #A4]

Ohabolana4 Abidy vaky lananana : misaraka amin-trehy. [Samson 1965 #A1]

Ohabolana5 Adaladala fiandry trano, ka homam--barin--jaza. [Houlder 1895 #1628, Veyrières 1913 #2048, Cousins 1871 #3]
Dikanteny frantsay Bête comme celui auquel on a confié la garde de la maison et qui ne trouve rien de mieux que de manger le riz de l' enfant, au lieu de le soigner. [Veyrières 1913 #2048]
Un coquin (litt. imbécile) qui garde la maison, il mange le riz des enfants (le riz cuit et froid laissé pour les petits restés à la maison). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des gens d' une intelligence bornée. [Veyrières 1913 #2048]

Ohabolana6 Adaladala manam--benty, ka izay hita rehetra venty avokoa. [Houlder 1895 #1633]
Adaladala nanam--benty: izay hita rehetra venty avokoa. [Veyrières 1913 #2049, Cousins 1871 #4]
Randranobe nanam--benty, ka izay zavatr' olona mandalo : nday ho ahy venty avokoa. [Veyrières 1913 #1928]
Dikanteny frantsay Bête comme celui qui n' a que seize sous, et tout ce qu' il voit, il veut l' avoir pour seize sous. [Veyrières 1913 #2049]
Un sot qui avait (un morceau d' argent de) quatre-vingts centimes, tout ce qu' il voyait, il croyait que le prix en était de quatre-vingts centimes. [Houlder 1895]
Vieille qui n' a que seize sous : tout ce qu' elle voit, elle le veut pour seize sous. [Veyrières 1913 #1928]
Fanazavana frantsay Avant la conquête, la monnaie employée à Madagascar n' était autre chose que des morceaux d' argent de toutes grandeurs que l'on obtenait en coupant des piastres ou pièces de 5 francs. Pour savoir la valeur exacte de ces morceaux, il fallait les peser. [Houlder 1895]
Se disait des gens à idée fixe, des imbéciles ayant une marotte. [Veyrières 1913 #1928]
Se disait des simples d' esprit. [Veyrières 1913 #2049]

Ohabolana7 Adaladala nahazo vorona : ny volom-bodiny no nongotany, fa tsy ny elany, koa lasa izy. [Nicol 1935 #248, Cousins 1871]
Adala nahazo vorona : ny volom-bodiny no nongotany, fa tsy ny elany, koa lasa izy. [Veyrières 1913 #2054]
Dikanteny frantsay Imbécile qui a pris un oiseau : il lui a enlevé les plumes de la queue au lieu des ailes, et l'oiseau s' est échappé. [Veyrières 1913 #2054]
Oiseau aux mains d’un insensé : il lui coupe la queue et non les ailes, ce qui lui permet de s’enfuir. [Nicol 1935 #248]
Fanazavana frantsay Se disait des maladroits qui faisaient au rebours les choses qu' on leur disait de faire. [Veyrières 1913 #2054]

Ohabolana8 Adaladala toa Betsileo, ka miarahaba soavaly. [Houlder 1895 #1630]
Adaladala toa Betsileo : miarahaba soavaly. [Veyrières 1913 #2050, Cousins 1871 #6]
Dikanteny frantsay Être simple (ou stupide) comme un Betsileo et saluer un cheval. [Houlder 1895]
Sot comme les Betsileo qui saluent un cheval. [Veyrières 1913 #2050]
Fanazavana frantsay Se disait des gens lourdauds et simples d' esprit. [Veyrières 1913 #2050]

Ohabolana9 Adala hianao, raha anarina tsy zaka. [Veyrières 1913 #6466]
Dikanteny frantsay Tu es insensé, si tu restes incorrigible et ne supportes pas les observations. [Veyrières 1913 #6466]

Ohabolana10 Adala izay mandany miohatra noho ny miditra. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Insensés ceux dont les dépenses dépassent les recettes. [Veyrières 1913 #2340]

Ohabolana11 Adala misikidy an-tranon--drafy, ka ny hafenina no nasehony. [Veyrières 1913 #2053]
Toy ilay adala nisikidy an-tranon--drafy, ka ny afenina no aseho aloha. [Rinara 1974]
Toy ny adala misikidy an-tranon--drafy : ny kilema miafina ka asehoseho. [Veyrières 1913 #2118, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay C' est comme l' imbécile qui consulte les sikidy sur l' avenir, dans la maison de son rival : il dévoile les défauts cachés. [Veyrières 1913 #2118]
Imbécile qui va faire la divination par les sikidy dans la maison de son rival, et ce qu' il faudrait cacher, il le montre. [Veyrières 1913 #2053]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui parlaient trop ouvertement de leurs affaires. [Veyrières 1913 #2118]
Se disait des gens de peu de portée qui révélaient toutes leurs affaires. [Veyrières 1913 #2053]

Ohabolana12 Adalan--kaotra ka zary hazaka. [Veyrières 1913]
Adalan--katina, ka zary hazaka. [Houlder 1895 #1992, Cousins 1871 #7, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay A force d' aimer à se gratter on finit par se faire une plaie. [Veyrières 1913 #1554]
Qui gratte toujours sa gale a bientôt un eczéma. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Faire empirer son mal. [Houlder 1895]
Se disait des plaisirs pris par les jeunes gens et qui finissent mal. [Veyrières 1913 #1554]

Ohabolana13 Adala nomen-tanan' ondry: na hosoloana hofany aza tsy mety. [Rajemisa 1985]
Zaza nomen-tanan' ondry ka na soloana hofany aza tsy mety. [Rinara 1974]
Zaza nomen-tanan’ ondry: raha soloan--kofany aza tsy mety. [Veyrières 1913 #1553, Cousins 1871 #3780]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ireo miraikitra amin' ny tiany na ny heviny ka tsy azo ahodin-doha na zavatra tsara sy marina aza no atolotra azy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Enfant auquel on a donné une patte de mouton : si on lui donne la queue à la place de la patte, il ne veut pas. [Veyrières 1913 #1553]
Fanazavana frantsay L' enfant ne connaît pas ses intérêts, mais cherche ce qui l' amuse : la queue vaut mieux que la patte. Sens plus général : préférer une chose insignifiante à une autre qui a de la valeur. [Veyrières 1913 #1553]

Ohabolana14 Adala toa zokim--bomanga : ny lehibe indray no hosenan--davenona. [Veyrières 1913 #2055, Cousins 1871 #1]
Adala toa zokim--bomanga : ny lehibe indray no milatsaka ao am--patana. [Veyrières 1913 #2055]
Adala toy ny zokim--bomanga, ka ny lehibe indray no hosenan--davenona. [Houlder 1895 #1629]
Zokim--bomanga, ka ny lehibe indray no milatsaka am--patana. [Rinara 1974 #5104]
Zokim--bomanga: ny lehibe indray no milatsaka am--patana. [Cousins 1871 #3787]
Dikanteny frantsay Bête comme les grosses patates : les plus grosses seront mises sous la cendre pour être cuites et mangées. [Veyrières 1913 #2055]
Bêtes comme les grosses patates, car ce sont elles qu' on recouvre de cendres. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay On cuit les petites patates dans la marmite, mais les grandes dans les braises, où elles se couvrent de cendres. [Houlder 1895]
Se disait des personnes qui ne savaient pas se respecter. [Veyrières 1913 #2055]

Ohabolana15 Adala vady reny anaka ka mirakitra amin-karon-doa-body. [Rajemisa 1985]
Adala vady reny anaka, ka mirakitra an-karon-doa-body. [Veyrières 1913 #1252, Cousins 1871 #2]
Aza mirakitra an-karon-doa-body. [Houlder 1895 #788, Veyrières 1913 #2354, Rinara 1974 #784, Cousins 1871 #630, Nicol 1935 #216]
Fanazavana malagasy Entimilaza ireo manambady vehivavy fatra-piroborobo ka na mitahiry sy manangona ohatrinona aza, lany tsisy mijanona ny vidin-kasasarana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Avoir une femme qui est une mère de famille peu sage, c' est amasser dans un panier percé. [Veyrières 1913 #1252]
Ce n' est pas dans un panier percé qu' il faut mettre un trésor. [Houlder 1895]
L' homme dont la femme est dépensière ou dont les serviteurs sont voleurs, amasse dans un panier percé. [Veyrières 1913 #1302]
Ne mettez pas votre argent dans un panier percé. [Veyrières 1913 #2354]
Ne pas thésauriser dans un sac percé. [Nicol 1935 #216]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui dépensent follement leurs biens. [Veyrières 1913 #2354]

Ohabolana16 Adalo angaha ireny ? Mahazo mitomany, tsy mahazo mitomany. [Veyrières 1913 #2576]
Dikanteny frantsay Ils sont donc nés au mois d'Adalo, sous le destin des pleurs? ils obtiennent, ils pleurent ; ils n' obtiennent pas, ils pleurent. [Veyrières 1913 #2576]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui sont tristes et pleurent toujours. [Veyrières 1913 #2576]

Ohabolana17 Ady amin' adala, ka ny handry no miala. [Houlder 1895]
Ady amin’ adala : ny manam-panahy ihany no mandefitra. [Cousins 1871]
Ady amin’ adala : ny manam-panahy ihany no miala. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Dans une dispute avec un imbécile, c' est l' homme sensé qui se retire. [Houlder 1895]

Ohabolana18 Ady avaratra, ampingaharatra avaratra. [Samson 1965 #A6]

Ohabolana19 Ady basy aman--defona. [Veyrières 1913 #6265]
Dikanteny frantsay Combat au fusil et à la lance. [Veyrières 1913 #6265]
Fanazavana frantsay Combat acharné. [Veyrières 1913 #6265]

Ohabolana20 Adidinao tsy namangy, fa ny aretiko afaka ihany. [Veyrières 1913 #1045, Cousins 1871, Houlder 1895]
Adidinao tsy namangy, fa ny aretiko sitrana ihany. [Rajemisa 1985]
Ny aretiko afaka ihany, fa adidinao tsy namangy. [Veyrières 1913 #1045]
Fanazavana malagasy Ianao no mahazo tsiny amin' ny fihavanana noho ny tsy nitsidihanao ahy narary, fa izaho itý sitrana ihany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Le blâme vous reste pour ne pas m'avoir visité dans ma maladie, gardez-le ; moi, je suis quand même débarrassé de mon mal. [Veyrières 1913 #1045]
Vous êtes blâmable de ne m' avoir pas rendu visite, mais je n' en suis pas moins guéri de ma maladie. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait à ceux qui n'assistaient pas leurs parents dans l'embarras. [Veyrières 1913 #1045]

Ohabolana21 Adijady angaha ireny ? na inona na inona ijadinana daholo. [Veyrières 1913 #6336]
Dikanteny frantsay Sont-ils donc nés sous le destin à Adijady qu' ils s' obstinent toujours et ne disent rien ? [Veyrières 1913 #6336]
Fanazavana frantsay Adijady était le nom du dixième mois de l' année lunaire. Jeu de mots sur adijady et ijadinana. Ce proverbe se disait des entêtés. [Veyrières 1913 #6336]

Ohabolana22 Ady lefona ny fetra. [Samson 1965 #A7]

Ohabolana23 Ady lova, ady fananana ; fa tsarovy ny fihavanana. [Veyrières 1913 #3166, Cousins 1871 #9]
Ady lova, ady fananana, fa tsimbino ny fihavanana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Dans les discussions à propos des héritages, dans les disputes d' intérêts, souvenez-vous toujours de l'amitié et du lien qui doit unir la parenté. [Veyrières 1913 #3166]
Fanazavana frantsay Les discussions ne doivent pas briser l' union des parents. [Veyrières 1913 #3166]

Ohabolana24 Ady madio ; ady maloto. [Veyrières 1913 #3382]
Dikanteny frantsay Procès civil et procès criminel : l' un est sans faute, l' autre est en matière impure. [Veyrières 1913 #3382]

Ohabolana25 Ady misy hena, ka izay mamoy no liana. [Houlder 1895 #343]
Miady misy hena ka ny mamoy no liana. [Rinara 1974 #2235]
Miady misy hena: ny mamoy no liana. [Cousins 1871 #1709]
Dikanteny frantsay Une dispute à propos de viande, c' est celui qui l' abandonne qui a faim. [Houlder 1895]

Ohabolana26 Adin' akoholahy vorombato; ny mahery disadisaka ary ny resy torotoro. [Houlder 1895 #359]
Adin' akoho vorombato: ny resy torotoro, ny mahery disadisaka. [Cousins 1871 #13, Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Bataille de coqs obstinés : le vaincu est mis en pièces, le vainqueur n’en peut plus. [Nicol 1935 #296]
(Dans) un combat de deux coqs de bataille: le vainqueur est tout meurtri, et le vaincu est tout brisé. [Houlder 1895]

Ohabolana27 Adin' amboa : izay mahery no ombana. [Veyrières 1913 #608, Abinal 1888]
Dikanteny frantsay Combat de chiens : les autres se rangent du côté du plus fort. [Veyrières 1913 #608]
Lorsque deux chiens se battent, les autres se rangent du côté du plus fort. [Abinal 1888]
Fanazavana frantsay On se met du parti du plus fort. [Abinal 1888]
On se range toujours du parti du plus fort. [Veyrières 1913 #608]

Ohabolana28 Adin' ankizy: miady maraina, tsara hariva. [Rajemisa 1985]
Miady maraina fa tsara hariva, toy ny adin' ankizy. [Rinara 1974]
Miady maraina, tsara hariva; miady hariva, tsara maraina : toy ny adin’ ankizy. [Cousins 1871]
Miady maraina, tsara hariva; miady hariva, tsara maraina, toy ny mpivady. [Houlder 1895 #1797]
Mpivady miady maraina, tsara hariva ; miady hariva, tsara maraina. [Veyrières 1913 #1306]
Mpivady miady maraina, tsara hariva ; miady hariva, tsy miloaka ny andro maraina. [Veyrières 1913 #1306]
Fanazavana malagasy Entina milaza ny olona miady tsy mba manana otri-po na fankahalana maharitra fa mora mifankahazo na mihavana indray. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay En guerre le matin, en paix le soir; en guerre le soir, en paix le matin, comme des époux. [Houlder 1895]
Époux qui se disputent le matin, le soir ils sont réconciliés ; s' ils se disputent le soir, le lendemain matin ils sont réconciliés. [Veyrières 1913 #1306]
Fanazavana frantsay Se disait des disputes incessantes mais sans conséquences. [Veyrières 1913 #1306]

Ohabolana29 Adin-jamba, ka izay vonona no afitsoka. [Cousins 1871 #14]

Ohabolana30 Adin-kisoa, ka samy mandoa vory ihany, nany resy na ny mahery. [Cousins 1871]

Ohabolana31 Adin-kisoa no misy atolak’ orona. [Cousins 1871 #15]

Ohabolana32 Adin' ombalahy ka no atakalo izay adin' ombivavy. [Rinara 1974]

Ohabolana33 Adin' ombalahin' ny mpianakavy: ny mahery tsy hobena, ny resy tsy akoraina. [Rajemisa 1985]
Adin' ombalahin' ny mpianakavy: ny mahery tsy hobina, ny resy tsy akoraina. [Rajemisa 1985]
Adin' ombalahin' ny mpianakavy, ny resy tsy akoraina, ny mahery tsy hobena. [Rajemisa 1985]
Adin' ombilahin’ ny mpianakavy : ny mahery tsy hobena, ny resy, tsy akoraina. [Cousins 1871 #17]
Fanazavana malagasy Raha misy olona roa na antokon' olona roa tonta samy tiana mifaninana, izay mandresy aminy tsy tokony hoderaina mihoapampana, ary toraka izany koa, izay resy aminy tsy tokony hoesoina izaitsizy. [Rajemisa 1985]
Raha mpihavana no miady eny amin' ny fitsarana, noho ny fitsimbinana ny fihavanana, dia tsy akoraina izay resy ary tsy hobena izay maharesy. [Rajemisa 1985]

Ohabolana34 Adin--tsikidindrano ka misaraka tsy misy maratra. [Veyrières 1913 #3366, Abinal 1888]
Sikidindrano mifampitolona, ka misaraka tsy misy maratra. [Rinara 1974 #3881]
Sikidindrano mitolona: misaraka tsy misy maratra. [Veyrières 1913 #3366, Cousins 1871 #2894]
Dikanteny frantsay Dans les combats des népides ou punaises d' eau, il n' y a pas de blessé. [Veyrières 1913 #3366]
Fanazavana frantsay Procès sans résultat, dans lequel personne ne gagne ni ne perd. [Veyrières 1913 #3366]

Ohabolana35 Ady samy kary, ka avelao hisy maty. [Veyrières 1913 #3445]
Raha resy samy kary, avelao hisy maty. [Houlder 1895 #345, Veyrières 1913 #3445]
Dikanteny frantsay Combat de chats sauvages : laissez-les se tuer. [Veyrières 1913 #3445]
Si deux chats furieux se battent, il faut que l' un soit tué pour être vaincu. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des batailleurs obstinés et des mauvais sujets. [Veyrières 1913 #3445]

Ohabolana36 Ady tsy ahi-mahatratra. [Houlder 1895 #329, Veyrières 1913 #3325, Cousins 1871 #10, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay On risque d' être battu dans un procès ou un combat lorsqu' on ne l' a pas prévu. [Veyrières 1913 #3325]
Si vous ne vous tenez pas éloigné d' une dispute (ou d' un procès), vous y serez impliqué. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay L' imprévoyance est funeste. [Veyrières 1913 #3325]

Ohabolana37 Ady tsy tra-mahahery; sakafo lany mahatia havana. [Samson 1965 #A5]

Ohabolana38 Ady tsy tra-mahahery vava. [Cousins 1871 #11]
Ady tsy tra-mampahery vava. [Rinara 1974]
Ny ady tsy tra-mahahery vava. [Houlder 1895 #328]
Dikanteny frantsay On braille fort en parlant d' une dispute (querelle) à laquelle on n' a pas pris part. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay La critique est facile. [Houlder 1895]

Ohabolana39 Ady tsy tra-maha-Rangahy. [Rinara 1974]

Ohabolana40 Ady varotry ny mananontena, ka raikitra vao tora-kovitra. [Rinara 1974]
Varotry ny manano tena ka raikitra vao tora-kovitra. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny ahiahy aorian' ny fanapahan-kevitra iray izay noraisina. [Rajemisa 1985]

Ohabolana41 Adrisa tsy ampoky ny ahitra angaha aho no hifiaka izay antsoro maina. [Rinara 1974]
Ataonao ho valala tsy ampoka ny ahitra ve aho, ka hifiaka ny antsoro maina ? [Cousins 1871 #300, Veyrières 1913]
Ataonao ho valala tsy ampoka ny ahitra ve aho, ka hihinana ny ahi-tsorohitra ? [Cousins 1871 #300, Veyrières 1913]
Ataonao ho valala tsy ampoky ny ahitra va aho ka hifiaka ny antsoro maina? [Houlder 1895 #2284]
Dikanteny frantsay Me prenez-vous pour une sauterelle non rassasiée d' herbe, et qui va manger l' herbe des alouettes ou mâcher de l'herbe antsoro sèche ? [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Me prenez-vous pour un affamé ? [Veyrières 1913]

Ohabolana42 Afa-baraka lahy, fa voakaikitry ny amboa kely tiana. [Veyrières 1913 #5428]
Afa-baraka lahy, fa voakaikitry ny amboakely tiana no avy mihehy. [Cousins 1871 #18]
Afa-baraka lahy fa voakaikitry ny amboa kely tiany. [Houlder 1895 #584]
Dikanteny frantsay Déshonneur ! il a été mordu par son petit chien chéri. [Veyrières 1913 #5428]
Déshonoré, comme quelqu' un qui a été mordu par son petit chien chéri. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui essuyaient de l' ingratitude de la part de personnes chéries. [Veyrières 1913 #5428]

Ohabolana43 Afa-baraka toy ny vomanga an-tanàna, fa ny akoho no avy mihehy. [Cousins 1871, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Afa-baraka toy ny vomanga an-tanàna, ka ny akoho no avy mihehy. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Confus et déshonoré comme les patates plantées dans un village, car les poules viennent les déterrer. [Veyrières 1913 #6445]
Être déshonoré comme des patates plantées dans un village, ce sont les poules qui viennent les picorer. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Déshonoré aux yeux de tous, même des gens de basse condition. [Veyrières 1913 #6445]
Jeux de mots sur "hehy" , rire et "mihehy" gratter comme une poule. [Houlder 1895]

Ohabolana44 Afa-draorao, toy ny tany dilatra afa-bato. [Veyrières 1913 #1602, Cousins 1871 #20]
Afa-draorao toy ny tany dilatra nahafaham-bato. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay L' homme délivré de tout embarras et de toute difficulté est semblable au limon sans pierres ni aspérités. [Veyrières 1913 #1602]
Fanazavana frantsay Expression employée quand on est débarrassé de tout obstacle. [Veyrières 1913 #1602]

Ohabolana45 Afa-drofy, tsy tian-drofy, fa andevo kely. [Veyrières 1913 #4102]
Dikanteny frantsay Sois exempt de maladie, que la maladie ne s' approche pas de toi, car tu es un petit serviteur utile. [Veyrières 1913 #4102]
Fanazavana frantsay Souhait fait aux enfants quand ils éternuent. [Veyrières 1913 #4102]

Ohabolana46 Afaka ny loza, fa tonga ny antambo. [Veyrières 1913 #2683]
Dikanteny frantsay Un malheur est passé, mais une catastrophe arrive. [Veyrières 1913 #2683]
Fanazavana frantsay Souvent un malheur plus grand succède au premier. [Veyrières 1913 #2683]

Ohabolana47 Afa-nenina hatrany an-ala lava ka hatrany an-ala. [Cousins 1871 #21]
Afa-nenina hatrany an' ala lava, ka hatrany an' ala fohy. [Houlder 1895 #1108, Veyrières 1913 #6467, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Il est exempt de remords, car il a fait tout ce qu' il a pu et cherché dans la grande et la petite forêt. [Veyrières 1913 #6467]
N' avoir rien à se reprocher comme celui qui a fait tout ce qu' il pouvait dans la forêt longue comme dans la forêt courte. c.à.d. partout). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des supérieurs chargés de reprendre leurs inférieurs : ils satisfont à leur conscience lorsqu' ils les reprennent, même s' ils ne sont pas écoutés ; ils ont fait tout leur possible. [Veyrières 1913 #6467]

Ohabolana48 Afa-nenina, ohatra ny manam-bady momba manala ratsiaina. [Cousins 1871]
Afa-nenina ohatry ny manambady momba manala ratsiaina. [Rinara 1974]

Ohabolana49 Afatotra maninton-tady, ampandehanina tsy afaka. [Rinara 1974]
Afatotra manito tady, ampandanin-tsy mahalany. [Veyrières 1913]
Afatotra manito tady, ampandanin-tsy mahomby. [Veyrières 1913]
Ampandehanina tsy mahomby, afatotra maninton-tady. [Rinara 1974 #186]
Dikanteny frantsay Attachés, ils tirent la corde pour aller manger plus loin ; et quand on leur donne à manger, ils ne peuvent pas achever leur ration. [Veyrières 1913 #954]
Fanazavana frantsay Allusion aux veaux et autres animaux ; ce proverbe se disait des enfants qui s'amusent au lieu de faire le travail que les parents leur donnent à faire, et quand les parents les envoient dehors ils ne veulent pas sortir et font le travail qu' on leur avait donné ; il se disait aussi des enfants qui pleuraient pour obtenir quelque chose et n'en voulaient plus lorsqu' ils l' avaient obtenu. [Veyrières 1913 #954]

Ohabolana50 Afo akaiky azo amindroana. [Veyrières 1913 #180]
Dikanteny frantsay Quand le feu est près, on peut se chauffer. [Veyrières 1913 #180]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui avaient la faveur du souverain ou des chefs; le sens général est qu' une chose à portée est profitable. [Veyrières 1913 #180]

Ohabolana51 Afo hanetroka ny tena. [Veyrières 1913 #6266]
Tandremo fandrao maka afo hanetroka ny tena. [Veyrières 1913 #6251, Nicol 1935 #229]
Tandremo sao maka afo hanetroka ny tena. [Rinara 1974 #4032]
Dikanteny frantsay Ceux qui font sciemment une chose nuisible à leur propre personne, allument un feu qui les enfumera. [Veyrières 1913 #6266]
Faites attention, de peur de prendre un feu qui vous enfume. [Veyrières 1913 #6251]
Gardez-vous de vous laisser enfumer par le feu que vous êtes allé chercher. [Nicol 1935 #229]
Fanazavana frantsay Se disait des gens faisant des choses nuisibles à eux-mêmes. [Veyrières 1913 #6251]

Ohabolana52 Afoizo aho raiko tsy hiasa, hoy ny taim-piraka. [Cousins 1871 #23, Rinara 1974]

Ohabolana53 Afo ka vao motro. [Veyrières 1913 #1046]
Dikanteny frantsay Il y a le feu et ils se brûlent, alors ils commencent à appeler au secours. [Veyrières 1913 #1046]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui dans la prospérité oublient leurs parents, mais s' en souviennent quand vient l' adversité. [Veyrières 1913 #1046]

Ohabolana54 Afo lavitra tsy azo amindroana. [Veyrières 1913 #2478, Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Ny afo lavitra tsy azo amindroana. [Rinara 1974 #2826]
Fanazavana malagasy Tsy azo ianteherana hamonjy, raha misy loza, ny havana mipetraka any lavitra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay On ne peut pas se chauffer à un feu trop éloigné. [Veyrières 1913 #2478]
Fanazavana frantsay Se disait des biens ou des protections qu' on avait au loin et dont on ne pouvait pas se servir. [Veyrières 1913 #2478]

Ohabolana55 Afo lavitra tsy azo amindroana ; vary zato tsy enti-mandeha. [Nicol 1935 #488]
Ro tsy atoraka ; vary zato tsy enti-mandeha. [Cousins 1871 #2796]
Vary zato tsy enti-mandeha. [Veyrières 1913 #2260, Rinara 1974 #4883, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Flamme éloignée ne peut vous chauffer; cent mesures de riz ne peuvent se transporter en voyage. [Nicol 1935 #488]
On ne peut emporter cent (grandes) mesures de riz avec soi. [Houlder 1895]
On ne peut pas emporter avec soi cent grandes mesures de riz. [Veyrières 1913 #2260]
Fanazavana frantsay Se disait des biens qu'on ne pouvait dépenser que sur place. [Veyrières 1913 #2260]

Ohabolana56 Afo maty tsy boronin-dalitra. [Samson 1965 #A8]

Ohabolana57 Afom-bolo maina : hatonina mahamay, halavirina mangatsiaka. [Samson 1965 #A11]

Ohabolana58 Afo mongo: omana anatiny. [Samson 1965 #A9]

Ohabolana59 Afon' ampombo. [Veyrières 1913 #6395]
Dikanteny frantsay Un mauvais procédé est comme le feu de son qui sent mauvais. [Veyrières 1913 #6395]
Fanazavana frantsay Il ne s' oublie pas. [Veyrières 1913 #6395]

Ohabolana60 Afon-kapaina ny herin-tsandry : ny very be tahatry ny azo. [Samson 1965 #A12]

Ohabolana61 Afo tsy mandika raty. [Samson 1965 #A10]

Ohabolana62 Ahafahana vao mihavesatra toy ny tongo-boka. [Veyrières 1913 #1943]
Tongo-boka : ahafahana vao mihamavesatra. [Rinara 1974 #272]
Tongo-boka : ahafahana vao mihavesatra. [Veyrières 1913 #1943, Cousins 1871 #3136]
Dikanteny frantsay Les pieds des lépreux : à mesure qu'ils s'en vont en morceaux, ils deviennent plus lourds. [Veyrières 1913 #1943]
Fanazavana frantsay Parce qu' ils enflent. Se disait des malheurs qui s' aggravent avec le temps. [Veyrières 1913 #1943]

Ohabolana63 Ahy aza ny lelo aisiko. [Rajemisa 1985]
Ahy aza ny lelo hahisiko ! [Veyrières 1913 #6468]
Ahy, hono, izany lelo haisiko! [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza hoe "raha mba izaho no nanankanaovana, asa fotsiny!". [Rajemisa 1985]
Raha mba izaho no nanan-kanaovana, tsy maintsy ho vitako tsara mihitsy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Si cela me regardait, comme je le moucherais bien ! [Veyrières 1913 #6468]

Ohabolana64 Ahitra no nanafintohina, ka ny tokonana no haetry! [Rinara 1974]

Ohabolana65 "Ahoana izany?" hoy Ramarenina, kanjo tsy mandre izy. [Houlder 1895]
Ahoana izany? hoy Ramarenina, kanjo tsy mba nandre izy. [Rinara 1974]
Ahoana izany ? hoy Ramarenina, kanjo tsy nandre izy. [Veyrières 1913 #3224]
Ahoanao izany ? hoy Ramarenina; kanjo tsy mandre izy. [Cousins 1871]
Inona izany? hoy Ramarenina, kanjo tsy mba nandre izy. [Rinara 1974 #1440]
Zinona izany ? hoy Ramarenina; kanjo tsy mandre izy. [Cousins 1871]
Zinona izany ? hoy Ramarenina, kanjo tsy nandre izy. [Veyrières 1913 #3224]
Dikanteny frantsay "Qu' en dites-vous?" dit le sourd, et pourtant il n' a rien entendu. [Houlder 1895 #2065]
Vous dites ? dit Ramarenina le sourd ; et cependant il n' a rien entendu. [Veyrières 1913 #3224]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui décident et tranchent une affaire sans connaître la cause. [Veyrières 1913 #3224]

Ohabolana66 Ahoana no malaky mirom--boanjo ? Aza ataonao tahaky ny voanjo aho, ka ny nahitana no akofokofoka. [Veyrières 1913 #1357]
Dikanteny frantsay Pourquoi tomber vite comme les arachides ? ne me traitez pas comme l' arachide : on secoue et on rejette la tige qui a produit des arachides. [Veyrières 1913 #1357]
Fanazavana frantsay Paroles dites par la femme menacée de répudiation, pour reprocher au mari son ingratitude. [Veyrières 1913 #1357]

Ohabolana67 Ahoana no reraka am--pototry ny sompitra? [Rinara 1974]

Ohabolana68 Aina ity, hoy Rainimanonja. [Rinara 1974]

Ohabolana69 Aingaingain-kazera, ohatra ny famono vato. [Cousins 1871]
Aingaingain-kazera sahala amin' ny famono vato. [Rinara 1974]

Ohabolana70 Aingaingain-kazera, toy ny fively fandraka. [Cousins 1871, Houlder 1895, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Qu' on soulève pour le laisser retomber ensuite, comme un maillet (de menuisier). [Houlder 1895 #1484]

Ohabolana71 Aingaingao, ray volom-body, fa ny elatra hanidina tsy misy. [Veyrières 1913 #2577, Cousins 1871 #27]
Aingaingao rey volom-body fa ny elatra hanidi-nana no tsy misy. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Soulevez-vous, plumes de la queue puisque les ailes ne peuvent pas voler. [Veyrières 1913 #2577]

Ohabolana72 Aiza hianao no hahita izay mpantsaka tsy mba ho lena? ary aiza hianao no hahita izay mpisoron' afo tsy mba ho tsemboka? ary aiza hianao no hahita izay mpandeha tsy mba ho sasatra? [Veyrières 1913 #1603]
Dikanteny frantsay Où trouverez-vous un porteur d' eau qui ne se mouille pas, un allumeur de feu qui ne soit pas en sueur, un marcheur qui ne soit pas fatigué? [Veyrières 1913 #1603]
Fanazavana frantsay Ces paroles disaient la certitude qu'une chose arriverait ; les jeunes gens s'en servaient pour dire à une jeune fille qu' elle finirait par se laisser prendre aux sollicitations. [Veyrières 1913 #1603]

Ohabolana73 Aiza ny ala no eto Ankeramadinika dia lany vatsy sahady. [Rinara 1974]

Ohabolana74 Aiza ny tany hadina no dia ho mby ao an-karona avokoa ? [Cousins 1871 #29, Nicol 1935 #42]
Aiza no tany hadiana no ho tonga ao an-karona daholo. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Impossible de mettre dans la corbeille toute la terre que la bêche a fouillée. [Nicol 1935 #42]

Ohabolana75 Aiza no ala no Ambatomanga no lany vatsy ? [Houlder 1895 #1983, Veyrières 1913 #4014]
Mbola aiza ny ala no vao eto Ambatomanga dia lany vatsy. [Rinara 1974 #2222]
Mbola aiza no ala, no vao eto Ambatomanga ka lany vatsy ? [Veyrières 1913 #4014, Cousins 1871 #1699]
Sao vao eo Ambatomanga, ka lany vatsy sahady. [Veyrières 1913 #2404]
Dikanteny frantsay Être à peine à Ambatomanga, près de Tananarive, et avoir déjà dépensé ses provisions de voyage. [Veyrières 1913 #2404]
La forêt n' est-elle pas encore bien loin, et déjà vos provisions sont épuisées à Ambatomanga ? [Veyrières 1913]
Où donc est la forêt, pour qu' arrivé à Ambatomanga, vous n' ayez déjà plus de provisions de voyage? [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ambatomanga était une ville sur la route de l' est qui était la route de la forêt ; ce proverbe se disait de ceux qui ne savent pas épargner. [Veyrières 1913]
Il s' agit de quelqu' un de Tananarive se rendant à la forêt de l' Est; il n' est qu' à Ambatomanga, c.à.d. seulement à peu près à mi-chemin, et pourtant il a déjà mangé toutes ses provisions! [Houlder 1895]
Se disait des jeunes gens dissipateurs et imprévoyants. [Veyrières 1913 #2404]

Ohabolana76 Aiza no dia ho anao avokoa ny valala manatody sy fandria-maraina? [Houlder 1895 #671]
Aiza no dia ho anao avokoa ny valala manatody sy ny fandria-maraina? [Cousins 1871 #28, Rajemisa 1985]
Aiza re no dia ho anao avokoa ny valala manatody sy ny fandria-maraina. [Rinara 1974]
Ny valala manatody sy ny fandria-maraina ve ho anao daholo? [Rinara 1974 #3350]
Fanazavana malagasy Tsy ho azonao atao ny hitetika hahazo zava-tsoa roa mifanipaka fa tsy maintsy iray afoinao (Raha tafandry antanàna ny valala, ny valala manatody dia miainga vao maraina, ka izay ta hahazo azy tsy maintsy mamoy ny fandriana maraina). [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Comment pourriez-vous attraper les sauterelles pondeuses et faire la grasse matinée en même temps? [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C' est le matin, alors que leurs ailes sont encore humides de rosée, que les sauterelles sont le plus facile à prendre. [Houlder 1895]

Ohabolana77 Aja mivala am-panjea : voa ty babañe, voa ty reneñe. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay L'enfant qui fait ses besoins au lit : il touche le père ou la mère. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana78 Aja natoro raha. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Des enfants à qui on a montré une chose. [Poirot & Santio: Vezo]
Fanazavana frantsay Ils la demandent tout le temps, ils prennent tout au sérieux, sont excessifs. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana79 Akaiky fanafody ohatry ny mihiaka ambony lakana. [Rinara 1974]

Ohabolana80 Akaiky mahatahotra, lavitra mahamanina, ohatry ny kotrok' orana. [Rinara 1974]
Akaiky mahatahotra, lavitra mahamanina, toy ny orana. [Houlder 1895 #905, Veyrières 1913 #3092]
Dikanteny frantsay Faire peur de près et faire soupirer de loin, comme la pluie. [Veyrières 1913 #3092]
Qui effraye de près et fait soupirer de loin, comme la pluie. [Houlder 1895 #905]

Ohabolana81 Akaiky tsy azo ohatry ny kiho. [Rinara 1974]

Ohabolana82 Akaiky vilany feno arina. [Samson 1965 #A18]
Izay akaiky vilany feno arina. [Cousins 1871 #1175, Nicol 1935 #263]
Dikanteny frantsay Quiconque est près de la marmite est couvert de suie. [Nicol 1935 #263]

Ohabolana83 Akala-mifamato. [Veyrières 1913 #3167]
Dikanteny frantsay Un héritage conservé intact, c' est comme les planches unies ensemble et qui se consolident mutuellement. [Veyrières 1913 #3167]

Ohabolana84 Akala-mitomoetra aho : raha mihohoka, any ny velona; fa raha mitsilany, any ny maty. [Cousins 1871 #30]
Akala-mitomoetra aho, raha mihohoka an' ny velona, raha mitsilany an' ny maty. [Rinara 1974]
Akala-mitomoetra aho : raha mihohoka, ho an' ny velona ; fa raha mitsilany, an' ny maty. [Veyrières 1913 #3426]
Dikanteny frantsay Je suis comme le bois qui sert de hachoir : si le côté qui sert de hachoir est tourné en bas, il est pour les vivants et leur sert d' escabeau ; mais si le côté du hachoir est tourné en haut, il sert pour les morts puisqu' il sert à hacher la viande. [Veyrières 1913 #3426]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui servent toujours de médiateurs dans les contestations et les procès. [Veyrières 1913 #3426]

Ohabolana85 Akana may tsy hay fandrambazana. [Houlder 1895]
Akana may : tsy hita fandrambazana. [Samson 1965 #A13]
Fanazavana malagasy Honkon' antsy may: saro-draisina, tsy hay raisina. [Houlder 1895]

Ohabolana86 Akanga Ankova maneno lohataona; ka ny tenako be no atý, fa ny saiko any Ankaratra ihany. [Houlder 1895]
Akanga Ankova maneno lohataona : ny tenako be no aty, fa ny saiko any Ankaratra ihany. [Rinara 1974]
Akangalahy Ankaratra : ny tenako be no any, fa ny saiko aty aminao ihany. [Veyrières 1913 #1048]
Akangalahy Ankova : ny tenabe no any, fa ny saina aty ihany. [Veyrières 1913 #1048, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Pintade dans le pays des Hova ou dans l'Ankaratra : ma personne est au loin, mais mon esprit et mon coeur sont présents avec vous. [Veyrières 1913]
Une pintade élevée chez les Hovas et gloussant au printemps, dit: "Mon corps est ici, mais mon esprit est dans l' Ankaratra" (d' où elle vient). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay On appelle Ankaratra le pays occupé par la grande chaîne de montagnes qui se trouve au centre de Madagascar. [Houlder 1895]
Paroles dites aux parents par ceux qui étaient contraints de s' éloigner : absent de corps mais présent d' esprit et de coeur. [Veyrières 1913]

Ohabolana87 Akanga be tany, tsy manam-paria. [Samson 1965 #A14]

Ohabolana88 Akanga be tsy vakin' amboa. [Veyrières 1913]
Akanga maro tsy vakin' amboa. [Rajaonarimanana 1995, Abinal 1888, Veyrières 1913, Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Ny akanga maro tsy vakin' amboa. [Rinara 1974 #2839]
Fanazavana malagasy Ny firaisana no hery. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Lorsque les pintades sont nombreuses, le chien n'en saisit aucune. [Abinal 1888]
Lorsque les pintades vont en troupe, le chien n' en saisit aucune. [Veyrières 1913 #5160]
Pintades en troupe, un chien ne les disperse point. [Rajaonarimanana 1995]
Fanazavana frantsay L'union fait la force. [Rajaonarimanana 1995, Veyrières 1913 #5205, Abinal 1888]

Ohabolana89 Akanga diso ala ka mahatsiahy ny tany nahazatra. [Rinara 1974]

Ohabolana90 Akanga diso an’ Andringitra : ny tenabe no aty, fa ny fo mametsovetso any ihany. [Nicol 1935 #46, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Pintade qui a franchi l' Andringitra : son corps est ici, mais son cœur ne parle que du pays lointain. [Nicol 1935]

Ohabolana91 Akanga irai-dia tsy vakin’ amboa. [Nicol 1935 #411]
Ny akanga irai-dia tsy vakin’ alika. [Cousins 1871 #2133]
Dikanteny frantsay Une troupe de pintades est impénétrable au chien. [Nicol 1935 #411]

Ohabolana92 Akangalahy mandry andro: tsy nahiny ny voin-ko avy. [Veyrières 1913 #6198]
Akanga mandry andro, ka tsy mahalala voin-ko avy. [Houlder 1895 #879, Veyrières 1913 #6198]
Dikanteny frantsay Pintade mâle qui dort le jour : elle n' a pas prévu le malheur qui approche. [Veyrières 1913 #6198]
Pintade qui dort le jour: elle n'a pas prévu le malheur qui approche. [Veyrières 1913]
Une pintade qui dort pendant le jour ne voit pas venir le danger. [Houlder 1895 #879]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui ne font pas attention et se trouvent étonnés d'être tombés dans un piège. [Veyrières 1913 #6198]

Ohabolana93 Akanga lahy miady tsatsangotra: sola loha foaña. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Akanga lahy miady tsatsangotra, sola loha fotsiny. + Tsatsangotra, ilay taho tena ipetahan" ny voam-bary. Rehefa afaka tsy misy vary intsony izy dia atao hoe, tsatsangotra. [Houlder 1895]

Ohabolana94 Akangalahy miditra ala : miandry ny oran-kisava, vao tratry ny ora-mikija. [Rinara 1974]
Akangalahy miditra ny ala : miandry ny oran-kisava, ka tratry ny ora-mikija. [Veyrières 1913 #4263, Cousins 1871 #34]
Dikanteny frantsay Pintade qui entre sous bois : elle veut attendre que l' orage passe, et elle est surprise par une pluie qui tombe sans discontinuer. [Veyrières 1913 #4263]
Fanazavana frantsay Se disait d' un filou ou autre personne se croyant en sûreté. [Veyrières 1913 #4263]

Ohabolana95 Akanga lahy tsy manohon’ anaka. [Samson 1965 #A15]

Ohabolana96 Akanga mahalala "tsaratsarao", mainka ny olona samy olona. [Veyrières 1913 #3429]
Ny akanga aza mahalala ny tsaratsarao, ka mainka fa izaho olombelona. [Houlder 1895 #1591]
Ny akanga aza mahalala ny tsaratsarao, ka mainka fa olombelona. [Rinara 1974 #2838]
Ny akanga aza mahalala "Tsaratsarao," ka mainka ny olombelona. [Veyrières 1913 #3429, Cousins 1871 #2132]
Dikanteny frantsay Les pintades même savent dire "jugez"; à plus forte raison les hommes doivent savoir dire la chose et la faire. [Veyrières 1913 #3429]
Même les pintades disent "examinez, examinez" , et à plus forte raison le dis-je, moi, un homme. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le mot "tsaratsarao" est une onomatopée imitant le cri des pintades tel que l'oreille malgache le perçoit. [Houlder 1895]
Se disait des différends finissant par un arbitrage; l'arbitra prononçait les paroles du proverbe qui fait allusion au cri de la pintade: le mot "tsaratsarao" qui signifie jugez, imite le cri de la pintade. [Veyrières 1913]
Se disait des différends finissant par un arbitrage ; l' arbitre prononçait les paroles du proverbe qui fait allusion au cri de la pintade : le mot tsaratsarao qui signifie jugez, imite le cri de la pintade. [Veyrières 1913 #3429]

Ohabolana97 Akanga makangoa : ho hanina mahafaty ray, tsy ho hanina mahafaty reny. [Samson 1965 #A16]

Ohabolana98 Akanga mandry anambo : ny vatam-be anambo fa ny menimeny ambony tany. [Samson 1965 #A17]

Ohabolana99 Akanga nanamborana, ka mivadi-po mandrakariva. [Cousins 1871 #32, Nicol 1935 #355]
Dikanteny frantsay La pintade échappée à un carnage est sujette à des frayeurs continuelles. [Nicol 1935 #355]

Ohabolana100 Akanga reraka, ka tsy mahanika ny avo intsony. [Veyrières 1913 #2578, Cousins 1871 #33, Houlder 1895]
Akanga reraka tsy mahasidina ambony. [Rajemisa 1985]
Akanga reraka tsy mahasidina avo. [Rinara 1974]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny tsy fahafahana manao zavatra noho ny harerahana. [Rajemisa 1985]
Ilazana ny akanga tsy afa-manidina avo noho ny hanoanana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Gens déchus sont comme la pintade épuisée qui ne peut plus gravir les hauteurs. [Veyrières 1913]
Une pintade fatiguée: elle ne peut plus monter sur les arbres ou rochers hauts. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait de toutes les déchéances. [Veyrières 1913 #2578]

Ohabolana101 Akanga sasatra. [Veyrières 1913 #1604]
Dikanteny frantsay C' est une pintade épuisée. [Veyrières 1913 #1604]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui cherchaient vainement à garder des airs de jeunesse. [Veyrières 1913 #1604]

Ohabolana102 Akanga sasatra ka raisin' ny mpandalo rehetra. [Veyrières 1913 #2056]
Dikanteny frantsay Pintade épuisée de fatigue appartient à tout venant. [Veyrières 1913 #2056]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qu'on mettait à la raison. [Veyrières 1913 #2056]

Ohabolana103 Akanga tsara soratra takalozana akoho taman-trano. [Abinal 1888, Rajemisa 1985]
Aza atakalo akanga tsara soratra ny akoho taman-trano. [Rajaonarimanana 1995]
Mahita ny akanga tsara soratra ka manary ny akoho taman-trano. [Houlder 1895 #1667, Veyrières 1913 #1377, Rinara 1974 #1887, Cousins 1871 #1427]
Ny akoho taman-trano atakalo akanga mandositra. [Veyrières 1913 #1388]
Tsy mety raha ny akanga tsara soratra, no andaozana ny akoho taman-trano. [Veyrières 1913 #1412]
Fanazavana malagasy Zavatra marevaka ivelany anariana zava-tsoa maharitra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Ce n' est pas bien d' abandonner pour une pintade au beau plumage, la poule domestique habituée à la maison. [Veyrières 1913 #1412]
Changer une poule domestique habituée à la maison, pour prendre une pintade coureuse. [Veyrières 1913 #1388]
Échanger un bien solide contre un bien fallacieux de brillante apparence. [Abinal 1888]
N'échangez point un bien solide contre un bien fallacieux. [Rajaonarimanana 1995]
Voir une pintade au beau plumage et abandonner pour elle la poule domestique habituée à la maison. [Veyrières 1913 #1377]
Voir une pintade de belle couleur et se défaire de la poule qu' on avait depuis longtemps. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait du mari abandonnant la mère de ses enfants pour prendre une coureuse de belle apparence ; il se disait aussi des gens qui laissaient un bien sûr, pour un autre moins sûr. [Veyrières 1913 #1412]
Se disait des maris qui laissaient leur femme pour prendre une coureuse de belle apparence. [Veyrières 1913 #1377]
Se disait du mari se laissant séduire par une femme de belle apparence et quittant pour elle la mère de ses enfants. [Veyrières 1913 #1388]

Ohabolana104 Akanjoana lahy, salakana vehivavy ? [Veyrières 1913 #1253]
Akanjoana lahy, sarandranana vehivavy? [Veyrières 1913 #1253]
Salasala : akanjoana lehilahy, salakana kosa vehivavy. [Veyrières 1913 #3063]
Dikanteny frantsay Cette femme ressemble à un homme : faut-il lui donner la jupe ou le salaka ? [Veyrières 1913 #1253]
Douteux et entre les deux, comme un homme qui porte un vêtement de femme et une femme qui porte le salaka dont les hommes se ceignent les reins. [Veyrières 1913 #3063]
Fanazavana frantsay Se disait des ménages où la femme commandait. [Veyrières 1913 #1253]

Ohabolana105 Akanjoana vavy, salakana lahy. [Veyrières 1913 #3225]
Salasala : akanjoim--bavy, salakain-dahy. [Veyrières 1913 #3063, Cousins 1871]
Salasala : akanjoim--bavy, sarandranin-dahy. [Veyrières 1913 #3063, Cousins 1871]
Salasala ihany : raha akanjoim--bavy, ka salakain-dahy. [Rinara 1974 #3829]
Dikanteny frantsay Les gens qui ne sont nettement d' aucun parti, ressemblent à ces personnes qui vêtues d' une robe ont l' air d' être des femmes, et vêtues du salaka ont l' air d' être des hommes. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens douteux et qui étaient de deux partis. [Veyrières 1913 #3063]

Ohabolana106 Akanjon-goaika, ka enti-maty hoatry ny tarehy. [Veyrières 1913 #5247]
Dikanteny frantsay Collier blanc des corbeaux : ils l' emportent avec leur tête en mourant. [Veyrières 1913 #5247]
Fanazavana frantsay Se disait des choses qui durent, par exemple d' une amitié fidèle. [Veyrières 1913 #5247]

Ohabolana107 Akanjon-goaika, ka vita fony kely. [Houlder 1895 #1288]
Akanjon-goaika : vita fony kely. [Cousins 1871]
Akanjon-goaika : vita hatry ny fony kely. [Rinara 1974]
Lamban-goaika : vita fony kely. [Cousins 1871 #1311]
Lamban-goaika : vita hatry ny fony kely. [Rinara 1974 #1710]
Dikanteny frantsay Le plumage (litt. habit) d' un corbeau, il l' a eu depuis tout petit. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le corbeau de Madagascar a la gorge blanche. [Houlder 1895]

Ohabolana108 Akaro, aidino, ohatra ny ondrin' ilay sarotra. [Houlder 1895, Rinara 1974]
Akaro, aidino : toy ny andry ondrin’ ilay sarotra. [Cousins 1871 #37, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Faire monter et faire descendre sans cesse, comme fait un berger gourmand avec ses moutons. [Houlder 1895]
Faites monter, faites descendre : c' est comme le gourmand soupçonneux qui garde ses moutons. [Veyrières 1913 #743]
Fanazavana frantsay Boutade dite par les inférieurs contre les chefs qui, suivant leurs intérêts, donnent des ordres et des contre-ordres. Le proverbe est emprunté à une légende : un gourmand, craignant que sa femme ne mangeât seule les bons morceaux pendant qu'il était aux champs à garder ses moutons, trouva quelque prétexte de les ramener avant l' heure à la maison, afin de surprendre sa femme ; mais il ne vit rien et repartit pour les champs avec ses moutons ; il fit à plusieurs reprises ce manège dans la journée. [Veyrières 1913 #743]
Il monte avec eux au village - voir si le repas est prêt - puis les fait redescendre aux champs. [Houlder 1895]

Ohabolana109 Aketalahy an-kadilanana aho : madio elatra amin' ity tany ity. [Veyrières 1913 #2939]
Aketalahy an-kadilanana aho : mondro elatra amin' ity tany ity. [Veyrières 1913 #2985, Cousins 1871 #39]
Aketalahy an-kadilanana, ka mondro elatra amin' ity tany ity. [Rinara 1974]
Aketalahy an-kadilanana: madio elatra amin’ ity tany ity. [Cousins 1871 #40]
Dikanteny frantsay Je suis comme le mâle de la sauterelle adrisa qui habite dans un défilé : j' ai les ailes usées dans ce pays-ci. [Veyrières 1913 #2985]
Je suis comme le mâle de la sauterelle adrisa qui habite un défilé : je n' ai pas les ailes pesantes et chargées, mais nettes et propres dans ce pays-ci. [Veyrières 1913 #2939]
Fanazavana frantsay Ce proverbe était dit par l'homme qui, à cause de sa mauvaise réputation ou de sa pauvreté, ne trouvait pas de femme à épouser ; c' était un proverbe de la contrée d' Ambohidratrimo aux environs de Tananarive. [Veyrières 1913 #2985]
Ce proverbe était en usage dans la région d' Ambohidratrimo : il était dit par l' homme qui, à cause de sa réputation et de son argent, trouvait une femme à épouser. [Veyrières 1913 #2939]

Ohabolana110 Aketalahy an-tsaro-drivotra : fongotra vao mietaketaka. [Cousins 1871 #41, Rinara 1974]

Ohabolana111 Akofa, ka tsy menatra izay hiankandrefana. [Cousins 1871 #42]
Akofa ka tsy menatra miankandrefana. [Veyrières 1913 #2986]
Akofa ka tsy menatra ny hiankandrefana. [Rinara 1974]
Akofam-bary tsy menatra izay hiankandrefana. [Houlder 1895 #122, Veyrières 1913 #3536]
Tahaka ny akofa ka tsy menatra izay hiankandrefana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Cosse de riz coulé n' a pas honte de s' en aller à l' ouest, emportée par le vent de l' est, lorsqu' on vanne le riz au vent. [Veyrières 1913 #3536]
Cosse de riz vide n' a pas honte de s' en aller à l' ouest. [Veyrières 1913 #2986]
Ils sont comme de la balle de riz, et n' ont pas honte de s' en aller vers l' ouest. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le bon grain tombe à terre, et ce qui n' est que cosse s'envole : ainsi dans un discours les auditeurs gardent les paroles qui leur conviennent et laissent passer les autres ; les applications de ce proverbe étaient nombreuses, il se disait notamment des gens sans honte. [Veyrières 1913 #3536]
Quand on vanne le riz au vent le grain tombe par terre, mais la cosse vide, emportée par le vent de l' est s' en va vers l'ouest ; se disait des gens qui n' ont plus de honte et sont sans aucune retenue. [Veyrières 1913 #2986]
Se dit des gens qui suivent leur mauvais penchant. [Houlder 1895]

Ohabolana112 Akofan' olona. [Veyrières 1913 #2479]
Dikanteny frantsay Les gens de rien sont comme les grains de riz vides et qui n' ont que l'écorce. [Veyrières 1913 #2479]

Ohabolana113 Akoho ambony sompitra ka mihehy ny efa vory. [Rinara 1974]

Ohabolana114 Akoho avy no ilam-pamaky. [Veyrières 1913 #2057, Cousins 1871 #43]
Akoho avy ve ka ilana famaky! [Rinara 1974]
Akoho iray no hovonoina ka famaky tsara zarana no indramina. [Rinara 1974]
Akoho no rasaina, ka famaky no tadiavina. [Nicol 1935 #286]
Dikanteny frantsay Chercher une hache, alors qu’il s’agit de découper un poulet. [Nicol 1935 #286]
Même pour découper une poule, il a besoin d' une hache. [Veyrières 1913 #2057]
Fanazavana frantsay Il se trouve embarrassé pour un rien. [Veyrières 1913 #2057]

Ohabolana115 Akoho boto nangalarin' ny alinjinery : tsy very fa namangy havana. [Rinara 1974]
Akoho boto nangalarin’ ny alinjinery : tsy very, fa namangy ny havany. [Cousins 1871 #44]

Ohabolana116 Akoho homana ny atodiny : lozan' ny tompony. [Veyrières 1913 #62]
Akoho manatody kely : lozan' ny tompony. [Veyrières 1913 #62]
Akoho mangery amin' ny atodiny : lozan' ny tompony. [Veyrières 1913 #62]
Dikanteny frantsay Poule qui pond des oeufs trop petits, poule qui mange ses oeufs, poule qui mêle ses excréments à ses oeufs : elle porte malheur à son maître. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay C'était une croyance superstitieuse ; on tuait ou vendait cette poule. [Veyrières 1913 #62]

Ohabolana117 Akohokely lasam-papango : misidina ambony vao tra-pahoriana. [Rinara 1974]
Akohokely lasam-papango: nisidina ambony vao tra-pahoriana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Tafakatra amin' ny toerana ambony vao nahita loza. [Rajemisa 1985]

Ohabolana118 Akohokely latsaka an-kady : haneno moa kely feo, hanidina kely hery; hitoetra ihany, matahotra ny kary. [Rinara 1974]
Akoho kely latsaka an-kady : hiantso, kely feo ; hanidina, tapaka elatra ; hitoetra ihany, manin-dreny. [Veyrières 1913 #2579, Cousins 1871]
Akohokely latsaka an-kady: hiantso, kely feo; hanidina, tapak' elatra; hitoetra ihany, manina ny reniny. [Houlder 1895]
Akoho kely latsaka an-kady : hisarangotra, tsy afaka ; hiantso, kely feo. [Veyrières 1913 #2580]
Akohokely latsaka an-kady : hisarongatra, tsy afaka; hiantso, kely feo; hitoetra ihany, matahotra ny kary. [Cousins 1871]
Akohokely latsaka an-kady : hisarongatra, tsy afaka ; hiantso, kely ieo ; hitoetra ihany, matahotra ny kary. [Nicol 1935 #359]
Dikanteny frantsay Petit poulet tombé dans le fossé : s' accrocher pour grimper, il ne le peut pas ; appeler, il n'a pas assez de voix ; rester où il est, il craint les chats sauvages. [Veyrières 1913]
Petit poulet tombé dans le fossé : s' il veut appeler, sa voix est trop faible ; s' il veut voler, il n' a que des bouts d' ailes ; quant à rester où il est, il soupire après sa mère. [Veyrières 1913 #2579]
Poussin tombé dans un fossé : s’accrocher, impossible ; crier, pas de voix ; se résigner, mais il y a le chat sauvage. [Nicol 1935 #359]
Un poussin tombé dans un fossé: pour appeler, il a la voix trop faible; pour voler, il a les ailes trop courtes; s' il y reste, il regrette sa mère. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui perdent la tête dans le malheur, ne sachant quel parti prendre. [Veyrières 1913 #2580]

Ohabolana119 Akohokely misotro rano : ny kely azo enti-miandrandra. [Nicol 1935 #303]
Akohokely nisotro rano : ny kely azo enti-miandrandra. [Veyrières 1913 #832, Cousins 1871 #56]
Dikanteny frantsay Petit poulet qui a bu de l' eau : le peu qu' il a pris, lui fait lever le tête vers le ciel. [Veyrières 1913 #832]
Poussin qui boit : le peu qu’il reçoit est aussitôt présenté vers les hauteurs. [Nicol 1935 #303]
Fanazavana frantsay Il faut être reconnaissant envers le ciel de la destinée qu'on a reçue, quelle quelle soit ; allusion à la manière de boire des poules qui lèvent la tête pour faire descendre l'eau. [Veyrières 1913 #832]

Ohabolana120 Akohokely notsipazam-potsimbary : sady taitra no faly. [Cousins 1871 #55, Nicol 1935 #123]
Dikanteny frantsay Poussins à qui on jette du riz blanc : surprise et bonheur à la fois. [Nicol 1935 #123]

Ohabolana121 Akoholahy ambony tanantanana: mifoha maraina tsy mba mihehy. [Cousins 1871 #58, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Coq perché sur un ricin : il se lève de bon matin, mais il ne gratte pas la terre. [Veyrières 1913 #2987]
Fanazavana frantsay Se disait des jeunes libertins qui étaient paresseux et stationnaient de bonne heure sur les places publiques au lieu de travailler. [Veyrières 1913 #2987]

Ohabolana122 Akoholahy an-tanàna, ka samy manenjika ny resiny. [Rinara 1974]

Ohabolana123 Akoholahy fahavaratra, ka rebarebany ihany. [Veyrières 1913 #2988, Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Coq en été : il n' a plus pour se pavaner que l' ampleur de ses plumes. [Veyrières 1913 #2988]
Fanazavana frantsay Se disait des jeunes débauchés qui étaient ruinés mais faisaient encore étalage de parure. [Veyrières 1913 #2988]

Ohabolana124 Akoholahy jamba : ampiadiana tsy miady, avela manaingoka ny namany. [Rinara 1974]
Akoholahy jamba : ampiadiana, tsy miady ; tonga ao an-trano, manaingoka ny namany. [Veyrières 1913 #3448]
Akoholahy jamba : ampiadina, tsy miady ; tonga ao an-trano, manaingoka ny namany. [Cousins 1871 #60]
Dikanteny frantsay Coq aveugle : quand on le fait combattre, il ne veut pas et dès qu' on le met au milieu des siens, il les frappe à coups de bec et les maltraite. [Veyrières 1913 #3448]
Fanazavana frantsay Se disait des gens difficiles. [Veyrières 1913 #3448]

Ohabolana125 Akoholahy kelin' Antananarivo : mivoaka maraina, fa tsy mitsindroka. [Veyrières 1913 #2989, Cousins 1871 #61]
Dikanteny frantsay Petit coq de Tananarive : il sort de bonne heure mais ce n' est pas pour becqueter. [Veyrières 1913 #2989]
Fanazavana frantsay Se disait des jeunes débauchés de la ville qui sortaient de bonne heure, mais ce n' était pas pour travailler. [Veyrières 1913 #2989]

Ohabolana126 Akoholahy manakohokoho akohovavy : tsy hanin-kahavoky, fa voninahitra ifanomezana. [Rinara 1974]
Akoholahy manakohokoho vavy : tsy hanin-kaha-voky, fa volan-kifanajana. [Houlder 1895 #1337, Cousins 1871 #62]
Akoholahy mikohokoho vavy; tsy hanin-kahavoky fa voninahitra ifanomezana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Raha vao mahita zavatra kely, na fotsimbary na poti-javatra ny akoholahy, dia miantso ny akohovavy; voadiniky ny Ntaolo izany mba hilazany fa ny fanomezana atao, na dia kely sy tsy misy vidiny aza, dia mety ho mariky ny fifanajana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Un coq appelant une poule; (la nourriture offerte) n' est pas suffisante pour la rassasier, mais l' invitation est une marque de respect. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les Malgaches, en général, sont un peuple très hospitalier et ami des manières polies et modestes. [Houlder 1895]

Ohabolana127 Akoholahy maneno alina : lozain' ny vavany. [Veyrières 1913 #4715]
Dikanteny frantsay Coq qui chante la nuit : son chant lui porte malheur. [Veyrières 1913 #4715]
Fanazavana frantsay On le tue parce que c' est de mauvaise augure. Se disait de ceux qui parlent trop et à tort et à travers. [Veyrières 1913 #4715]

Ohabolana128 Akoholahy maneno an-drova, ka samy te-hoderain' ny tompony. [Rinara 1974]
Akoholahy maro an-drova : samy ta-haneno avokoa. [Veyrières 1913 #181, Cousins 1871 #64]
Toy ny akoholahy an-drova : ka tsy vitan' ny miedinedina fotsiny fa te-haneno koa. [Rinara 1974 #4249]
Toy ny akoholahy an-drova: samy ta-haneno avokoa. [Houlder 1895 #814]
Dikanteny frantsay Coqs nombreux dans un enclos : chacun veut chanter et faire taire les autres. [Veyrières 1913 #181]
Pareils aux coqs habitant la même cour: ils veulent tous chanter en même temps. [Houlder 1895 #814]
Fanazavana frantsay Se disait de l' entourage du souverain, des courtisans qui veulent tous avoir la première place. [Veyrières 1913 #181]

Ohabolana129 Akoholahy maneno an-tsena: tsy hery, fa alahelo ny tanana nilaozana. [Cousins 1871 #63]
Akoholahy maneno an-tsena : tsy hery fa hanina ny tany nilaozana. [Rinara 1974]

Ohabolana130 Akoholahy maty raibe : samy manano izay tiany. [Samson 1965 #A28]

Ohabolana131 Akoholahy miady am--pasika, ka samy miaro ny masony tsy ho ditsika. [Houlder 1895 #1171]
Akoholahy miady am--pasika : samy manala ny ditsika amin' ny masony. [Veyrières 1913 #3226]
Akoholahy miady am--pasika : samy miaro ny masony tsy ho ditsika. [Veyrières 1913 #3227, Rinara 1974]
Akoholahy miady am--pasika : samy miaro ny masony tsy ho ditsoka. [Veyrières 1913 #3227, Cousins 1871 #65, Rinara 1974]
Akoholahy miale am-pase ka sambe miaro ty masoñe tsy ho lintsike. [Poirot & Santio: Vezo]
Toy ny akoholahy miady am--pasika, ka samy miaro ny masony tsy ho ditsoka. [Rinara 1974 #4250]
Toy ny akoholahy miady am--pasika : samy manala ny ditsika amy ny masony. [Cousins 1871 #3173]
Dikanteny frantsay Coqs qui se battent dans le sable, ils s'arrangent pour ne pas être aveuglés. [Poirot & Santio: Vezo]
Coqs qui se battent sur du sable : gare aux yeux, chacun empêche les siens d' être aveuglés. [Veyrières 1913 #3227]
Des coqs qui se battent dans le sable: chacun cherche à se protéger les yeux contre la poussière. [Houlder 1895]
Quand les coqs se battent sur le sable, chacun enlève de ses yeux la poussière qui l' aveugle. [Veyrières 1913 #3226]
Fanazavana frantsay Ce proverbe exhortait à ne pas se lancer dans une affaire peu claire et où il y a des risques à courir. [Veyrières 1913 #3227]
Se disait des affaires qui ne sont pas claires ; autre sens : à chacun de se débarrasser de ses difficultés. [Veyrières 1913 #3226]

Ohabolana132 Akoholahy mitelin-koto : raha mahay mitelina dia tohan' aina, raha tsy mahay dia singotry ny lela. [Veyrières 1913 #3537]
Akoholahy mitelin-koto: raha mahay mitelina, dia tohan' aina; raha tsy mahay mitelina, dia singotry ny lela. [Houlder 1895]
Akoholahy nitelin-koto, ka ny natao hanin-kahavoky no tonga singotry ny aina. [Veyrières 1913 #3537]
Akoholahy nitelin-koto : mahay mitelina, tohan' ny aina, tsy mahay, singotry ny lela. [Rinara 1974]
Akoholahy nitelin-koto: raha mahay mitelina, dia tohan’ ny aina ; raha tsy mahay, dia singotry ny lela. [Cousins 1871 #66]
Dikanteny frantsay Coq qui a mangé de l' étoupe, ce qu'il a pris pour lui servir de nourriture devient sa perte. [Veyrières 1913 #3537]
Coq qui avale de l' étoupe : s' il parvient à l' avaler, c' est une nourriture ; s' il n'y parvient pas, sa langue s' y prend et il en crève. [Veyrières 1913 #3537]
Un coq avalant de l' étoupe: s' il peut l' avaler, elle le nourrira; mais s' il ne peut l' avaler, elle lui embarrassera la langue. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui portent la parole et qui s' y embarrassent. [Veyrières 1913 #3537]

Ohabolana133 Akoholahin' an-tanantanana : mivoaka maraina fa tsy mitsindroka. [Rinara 1974]

Ohabolana134 Akoholahin--tsampy : raha hisy vahiny, dia maneno an-tokonana. [Veyrières 1913 #6199]
Dikanteny frantsay Coq d'idole : il chante sur le seuil de la porte pour avertir quand un hôte est sur le point d' arriver. [Veyrières 1913 #6199]
Fanazavana frantsay Se disait des gens vigilants. [Veyrières 1913 #6199]

Ohabolana135 Akoholahy sy masoandro, ka mifamotoan-tsamy lavitra. [Houlder 1895 #1485, Rinara 1974]
Akoholahy sy masoandro : mifamotoan-tsamy lavitra. [Cousins 1871 #67]
Masoandro sy akoholahy: mifamotoan-tsamy lavitra. [Rinara 1974 #2155]
Dikanteny frantsay Le coq et le soleil: ils se donnent rendez-vous quoique bien éloignés l' un de l' autre. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le coq salue le soleil à son lever, et rentre au logis à son coucher. [Houlder 1895]

Ohabolana136 Akoholahy tsy maneno anio, rahampitso mbola andro. [Veyrières 1913 #3449]
Fanazavana malagasy Enti-milaza famoizan-zavatra nandrasan-tsy tonga. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Coq qui ne chante pas aujourd' hui, chantera demain. [Veyrières 1913 #3449]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui savent supporter une défaite et se relèvent comme le coq battu, qui ne chante pas le jour de sa défaite, mais entonne de nouveau son chant le lendemain. [Veyrières 1913 #3449]

Ohabolana137 Akoholahy tsy maneno toy izay lasan-kary. [Veyrières 1913 #744, Houlder 1895]
Akoho tsy naneno hatr' izay lasan' ny kary. [Rajemisa 1985]
Akoho tsy naneno ohatra izay lanin' ny kary. [Rajemisa 1985]
Akoho tsy naneno toy izay, afoizo fa lasan' ny kary. [Rinara 1974]
Raha akoholahy tsy naneno toy izay, afoizo fa lasan' ny kary. [Rinara 1974 #3545]
Fanazavana malagasy Tsy misy porofon' ny fahaverezana mihoatra noho ny tsy fahitana ilay zavatra na ny tsy fandrenesana ny feony. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Si le coq n' a pas encore chanté (le matin), c' est qu' il a été pris par un chat sauvage. [Houlder 1895]
Si le coq ne chante pas, c'est qu' il a été pris par un chat sauvage. [Veyrières 1913 #744]

Ohabolana138 Akoho mamàna : miangoty amin-tompony. [Samson 1965 #A25]

Ohabolana139 Akoho mandeha amin' ny sahafa : solafaka. [Veyrières 1913 #6267]
Dikanteny frantsay Coq qui marche sur le van : il glisse. [Veyrières 1913 #6267]
Fanazavana frantsay Quelle que soit votre habileté, ne vous exposez pas en vous engageant dans de mauvais pas. Le van est bombé et glissant. [Veyrières 1913 #6267]

Ohabolana140 Akoho mangery an-tsihy : samy manano izay ho efany. [Samson 1965 #A23]

Ohabolana141 Akoho manitsa-draty, ka samy hindrakindrafana ihany. [Cousins 1871]
Akoho manitsa-draty, ka samy indrakindrafana ihany. [Veyrières 1913 #5682, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Poule qui marche sur une écorce sèche de bananier : la poule et l' écorce craquent de peur. [Veyrières 1913 #5682]
Fanazavana frantsay Se disait de deux craintifs. [Veyrières 1913 #5687]

Ohabolana142 Akoho mikotri-borombazaha: kohokohoina, fisa-bava; havela, toa zanaky ny tena. [Cousins 1871 #48]

Ohabolana143 Akoho mikotri-borona : kobokohoina, tsy any ny tena ; avela ihany, zaza nanasatra. [Cousins 1871]
Akoho mikotri--borona : kohokohoina, toy an' ny tena ; avela ihany, zaza nanasatra. [Veyrières 1913 #955]
Akoho mikotri--borona : kohokohoina, tsy an' ny tena, avela kosa zaza nanasatra. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Poule qui a couvé des canards : elle les appelle, ils ne sont pas à elle ; elle les abandonne, ce sont des petits pour qui elle s' est fatiguée. [Veyrières 1913 #955]
Fanazavana frantsay Boutade dite par ceux qui reprennent les enfants des autres et ne sont pas écoutés. [Veyrières 1913 #955]

Ohabolana144 Akoho mikotri--borona : miongo-bolo amin' izay tsy ho namana. [Rinara 1974]
Akoho mikotrika atodim-borona : miongo-bolo amy ny tsy ho any ny tena. [Cousins 1871 #46]
Akoho mikotrika atodim-borona : miongo-bolo amin’ ny tsy ho an’ ny tena. [Nicol 1935 #300]
Akoho nikotrika atodim-borona, ka miongo-bolo amin' ny tsy ho an' ny tena. [Houlder 1895 #1683]
Dikanteny frantsay Poule qui couve des œufs de cane : elle se déplume pour ce dont elle ne jouira pas. [Nicol 1935 #300]
Une poule ayant couvé des œufs de canard: elle s' est arraché les plumes pour ce qui n' est pas à elle. [Houlder 1895]

Ohabolana145 Akoho mikotrika atodi-mamba, ka hamelon-doza ho an-tena. [Veyrières 1913 #898]
Akoho mikotrika atodi-mamba, ka namelon-doza ho an' ny tena. [Veyrières 1913 #808]
Akoho mikotrika atodi-mamba : mamelona ny mbola handrapaka. [Rinara 1974]
Akoho mikotrika atodi-mamba : namelon-doza ho an’ ny tena. [Nicol 1935 #302]
Akoho nikotrika atodi-mamba : namelon-doza ho any ny tena. [Cousins 1871 #50]
Aza mila loza toy ny akoho mikotrika atodi-mamba. [Rinara 1974]
Mila loza toa akoho mikotrika atodim-biby, ka mamelona antambo ho an' ny tena. [Veyrières 1913 #6310]
Dikanteny frantsay Chercher malheur comme une poule qui couve des oeufs de caïman : elle se prépare une calamité. [Veyrières 1913]
Poule qui couve des œufs de caïman : elle met tous ses soins à se préparer un malheur. [Nicol 1935 #302]
Fanazavana frantsay S' exposer au danger et courir à sa perte. [Veyrières 1913 #6310]

Ohabolana146 Akoho minon-drano : lanitra andraina. [Samson 1965 #A26]
Akoho minon-drano : ny be azo iandranandranana, ny kely azo iandranandranana. [Veyrières 1913 #833]
Akoho minon-drano : ny lehibe miandra ny lanitra, ny kely miandra ny lanitra. [Veyrières 1913 #834]
Dikanteny frantsay Poule qui boit de l' eau : soit qu' elle en boive beaucoup, soit quelle en boive peu, elle lève fièrement la tête au ciel. [Veyrières 1913 #833]
Poules qui boivent de l' eau : les grandes lèvent la tête vers le ciel, les petites lèvent la tête vers le ciel. [Veyrières 1913 #834]
Fanazavana frantsay On est redevable au ciel de la destinée qu' on a reçue ; petite ou grande, il faut en être content. [Veyrières 1913 #833]
Tous les hommes, grands et petits, doivent porter la destinée qui leur est échue et en remercier le ciel. [Veyrières 1913 #834]

Ohabolana147 Akoho misotro rano : ny eto an-tany jerena, ary ny any an-danitra andrandraina koa. [Nicol 1935 #301, Cousins 1871]
Akoho misotro rano : ny eto an-tany jerena, ny any an-danitra koa andrandraina. [Veyrières 1913 #6200]
Akoho misotro rano : ny eto an-tany jerena, ny lanitra andrandraina. [Rinara 1974]
Toy ny akohokely misotro rano, ka izay azo andrandraina ny lanitra. [Rinara 1974 #4248]
Dikanteny frantsay Poule qui boit de l'eau : elle regarde la terre, elle regarde aussi le ciel. [Veyrières 1913 #6200]
Poule qui boit: un regard vers la terre, puis un regard vers le ciel. [Nicol 1935 #301]
Fanazavana frantsay Ce proverbe signifiait qu'il faut, avant d'agir, envisager non seulement le présent mais l' avenir, qu' il faut réfléchir ; ainsi la poule après avoir pris une gorgée, lève la tête vers le ciel. [Veyrières 1913 #6200]

Ohabolana148 Akoho naratr’ afo : harivariva laha miherina. [Samson 1965 #A24]

Ohabolana149 Akohon-dRatsingoloka : izay ahitana afatotra. [Samson 1965 #A22]

Ohabolana150 Akoho nipahin-drano : tsy fanin-tompoko anahy. [Samson 1965 #A21]

Ohabolana151 Akoho nisasan-trongotra : tsy ary fanin-tompoko anahy. [Samson 1965 #A20]

Ohabolana152 Akohon-kamboty hitsahin’ ny omby mifahy : samy be amy ny azy. [Cousins 1871 #57]
Akohon-kamboty hitsahin' ny omby mifahy : samy be amin' ny azy. [Veyrières 1913 #1019]
Akohon-kamboty hitsahin' omby mifahy, ka samy be amin' ny azy. [Houlder 1895 #1909]
Akohon-kamboty nohitsahin' omby mifahy, ka samy be amin' ny azy. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Le poulet d' un orphelin piétiné par un bœuf à l' engrais: les deux (animaux) sont une grande chose pour leurs propriétaires respectifs. [Houlder 1895]
Poulet appartenant à un orphelin et qui est écrasé par un boeuf à l' engrais : chacun veut faire respecter son bien. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Chacun, le petit comme le grand, tient à ce qui lui appartient. [Veyrières 1913 #1019]

Ohabolana153 Akoho tia hady ; ka manati-babo ho an' ny kary. [Houlder 1895 #876, Veyrières 1913 #6268, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Poule qui aime à se promener dans le fossé : elle devient la proie du chat sauvage. [Veyrières 1913 #6268]
Un poulet qui aime à aller se promener dans le fossé se jette ainsi entre les griffes du chat sauvage. [Houlder 1895]

Ohabolana154 Akoho tokana anaka: avy sasaka vao halan-tompo. [Cousins 1871 #51]
Akoho tokana anaka: avy sasaka vao mamono an-toka. [Cousins 1871 #52]
Akoho tokana anaka : avo sasaka vao halan-tompo. [Veyrières 1913 #3228]
Akoho tokana anaka : avo sasaka vao mamono antoka. [Veyrières 1913 #3229]
Akoho tokan' anaka : avo sasaka vao halan' ny tompony. [Rinara 1974]
Akoho tokan' anaka : tonga roa vao mamono antoka. [Rinara 1974]
Avo sasaka hoatry ny akoho tokana anaka. [Veyrières 1913 #3238]
Avo sasaka ohatra ny akoho tokana anaka. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Poule qui a un poussin : c' est lorsqu' elle a produit son équivalent que son maître la prend en aversion. [Veyrières 1913 #3228]
Poule qui n' a qu' un poussin : c' est lorsqu' elle produit son équivalent qu' elle fait perdre son propriétaire. [Veyrières 1913 #3229]
Produire son équivalent comme la poule qui n' a qu' un poussin. [Veyrières 1913 #3238]
Fanazavana frantsay Parce qu' il s' attendait à mieux ; le sens est : déçu dans son attente. [Veyrières 1913 #3229]

Ohabolana155 Akoho tsy maneno hoatr’ izay : lanim-posa. [Samson 1965 #A30]

Ohabolana156 Akoho vahiny mora lanim-posa. [Samson 1965 #A29]

Ohabolana157 Akoho valo namidy voamena : teny miera mahatsara raha. [Samson 1965 #A27]

Ohabolana158 Akohovavy maneno, ka lazain' ny avoaky ny vavany. [Houlder 1895 #834]
Akohovavy maneno, ka lozain' ny vavany. [Veyrières 1913]
Akohovavy maneno ka lozain' ny vavany ihany. [Rinara 1974]
Akohovavy maneno, lozain' ny navoaky ny vavany. [Veyrières 1913 #1750]
Lozain' ny feony ohatra ny akohovavy maneno. [Rinara 1974]
Lozain' ny vavany ohatra ny akohovavy maneno. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Poule qui usurpe le chant du coq : ce chant lui porte malheur. [Veyrières 1913 #1750]
Une poule qui chante montre ce quelle est par son chant. [Houlder 1895 #834]
Fanazavana frantsay Se disait des femmes qui usurpaient les droits des hommes et se faisaient moquer d' elles. [Veyrières 1913 #1750]

Ohabolana159 Akohovavy naneno : lozain’ ny navoaky ny vavany. [Cousins 1871 #68]

Ohabolana160 Akoho voatsitoto alo : maladia kiso. [Samson 1965 #A19]

Ohabolana161 Akondro ambanana antsy : mihatra raha ela. [Rinara 1974]
Akondro ambanan' antsy : mihatra raha ela. [Veyrières 1913 #2581, Cousins 1871 #69]
Dikanteny frantsay Bananier menacé du couteau : il finit par être atteint. [Veyrières 1913 #2581]
Fanazavana frantsay Le malheur finit par atteindre ceux qui le cherchent. [Veyrières 1913 #2581]

Ohabolana162 Akondrobe tra-panala : na velona aza mihohoka. [Rinara 1974]
Akondrobe tra-panala: raha velona aza, mihohoka. [Cousins 1871 #77]
Hoatry ny akondrobe tra-panala : raha velona aza, mihohoka. [Veyrières 1913 #2792]
Dikanteny frantsay Bananier atteint par la gelée : alors même qu' il n' est pas mort, il s' incline. [Veyrières 1913 #2792]
Fanazavana frantsay Se disait des malheurs auxquels on ne peut pas échapper complètement. [Veyrières 1913 #2792]

Ohabolana163 Akondro efa namoa, ka ny sisa no atero zezika fa izy lasan-kiraika. [Rinara 1974]
Akondro efa namoa : ny sisa no atero zezika, fa izy lasan-kiraika. [Veyrières 1913 #1796, Cousins 1871 #70]
Dikanteny frantsay Bananier qui a porté son fruit : fumez les autres, car pour lui, il va s' incliner et périr. [Veyrières 1913 #1796]
Fanazavana frantsay Se disait des vieillards. [Veyrières 1913 #1796]

Ohabolana164 Akondro ela botrelabotrela: izaho no tsy tia, ka hianao no manentsina. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay (Vous êtes) une banane rabougrie: c' est moi qui ne vous aime pas, et c' est vous qui faites semblant d' empêcher notre amitié. [Houlder 1895]

Ohabolana165 Akondro fohatra : miainga omban-janany. [Samson 1965 #A33]

Ohabolana166 Akondro iray fototra ny ambanilanitra : ny mamololona ho raviny, akondro ihany ; ny manondro lanitra ho voany, akondro ihany ; ny miendaka ho raty, akondro ihany ; ny mitsontsorika ho lafiny, akondro ihany. [Veyrières 1913 #271, Cousins 1871]
Akondro iray fototra ny olombelona : ny mamololona ho raviny, akondro ihany; ny manondro lanitra, akondro ihany; ny miendaka ho raty akondro ihany; ny mitsontsorika ho lafiny, akondro ihany. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Le peuple est comme un pied de bananier : ce qui se roule en spirale pour, devenir feuille, c' est du bananier ; ce qui se dresse vers le ciel pour devenir fruit, c' est du bananier ; ce qui se détache pour devenir écorce sèche, c' est du bananier ; ce qui s' incline pour devenir les grappes, c' est du bananier. [Veyrières 1913 #271]
Fanazavana frantsay Le peuple tout entier forme une société bien harmonisée. [Veyrières 1913 #271]

Ohabolana167 Akondro jinjaina hariva : raha tsy malazon' ny andro aza, mantsasaky ny alina. [Veyrières 1913 #2582]
Akondro jinjaina hariva, raha tsy malazon' ny andro aza, matsasaky ny alina. [Rinara 1974 #15]
Akondro jinjana hariva: raha tsy malazon' ny andro aza, mantsasaky ny alina. [Houlder 1895 #141, Cousins 1871 #72]
Ravina nalaina hariva, na tsy malazon' ny andro aza; matsasaky ny alina. [Rinara 1974 #3733]
Dikanteny frantsay Bananier coupé le soir : s' il n'est pas flétri par le soleil du jour, il est jauni et flétri par le froid de la nuit. [Veyrières 1913 #2582]
Un bananier coupé le soir: s' il n' a pas été desséché par la chaleur du jour, il sera gâté par la fraîcheur de la nuit. [Houlder 1895]

Ohabolana168 Akondro, ka raha manondro lanitra iray ihany, fa nony mitsontsorika miditra ankolafiny. [Veyrières 1913 #872]
Dikanteny frantsay Régime de bananes : quand il est droit et vise le ciel, il est encore une unité ; mais quand il s' incline vers la terre, il entre en division de ses sections ou grappes. [Veyrières 1913 #872]
Fanazavana frantsay Ce proverbe qui avait diverses autres applications, se disait de l' homme qui se mariait et faisait souche. [Veyrières 1913 #872]

Ohabolana169 Akondro kely avara-tanàna, ka raha avana manan-tompo. [Houlder 1895]
Akondro kely avara-tanàna: raha ava-manan- tompo. [Rasamuel: Zanakantitra, Cousins 1871, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Petit bananier au nord du village : si son pied est travaillé, c' est qu' il a un maître. [Veyrières 1913 #1555]
Un petit bananier au nord du village, si quelqu' un veut l' arracher, il se trouve avoir un propriétaire. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce n' est rien, et pourtant quelqu' un le réclamera comme sien. [Houlder 1895]
Se disait de la jeune fille pauvre : si elle a des parures c' est quelle est courtisée ; au nord du village les arbres étaient chétifs parce que le parc à boeufs n'était pas de ce côté. [Veyrières 1913]

Ohabolana170 Akondro mahia latsaka an-doha sola : ny mahia manangatra ny matoy. [Samson 1965 #A32]
Akondro mahia latsaka an-doha sola: ñy tsy matoy mañangatra ñy matoy. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Akondro (ny voany) mahia latsaka an-doha sola: ny tanora indray no mamoafady ny antitra. [Houlder 1895]

Ohabolana171 Akondro mahia misy masaka, ka saro--dazaina aman-kavana. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Akondro mahia misy masaka, ka saro--dazaina aman-tompony. [Cousins 1871]
Akondro mahia misy masaka ka saro--dazaina amin-kavana. [Rinara 1974 #17, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza zavatra tsy dia tsaratsaraloatra ka mahasanganehana ny milaza azy amin' ny havana na ny sakaiza. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Bananes maigres dont quelques-unes sont mûres: on ne sait que dire à ses parents. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay On n' ose pas leur en offrir. [Houlder 1895]

Ohabolana172 Akondro masaka ifotony aho : tsinjo maso fa tsy azo hanina, ka jerena ihany. [Rinara 1974 #90]
Akondro masaka ifotony aho : tsinjo maso, fa tsy azonao hohanina, fa jerena ihany. [Veyrières 1913 #1556, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Je suis comme une banane mûre sur pied : les yeux me voient, mais vous ne pouvez pas me manger, il faut vous contenter de me regarder. [Veyrières 1913 #1556]
Fanazavana frantsay Refus d' une jeune fille aux sollicitations d' un jeune homme. [Veyrières 1913 #1556]

Ohabolana173 Akondro masak’ am-bata : samy mamonjy izay laitry nifiny. [Samson 1965 #A31]

Ohabolana174 Akondronay no ho mamoa, ka azonay anaranam-po. [Veyrières 1913 #499, Cousins 1871 #78]
Akondronay no mamoa ka azonay anaranam-po. [Houlder 1895 #1562, Rinara 1974 #92]
Dikanteny frantsay Ce bananier qui porte des fruits est à nous et nous en avons la libre disposition. [Veyrières 1913 #499]
Ce sont nos bananiers qui ont porté des fruits, et nous sommes libres d' en faire ce que nous voulons. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le maître de l' esclave est maître de son enfant, comme de tous ses biens. [Veyrières 1913 #499]
Proverbe souvent cité par des propriétaires qui s' emparaient de ce que leurs esclaves avaient pu amasser en propre. [Houlder 1895]

Ohabolana175 Akondro niadian' ombalahy : herinandro tsy mahafoha tena. [Veyrières 1913 #745, Rinara 1974 #91]
Akondro niadian’ ombilahy : herinandro tsy mahafoha tena. [Cousins 1871 #76]
Dikanteny frantsay Bananier sur lequel se sont battus des taureaux : d' une semaine il ne peut pas se relever. [Veyrières 1913 #745]
Fanazavana frantsay Se disait des petits qui souffraient des querelles des grands, et de tous ceux qui avaient de la peine à se relever après une épreuve. [Veyrières 1913 #745]

Ohabolana176 Akondro takonan-draviny : manafina ny vitan-Janahary. [Samson 1965 #A34]

Ohabolana177 Akora latsaka an-drano : mandiny Zanahary hamelona. [Samson 1965 #A36]

Ohabolana178 Akora nanani-pototra : tapitra ny dia. [Samson 1965 #A35]

Ohabolana179 Akory ilay malaina: asaina miasa lohataona, manao hoe vaky lafika aho; asaina manosy fahavaratra, mararin' ny tazo aho; avela an-tanàna, tsy mahamasa-kanina. [Houlder 1895]
Akory ity ilay malaina : asaina miasa lohataona, milaza ho vaky lafika; asaina manosy fahavaratra, milaza ho mararin' ny tazo; avela an-tanàna tsy mahamasa-kanina. [Rinara 1974 #94]
Dikanteny frantsay Regardez-moi ce paresseux: on veut le faire bêcher au printemps, il dit qu' il a des crevasses aux pieds; on veut le faire piétiner les rizières en été, il prétend avoir la fièvre; on le laisse au village, il ne peut pas même cuire les repas. [Houlder 1895]

Ohabolana180 Akory ity adala miara-monina amin-kendry ! [Veyrières 1913 #2058, Houlder 1895]
Akory ity adala miara-monina amin' ny hendry. [Rinara 1974 #93]
Dikanteny frantsay Qu' est-ce que cet ignorant demeurant avec les sages! [Houlder 1895 #1646]
Qu'est-ce que cet insensé qui est avec les sages ! [Veyrières 1913 #2058]

Ohabolana181 Akory ity ilay malaina no mitarehin-jaza aizana ka mavozon' ny haka-moana mararin' ny tazon' ny fahalainana ary mitarehim-balala maty. [Houlder 1895 #712]
Dikanteny frantsay Regardez-moi ce paresseux qui a l' air d' un petit enfant malade et qui est éreinté de paresse: il est malade de la fièvre de paresse et ressemble à une sauterelle morte. [Houlder 1895]

Ohabolana182 Akory no ny zokiny eroa am--bavahady, fa ny zandriny eroa an-kianja. [Rinara 1974 #95]
Akory no zokiny eroa am--bavahady, ka zandriny eroa an-kianja ? [Veyrières 1913 #3539, Cousins 1871 #79]
Dikanteny frantsay Pourquoi être l' aîné à la porte du village et le cadet sur la place publique ? [Veyrières 1913 #3539]
Fanazavana frantsay Se disait des hommes qui avaient un certain rang mais ne savaient pas porter la parole. [Veyrières 1913 #3539]

Ohabolana183 Ala-ainan’ i Kalo : manoto vary lasaka raika. [Samson 1965 #A37]

Ohabolana184 Ala-faditr’ ilay moana : am-po no mametsivetsy. [Veyrières 1913 #5683, Cousins 1871 #84]
Ala-faditr' ilay moana ; am-po no manisaisa, ta ny am-bava mingonona ihany. [Rinara 1974 #96]
Ala-faditr' ilay moana, ao am-po no mametsovetso. [Rinara 1974 #97]
Ala-faditr' ilay moana, ka ao am-po no manisaisa. [Houlder 1895 #2056]
Ala-faditr' ilay moana : ny vava tsy miloaka, ao am-po mimenomenona. [Veyrières 1913]
Ala-faditr' ilay moana : ny vava tsy miloaka, ao am-po no manisaisa. [Veyrières 1913]
Ala-faditr’ ilay moana : ny vava tsy miloaka, fa ao am-po no manisaisa. [Cousins 1871 #85]
Dikanteny frantsay C' est comme l' exorcisme d' un muet : il reste bouche close, mais dans son coeur, que de murmures. [Veyrières 1913]
C' est comme l'exorcisme d' un muet : sa bouche est muette, mais son coeur parle beaucoup. [Veyrières 1913]
Les exorcismes d' un muet: c' est dans son cœur qu' il les prononce. [Houlder 1895 #2056]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui, par crainte ou par prudence, dévorent en silence les injustices et les sujets de tristesse. [Veyrières 1913 #5684]
Se disait des gens qui se taisent par crainte ou par prudence ; ils se taisent, mais ils n'en pensent pas moins. [Veyrières 1913]

Ohabolana185 Alahasaty angaha no vintana, ka mamosavy. [Veyrières 1913 #63]
Dikanteny frantsay Cet enfant est sans doute né sous le mauvais destin d' Alahasaty : il est sorcier. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Alahasaty était le nom de la cinquième lune de l' année malgache et le nom d'un destin ; les gens qui avaient la réputation d' être sorciers étaient méprisés et redoutés. [Veyrières 1913]

Ohabolana186 Alahelo fararano, ka veri-dian’ ny havokisana. [Cousins 1871 #80, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Chagrins d' automne : ils sont compensés par la bonne chère. [Veyrières 1913 #3093]
Fanazavana frantsay A l' automne il y avait abondance et cette abondance était une compensation dans le chagrin ; ce proverbe se disait des chagrins qui ne sont pas sans consolation. [Veyrières 1913 #3093]

Ohabolana187 Alahelo fararano : na tsy very dian' ny raharaha aza, very dian' ny sakafo betsaka. [Rinara 1974 #99]

Ohabolana188 Alahelom--behivavy, ka ranomaso no fiahina. [Veyrières 1913 #1255, Rinara 1974 #100, Cousins 1871 #81]
Dikanteny frantsay Deuil et chagrin de femme : il ne lui reste que la force de sucer ses larmes. [Veyrières 1913 #1255]
Fanazavana frantsay Ne pas pouvoir répondre ni se venger. [Veyrières 1913 #1255]

Ohabolana189 Alahelon--dehilahy : mampitombo herim-po; alahelom--behivavy : mampitombo ranomaso. [Rinara 1974]

Ohabolana190 Alahelon--dehilahy tsy maharitra hateloana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Manindrahindra ny herimpon-dehilahy izay tsy mba mitanondrika ela amin' ny fahoriana. [Rajemisa 1985]

Ohabolana191 Alain-jaza bodo. [Veyrières 1913]
Alain-jaza tsy miteny. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay C' est comme la part qui revient à un enfant qui ne parle pas encore. [Veyrières 1913 #3383]
Fanazavana frantsay Se disait d' un droit évident contre lequel il n' y a pas à réclamer. [Veyrières 1913 #3383]

Ohabolana192 Alakaosy, ka raha tsy manoto olona manoto tena. [Veyrières 1913 #64]
Dikanteny frantsay L' enfant né au mois d'Alakaosy : sa destinée est de broyer père et mère sur son chemin, ou de se broyer lui-même. [Veyrières 1913 #64]
Fanazavana frantsay Alakaosy était le nom de la neuvième lune malgache, et le nom d' un destin que l' on supposait irrésistible ; les enfants qui naissaient les deux premiers jours de ce mois devaient tuer père et mère, à moins qu' on ne changeât le destin ; de là l'usage ancien de les exposer à la mort. [Veyrières 1913 #64]

Ohabolana193 Alamadamaka ihany, tahaka ny volombava maika hilanona. [Cousins 1871]
Alamadamaka ihany tahaky ny volombava maika hilanona. [Veyrières 1913 #3230]
Alamadamaka ihany toy ny volombavan' ny maika hilanona. [Rinara 1974 #104]
Dikanteny frantsay Nivelé sommairement comme la barbe de celui qui a hâte d' aller aux réjouissances publiques. [Veyrières 1913 #3230]
Fanazavana frantsay Se disait des affaires arrangées à la hâte. [Veyrières 1913 #3230]

Ohabolana194 Ala nenina amy ny ho faty ny fanafody ; alanenina amy ny ho very ny lositra. [Cousins 1871 #86]
Ala nenina amin' ny ho faty ny fanafody. [Rinara 1974 #105]

Ohabolana195 Ala nenina amin' ny ho very ny lositra. [Rinara 1974 #106]

Ohabolana196 Ala nenin' ny mandositra ny hazakazaka mafy. [Rinara 1974 #105, Cousins 1871 #87]

Ohabolana197 Alao henatra, alao tondro-maso, fa havana. [Houlder 1895 #1129, Cousins 1871 #83]
Dikanteny frantsay Ôtez la honte, enlevez l' opprobre, car c' est un parent (ou ami). [Houlder 1895]

Ohabolana198 Alao ho ahy ny tringitringiny, fa izaho no avo indrindra ; aiza koa ho ahy ny vodiny, fa ny taranako no ho tompon' ny farany. [Veyrières 1913 #182]
Dikanteny frantsay Je me réserve la bosse du boeuf, car je suis le plus grand ; et je me réserve la culotte du boeuf, parce que mes descendants seront maîtres de l' avenir. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Paroles proverbiales du roi Ralambo lorsqu'il fit abattre le premier boeuf pour être mangé. [Veyrières 1913]

Ohabolana199 Alao izay ho anao : boka sa tandomerina. [Veyrières 1913 #835]
Dikanteny frantsay Prenez ce qui sera pour vous : lèpre ou urticaire. [Veyrières 1913 #835]
Fanazavana frantsay Il faut être content de son sort et supporter les épreuves. [Veyrières 1913 #835]

Ohabolana200 Alaon' ny andro nampakarana anie aho, fa sady voky no tiam-bady. [Rinara 1974 #107]
Alaon' ny andro nampakarana anie aho : ny hena be, ny fitia nandroso, ka sady Ramatoa aho no Raivo. [Houlder 1895 #1750, Veyrières 1913 #1257]
Alaon' ny andro nampakarana, fa sady voky no tiam-bady. [Veyrières 1913 #1256]
Dikanteny frantsay Dans vos chagrins, rappelez-vous le jour de vos noces : vous étiez rassasiée de nourriture, vous étiez aimée de votre mari. [Veyrières 1913 #1256]
Que ne suis-je encore au jour de mon mariage: il y avait beaucoup de viande, l' affection se développait, et j' étais doublement honorée! [Houlder 1895]
Que ne suis-je encore au jour de mon mariage ! il y avait beaucoup de viande, mon mari m' aimait et j' étais doublement honorée. [Veyrières 1913 #1257]
Fanazavana frantsay Paroles de consolation dites à la femme. [Veyrières 1913 #1256]

Ohabolana201 Ala tsy vaky lay. [Veyrières 1913 #272]
Dikanteny frantsay Une forêt où l' on n' a pas encore dressé de tente. [Veyrières 1913 #272]
Fanazavana frantsay Inhabitée ; forêt vierge. [Veyrières 1913 #272]

Ohabolana202 Ala velona, ala masina, e mba manana. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Forêt vivante, forêt sacrée, puissiez-vous en posséder vous-même. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Réponse faite par ceux qui viennent d' être complimentés pour la naissance de leur enfant. [Veyrières 1913]

Ohabolana203 Aleo adaladala andriana, toy izay adaladala loholona. [Veyrières 1913 #273]
Dikanteny frantsay Un roi insensé est moins à redouter que des chefs insensés. [Veyrières 1913 #273]
Fanazavana frantsay Paroles du roi Andrianampoinimerina pour dire que les sages conseillers rendent le pays heureux et que les mauvais conseillers perdent le royaume. [Veyrières 1913 #273]

Ohabolana204 Aleo adala tena toy izay adala reny anaka. [Houlder 1895]
Aleo adala tena, toy izay adala vady reny anaka. [Veyrières 1913 #2059]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux que ce soit vous qui soyez fou plutôt que votre femme, la mère de vos enfants. [Veyrières 1913 #2059]
Il vaut mieux que ce soit vous qui soyez imbécile, plutôt que votre femme, la mère de vos enfants. [Houlder 1895]

Ohabolana205 Aleo anana ampian-tsetsetra, toy izay matavy arahin-dromoromo. [Rinara 1974 #108]
Aleo sosoa ampian-tsetsetra, toy izay hena matavy ampian-dromoromo. [Cousins 1871 #110, Nicol 1935 #65]
Aleo sosoa ampian-tsetsetra, toy izay matsiro arahin-datsa. [Rinara 1974 #20]
Dikanteny frantsay Mieux vaut le sosoa accompagné de soupirs compatissants que la viande grasse donnée avec mauvaise humeur. [Nicol 1935 #65]

Ohabolana206 Aleo andrasan' olona, toy izay miandry olona. [Rinara 1974 #109]

Ohabolana207 Aleo anenenan' olona toy izay manenina amin' olona. [Houlder 1895 #1112, Veyrières 1913 #6408]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux être regretté des autres que d' avoir des regrets à cause des autres. [Veyrières 1913 #6408]
Il vaut mieux, soi-même, être regretté des autres, plutôt que d' avoir, soi-même, des regrets du fait des autres. [Houlder 1895]

Ohabolana208 Aleo enjehin' ny omby masiaka toy izay enjehin' ny fieritreretana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny hamafin' ny fanjohian' ny eritreritra raha toa ka nisy ratsy nataon' ny tena. [Rajemisa 1985]

Ohabolana209 Aleo eranambatry " manomboa " toy izay ariary zato " aza manombo " . [Veyrières 1913 #698]
Aleo eranambatry mitombo, toy izay ariary tsy miakatra. [Rinara 1974 #110]
Aleo eranambatry mitombo, toy izay ariary tsy mitombo. [Houlder 1895 #763]
Aleo ny eranambatry "manomboa," toy izay ariary "aza manombo". [Veyrières 1913 #4265, Cousins 1871 #109]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux avoir un sou qui augmente (ou rapporte) qu' une piastre qui n' augmente pas (ou ne rapporte rien). [Houlder 1895 #763]
Mieux vaut la soixante-douzième partie d' une piastre bien acquise et qui peut prospérer, que cent piastres mal acquises et chargées de malédictions. [Veyrières 1913 #698]
Mieux vaut la soixante-douzième partie d' une piastre bien acquise et qu' on peut faire fructifier, qu' une piastre entière mal acquise et qu' il est interdit de faire fructifier. [Veyrières 1913 #4265]
Fanazavana frantsay Petite somme bien acquise. Vaut mieux que grands biens mal acquis et auxquels s'attache comme une malédiction. [Veyrières 1913 #4265]
Se disait de ceux qui prenaient injustement le bien d'autrui. [Veyrières 1913 #698]

Ohabolana210 Aleo fahavalo fantatra, toy izay sakaiza manody. [Rinara 1974 #111]
Aleo ny fahavalo miharihary toy izay ny sakaiza manody. [Veyrières 1913 #5323]
Dikanteny frantsay Mieux vaut un franc ennemi qu' un ami perfide. [Veyrières 1913 #5323]

Ohabolana211 Aleo halan' Andriana, toy izay halam-bahoaka. [Houlder 1895 #1414, Veyrières 1913 #274, Rinara 1974 #112, Cousins 1871 #88]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux être haï par le souverain, que d' être haï par le peuple. [Houlder 1895]
Mieux vaut être détesté du souverain que du peuple. [Veyrières 1913 #274]
Fanazavana frantsay Celui qui est détesté du peuple a tout le monde contre lui ; on disait ce proverbe à ceux qui ne s'entendaient pas avec leurs voisins. [Veyrières 1913 #274]
Parce que, si on est haï par le peuple, il n' y a plus personne pour intercéder auprès du souverain. [Houlder 1895]

Ohabolana212 Aleo halañi ty ampanjaka teñe ty ho halañi ty fokonolo. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux être haï par le souverain que d'être haï par le peuple. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana213 Aleo ho faty ampitso, toy izay ho faty anio. [Houlder 1895 #2099, Cousins 1871 #89]
Aleo maty rahampitso, toy izay maty anio. [Rinara 1974 #128]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux mourir demain qu' aujourd' hui. [Houlder 1895 #2099]

Ohabolana214 Aleo homam--boatavo mahamay sa aleo adala havana? [Veyrières 1913 #1050]
Dikanteny frantsay Lequel est préférable : manger une citrouille brûlante ou avoir des parents insensés? [Veyrières 1913 #1050]
Fanazavana frantsay Se disait des parents qui créaient des ennuis par leur conduite. [Veyrières 1913 #1050]

Ohabolana215 Aleo irin' olona toy izay maniry olona. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Matoa irin' olona ny tena, manana ny tsara sy ny ampy, fa ny maniry na mitsiriritra olona kosa dia mitory fa latsa-danja noho izy ny tena. [Rajemisa 1985]

Ohabolana216 Aleo joko mihasolanga, toy izay solanga mihajoko. [Cousins 1871 #90, Nicol 1935 #249]
Dikanteny frantsay Mieux vaut pour un homme voûté d’avoir à se redresser, que pour un homme droit de devoir se voûter. [Nicol 1935 #249]

Ohabolana217 Aleo kely fanahy sitrak' olona, toy izay be fanahy maty foana. [Houlder 1895 #1624]
Aleo kely fanahy sitrak' olona, toy izay be fanahy maty maina. [Rinara 1974 #114]
Tsara ny kely fanahy sitrak’ olona, fa ratsy ny be fanahy maty foana. [Rinara 1974 #4407, Cousins 1871 #3285]
Dikanteny frantsay Mieux vaut n' être pas trop malin mais aimé, que d' avoir trop d' esprit et en souffrir. [Houlder 1895]

Ohabolana218 Aleoko hovalahy malaza toy izay andriandahy malahelo. [Veyrières 1913 #467]
Dikanteny frantsay J' aime mieux être Hova ou homme libre dans la prospérité que noble dans la misère. [Veyrières 1913 #467]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait l' amour pour les richesses. [Veyrières 1913 #467]

Ohabolana219 Aleo lahy adala zanaka lahimatoa toy izay adala loholona. [Veyrières 1913 #275]
Dikanteny frantsay Mieux vaut un fils aîné insensé que des chefs insensés. [Veyrières 1913 #275]
Fanazavana frantsay Paroles du roi Andrianampoinimerina : un fils aîné insensé peut être rejeté, tandis que des chefs insensés conduisent le royaume à la ruine. [Veyrières 1913 #275]

Ohabolana220 Aleo lozabe ahombiazana toy izay malemy tsy azo. [Houlder 1895 #379, Veyrières 1913 #6337, Rinara 1974 #115]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux un méchant qui entend raison qu'un doux qui s'obstine. [Veyrières 1913 #6337]
Mieux vaut un méchant (ou cruel) qui sait entendre raison, qu' un faible qui ne veut rien savoir. [Houlder 1895]

Ohabolana221 Aleo mahantra an-tanindrazana, toy izay malahelo any an-tanin' olona. [Rinara 1974 #116]

Ohabolana222 Aleo mahantra arin' ny azy, toy izay manan-karem-boafady. [Rinara 1974]

Ohabolana223 Aleo mahia mahatratra, toy izay matavy malim-bolo. [Cousins 1871 #93]
Aleo mahia mahatratra toy izay matavy mialim-bolo. [Veyrières 1913 #2273, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Mieux vaut un maigre secourable qu' un gras qui reste enfermé chez lui. [Veyrières 1913 #2273]
Fanazavana frantsay Un pauvre secou-rable vaut mieux qu'un riche avare et égoïste. [Veyrières 1913 #2273]

Ohabolana224 Aleo mahia ondry andrasana, toy izay mahia olom-pehezina. [Cousins 1871 #94, Nicol 1935 #250]
Dikanteny frantsay Mieux vaut garder des brebis maigres que d’avoir à son service des hommes décharnés. [Nicol 1935 #250]

Ohabolana225 Aleo malahelo arin' ny azy toy izay manan-karem-boafady. [Veyrières 1913 #2480]
Aleo malahelo arin’ ny azy, toy izay mpanan-karem-boa fady. [Cousins 1871 #92]
Dikanteny frantsay Mieux vaut un pauvre qui se suffit à lui-même qu' un riche ruiné. [Veyrières 1913 #2480]

Ohabolana226 Aleo malaza ho sarotra, toy izay hitondra alahelo mody. [Veyrières 1913 #5643, Cousins 1871 #91]
Aleo malaza ho sarotra, toy izay mitondra alahelo mody. [Rinara 1974 #120]
Dikanteny frantsay Mieux vaut emporter la réputation d' un homme difficile et bourru que de rapporter chez soi le malheur. [Veyrières 1913 #5643]

Ohabolana227 Aleo mamonjy aina, hanaiky na handositra, fa manao vy manidina Andriamanelo. [Veyrières 1913 #63]
Dikanteny frantsay Mieux vaut sauver sa vie : il faut se soumettre ou s' enfuir, car Andriamanelo fabrique du fer volant. [Veyrières 1913 #63]
Fanazavana frantsay Ces paroles furent dites par les Vazimba, premiers habitants du pays, lorsqu Andriamanelo, inventeur des sagaies en fer, s' empara de la contrée ; les Malgaches conservèrent du respect pour les Vazimba et offrirent des sacrifices à leurs mânes. [Veyrières 1913 #63]

Ohabolana228 Aleo mandao ny harena, toy izay ilaozany. [Veyrières 1913 #2164]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux laisser les richesses que d' être abandonné par elles. [Veyrières 1913 #2164]
Fanazavana frantsay Le sens est qu' il faut les conserver jusqu' à la mort. [Veyrières 1913 #2164]

Ohabolana229 Aleo mandà tsy handeha toy izay hanaiky tsy ho lasa. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Aleo mandà tsy handeha, toy izay manaiky tsy ho lasa. [Cousins 1871 #95, Nicol 1935 #75, Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Tsy tokony hanaikinaiky foana, nefa hamitaka nony avy eo. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux refuser d' aller que d' y consentir et ne pas le faire. [Houlder 1895]
Mieux vaut refuser de marcher, que dire oui et ne pas s’exécuter. [Nicol 1935 #75]

Ohabolana230 Aleo mandroso ho faty, toy izay miverin-ko may. [Cousins 1871 #96, Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Mieux vaut marcher à la mort que de s’exposer par la fuite à être brûlé vif. [Nicol 1935 #28]

Ohabolana231 Aleo manenin-draha teo, toy izay manenin-draha lasa. [Veyrières 1913 #6409, Rinara 1974 #123, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux prévenir le remords, que de le subir ensuite. [Veyrières 1913 #6409]
Il vaut mieux se repentir avant qu' après. [Houlder 1895]

Ohabolana232 Aleo manontanintany foana hihomehezany, toy izay hanaonao foana hotezerany. [Cousins 1871 #97]
Aleo manontanitany foana hihomehezana, toy izay hanaonao foana hotezerana. [Nicol 1935 #251]
Dikanteny frantsay Mieux vaut provoquer le rire par des questions naïves, que de provoquer la colère par des actions irréfléchies. [Nicol 1935 #251]

Ohabolana233 Aleo maty hafoy toy izay velon-kijaly. [Veyrières 1913 #2838, Cousins 1871 #99, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Mieux vaut mourir et être enterré que de vivre pour souffrir. [Veyrières 1913 #2838]

Ohabolana234 Aleo maty olo-malaina, toy izay vaky vilany an' efitra. [Houlder 1895 #701, Rinara 1974 #127]
Aleo maty olo-malaina toy izay vaky vilany mianefitra. [Cousins 1871 #100, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fa latsa-bidy noho ny vilany ny olona kamo. [Rajemisa 1985]
Enti-milaza ny fahatsinontsinon' ny olo-malaina, kamo (ny fahafatesany dia tsy mitondra fahavoazana firy miolotra amin' ny fahavakisam-bilany any an' efitra, izay mafy tokoa satria tsy ahitana na inona na inona horaisina hahandroan-kanina any. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux laisser mourir un serviteur paresseux plutôt que de casser une marmite quand on est en voyage dans un désert, - où on ne peut s' en procurer une autre. [Houlder 1895]

Ohabolana235 Aleo maty reniomby mahia, toy izay resy tohika. [Rinara 1974 #129]
Aleo maty reniomby toy izay ho resy tohika. [Rajemisa 1985]
Aleo maty reniomby, toy izay resy tohika. [Veyrières 1913 #6338, Cousins 1871 #101]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny olona be didoha tafaohatra ka aleony iharam-patiantoka bevava toy izay ho resy lahatra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux perdre une vache que de céder quand on s' est entêté. [Houlder 1895]
L' obstiné est semblable à celui qui aime mieux perdre sa vache plutôt que céder. [Veyrières 1913 #6338]

Ohabolana236 Aleo maty toy izay menatra. [Houlder 1895 #1122]
Aleo maty toy izay menatra olona. [Cousins 1871 #102, Nicol 1935 #100]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux mourir que d' être un objet de honte. [Houlder 1895 #1122]
Mieux vaut la mort que le déshonneur. [Nicol 1935 #100]

Ohabolana237 Aleo matoky tapany, toy izay mangovitra erany. [Houlder 1895 #977, Cousins 1871 #98]
Aleo matoky tapany, toy izay mangovitr' erany. [Veyrières 1913 #2684, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux se fier un peu que trembler tout à fait. [Houlder 1895]
Mieux vaut être sûr d' une moitié que de trembler pour le tout. [Veyrières 1913 #2684]
Fanazavana frantsay Proverbe analogue au français : un tiens vaut mieux que deux tu auras. [Veyrières 1913 #2684]

Ohabolana238 Aleo meloka amin' ny olombelona toy izay meloka amin' Andriamanitra. [Veyrières 1913 #1, Rinara 1974]
Aleo meloka amin’ olombelona, toy izay meloka amin’ Andriamanitra. [Cousins 1871 #103, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux être coupable aux yeux des hommes qu'aux yeux de Dieu. [Veyrières 1913 #1]
Il vaut mieux être coupable envers les hommes que d' être coupable envers Dieu. [Houlder 1895 #20]

Ohabolana239 Aleo miadan-ko reniny, toy izay mitsaraingon-ko vantony. [Houlder 1895 #1250, Veyrières 1913 #4716, Cousins 1871 #104, Rajemisa 1985]
Aleo miadan-ko reniny, toy izay mitsatsaingoka ho vantony. [Rinara 1974 #132]
Fanazavana malagasy Ilazana ny fihetsiky ny tanora raha vao mahita zavatra: tsy mba mandinika firy na milamina toy ny zokiolona. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux aller lentement et prendre de la taille (litt. être une vache), que de se presser et rester chétif (litt. n' être qu' une génisse). [Houlder 1895]
Il vaut mieux avoir la gravité de la poule que la légèreté frivole du poulet. [Veyrières 1913 #4716]
Fanazavana frantsay Se disait des paroles bien pesées, et aussi de la dignité de la conduite. [Veyrières 1913 #4716]

Ohabolana240 Aleo miady toy izay mankany Ankaratra tsy misy olona. [Houlder 1895]
Ankaratra tsy misy monina ka aleo miady. [Rinara 1974]
Ankaratra tsy misy olona, ka aleo miady. [Veyrières 1913 #410, Cousins 1871 #238, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux se battre que de s' en aller dans l' Ankaratra où il n' y a personne. [Houlder 1895]
Mieux vaut aller guerroyer dans l' Ankaratra contre des ennemis qui évacuent leurs positions, que de déserter pour être ensuite brûlé vif. [Veyrières 1913 #410]
Fanazavana frantsay Encore un autre proverbe montrant la sociabilité des Malgaches, qui préfèrent avoir de mauvais voisins plutôt que de ne pas en avoir du tout. [Houlder 1895]
L'Ankaratra est inhabité : mieux vaut aller combattre. [Veyrières 1913 #410]

Ohabolana241 Aleo midon-ko ariary, toy izay mitsangan-ko eranambatry. [Rinara 1974 #135, Cousins 1871 #107]
Aleo mitsangan-ko eranambatry toy izay midon-ko ariary. [Houlder 1895 #764, Veyrières 1913 #4264]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux s' élever jusqu' à un sou que de s' abaisser jusqu' à une piastre. [Houlder 1895]
Il vaut mieux un petit bien qui croîtra, qu' une piastre qui reste stationnaire, parce qu' elle est mal acquise et qu' il est interdit de la faire fructifier. [Veyrières 1913 #4264]
Fanazavana frantsay C. à. d. il vaut mieux partir de bas et s' élever, même doucement, que d' être riche d' abord pour s' appauvrir de plus en plus. [Houlder 1895]
Petit bien dont l' origine est bonne, vaut mieux que grand bien, mal acquis. [Veyrières 1913 #4264]

Ohabolana242 Aleo mifanena amy ny mpamosavy, toy izay mifanena amy ny mpandainga. [Cousins 1871 #105]
Aleo mifanena amin’ ny mpamosavy, toy izay mifanena amin’ ny mpandainga. [Nicol 1935 #136]
Dikanteny frantsay Mieux vaut rencontrer un semeur de maléfices qu’un menteur. [Nicol 1935 #136]

Ohabolana243 Aleo mitomoe-mandina, toa laferana, toy izay hitsangan-ko mavo, toa ranjo. [Cousins 1871]
Aleo mitomoe-mandina toa leferana, toy izay mitsangan-ko mavo toa ranjo. [Rinara 1974 #134]

Ohabolana244 Aleo mitsimozimozy mamaha, toy izay mitsimozimozy misambotra. [Rinara 1974 #136]
Aleo mitsimozimozy mamaha toy izay mitsimozimozy mitady. [Veyrières 1913 #2165, Cousins 1871 #108]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux être lent à délier la bourse que lent à faire fortune. [Veyrières 1913 #2165]

Ohabolana245 Aleo mpanjato anilan' ny havana, toy izay mpanarivo tsy atrehin' olon-tiana. [Rinara 1974 #18]

Ohabolana246 Aleo ny andriana lozabe toy izay andriana malemy fanahy. [Veyrières 1913 #183]
Aleo ny andriana lozabe toy izay andriana rainazy. [Veyrières 1913 #183]
Dikanteny frantsay Mieux vaut un souverain sévère qu' un souverain trop débonnaire. [Veyrières 1913 #183]

Ohabolana247 Aleo ny iray tampo tsy tiana, toy izay ny fati-dra. [Veyrières 1913 #143]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux un frère issu du même sein qu'un frère de sang, alors même qu' on ne l'aimerait pas. [Veyrières 1913 #143]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait la force du lien entre parents ; l' alliance par le serment du sang était sacrée, cependant elle n'était rien à côté du lien de parenté. [Veyrières 1913 #143]

Ohabolana248 Aleo ratsy tarehy ka tsara fanahy, toy izay tsara tarehy ka ratsy fanahy. [Houlder 1895 #93]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux être laid et bon, que d' être beau et méchant. [Houlder 1895]

Ohabolana249 Aleo ratsy tarehy manam-panahy handalana, toy izay tarehy soa tsy ampy fiaina. [Rinara 1974 #19]

Ohabolana250 Aleo toje pañosave teñi ty toje pavande. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Mieux vaut rencontrer un sorcier qu'un menteur. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana251 Aleo tsaroan-tsy enina, toy izay voky tsy tsaroana. [Rinara 1974 #140, Cousins 1871 #111]

Ohabolana252 Aleo tsy tiam-bady toy izay tay tian-drafozana. [Houlder 1895 #1846]
Aleo tsy tiam-bady toy izay tsy tian-drafozana. [Veyrières 1913 #1435, Rinara 1974 #141, Cousins 1871 #112]
Dikanteny frantsay Il faut mieux ne pas être aimé de sa femme, que de ne pas l' être par ses beaux-parents. [Houlder 1895]
Mieux vaut ne pas être aimé de son épouse que de ne pas l' être des beaux-parents. [Veyrières 1913 #1435]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait l'autorité et l'influence des beaux-parents. [Veyrières 1913 #1435]

Ohabolana253 Aleo vandana imaso, toy izay vandana ivoho. [Houlder 1895 #483, Rinara 1974 #142, Cousins 1871 #113]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux être tacheté en face que par derrière. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il vaut mieux refuser en face que par derrière. [Houlder 1895]

Ohabolana254 Aleo vandan’ imaso toy izay vanda-miambo ! fa ny teny imaso tsy mba kilema. [Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Mieux vaut refuser en face que par derrière, car une parole franche ne mérite, pas de reproche. [Nicol 1935 #483]

Ohabolana255 Aleo very tsikalakalam--bola toy izay very tsikalakalam--pihavanana. [Veyrières 1913 #4103, Rajemisa 1985]
Aleo very tsikalakalan--karena, toy izay very tsikalakalam--pihavanana. [Houlder 1895 #171, Cousins 1871 #114]
Fanazavana malagasy Aleo very vola toy izay tapaka fihavanana; nentin' ny Ntaolo hilazana fa ny fihavanana dia zavatra sarobidy miohatra noho ny vola. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Il vaut mieux perdre son argent que de perdre les usages et les détails qui maintiennent et fortifient l'union et l' amitié. [Veyrières 1913 #4103]
Il vaut mieux que ce soit la bourse qui souffre un peu, plutôt que les amitiés. [Houlder 1895]

Ohabolana256 Aleo volo hala ataon--drafy, toy izay fifoloana ataon-kavana. [Rinara 1974]

Ohabolana257 Alika manerona ka miaro ny tsy ho an' ny tenany. [Rinara 1974 #145]
Alika manerona: miaro ny tsy ho any ny tena. [Cousins 1871 #115]
Alika manerona: miaro ny tsy ho an' ny tena. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza izay rehetra miaro zavatra na fananan' olona: tsy azy akory ilay zavatra dia maha-saropiaro azy. [Rajemisa 1985]

Ohabolana258 Alikam-balilahe tsy torahe. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay On ne lance pas des pierres au chien du beau-frère. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana259 Alinjinery ka any an-katony no amantarana azy. [Rinara 1974 #146, Houlder 1895]
Alinjinery : ny hatony no amantarana azy. [Veyrières 1913 #1605, Cousins 1871 #116]
Dikanteny frantsay Les porteurs de la reine, c' est en regardant leur nuque qu' on les reconnaît. [Houlder 1895]
Porteurs de paquets : on les reconnaît à leur nuque. [Veyrières 1913 #1605]
Fanazavana frantsay Il parait qu'ils avaient un signe distinctif sur leurs vêtements derrière. [Houlder 1895 #1280]
Il s' agit des gens habitués à porter des fardeaux sur la tête ; il se formait un bourrelet au-dessous du cou. [Veyrières 1913 #1605]

Ohabolana260 Aliñ'olo fivaliañe tsy ilira añateñe. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay N'entrez pas dans la querelle des époux. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana261 Aloalon' olona tsy manam-pototra : tsy Imamo tsy Imerina. [Veyrières 1913 #2481]
Dikanteny frantsay Gens de rien et de nulle part : ni de l'Imamo ni de l'Imerina. [Veyrières 1913 #2481]
Fanazavana frantsay Se disait des gens sans feu ni lieu. [Veyrières 1913 #2481]

Ohabolana262 Aloalon-tany aman-danitra. [Veyrières 1913 #184]
Dikanteny frantsay Messagers ou intermédiaires entre le ciel et la terre. [Veyrières 1913 #184]
Fanazavana frantsay Les Malgaches appelaient de ce nom les messagers ou intermédiaires entre le souverain et le peuple. [Veyrières 1913 #184]

Ohabolana263 Alohantsika ny fahavalo, aoriantsika ny fahafatesana. [Veyrières 1913 #406]
Dikanteny frantsay Devant nous l' ennemi, derrière nous la mort. [Veyrières 1913 #406]
Fanazavana frantsay Les fuyards étaient brûlés vifs d'après une loi portée par Radama I à Sahafa près d' Ambohimanga alors que toute l'armée y était réunie ; une pierre élevée à Sahafa commémore cette loi ; jusque-là les fuyards pouvaient être réduits en esclavage avec leur famille, et leurs biens confisqués. [Veyrières 1913 #406]

Ohabolana264 Aloka avivitra. [Veyrières 1913 #803]
Dikanteny frantsay Un protecteur vient à faire défaut : c' est l' ombre sous laquelle on s' abritait qui s' évanouit. [Veyrières 1913 #803]

Ohabolana265 Aloke anjefa ka tsy tamane ho ñ'an-teña. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Ombre à l'ouest, on n'espère pas que c'est pour soi. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana266 Alozy ny teny : aza manao lapa marivo. [Veyrières 1913 #276]
Aza atao lapa marivo fa alozy ny teny. [Rinara 1974 #407]
Dikanteny frantsay Faites passer les affaires par la filière ; n' enjambez pas les degrés pour aller tout droit au souverain, sans passer par les intermédiaires. [Veyrières 1913 #276]
Fanazavana frantsay Maxime du roi Andrianampoinimerina. [Veyrières 1913 #276]

Ohabolana267 Amalom-balana : am-bodiny ny masony. [Samson 1965 #A39]

Ohabolana268 Amalom-boasira, ka tsy misy tsiny intsony. [Veyrières 1913 #5494, Cousins 1871 #117]
Amalom-boasira ka tsy misy tsininy intsony. [Rinara 1974 #147]
Dikanteny frantsay Donnez de l' anguille salée, et il n' y a plus de défauts. [Veyrières 1913 #5494]
Fanazavana frantsay Les cadeaux couvrent des défauts. [Veyrières 1913 #5494]

Ohabolana269 Amalona an-drano ny olombelona, ka be siasia. [Rajemisa 1985]
Amalona ka be siasia amin-drano. [Rinara 1974 #148]
Ny olombelona toy ny amalona aman-drano, ka be siasia. [Veyrières 1913 #2740, Rinara 1974 #3176, Cousins 1871 #2367]
Fanazavana malagasy Tsy maharitra ary miovaova ny olombelona, toy ny amalona ao anaty rano mitsoriaka atsy mitsoriaka aroa. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Les hommes changent facilement et errent çà et là, comme les anguilles dans l' eau. [Veyrières 1913 #2740]
Fanazavana frantsay L'homme est inconstant ; ce proverbe se disait surtout de ceux qui dévient du droit chemin et tombent dans une faute. [Veyrières 1913 #2740]

Ohabolana270 Amalo nampantsakan-jano, tsy mimpole. [Poirot & Santio: Vezo]
Amalo : nampantsakañe mila lala hombañe. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay L'anguille : on l'envoie chercher de l'eau, elle cherche un chemin par où passer. [Poirot & Santio: Vezo]
L'anguille qu' on a envoyé chercher de l'eau, ne revient pas. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana271 Amalona tompon' ny rano hianao, izaho railovy tompon' ny ala, ka samia mahari-monina. [Rinara 1974 #149]

Ohabolana272 Amalona tsy azo, ohatra ny fe; bonga tsy hita, ohatra ny loza. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Une anguille que l' on n' a pas prise est grosse comme la cuisse; un monticule que l' on n' a pas vu est colossal. [Houlder 1895 #460]

Ohabolana273 Amalona zatra rano. [Veyrières 1913 #1606]
Dikanteny frantsay Nous sommes comme l' anguille qui reste dans l' eau. [Veyrières 1913 #1606]
Fanazavana frantsay Nous sommes habitués, nous sommes sans crainte. [Veyrières 1913 #1606]

Ohabolana274 Amalon' Imoriandro aho, ka tsy hain-jaza tsy haim-behivavy. [Houlder 1895 #1661]
Amalon’ Imoriandro io: tsy hain-jaza, tsy haim-behivavy (fa izaho no mahay azy). [Veyrières 1913 #3231, Cousins 1871 #118]
Amalon' Imoriandro : Sady tsy hain' ankizy no tsy haim-behivavy. [Rinara 1974 #150]
Amalon' Imoriandro: tsy hain-jaza tsy haim-behivavy. [Rajemisa 1985]
Amalon' Imoriandro : tsy hain-jaza, tsy haim-behivavy, fa ny tompony no mahay azy. [Veyrières 1913 #6339]
Fanazavana malagasy Enti-milaza toe-draharaha sarotra tsy hain' ny sarambabe halana olana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Anguilles des marais d' Imoriandro : femmes et enfants n' y peuvent rien, il n' y a que leurs maîtres qui en viennent à bout. [Veyrières 1913 #6339]
C' est l' anguille d' Imoriandro : les enfants ne savent pas la prendre, les femmes ne la connaissent pas, mais moi je connais le moyen. [Veyrières 1913]
Je suis une anguille d' Imoriandro, ni les enfants ni les femmes ne viennent à bout de moi. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les anguilles d' Imoriandro étaient réputées très difficiles à prendre ; ce proverbe était dit, des affaires très difficiles, par les gens qui prétendaients les débrouiller. [Veyrières 1913 #3231]
Se disait des obstinés. [Veyrières 1913 #6339]

Ohabolana275 Amalon-tsy azo, ohatra ny fe. [Rinara 1974 #151]

Ohabolana276 Amaraina hamono aomby, iniany miady voro-tanty. [Samson 1965 #A38]

Ohabolana277 Ambadiky ny faty ny harena. [Samson 1965 #A41]

Ohabolana278 Ambany maso tsy voajery. [Veyrières 1913 #610]
Dikanteny frantsay On ne regarde pas ceux qui sont sous les yeux. [Veyrières 1913 #610]
Fanazavana frantsay On laisse les petits pour ne considérer que les grands ; se disait aussi de ceux qui délaissent leurs parents pour s'occuper d'étrangers à la famille. [Veyrières 1913 #610]

Ohabolana279 Ambany saoky ny hendry. [Veyrières 1913 #2942]
Dikanteny frantsay Sous le menton des sages, on devient sage. [Veyrières 1913 #2942]
Fanazavana frantsay À fréquenter les sages, on devient sage. [Veyrières 1913 #2942]

Ohabolana280 Ambanivohitra mitafy zandiana, ka jenitra alohan' ny lakaolina. [Rinara 1974]
Ambanivohitra mitafy zandiana, ka jenitra alohan' ny lakoly. [Veyrières 1913 #2418]
Ambanivohitra mitafy zandiana, ka jenitra alohan' ny lakolina. [Houlder 1895 #1301]
Dikanteny frantsay Campagnarde vêtue d' indienne : elle a plus de prétentions que les suivantes de la reine. [Veyrières 1913 #2418]
Une campagnarde revêtue d' indienne: elle est plus prétentieuse que les suivantes de la reine. [Houlder 1895]

Ohabolana281 Amban-tsy zaka. [Veyrières 1913 #2583]
Dikanteny frantsay Appréhensions d' un grand malheur dont on se sent menacé. [Veyrières 1913 #2583]

Ohabolana282 Ambarivatry an-tani-mena : mavomavo ihany, fa tian’ ny landy. [Cousins 1871]
Ambarivatry an-tani-mena : raha tsy tianao aho, tian’ ny landy. [Cousins 1871 #120]
Amberivatry an-tanimena : mavomavo ihany, fa tian-dandy. [Veyrières 1913 #1258]
Amberivatry an-tanimena : mavomavo ihany, fa tian' ny landy. [Veyrières 1913 #1258]
Amberivatry an-tanimena, na tsy tianao aza tian' ny landy. [Rinara 1974 #153]
Amberivatry an-tanimena : raha tsy tianao, tian' ny landy. [Veyrières 1913 #1259, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ambrevade qui pousse en terre rouge : il n' a pas bel extérieur, mais les vers à soie l' aiment et en font leur nourriture. [Veyrières 1913 #1258]
Je suis comme l'ambrevade qui pousse en terre rouge : si vous ne m' aimez pas, les vers à soie m' aiment. [Veyrières 1913 #1259]
L' amitié est comme la soie: elle sert à envelopper les morts, à habiller les vivants, et quand un fil est trop mince, le doigt le suit. En filant, pour l' épaissir; il faut fortifier l' amitié. De l' ambrevade sur un sol rouge: quand même vous n' en voulez pas, le ver à soie s' en contente. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay L' ambrevade est un petit arbuste dont on mange les grains dans certaines parties de Madagascar; on le cultive aussi pour ses feuilles qui servent à la nourriture du ver à soie. [Houlder 1895]
Les personnes d' un extérieur moins agréable peuvent trouver à se marier si elles ont des qualités. [Veyrières 1913 #1259]
Se disait des personnes laides qui trouvaient à se marier à cause de leurs autres qualités. [Veyrières 1913 #1258]

Ohabolana283 Ambarivatry : antitra vao mikorinteana. [Cousins 1871 #121]
Ambarivatry ka antitra vao mikorintsana. [Rinara 1974 #154]
Amberivatry : antitra vao mikorintsana. [Veyrières 1913 #1797]
Dikanteny frantsay Plante qu' on nomme ambrevade : c' est quand elle est vieille qu' elle résonne. [Veyrières 1913 #1797]
Fanazavana frantsay Allusion aux gousses qui font du bruit ; ce proverbe se disait des vieillards grondeurs, mais aussi des vieillards intrépides. [Veyrières 1913 #1797]

Ohabolana284 Ambarivatry mitaina ny tenany. [Rinara 1974 #155]

Ohabolana285 Ambarivatry nafafy amy ny tany: tsy very, fa miverina amin’ izay nangalany azy. [Cousins 1871 #122]
Ambarivatry nafafy amin' ny tany : tsy very, fa miverina amin' izay nangalana azy. [Rinara 1974 #17]
Amberivatry nafafy amin' ny tany : tsy very, fa miverina amin' izay nangalany azy. [Veyrières 1913 #2166]
Fanazavana frantsay Ambrevades semées en terre : elles ne sont pas perdues, elles reviennent à l' endroit où on les a prises. [Veyrières 1913 #2166]

Ohabolana286 Am-bato kely vava. [Veyrières 1913 #2274]
Dikanteny frantsay Qui est entre les mains d' un avare est semblable à ce qui, tombé par une petite ouverture, ne sort plus que difficilement. [Veyrières 1913 #2274]

Ohabolana287 Ambatsilahy voa arato : sady maro saoka, maro saohina. [Samson 1965 #A40]
Ambatsy lahy voa harato: sady maro saoka, maro saohina. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Ambatsy lahy voa harato: sady maro mifaoka no maro faohina. [Houlder 1895]

Ohabolana288 Am-bava homana, am-po mieritra. [Veyrières 1913 #4717]
Dikanteny frantsay Sa bouche mange, mais tandis qu' il mange, il réfléchit. [Veyrières 1913 #4717]
Fanazavana frantsay Par exemple, il pense que son boeuf est mort; le sens est qu'il faut réfléchir. [Veyrières 1913]

Ohabolana289 Am--bavany, malefaka; am-pony, tsy tia. [Cousins 1871 #123, Nicol 1935 #195]
Dikanteny frantsay Aimable en paroles alors que le cœur n’aime pas. [Nicol 1935 #195]

Ohabolana290 Am-bava tsy ratsy. [Veyrières 1913 #4718]
Dikanteny frantsay Il n' est pas méchant en paroles. [Veyrières 1913 #4718]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui cachent leur jeu sous de bonnes paroles. [Veyrières 1913 #4718]

Ohabolana291 Ambiaty niakaram-bitsika : hondrahondrany foana, fa ny aty efa lany. [Veyrières 1913 #2419]
Ambiaty niakaram-bitsika : hondrahondrany foana, fa ny tenany be efa haroka. [Veyrières 1913 #2419, Cousins 1871 #124]
Ambiaty niakaram-bitsika: hondrahondrany foana ny raviny, fa ny tenany be efa haroka. [Houlder 1895]
Ambiaty noladinim-bitsika, ka hondrahondrany foana fa ny tenany be efa haroka. [Rinara 1974 #19]
Dikanteny frantsay Arbuste ambiaty envahi par les fourmis : il lui reste encore l' écorce et les feuilles comme semblant de vie, mais il n' a plus de moelle. [Veyrières 1913 #2419]
Un buisson d' "ambiaty" (arbuste) sur lequel les fourmis sont montées; les feuilles s' agitent encore, mais l' intérieur (des tiges) est creux (ou percé). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des riches ruinés qui ne changent encore rien à leur extérieur. [Veyrières 1913 #2419]

Ohabolana292 Ambin’ aombim--bazaha : ny isany tsy ho latsaka. [Samson 1965 #A42]

Ohabolana293 Amboa ananam-be tsy ananan-daza, tsy ananana mahafa-baraka. [Veyrières 1913 #2341]
Dikanteny frantsay Avoir beaucoup de chiens ne rend pas célèbre, n' en plus avoir rend confus. [Veyrières 1913 #2341]
Fanazavana frantsay Se disait des héritiers dissipateurs à qui il ne reste rien, pas même un chien mort. [Veyrières 1913 #2341]

Ohabolana294 Amboabe miandry varavarana: tsy vitan-dranom-bary, fa notsipazan-taolana. [Veyrières 1913 #699, Cousins 1871 #132]
Amboabe miandry varavarana : tsy vitan' izay ranom-bary, fa notsipazan-taolana koa. [Rinara 1974 #20]
Dikanteny frantsay Gros chien qui monte la garde à la porte : il ne se contente pas d' eau de riz, on lui jette des os. [Veyrières 1913 #699]
Fanazavana frantsay Se disait des exigences des grands, et aussi de celles des créanciers. [Veyrières 1913 #699]

Ohabolana295 Amboadia mitafy hodi-janak' ondry : ny tenany no takona, fa ny toetrany tsy miova. [Rinara 1974 #160]

Ohabolana296 Amboa fola-tanana : fangalàna ny zanany. [Samson 1965 #A53]

Ohabolana297 Amboa homana ondry, ka ny aina no manefa. [Veyrières 1913 #4268]
Amboa homana ondry, ka ny fo no manefa. [Abinal 1888, Rajemisa 1985]
Amboa homan' ondry, ka ny aina no manefa. [Rinara 1974 #161]
Amboa nangalatra ondry, ka ny fo no manefa. [Houlder 1895]
Amboa nangalatra ondry: ny fo no manefa. [Veyrières 1913 #4268, Cousins 1871 #126]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny mpangalatra izay tsy maintsy manonitra arakaraka ny zavatra nangalariny. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Chien qui est pris, mangeant une brebis, la paie de sa vie. [Veyrières 1913 #4268]
Un chien qui a volé un mouton, il le paiera de sa vie. [Houlder 1895]
Un chien qui est pris, mangeant une brebis, la paie de sa vie. [Abinal 1888]
Fanazavana frantsay Quand un voleur est pris sur le fait, il est mis à mort. [Abinal 1888]
S' appliquait à celui qui s' était rendu coupable d' un crime entraînant la peine de mort. [Houlder 1895]
Se disait des voleurs pris en flagrant délit de vol, entraînant la peine capitale ; ils étaient mis à mort sans autre forme de procès. [Veyrières 1913 #4268]

Ohabolana298 Amboa kely mitsaba--dronono. [Veyrières 1913 #4266]
Dikanteny frantsay Petit chien qui met son museau dans le lait qui n' était pour lui. [Veyrières 1913 #4266]
Fanazavana frantsay Se disait des gens de la maison qui volent le maître. [Veyrières 1913 #4266]

Ohabolana299 Amboakelin--dRazakabezafy : omen-dranom-bary, tsy mety, ka ny volombodin-trano no lelafina. [Cousins 1871 #133]
Amboakelin--dRazakabezafy : omen-dranombary tsy tia, fa ny volom-bodin-trano indray no lelafina. [Rinara 1974]

Ohabolana300 Amboa kely tery vozona. [Veyrières 1913 #746]
Dikanteny frantsay L' opprimé dont on étouffe les cris, c' est comme un petit chien qu' on étrangle. [Veyrières 1913 #746]

Ohabolana301 Amboalahy antitra : matoa mivanika, hanaikitra. [Veyrières 1913 #798, Rinara 1974 #164, Cousins 1871 #134]
Dikanteny frantsay Vieux chien : s' il montre les dents, c' est qu' il va mordre. [Veyrières 1913 #798]
Fanazavana frantsay Se disait des vieillards difficiles. [Veyrières 1913 #1799]

Ohabolana302 Amboalahy koro, ka manala voninahitra ny tompony. [Veyrières 1913 #747, Cousins 1871 #135]
Amboalahy koro sofina, ka manala baraka ny tompony. [Rinara 1974 #165]
Dikanteny frantsay Chien qui a les oreilles coupées : il est un déshonneur pour son maître. [Veyrières 1913 #747]
Fanazavana frantsay Se disait des inférieurs que les supérieurs traitaient trop mal, et aussi des inférieurs qui avaient de grandes infirmités corporelles. [Veyrières 1913 #747]

Ohabolana303 Amboalahy manitrika ka samy te-ho derain' ny tompony. [Rinara 1974 #165]
Amboalahy manitrika : samy te-hoderain' ny tompony. [Veyrières 1913 #748, Cousins 1871 #138]
Dikanteny frantsay Chiens qui plongent : chacun veut être félicité par son maître. [Veyrières 1913 #748]
Fanazavana frantsay Les petits cherchent les bonnes grâces de leurs chefs. [Veyrières 1913 #748]

Ohabolana304 Amboalahy miandry embok' akondro: andrasana tsy latsaka, ilaozana toa hena. [Abinal 1888, Rajemisa 1985]
Amboa niandry embok' akondro : ilaozan-toa hena, andrasan-tsy latsaka. [Rinara 1974 #19]
Toy ny alika miandry embok' akondro: andrasana, tsy latsaka: ilaozana, toa hena. [Houlder 1895 #948]
Toy ny amboa miandry embok' akondro : andrasan-tsy latsaka, ilaozana toa hena. [Rinara 1974 #4259]
Toy ny amboa miandry embok’ akondro : an-drasan-tsy latsaka, ilaozan-toa hena. [Cousins 1871 #3179]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona manantena na nampanantenaina zavatra betsaka, nefa diso fanantenana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Pareil à un chien qui attend un bouquet de bananier: ce qu' il espère avoir ne tombe pas, et s' il s' en va il lui semble perdre un morceau de viande. [Houlder 1895]
Quand un chien regarde le bouquet du bananier, il attend, mais en vain, qu’il tombe; s'il s'en va, c'est à regret pensant que c’est de la viande. [Abinal 1888]
Fanazavana frantsay Le bouquet du bananier, c. à. d. la grande fleur composée d' où sortiront les bananes, est rouge, et peut ressembler vaguement à un morceau de viande. [Houlder 1895]
Souvent celui à qui on fait de belles promesses est déçu dans ses espérancos. [Abinal 1888]

Ohabolana305 Amboalahy mikiky taolana : tsy hery, fa hihitra. [Cousins 1871 #136]
Amboalahy mikiky taolana : tsy herin' ny nify fa hihitra no sisa. [Rinara 1974 #166]
Toy ny amboalahy mikiky taolana : tsy hery fa hihitra. [Veyrières 1913 #2331]
Dikanteny frantsay Chien qui ronge un os : ce n' est pas un indice de sa force, mais la preuve de son avarice. [Veyrières 1913 #2331]

Ohabolana306 Amboalahy mitsaba-doharano : tsy hetaheta fa hasomparana. [Rinara 1974 #167, Cousins 1871 #137]
Amboa mitsaba-doharano: tsy hetaheta fa hasomparana. [Houlder 1895]
Voalavolahy nitsaba-doharano : tsy hetaheta, fa hasomparana. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Rat qui plonge dans une source : ce n' est pas qu' il ait soif mais il veut troubler l' eau et nuire aux autres. [Veyrières 1913 #178]
Un chien qui se jette dans une source: ce n' est pas de la soif, c' est de la méchanceté. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait la méchanceté des sorciers et mauvaises gens. [Veyrières 1913 #178]

Ohabolana307 Amboa lahy mivakan-troditra: mañiry hanina an-tenda. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Amboa lahy miambozon-koditra: maniry hanina an-tenda. + Ny fehivozon' ny alika no heverina amin' io hoditra io. [Houlder 1895]

Ohabolana308 Amboalahy nivakan’ angozo : maniry hanina an-tenda. [Samson 1965 #A56]

Ohabolana309 Amboalahy tsy many. [Samson 1965 #A55]

Ohabolana310 Amboalambo. [Veyrières 1913 #6717]
Dikanteny frantsay Chien sauvage. [Veyrières 1913 #6717]
Fanazavana frantsay Se disait des mauvais sujets. [Veyrières 1913 #6717]

Ohabolana311 Amboalambo folaka. [Veyrières 1913 #6410]
Dikanteny frantsay Chien sauvage dompté. [Veyrières 1913 #6410]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui se repentent. [Veyrières 1913 #6410]

Ohabolana312 Amboalambo tsy ampoka : homana ny sisan’ ny mpiasa. [Cousins 1871 #139]
Amboalambo tsy ampoka, ka mihinana ny sisan' ny mpiasa. [Rinara 1974 #168]

Ohabolana313 Amboa mahia, ka miverina ilalana. [Veyrières 1913 #2275]
Dikanteny frantsay Chien maigre rebrousse chemin. [Veyrières 1913 #2275]
Fanazavana frantsay Se disait à ceux qui envoient au loin des commissionnaires sans leur donner de quoi se nourrir en route. [Veyrières 1913 #2275]

Ohabolana314 Amboa maka valala : ny kibo ihany no fenoina. [Veyrières 1913 #6202, Cousins 1871]
Amboa maka valala: ny kibo no fenoina dia mody. [Rinara 1974 #169]
Dikanteny frantsay Chien qui chasse les sauterelles : il ne songe qu' à remplir son ventre. [Veyrières 1913 #6202]
Fanazavana frantsay Se disait des gens insouciants qui vivent au jour le jour sans penser au lendemain. [Veyrières 1913 #6202]

Ohabolana315 Amboa merom-bava: tsy velo-mandà. [Samson 1965 #A45]

Ohabolana316 Amboa miantsena: maty antoka, tsy mba mameno ; mahazo tombony, tsy mba mizara. [Houlder 1895 #1203, Cousins 1871 #125, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Un chien au marché: s' il perd (s' il n' attrape rien), il ne doit rien à personne, et s' il gagne (s' il trouve quelque chose à manger), il ne partage avec personne. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il ne dépend de personne. [Houlder 1895]

Ohabolana317 Amboa mitomany valala: tova volana, fa lehibe no miteny. [Rinara 1974 #171, Cousins 1871 #131, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Chien qui hurle la nuit aux sauterelles : accomplissez vos paroles, car c' est un grand qui parle. [Veyrières 1913 #749]
Fanazavana frantsay Les grands ont les moyens de réaliser leurs exigences. [Veyrières 1913 #749]

Ohabolana318 Amboa momba mangaiña, sady tsy mahalany firaña no tsy mitahy miasa. [Houlder 1895]
Amboa momba mangarina : sady tsy mahatahy miasa tsy mahalany firana. [Samson 1965 #A49]
Fanazavana malagasy Amboa miaraka amin' ny mpanao toaka: sady tsy mahalany firana no tsy manampy ny mpiasa. + (1) Mangaiña: maka ny ranom-pary avy amin' ny fary. (2) Firaña: fary tapatapahina misompirana, tokony ho 10, 5 cm ny halavany. [Houlder 1895]

Ohabolana319 Amboa nangala-katsaka : ampangain’ ny tainy. [Samson 1965 #A46]
Amboa nangala-katsaka, ka ampangain' ny tainy. [Veyrières 1913 #4267]
Dikanteny frantsay Chien qui a volé du maïs : ses excréments l' accusent. [Veyrières 1913 #4267]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui ont habilement volé, mais qui sont découverts quand ils vendent leur vol. [Veyrières 1913 #4267]

Ohabolana320 Amboan--dRatsikonkona : sady tsy mody tsy tamàna. [Samson 1965 #A47]

Ohabolana321 Amboa ngerom-bava, ka raha mandalo toa hitondra sokina ihany. [Veyrières 1913 #4269]
Amboa ngerom-bava : tazanina toa mitondra sokina, nony akaiky vavany ihany. [Rinara 1974]
Toy ny amboa ngerom-bava : tazanina toa mitondra sokina, nony hatonina vavany ihany. [Rinara 1974 #4258]
Dikanteny frantsay Chien qui a la gueule noire : quand il passe, on croit qu' il porte un hérisson. [Veyrières 1913 #4269]
Fanazavana frantsay Se disait des voleurs de profession : on les accuse toujours. [Veyrières 1913 #4269]

Ohabolana322 Amboa nihaza jorery ka feo no re. [Rinara 1974 #20]
Amboa nihaza jorery, ka ny feo no re. [Houlder 1895 #1214, Cousins 1871 #127]
Dikanteny frantsay Un chien chassant une cigale, il en entend le cri (mais c' est tout, il ne la voit pas). [Houlder 1895 #1214]

Ohabolana323 Amboa nihaza mamba, ka mandimby ananana. [Houlder 1895 #1720, Cousins 1871 #128]
Amboa nihaza mamba, ka nandimby ananana. [Rinara 1974 #175]
Dikanteny frantsay Un chien chassait un crocodile, et les rôles ont changé (c.à.d. c' est le crocodile qui a pris le chien). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Un voleur volé. [Houlder 1895]

Ohabolana324 Amboa nihorok’ aomby : tsy fitiavana fa fangaronana ny atiny. [Samson 1965 #A54]

Ohabolana325 Amboa nitapahin-drambona : tsaran’ ny mpanintina. [Samson 1965 #A51]

Ohabolana326 Amboa nitsaka : mamindra halemana amin’ olona. [Samson 1965 #A50]

Ohabolana327 Amboa nivahiny: tonga tsy mahafaly, lasa tsy mampalahelo. [Houlder 1895 #1483]
Amboa nivahiny : tonga tsy nahafaly, lasa tsy nampalahelo. [Rinara 1974 #176, Cousins 1871 #129]
Dikanteny frantsay Un chien en voyage: son arrivée ne cause pas de joie, ni son départ de regrets. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce n' est pas comme lorsqu' il s' agit de personnes, des parents ou amis qui viennent vous voir. [Houlder 1895]

Ohabolana328 Amboa nivahiny : tonga tsy naharavo, niainga tsy nahataitra. [Samson 1965 #A44]

Ohabolana329 Amboa nivalavalan-taolana : sady taitra ravo. [Samson 1965 #A52]

Ohabolana330 Amboa sanga : tsy manana aminahy. [Samson 1965 #A48]

Ohabolana331 Amboatany nifehezana: Ilafy nihahana. [Cousins 1871 #140, Rinara 1974]
Aoka fa izay iray lozainy, na Amboatany nifehezana na Ilafy nihahana. [Cousins 1871 #272, Rinara 1974]
Ilafy nihahana ary Amboatany nifehezana. [Veyrières 1913 #3679]
Lozan' Amboatany nifehezana sa lozan' Ilafy nihahana ? [Veyrières 1913 #3683]
Dikanteny frantsay À Amboatany on a lié le paquet et à Ilafy on l' a délié. [Veyrières 1913 #3679]
Est-ce la faute d'Amboatany où on a lié le paquet, ou bien la faute d' Ilafy où on l' a délié ? [Veyrières 1913 #3683]
Fanazavana frantsay Actions opposées. [Veyrières 1913 #3679]
Le sens est : à qui la faute ? [Veyrières 1913 #3683]

Ohabolana332 Amboa tsy manara-tompo. [Veyrières 1913 #750]
Dikanteny frantsay Un chien qui ne suit pas son maître. [Veyrières 1913 #750]
Fanazavana frantsay Se disait des inférieurs qui honoraient des étrangers, plutôt que leurs maîtres ou supérieurs. [Veyrières 1913 #750]

Ohabolana333 Amboa tsy nifora : nahateka tany. [Samson 1965 #A43]

Ohabolana334 Amboa vahiny. [Veyrières 1913 #6718]
Dikanteny frantsay Chien étranger. [Veyrières 1913 #6718]
Fanazavana frantsay Les rôdeurs et vagabonds. [Veyrières 1913 #6718]

Ohabolana335 Ambody ro : tsy mitaho. [Samson 1965 #A57]

Ohabolana336 Ambohidava ihany no Andranovintana. [Veyrières 1913 #4719, Rinara 1974 #178, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay C' est Ambohidava qui est Andranovintana. [Veyrières 1913 #4719]
Fanazavana frantsay Bonnet blanc et blanc bonnet. [Veyrières 1913 #4719]

Ohabolana337 Ambohimanambola, ka ny manana ihany no manana. [Veyrières 1913 #2167]
Anaran-tany no Ambohimanambola, fa ny manana ihany no manana. [Houlder 1895 #753, Veyrières 1913 #2170, Rinara 1974 #211, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ambohimanambola ou village qui a de l' argent : ceux qui ont, ont. [Veyrières 1913 #2167]
Tout le monde ne possède pas ; on répondait par ce proverbe à la question : avez-vous cela ? [Veyrières 1913 #2170]
"Ville d' argent" n' est qu' un nom, car il faut posséder (l' argent) en fait pour (l') avoir. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ambohimanambola est le nom d'un village et signifie village qui possède, mais ceux qui ont, ont. [Veyrières 1913 #2170]
Le sens est que tout le monde ne possède pas ; on se servait de ce proverbe pour répondre à quelqu' un posant la question : avez-vous cela ? [Veyrières 1913 #2167]

Ohabolana338 Ambohimanambola no matavy omby, ka Ambohimalaza no lafo kitay. [Veyrières 1913 #2168]
Ambohimanambola no matavy omby, ka Antanamalaza no lafo kitay. [Houlder 1895 #1496, Cousins 1871 #142]
Ambohimanambola no matavy omby ka Antananarivo no lafo kitay. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Misy ifandraisany ny fiainan' ny tanàna na tany samihafa fa ny mitranga amin' ny anankiray misy akony amin' ny anankiray hafa, na koa hoe ny fahombiazan' ny sasany, fahasahiranana ho an' ny hafa. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay C' est au village à' Ambohimanambola que les boeufs sont gras et c' est à Ambohimalaza que le combustible est cher. [Veyrières 1913]
Comme il y a des bœufs gras à Ambohimanambola, les marchands de bois d' Antanamalaza feront de bonnes affaires. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Allusion à ce que les gens d' Ambohimanambola achetaient le combustible à Ambohimalaza pour faire cuire leur viande de boeuf et faire bonne chère. [Veyrières 1913]
Car il faudra du bois pour cuire la viande de ces bœufs. [Houlder 1895]

Ohabolana339 Ambohimanambola no voka-tsaramaso, ka Ambohimanarina mivozihi-kibo. [Veyrières 1913]
Ambohimanambola no voka-tsaramaso, ka Ambohimanarina no mivozihi-kibo. [Rinara 1974 #180, Cousins 1871 #143, Houlder 1895]
Any Antsahadinta no voky tsaramaso, ka any Ambatolaona no mivozihi-kibo. [Rinara 1974 #312, Cousins 1871 #263]
Any Antsahadinta no voky tsaramaso, ka aty Ambatolaona no mivozihi-kibo. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Ambohimanambola produit beaucoup de haricots, mais ce sont les gens d' Ambohimanarina qui ont l' estomac enflé. [Houlder 1895]
C'est à Antsahadinta qu'on s'est repu de haricots et c'est à Ambatolaona qu'on a le ventre gonflé. [Veyrières 1913]
C'est Ambohimanambola qui récolte les haricots et Ambohimanarina qui a le ventre gonflé. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Parce qu' ils ont acheté et mangé les haricots des autres. [Houlder 1895]
Séparer deux choses inséparables. [Veyrières 1913]
Travailler pour d'autres. [Veyrières 1913]

Ohabolana340 Ambohimanga sy Antananarivo : somotra tsy an-jaza, fa ahy. [Veyrières 1913 #185]
Dikanteny frantsay Paroles du roi Andrianampoinimerina disant en quelle estime il tenait les deux villes ; il se les réservait et ne les donnait pas à titre de menakely ou seigneuries. [Veyrières 1913 #185]
Fanazavana frantsay Ambohimanga et Tananarive : c' est de la barbe qui n' est pas pour les enfants, mais pour moi. [Veyrières 1913 #185]

Ohabolana341 Ambolo bitaka, ambolo matavy : ny zava-tsy hay, tsy ibitabitahana. [Cousins 1871 #144]
Ambolo bitaka, ambolo matavy: zava-tsy hay tsy azo ibitabitahana. [Rinara 1974 #181, Rajemisa 1985]
Ambolo bitaka, ambolo matavy: zava-tsy hay tsy ibitabitahana. [Houlder 1895 #854]
Fanazavana malagasy Tsy tokony hitsabatsabaka amin' ny zavatra tsy hay. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Une sauterelle verte qui saute, une sauterelle verte bien grasse: il ne faut pas sauter de joie pour une chose qu' on ne sait pas. [Houlder 1895 #854]

Ohabolana342 Ambony fipetraka, fa ambany fijery. [Veyrières 1913 #2]
Dikanteny frantsay Il est placé au-dessus de tout, et voit tout au-dessous de lui. [Veyrières 1913 #2]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait de Dieu, mais aussi d'un chef, d' un village perché sur une hauteur, etc... [Veyrières 1913 #2]

Ohabolana343 Ambony fisidina fa ambany fiantefa. [Rinara 1974 #183]

Ohabolana344 Amboninjato be resaka ka tsy mahatratra ny olom-pehezina. [Rinara 1974]
Amboninjato be resaka, tsy mahatratra ny olom-pehezina. [Veyrières 1913 #611, Cousins 1871 #145]
Dikanteny frantsay Centenier bavard : il n' atteint pas ses subordonnés. [Veyrières 1913 #611]
Fanazavana frantsay Se disait des gens bavards qui s'arrêtaient à causer et n' arrivaient qu après le départ des personnes qu'ils devaient voir ; et en général de tous ceux qui perdaient leur temps à parler au lieu de travailler. [Veyrières 1913 #611]

Ohabolana345 Amboninjato mitafy tohy loha : milaza, tsy mba inoana ; manontany, tsy mba valiana. [Veyrières 1913 #612]
Dikanteny frantsay C' est un centenier vêtu d' un lamba rapiécé : s' il parle on ne le croit pas ; s' il interroge on ne lui répond pas. [Veyrières 1913 #612]
Fanazavana frantsay Se disait des chefs qui à cause de leur avarice n'avaient pas d' autorité, et de ceux qui devenus pauvres, perdaient leur autorité. [Veyrières 1913 #612]

Ohabolana346 Amboninjato niongana ve no mitsara adin' akoho, sa governora reraka no mikiraro fatambary ? [Veyrières 1913 #2482]
Dikanteny frantsay Est-ce un centenier destitué pour qu' il juge un combat de coqs, ou un gouverneur ruiné pour qu' il mette à ses pieds une petite mesure de riz en guise de soulier? [Veyrières 1913 #2482]
Fanazavana frantsay Se disait des gens déchus et ruinés. [Veyrières 1913 #2482]

Ohabolana347 Ambozo-maneky tsy mahavevy loha. [Samson 1965 #A59]

Ohabolana348 Ambozom-bitika tsy mahaleo tady. [Samson 1965 #A58]

Ohabolana349 Amin' ny mazava ratsy. [Veyrières 1913 #6536]
Mazava ratsy. [Veyrières 1913 #6572]
Mazava ratsy ny andro. [Veyrières 1913 #6572]
Dikanteny frantsay A la première lueur du jour ou de l' aurore. [Veyrières 1913 #6572]
Au point du jour, à la première lueur du jour ou de l' aurore, c' est-à-dire entre quatre et cinq heures du matin. [Veyrières 1913 #6536]

Ohabolana350 Amin' ny mipoaka andro. [Veyrières 1913]
Raha mipoaka andro. [Veyrières 1913]
Raha mipoapoaka ny masoandro. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Quand le soleil commence à paraître. [Veyrières 1913]

Ohabolana351 Amin' ny mitsidika andro. [Veyrières 1913 #6601]
Raha mitsidika ny andro. [Veyrières 1913 #6601]
Dikanteny frantsay Quand le soleil entre par la porte de l' ouest et commence à pénétrer un peu dans la maison : vers une heure après midi. [Veyrières 1913 #6601]

Ohabolana352 Amin' ny tafapaka andro. [Veyrières 1913]
Raha tafapaka amin' ny rindrina ny andro. [Veyrières 1913]
Tafapaka ny andro. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Quand le soleil atteint le mur opposé à la porte de l' ouest : vers quatre ou cinq heures du soir. [Veyrières 1913 #6602]

Ohabolana353 Amin' ny tolakolaka andro. [Veyrières 1913 #6603]
Folaka andro. [Veyrières 1913 #6550]
Raha folapolaka ny andro. [Veyrières 1913 #6603]
Raha tolatolaka ny andro. [Veyrières 1913 #6603]
Tolaka andro. [Veyrières 1913 #6550]
Dikanteny frantsay Au déclin du jour, lorsque le soleil décline : entre trois et quatre heures. [Veyrières 1913 #6550]
Lorsque le soleil est un peu dompté et commence à baisser : vers deux heures de l' après-midi. [Veyrières 1913 #6603]

Ohabolana354 Amin' ny zavatra rehetra mba mitsapa ny ho farany. [Veyrières 1913 #6203]
Aza mandroso tsy mitsapa ny farany. [Veyrières 1913 #6219]
Dikanteny frantsay En toutes choses regardez la fin. [Veyrières 1913 #6203]
N' avancez pas sans prévoir l' avenir. [Veyrières 1913 #6219]

Ohabolana355 Amoron’ ala tay manan-tranobe. [Cousins 1871 #146]
Amoron' ala tsy manan-trano be. [Houlder 1895 #703, Veyrières 1913, Rajemisa 1985]
Amoron' ala tsy manan-tranobe soa. [Rinara 1974 #184]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona mahantra kanefa eo afovoan' ny ilaina rehetra. [Rajemisa 1985]
Matetika izay manana ny ilaina rehetra mba hananan-javatra iray indrindra no tsy manana an' io zavatra io, na noho ny tsy firaharahan-tena na noho ny fikokorany hitady vola ka ny tenany indray no tsy tsaroany. [Rajemisa 1985]
Mitovy hevitra: mangetaheta ambony lakana, mosarena manatrika ny sompitra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Ce ne sont pas ceux qui habitent près de la forêt qui ont de grandes maisons. [Houlder 1895]
Habiter au bord de la forêt et n' avoir qu' une cabane. [Veyrières 1913 #2483]
Fanazavana frantsay Les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés. [Houlder 1895]
Se disait des gens qui étaient pauvres au sein de l' abondance ; les maisons se construisaient en bois près de la forêt. [Veyrières 1913 #2483]

Ohabolana356 Am-pamatoran-janak' omby. [Veyrières 1913 #6537]
Mby am-pamatoran' omby kely. [Veyrières 1913 #6574]
Dikanteny frantsay Lorsque les rayons du soleil arrivent à l' endroit où on attache le veau : vers les trois heures du soir. [Veyrières 1913 #6537]
Quand le soleil arrive à l' endroit où on attache le veau à l' est du pilier : un peu après trois heures du soir. [Veyrières 1913 #6574]

Ohabolana357 Ampamosavy tampodiam-paty nandrazana: tsy vañon-draha nanina ka nody. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Mpamosavy velom-paty nandrasana: tsy vanona ny natao ka nody. [Houlder 1895]

Ohabolana358 Ampananina no maty vady, ka Ambohitrandraina no miongo-belona. [Rinara 1974 #185]
Ampananona no maty vady, ka Ambohitrandraina no miongo-belona. [Veyrières 1913 #2839, Cousins 1871 #147]
Dikanteny frantsay Ce sont les femmes d'Ampananona qui perdent leurs époux, et ce sont celles d' Ambohitrandraina qui perdent leurs cheveux. [Veyrières 1913 #2839]
Fanazavana frantsay Allusion aux pleureuses de funérailles d' Ambohitrandraina : elles avaient la coiffure de deuil, c' est-à-dire en désordre, ce qui contribuait à faire tomber les cheveux ; ce proverbe se disait de ceux qui peinaient ou qui payaient pour les autres. [Veyrières 1913 #2839]

Ohabolana359 Ampandanina, tsy mahomby ; afatotra, manito tady. [Cousins 1871 #148]

Ohabolana360 Am-pandraofana. [Veyrières 1913 #6685]
Dikanteny frantsay Depuis le bout des doigts jusqu'au milieu de la main. [Veyrières 1913 #6685]

Ohabolana361 Ampanga diso an' Andringitra : herintaona ngarangidina ka tovon-tanana ihany. [Rinara 1974]
Ampanga diso an’ Andringitra: herintao-ngarangidina, ka tovo-tanana ihany. [Cousins 1871]

Ohabolana362 Ampangoro manjahatra. [Veyrières 1913 #2342]
Dikanteny frantsay La prodigalité est comme le riz cuit qu'on mange en un seul repas. [Veyrières 1913 #2342]
Fanazavana frantsay On ne garde rien pour l'avenir. [Veyrières 1913 #2342]

Ohabolana363 Ampangoro manjahatra va no ho anao sa ny sosoa manantena ? [Veyrières 1913 #3168]
Dikanteny frantsay Lequel choisissez-vous des deux : le riz cuit qu' on mange en un seul repas ou bien le riz allongé d' eau qui fait qu' on en dépense moins ? [Veyrières 1913 #3168]
Fanazavana frantsay Avertissement aux héritiers qui se hâtent de manger leurs biens ; il vaut mieux économiser. [Veyrières 1913 #3168]

Ohabolana364 Ampango tsy indroa manitra. [Samson 1965]

Ohabolana365 Ampemby : antitra vao mitsiky vazana. [Veyrières 1913 #1799, Cousins 1871 #150]
Ampemby ka antitra vao mitsiky vazana. [Rinara 1974 #188]
Dikanteny frantsay Grains de sorgho : c' est une fois vieux qu' ils montrent les dents. [Veyrières 1913 #1799]
Fanazavana frantsay Se disait des vieillards difficiles. [Veyrières 1913 #1799]

Ohabolana366 Ampiantany ny ditra ary sotro vato ny nenina. [Veyrières 1913 #6411]
Dikanteny frantsay L' obstination est un mur et le remords une cuiller à mortier. [Veyrières 1913 #6411]

Ohabolana367 Ampy misoratra. [Veyrières 1913 #1487]
Dikanteny frantsay Enfant assez âgé pour être inscrit sur la liste des enfants à circoncire. [Veyrières 1913 #1487]

Ohabolana368 Ampingaloha. [Veyrières 1913 #6269]
Dikanteny frantsay Celui qui est prêt à tout, fait bouclier de sa tête. [Veyrières 1913 #6269]
Fanazavana frantsay Se disait d' un guerrier intrépide. [Veyrières 1913 #6269]

Ohabolana369 Ampingan' ilay osa: ka verin-tenany ihany. [Houlder 1895]
Ampingan' ilay osa ka very tenany ihany. [Rinara 1974]
Ampingan’ ilay osa: verin-tenany ihany. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Le boucher d' un poltron: il l' a perdu lui-même. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il l'a jeté en prenant la fuite! [Houlder 1895]

Ohabolana370 Ampingaratra avaratra, ady avaratra. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Ampingaratra (basy) avaratra, ady avaratra. [Houlder 1895]

Ohabolana371 Ampinga ravin-tsaonjo : voafina ihany ny tarehy, fa tsy voafefy ny aina. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Ampinga ravin-tsaonjo : voafina ny tarehy, fa tsy voaro ny aina. [Rinara 1974 #190]
Dikanteny frantsay Bouclier en feuilles de gouet : le visage est bien caché mais la vie n' est pas à l' abri. [Veyrières 1913 #3450]
Fanazavana frantsay Se disait d' une défense qu' on perce facilement à jour, ou bien d' un succès de peu de durée. [Veyrières 1913 #3450]

Ohabolana372 Am-pitotoam-bary. [Veyrières 1913 #6538]
Mby eny am-pitotoam-bary. [Veyrières 1913 #6576]
Dikanteny frantsay Lorsque le soleil arrive à l' endroit où on pile le riz : vers les deux heures du soir. [Veyrières 1913 #6538]
Quand le soleil arrive au mortier où l' on pile le riz : vers deux ou trois heures du soir. [Veyrières 1913 #6576]

Ohabolana373 Ampombo malemy sy kisoa : faty no isarahana. [Veyrières 1913 #5248, Cousins 1871 #153]
Ampombo malemy sy kisoa, ka faty no isarahana. [Houlder 1895 #261, Rinara 1974 #191]
Dikanteny frantsay Cochon et son fin : cela ne se sépare qu' à la mort. [Veyrières 1913 #5248]
Le son et les porcs: la mort seule les sépare. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des choses auxquelles on tient beaucoup. [Veyrières 1913 #5248]

Ohabolana374 Ampongabe sy langoraony : tsy mitovy feo fa mifanaraka. [Rinara 1974 #192]

Ohabolana375 Amponga hain’ ny mpandihy izany, ary antsa hain’ ny mpirebika. [Veyrières 1913 #4720, Rinara 1974 #193, Cousins 1871 #154]
Dikanteny frantsay C' est tambour familier aux danseurs, et air familier aux chanteurs. [Veyrières 1913 #4720]
Fanazavana frantsay Vous ne m' apprenez rien de nouveau. [Veyrières 1913 #4720]

Ohabolana376 Ampongako no mihantona : raha manina aho, dobohako. [Veyrières 1913 #3326]
Dikanteny frantsay Mon tambour dort suspendu, mais quand j' ai de la peine, j' en bats. [Veyrières 1913 #3326]
Fanazavana frantsay Se disait des possesseurs tranquilles : si on cherche à leur prendre quelque chose, ils recourrent à la police ; autre sens : dès que j' en sens le besoin, je me mets à l' oeuvre. [Veyrières 1913]

Ohabolana377 Ampongan' Ilaimanarivo, ka ren-tany, ren-danitra. [Rinara 1974]
Ampongan' Ilaimanarivo : ren-tany, ren-danitra. [Veyrières 1913 #2169, Cousins 1871 #155]
Dikanteny frantsay Tambour du riche : il est entendu du ciel et de la terre. [Veyrières 1913 #2169]
Fanazavana frantsay Les plaintes des riches sont entendues. [Veyrières 1913 #2169]

Ohabolana378 Ampongany no mihantona. [Veyrières 1913 #3232]
Dikanteny frantsay Son tambour est suspendu. [Veyrières 1913 #3232]
Fanazavana frantsay Se disait d' une affaire sur laquelle on peut revenir. [Veyrières 1913 #3232]

Ohabolana379 Ana-baly, tsy atao anake. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Le fils d'une femme, on n'en fait pas son enfant. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana380 Anakandiam-bery hetona : ny mazava arahina. [Samson 1965 #A61]

Ohabolana381 Anake sambe reneñe, vovo raike an-tsaka fa sambe ketseñe. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Enfants de mères différentes, même puits, mais pas même cuisson. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana382 Anamalahon' Ambanidia : takalo kely no ananana azy. [Veyrières 1913 #5249, Cousins 1871 #156]
Anantsongan' Ambanidia : takalo kely no ananana azy. [Rinara 1974 #200]
Dikanteny frantsay Plantes potagères d' Ambanidia : on les obtient par de petits échanges. [Veyrières 1913 #5249]
Fanazavana frantsay Se disait des petites attentions réciproques qui entretiennent l' amitié. [Veyrières 1913 #5249]

Ohabolana383 Anamalao maina : tsy ro iniany. [Samson 1965 #A62]

Ohabolana384 Anamamy no iraisana, ka beroberoka no isarahana. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Anamamy no niraisana, ka beroberoka no isarahana. [Veyrières 1913 #3451]
Anamamy no niraisana, ka beroberoka no nisarahana. [Cousins 1871 #157, Houlder 1895]
Aza dia anamamy no iraisana, ka beroberoka no isarahana. [Rinara 1974 #431]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fifankatiavana tsara fanomboka fa niafara tamin' ny ady. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Des herbes potagères (douces) unissaient, et des laiterons ont séparé. [Houlder 1895]
Salade douce au commencement de l' union, herbe amère quand on se sépare. [Veyrières 1913 #3451]
Fanazavana frantsay Se disait des amitiés ou alliances qui finissent par des querelles. [Veyrières 1913 #3451]
Se dit des amitiés qui ont commencé agréablement et fini par des querelles amères. [Houlder 1895]

Ohabolana385 Anambadiana ho namana; iterahan-ko dimby. [Cousins 1871]
Anambadiana ho namana; iterahan-ko solofo. [Cousins 1871]
Anambadian-ko namana, iterahan-ko dimby. [Houlder 1895 #1739, Veyrières 1913 #1171]
Anambadian-ko namana, iterahan-ko solofo. [Veyrières 1913 #1171]
Anambadian-ko namana, ny iterahan-ko dimby. [Rinara 1974 #197]
Dikanteny frantsay C' est pour avoir un compagnon, un autre soi-même qu' on se marie ; c' est pour avoir des héritiers qu' on engendre. [Veyrières 1913 #1171]
On se marie pour avoir une compagne (pu un compagnon), et on a des enfants pour avoir des successeurs. [Houlder 1895 #1739]
Fanazavana frantsay Ces paroles se disaient à l'occasion d' un mariage; on les répétait toutes les fois qu il s' agissait de mettre d' accord les époux. [Veyrières 1913 #1171]

Ohabolana386 Anambadian-kiadanana. [Rinara 1974 #196]

Ohabolana387 Anantsinahy lavitra olona : ho antitra eny am--pijoroana, ka homba ny lamban' ny mpandalo. [Veyrières 1913 #1800]
Anantsinahy lavitr' olona, ka antitra am--pijoroana. [Rinara 1974 #198]
Anantsinahy lavitr’ olona, ka antitra eo am--pijoroana. [Cousins 1871 #160]
Dikanteny frantsay Herbe qu'on nomme anantsinahy : lorsqu' elle est loin de tout le monde, elle vieillit et pousse sans être cueillie ; mais devenue vieille et sèche, elle s' attache aux vêtements des passants. [Veyrières 1913 #1800]
Fanazavana frantsay Cette herbe vieille et sèche se prenait aux habits ; ce proverbe se disait des vieillards inutiles et gênants. [Veyrières 1913 #1800]

Ohabolana388 Anantsinahy sy hen' ondry ka tafaray samy kafiry. [Rinara 1974 #199]
Anantsinahy syhen' ondry mahia : tafaray samy kafiry. [Cousins 1871]

Ohabolana389 Anantsinahy va aho ka atao ambony vary? [Houlder 1895 #2189]
Dikanteny frantsay Suis-je une herbe potagère pour que vous me mettiez sur le riz? [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Au moment de servir les repas, les Malgaches remplissent les assiettes de riz, puis mettent les herbes (légumes) et la viande (quand il y en a) par dessus. - S' emploie par quelqu' un qui n' est pas traité avec beaucoup de considération. [Houlder 1895]

Ohabolana390 Anantsongan' Ilambo, poti--kenan' Izakamanana: somidi-dro fa tsy hita ventiny. [Houlder 1895]
Anantsongan' Ilambo sy poti--kenan' Izakamanana : somidi-dro fa tsy hita ventiny. [Rinara 1974 #201, Veyrières 1913]
Anantsongan’ Ilambo sy potik’ Izakamanana : somidi-dro, fa tsy hita ventiny. [Cousins 1871 #161]
Dikanteny frantsay Légumes anantsonga d' Ilambo et morceaux de viande d'Izakamanana : il y a beaucoup d' yeux sur le jus, mais pas de solide, parce que les morceaux de viande sont trop petits. [Veyrières 1913 #4721]
Les légumes d' Ilambo cuits avec les petits morceaux de viande d' Izakamanana: un peu de graisse flotte sur le bouillon, et c' est tout (litt. on ne voit pas de substance ou de morceaux). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des bavards. [Veyrières 1913 #4721]

Ohabolana391 Anao aho ka mora; fa raha an' olona aho dia sarotra. [Houlder 1895 #181]
Anao aho ka mora, fa raha an' olona aho ka sarotra. [Veyrières 1913 #4361, Cousins 1871]
Anao aho ka mora fa raha an' olona aho sarotra. [Rajemisa 1985]
Anao aho ka mora, fa raha an' olona sarotra. [Rinara 1974 #202]
Fanazavana malagasy Matetika tsy dia raharahaina firy ny zavatra raha eny amin' ny tena, fa raha vao lasan'olona iny, mahasarotiny izaitsizy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay C' est parce que je suis à vous que je suis bon marché ; si j' étais à un autre je serais cher. [Veyrières 1913 #4361]
Je suis à vous et c' est facile; si j' étais à un autre, ce serait difficile. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Allusion à ce que dans les ventes, le vendeur dit que c'est bon marché afin de vendre cher, et l' acheteur dit que c' est trop cher pour acheter bon marché. [Veyrières 1913 #4361]

Ohabolana392 Anañi ty do vanda. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay L'enfant du boa est tacheté. [Poirot & Santio: Vezo]
Fanazavana frantsay Tel père, tel fils. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana393 Anaovana aro riaka raha maina andro, hialofana raha fahavaratra. [Rinara 1974 #204]
Anaovana aro riaka raha main’ andro: ny tahotry ny ho lena fahavaratra. [Cousins 1871 #164]
Ny anaovako aro riaka raha main' andro, ialofako raha fahavaratra. [Rinara 1974 #185]
Ny anaovana aro riaka main' andro, matahotra ny ho lena raha fahavaratra. [Cousins 1871 #2152, Nicol 1935 #224]
Ny anaovana aro riaka raha maina andro, tahotra ny ho lena raha fahavaratra. [Rajemisa 1985]
Ny anaovana aro-riaka raha main' andro, matahotra ny ho lena raha fahavaratra. [Houlder 1895 #1267]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fahamalinana sy fitsiniovana ny ho avy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay C’est pendant le beau temps qu’on se prémunit contre les ondées de l’orage. [Nicol 1935 #224]
Si l' on construit des digues pendant la saison sèche, c' est parce qu' on craint l' eau qui viendra en été. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se dit de toute précaution ou mesure qu' on prend en vue de l' avenir. [Houlder 1895]

Ohabolana394 Anaovan-draha finaritra, hitoeran-draha marary. [Houlder 1895 #2002, Veyrières 1913 #3652, Rinara 1974 #203, Cousins 1871 #163]
Be feo raha marary, fa kely feo raha finaritra. [Rinara 1974 #865]
Tsy mety raha be feo raha narary, fa kely feo raha finaritra. [Rinara 1974 #4585]
Dikanteny frantsay Il faut travailler quand on est en bonne santé pour se reposer dans la maladie. [Veyrières 1913 #3652]
On travaille quand on est en bonne santé afin de pouvoir s' arrêter quand on est malade. [Houlder 1895]

Ohabolana395 Anaovany tsindry lany, ohatra an-dRafotsibe mirako-tsihy. [Rinara 1974 #205, Cousins 1871, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Il entasse contre lui les arguments sans fin, et sans lui donner le temps de la réplique : c' est comme la vieille qui se couche sur la moitié de la natte et se couvre de l' autre moitié. [Veyrières 1913 #3540]

Ohabolana396 Anaran’ ahitra no misy tsy hita fototra ; anaram-biby no misy anoano ; fa ny teny tsy mba misy anoano. [Houlder 1895 #560, Cousins 1871 #168]
Anaran' ahitra no misy tsy hita fototra, anaram-biby no misy anoano, fa ny teny tsy misy hanohano. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Il est des herbes dont le nom est inconnu, des animaux dont le nom est douteux (litt. qu' il faut deviner), mais dans les paroles rien n' est douteux. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Elles ont un sens clair, au moins pour celui qui les prononce. [Houlder 1895]

Ohabolana397 Anarana ihany ohatra ny tsimbolavola. [Rinara 1974 #208]

Ohabolana398 Anarana no nomen-tranobe soa, fa sondro-drahona, anarana no nomena valabe, fa sakamaina. [Rinara 1974 #209]
Anarany no nomeny trano be, ka sondro-drahona; anarany no nomeny vala be, ka sakamaina. [Houlder 1895 #1330]
Dikanteny frantsay Il l' appelle "grande maison" et ce n' est qu' une cabane; il l' appelle "grand champ" , et ce n' est qu' une petite rizière qu' on ne peut pas irriguer. [Houlder 1895 #1330]

Ohabolana399 Anarany ihany hoatry ny fatambary fahavaratra. [Veyrières 1913 #1607]
Anarany ihany, ohatra ny fatambary fahavaratra. [Cousins 1871]
Anarany ihany sahala amin' ny fantambary fararano. [Rinara 1974 #210]
Dikanteny frantsay Il n' y a que le nom, comme la mesure du riz en été. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des choses ou des gens qui devenaient inutiles, comme la mesure de riz quand il n' y a plus de riz. [Veyrières 1913 #1607]

Ohabolana400 Anarany ihany, tahaka ny tsileondozam-boka. [Cousins 1871]
Anarany ihany tahaky ny tsileondozam-boka. [Veyrières 1913 #1608]
Dikanteny frantsay Il n' y a que le nom, comme la perle du lépreux qu' on appelle : celle qui tient tête au malheur. [Veyrières 1913 #1608]
Fanazavana frantsay Se disait des choses ou gens qui ne méritaient pas ou ne réalisaient pas leur nom. [Veyrières 1913 #1608]

Ohabolana401 Anarin-tsy zaka, ka voa vao manao hoe: Nankaiza ny tanteliko teto ? [Nicol 1935 #213, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay S’entêter malgré les remontrances et se plaindre ensuite : Où donc a disparu le miel que j’avais ici ? [Nicol 1935 #213]

Ohabolana402 Anatin' ny mangidy, ny mamy. [Veyrières 1913 #3653]
Ao anatin’ ny mangidy ny mamy. [Cousins 1871 #266, Nicol 1935 #361]
Ao anatin' ny mangidy no misy ny mamy. [Rajemisa 1985]
Añatiñe ty mafaitse ro misy ty mamy. [Poirot & Santio: Vezo]
Fanazavana malagasy Ny fisahiranana sy ny asa mafy matetika no ahitam-bokatsoa mahafinaritra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Au sein de l’amertume, la douceur. [Nicol 1935 #361]
C' est dans l'amertume qu' on trouve la douceur. [Veyrières 1913 #3653]
Le doux se trouve dans l'amer. [Poirot & Santio: Vezo]
Fanazavana frantsay Car le travail et la peine sont récompensés. [Veyrières 1913 #3653]

Ohabolana403 Andanonan-kahazana. [Veyrières 1913 #143]
Dikanteny frantsay C' est un homme soupçonné de sorcellerie : la crainte qu' on a de ses sortilèges fait qu' on rentre le riz du séchoir. [Veyrières 1913 #143]

Ohabolana404 Andevo amidy tsy alan-tsaimbo. [Samson 1965 #A64]

Ohabolana405 Andevo am--patana. [Veyrières 1913 #500]
Dikanteny frantsay Les esclaves du foyer sont ceux qui font le service de la maison. [Veyrières 1913 #500]

Ohabolana406 Andevo havana. [Veyrières 1913 #2484]
Dikanteny frantsay Parent pauvre qui sert chez des parents comme s' il était esclave. [Veyrières 1913 #2484]

Ohabolana407 Andevolahy avy nandranto : izay atao rehetra "izaho avy nandranto " . [Veyrières 1913 #502]
Dikanteny frantsay Esclave qui revient de faire le commerce au loin : quel que soit le travail qu' on lui donne à faire, il répond invariablement : je viens de faire le commerce. [Veyrières 1913 #502]
Fanazavana frantsay Les esclaves qu' on avait lancés dans le commerce avaient la réputation d' être paresseux pour tout le reste ; se disait en général des esclaves paresseux. [Veyrières 1913 #502]

Ohabolana408 Andevolahy be lamosina, ka tsy mifidy zaza hobabena. [Veyrières 1913 #503, Cousins 1871 #173]
Ankizilahy be lamosina, ka tsy mifidy zaza hobabena. [Rinara 1974 #272]
Dikanteny frantsay Esclave qui a l' échine forte : il ne choisit pas un enfant à porter. [Veyrières 1913 #503]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas faire attention à la difficulté quand on peut faire un travail ou rendre un service. [Veyrières 1913 #503]

Ohabolana409 Andevolahy diso fanam--bomanga, ka misy irain-jehy ny tendany sy manavandra ny taimasony. [Veyrières 1913 #534]
Andevolahy diso fanam-bomanga: manavandra ny taimasony. [Cousins 1871 #174]
Andevolahy tsy mahatratra fanam--bomanga, ka misy irain-jehy ny tendany sy manavandra ny taimasony. [Veyrières 1913 #534]
Andevolahy tsy nahatratra fanam-bomanga, ka misy irain-jehy ny tendany. [Cousins 1871 #197]
Dikanteny frantsay Esclave qui manque la distribution des patates : son gosier est long d' un empan et les chassies de ses yeux tombent comme la grêle. [Veyrières 1913 #534]
Fanazavana frantsay Se disait des gens en retard et désappointés. [Veyrières 1913 #534]

Ohabolana410 Andevolahy diso hena ratsy : ny tompon' alahelo no ataony ratsy lanja. [Veyrières 1913 #504, Cousins 1871 #175]
Dikanteny frantsay Esclave qui a manqué la distribution de viande aux funérailles : il se venge en portant mal le maître du deuil. [Veyrières 1913 #504]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait le caractère bas et intéressé que les Malgaches prêtaient aux esclaves ; on l' appliquait à tous les travailleurs qui se vengeaient en travaillant mal. [Veyrières 1913 #504]

Ohabolana411 Andevolahy diso rasa : ny fe no tehafina. [Veyrières 1913 #505, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Esclave qui a manqué la distribution de vivres : il tape sur sa cuisse. [Veyrières 1913 #505]
Fanazavana frantsay Désappointement d'avoir manqué une bonne occasion. [Veyrières 1913 #505]

Ohabolana412 Andevolahy diso rasa : ny taim-boraka no avadibadika. [Veyrières 1913 #506, Cousins 1871]
Mpanompo diso levenana ka ny taim-boraka no avadibadika. [Rinara 1974 #2597]
Dikanteny frantsay Esclave qui a manqué la distribution de vivres : il tourne et retourne le résidu des entrailles. [Veyrières 1913 #506]
Fanazavana frantsay Désappointement. [Veyrières 1913 #506]

Ohabolana413 Andevolahy diso vozon-kena : aleony maty toy izay very anjara. [Veyrières 1913 #507, Cousins 1871 #177]
Dikanteny frantsay Esclave qui a manqué la distribution de viande : plutôt mourir que de ne pas avoir sa part, et il cherche à prendre la part des autres. [Veyrières 1913 #507]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait l' avidité gloutonne des esclaves et leur acharnement à avoir leur part. [Veyrières 1913 #507]

Ohabolana414 Andevolahy feno kibo, minia tsy handositra ; fa andevolahy noana, mitomany hamidy. [Veyrières 1913 #508]
Andevolahy feno kibo, minia tsy handositra; fa ny andevolahy noana, mitomany hamidy. [Houlder 1895]
Ankizilahy feno kibo ka minia tsy handositra, fa ny noana mitomany hamidy. [Rinara 1974 #273]
Dikanteny frantsay Esclave bien nourri ne pense pas à fuir ; esclave qui a faim supplie avec larmes qu' on le vende. [Veyrières 1913 #508]
Un esclave bien nourri ne pense pas à s’enfuir; mais un esclave affamé supplie qu’on le vende. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce dernier espère avoir un meilleur maître. [Veyrières 1913 #508]
Dans l'espoir d'avoir un maître qui le traite mieux. [Houlder 1895]

Ohabolana415 Andevolahy latsaka avara-patana, ka saro-miala. [Houlder 1895 #1552]
Andevolahy latsaka avara-patana: saro-miala. [Cousins 1871 #178]
Ankizilahy latsaka avara-patana, ka saro-miala. [Rinara 1974]
Saro-miala, toy ny andevolahy latsaka avara-patana. [Cousins 1871 #2866]
Dikanteny frantsay Un esclave qui s' est mis (sans y penser), au nord du foyer, il lui est difficile de quitter sa place. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le nord du foyer est la place d' honneur dans la case malgache; un esclave ne devait jamais l' occuper, mais une fois qu' il s' y était mis, il y était retenu par la fausse honte. [Houlder 1895]

Ohabolana416 Andevolahy mahita entan-kitay, ka mahatsiaro ny fanompoana fanao. [Veyrières 1913 #510, Cousins 1871 #179]
Mpanompo mahita an' entan-kitay ka mahatsiaro ny fanompoana fanao. [Rinara 1974 #2599]
Dikanteny frantsay Esclave qui aperçoit une charge de paille à brûler : il se rappelle la corvée qu' il a l' habitude de faire. [Veyrières 1913 #510]
Fanazavana frantsay La tâche à faire est toujours là. [Veyrières 1913 #510]

Ohabolana417 Andevolahy mamahy reniomby, ka mamindra fo, fa samy haren' olona : ny omby "aza mifidy vilona", ny andevo "aza maka ny ratsy". [Veyrières 1913 #511]
Andevolahy mamahy reniomby, ka mifamindra fo, fa samy haren’ olona: ny omby aza mifidy vilona, ny andevolahy aza maka ny ratsy. [Cousins 1871 #180]
Dikanteny frantsay Esclave engraissant une vache : il faut qu' ils aient pitié l' un de l' autre, puisque tous deux sont des biens d' autrui ; que la vache ne choisisse pas l'herbe, que l'esclave ne ramasse pas d' herbe mauvaise. [Veyrières 1913 #511]
Fanazavana frantsay Les malheureux doivent s' entendre et s' entraider. [Veyrières 1913 #511]

Ohabolana418 Andevolahy mamono tompo mangina : voky hena indray alina, fa hiongo-belona herintaona. [Veyrières 1913 #512, Cousins 1871]
Andevolahy mamosavy tompo : voky hena indray alina, fa hiongo-belona herintaona. [, , Cousins 1871]
Andevolahy namosavy tompo: hena indray manokona ka tapa-taona niongo-bolo ihany. [Houlder 1895 #2311]
Dikanteny frantsay Esclave qui jette un sort à son maître pour le faire mourir, ou bien le tue en cachette : il sera repu de viande une nuit, mais il lui faudra faire le deuil pendant toute une année. [Veyrières 1913 #512]
Fanazavana frantsay Pour une satisfaction d' un moment, il ne faut pas s'exposer à une longue peine. [Veyrières 1913 #512]

Ohabolana419 Andevolahy mampirafy: intelo mihosina ampombo. [Cousins 1871 #182]
Andevolahy mampirafy, ka intelo mihosin' ampombo. [Houlder 1895 #1540, Veyrières 1913 #513]
Ankizilahy mampirafy ka intelo mihosina ampombo. [Rinara 1974 #275]
Dikanteny frantsay Esclave qui prend deux femmes : il est trois fois couvert de son. [Veyrières 1913 #513]
Un esclave ayant deux femmes: il doit se couvrir trois fois de son. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il est obligé de piler le riz pour son maître ou pour lui, et pour ses deux femmes : il ne faut pas se charger de trop d' affaires. [Veyrières 1913 #513]
Il faut qu' il pile et nettoie le riz une fois pour lui, une fois pour sa première femme et une fois pour sa seconde femme. [Houlder 1895]

Ohabolana420 Andevolahy mampirafy, ka maka kitay telo entana. [Veyrières 1913 #514]
Dikanteny frantsay Esclave qui prend deux femmes : il est obligé de chercher une triple provision de paille à brûler. [Veyrières 1913 #514]
Fanazavana frantsay Il est obligé d' entretenir son feu ou celui de son maître, et le feu de chacune de ses deux femmes ; il ne faut pas inconsidérément assumer de nouvelles charges. [Veyrières 1913 #514]

Ohabolana421 Andevolahy mampirafy, ka manita-draharaha. [Veyrières 1913 #515]
Andevolahy mampirafy, manita-draharaha. [Houlder 1895 #1539, Cousins 1871]
Ankizilahy mampirafy : manita-draharaha. [Rinara 1974 #276]
Dikanteny frantsay Esclave qui prend deux femmes : il triple sa besogne, car il lui faut travailler pour son maître et pour ses deux femmes. [Veyrières 1913 #515]
Un esclave qui prend une seconde femme augmente son travail. [Houlder 1895 #1539]
Fanazavana frantsay Se disait des gens à courte vue, qui ajoutent à leurs charges d' autres charges écrasantes. [Veyrières 1913 #515]

Ohabolana422 Andevolahy mampirafy : tsy haitraitra, tsy angolangola, fa ny kibo tsy feno. [Veyrières 1913 #516, Cousins 1871 #184]
Dikanteny frantsay Esclave qui prend deux femmes : ce n' est ni caprice ni passion, mais c' est qu' il n' a pas le ventre plein. [Veyrières 1913 #516]
Fanazavana frantsay Il prend deux femmes pour les avoir à son service. [Veyrières 1913 #516]

Ohabolana423 Andevolahy manan' omby zato : ny tenany aza ahy, mainka ny omby zato. [Veyrières 1913 #517]
Dikanteny frantsay Esclave qui a cent boeufs : je suis le maître de sa personne, à plus forte raison je suis le maître de ses cent boeufs. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay L' esclave appartient à son maître, lui et tous ses biens. [Veyrières 1913 #517]

Ohabolana424 Andevolahy manao jirik' olona : tsy misoroka ny razana iombonana. [Veyrières 1913 #518, Cousins 1871 #186]
Ankizilahy nijirik' olona : tsy misoroka ny razana iombonana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Esclave qui fait le commerce d' esclaves : il n' a pas égard à ce qu' ils ont avec lui des ancêtres communs. [Veyrières 1913 #518]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui étaient sans pitié pour leurs parents. [Veyrières 1913 #518]

Ohabolana425 Andevolahy manavo-tena, manao ambarivatry mitain-tenany. [Cousins 1871 #185]
Andevolahy manavo-tena : manao amberivatry mitain-tenany. [Veyrières 1913 #519]
Dikanteny frantsay Esclave qui achète sa liberté : il fait comme la plante ambrevade qui se brûle elle-même. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Ce proverbe fait allusion au sort pénible des affranchis ; on l' appliquait par exemple à celui qui ayant acheté une terre plantée d'arbres, vendait les arbres pour s' acquitter du prix d' achat. [Veyrières 1913]

Ohabolana426 Andevolahy mandihy an-jezika: mahare ny fingodony, fa tsy mahita ny handitsiky ny masony. [Houlder 1895]
Ankizilahy mandihy an-jezika : faly nihaino ny fidobony fa narahim-parasisa vao ory. [Rinara 1974 #281]
Ankizilahy mandihy an-jezika : ny fidobony dia tsara, fa ny maso ditsoka tsy voahevitra. [Rinara 1974 #280]
Dikanteny frantsay Un esclave dansant sur un tas de cendres: il entend résonner ses pas, sans s’apercevoir que ses yeux s’emplissent de poussière. [Houlder 1895]

Ohabolana427 Andevolahy maty hariva, ka vovon' alika no anjara tafondrony. [Veyrières 1913 #522, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Esclave mort le soir : les aboiements du chien remplacent pour ses funérailles les coups de canon. [Veyrières 1913 #522]
Un esclave mort le soir, ce sont les aboiements du chien qui remplacent pour lui les coups de canon des funérailles. [Houlder 1895]

Ohabolana428 Andevolahy maty vady : sikajy latsaka erany no azy, ka "lanio izay ho lany". [Houlder 1895, Veyrières 1913]
Ankizilahy maty vady ka sikajy latsaka erany ny azy koa lanio izay ho lany. [Rinara 1974 #277]
Dikanteny frantsay Esclave dont la femme vient de mourir : c' est à peine s' il a douze sous, et il dit : dépensez ce qui est nécessaire. [Veyrières 1913 #523]
Un esclave dont la femme vient de mourir; il ne possède pas même soixante centimes en tout, et pourtant il dit: "Dépensez ce qu’il faut". [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les enterrements sont une des plus grandes occasions de dépenses à Madagascar. [Houlder 1895]

Ohabolana429 Andevolahy mby am-batra. [Veyrières 1913 #6204, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay L’esclave est dans la chambre au-dessus. [Houlder 1895]
L' esclave est dans le grenier au-dessus. [Veyrières 1913 #6204]
Fanazavana frantsay Il fait tomber la poussière sur ceux qui sont au-dessous, et il ne s' en préoccupe pas. [Veyrières 1913 #6204]
Il fait tomber, sans s’en préoccuper, de la poussière sur ceux qui sont au-dessous. [Houlder 1895]

Ohabolana430 Andevolahy miady tsinain-kena, ka voin-tenan’ izay tsy maharirotra. [Veyrières 1913 #520, Cousins 1871 #187]
Dikanteny frantsay Esclaves qui se disputent des intestins de boeuf : tant pis pour celui qui ne peut pas tirer. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Le plus fort ou le plus habile l'emporte. [Veyrières 1913 #520]

Ohabolana431 Andevolahy mianala: ka ny hazon' andriana tsy tonga, fa ny fanoto no lanjalanjaina. [Houlder 1895]
Andevolahy nianala : ny hazon' andriana tsy tonga, fa ny fanoto no lanjalanjaina. [Veyrières 1913 #527, Cousins 1871 #190]
Ankizilahy nianala : ny hazon' Andriana tsy tonga, fa ny fanoto no lanjalanjaina. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Esclave qui est allé à la forêt : il ne rapporte pas le bois de son maître ou du souverain, mais il rapporte des pilons pour lui-même. [Veyrières 1913 #527]
Un esclave se rendant à la forêt; il n' en rapporte pas du bois pour son maître, par contre il porte un pilon sur son épaule. Un pilon pour piler son riz. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il a pensé à ses affaires à lui! [Houlder 1895]
Se disait des gens attentifs à leurs propres affaires. [Veyrières 1913 #527]

Ohabolana432 Andevolahy miandry lapa : miambin-draha tsy an-tena. [Samson 1965 #A65]

Ohabolana433 Andevolahy mielo, ka manampina ny anjara-masoandrony. [Houlder 1895]
Andevolahy mielo: manakona ny anjara-masoandrony. [Cousins 1871 #188]
Andevolahy mielo mena, ka manakona ny anjara masoandrony. [Veyrières 1913 #521]
Ankizilahy mielo ka manakona ny anjara-masoandrony. [Rinara 1974 #278]
Dikanteny frantsay Esclave qui s' abrite sous un parasol rouge : il se prive de sa part de soleil, seule chose qui lui appartienne. [Veyrières 1913 #521]
Une esclave avec un parasol, elle cache sa part de soleil. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay En cherchant à s' élever on trouve des inconvénients. [Veyrières 1913 #521]

Ohabolana434 Andevolahy mikalo hariva: tsy alahelo fa kibo tsy feno. [Houlder 1895]
Andevolahy mikalo maraina, na hariva : tsy alahelo, fa kibo tsy voky. [Veyrières 1913 #524]
Andevolahy mikalo maraina : tsy alahelo, fa kibo tsy voky. [Cousins 1871 #189]
Mpanompo mikalo hariva : tsy alahelo fa kibo tsy feno. [Rinara 1974 #2601]
Dikanteny frantsay Esclave qui fait entendre, le matin ou le soir, des chants plaintifs : ce n' est pas le chagrin qui le fait gémir, mais c' est qu' il n' a pas le ventre plein. [Veyrières 1913 #524]
Un esclave chantant plaintivement le soir: ce n' est pas de tristesse, mais de faim. [Houlder 1895 #1583]
Fanazavana frantsay Ce proverbe était dit par ceux qui avaient à travailler, le ventre vide. [Veyrières 1913 #524]

Ohabolana435 Andevolahy mitono jabora, ka levona mbamin' ny lohaliny. [Houlder 1895 #1584, Veyrières 1913 #525, Rinara 1974 #279]
Ankizilahy mitono jabora ka levona mbamin' ny lohaliny. ]
Dikanteny frantsay Esclave qui fait griller de la graisse sur le feu : il fait griller son genou avec la graisse. [Veyrières 1913 #525]
Un esclave faisant rôtir de la graisse sur le feu: il rôtit son genou avec. [Houlder 1895 #1584]

Ohabolana436 Andevolahy mizaha lanonana : tonga vao lasa maka kitay. [Veyrières 1913 #526]
Dikanteny frantsay Esclave qui est allé assister à des réjouissances publiques : à peine est-il rentré qu' il lui faut repartir pour chercher la provision de paille à brûler. [Veyrières 1913 #526]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui se laissent détourner de leurs occupations et sont ensuite obligés de les accomplir. [Veyrières 1913 #526]

Ohabolana437 Andevolahy nifaham-boatavo : zara fa nihinana. [Veyrières 1913 #528, Cousins 1871 #191]
Hovalahy nifaham-boatavo, ka zara raha nifahana. [Houlder 1895 #1424, Veyrières 1913 #493]
Dikanteny frantsay Esclave qui a reçu une citrouille : heureusement qu' il a mangé. [Veyrières 1913 #528]
Les Hova en général n' étaient pas riches. [Veyrières 1913 #493]
Un Hova que l' on a nourri de courge, il aurait pu avoir encore moins! [Houlder 1895 #1424]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait le sort misérable des pauvres gens et qu' ils devaient se contenter de peu. [Veyrières 1913 #528]
Hova qui s' est nourri de citrouilles : il est heureux de s' être nourri. [Veyrières 1913 #493]

Ohabolana438 Andevolahy nifahana ondry : tafahaona samy main-dranjo. [Veyrières 1913 #529, Cousins 1871 #192]
Dikanteny frantsay Esclave qui a mangé du mouton : c' est la rencontre de deux êtres qui ont les jambes maigres. [Veyrières 1913 #529]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait le sort misérable des esclaves. [Veyrières 1913 #529]

Ohabolana439 Andevolahy nifahana ondry : voky ny tonony ihany, ka tsy misy hasiana ny nahandrony. [Veyrières 1913 #530, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Esclave qui a mangé du mouton : repu par les grillades de viande, il n' a plus de place dans son ventre pour ce qui cuit dans la marmite. [Veyrières 1913 #530]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui étaient trop pressés de manger. [Veyrières 1913 #530]

Ohabolana440 Andevolahy nizaha lanonana : any amy ny kitay ihany no eritreritra. [Cousins 1871]
Andevolahy nizaha lanonana : any amin' ny kitay ihany no entreritra. [Veyrières 1913 #531]
Dikanteny frantsay Esclave qui est allé assister à des réjouissances publiques : il a toujours à la pensée la paille à brûler qu' il lui faut ramasser. [Veyrières 1913 #531]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas flâner quand on a du travail à faire. [Veyrières 1913 #531]

Ohabolana441 Andevolahin' ny hariana ny aina. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay La vie est l' esclave des richesses. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui sacrifient leur vie pour acquérir des richesses. [Veyrières 1913 #6270]

Ohabolana442 Andevolahin-telopolo mitaingina ariary zato. [Veyrières 1913 #501]
Dikanteny frantsay Esclave de trente piastres, à cheval sur cent piastres. [Veyrières 1913 #501]
Fanazavana frantsay Les chevaux, alors très rares, coûtaient plus cher que les esclaves. [Veyrières 1913 #501]

Ohabolana443 Andevolahy ondanam-hady : atao avaratra, mianatsimo loha ; atao atsimo, tototry ny kitay. [Cousins 1871 #195]
Manao andevolahy ondanam-bady : atao avaratra, mianatsimo loha ; atao atsimo, tototry ny kitay. [Veyrières 1913 #564]
Dikanteny frantsay Esclave qui sert d' oreiller à sa femme : il ne sait de quel côté se tourner ; si elle allonge ses pieds vers le nord, on crie au scandale en voyant qu' elle a la tête au sud comme les sorciers ; si elle les allonge vers le sud, elle a la tête au nord près du foyer, couverte de paille et de brindilles entassées pour entretenir le feu. [Veyrières 1913 #564]
Fanazavana frantsay Toutes les cases ou maisons malgaches étaient orientées de la même façon, et tous les objets à l' intérieur de la case avaient la même disposition ;. [Veyrières 1913 #564]

Ohabolana444 Andevolahy tsy mahatra-drasa : any avara-tanàna vao mingoso anabavy. [Cousins 1871 #196, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Esclave qui a manqué la distribution de viande de boeuf : il s' en va au nord du village pour jurer par sa soeur. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens en colère qui ne manifestaient pas sur l'heure leur mécontentement. [Veyrières 1913 #532]

Ohabolana445 Andevolahy tsy mahatra-drasa : miapoka ery atsimom-patana. [Veyrières 1913 #533]
Dikanteny frantsay Esclave qui a manqué la distribution de viande de boeuf : il va se coucher, le coeur gros au sud du foyer. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay La distribution, une fois faite, ne se recommence pas ; les absents n' ont qu'à s'en mordre les doigts. [Veyrières 1913]

Ohabolana446 Andevo lavenom-potsy : raha lolohavina manditso-maso. [Veyrières 1913 #535]
Dikanteny frantsay L' esclave c' est comme la cendre : portée sur la tête, cela aveugle. [Veyrières 1913 #535]
Fanazavana frantsay Les esclaves bien traités prennent le dessus sur leurs maîtres. [Veyrières 1913 #535]

Ohabolana447 Andevo maro tompo, ka mifidy ny avo tokonana. [Rinara 1974 #212]
Andevo maro tompo: mifidy izay avo tokonana. [Veyrières 1913 #536, Cousins 1871 #172]
Dikanteny frantsay Esclave qui est à plusieurs maîtres : il travaille d' abord pour celui qui est le plus riche. [Veyrières 1913 #536]

Ohabolana448 Andevo maty tompo : raha tsy matim-panompoana, maty voky. [Houlder 1895 #1587, Veyrières 1913 #2840]
Dikanteny frantsay Esclave dont le maître vient de mourir : s' il ne meurt pas d' excès de travail, il mourra d' un excès de nourriture. [Veyrières 1913 #2840]
Un esclave dont le maître vient de mourir: s' il ne meurt pas de travail, il mourra de trop manger. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Allusion aux distributions de viande dans les funérailles. [Veyrières 1913 #2840]
Aux funérailles il y avait beaucoup à faire pour recevoir les gens, tuer les bœufs, etc., mais c' est aussi alors qu' il y avait le plus à manger. [Houlder 1895]

Ohabolana449 Andevo miompa andriana, ka raha tsy omby any am-body rova, tsy vita. [Veyrières 1913 #537]
Dikanteny frantsay Esclave qui prononce des imprécations contre un noble : il sera jugé par le plus haut tribunal. [Veyrières 1913 #537]

Ohabolana450 Andevon' andevo. [Veyrières 1913 #538]
Dikanteny frantsay C' est la lie du peuple, des esclaves dont les maîtres eux-mêmes sont esclaves. [Veyrières 1913 #538]

Ohabolana451 Andevon--drazana ; andevo ompikely. [Veyrières 1913 #539]
Dikanteny frantsay Esclaves qui viennent des ancêtres ; il y a des esclaves qui servent de génération en génération dans une famille, on les appelle esclaves qui viennent des ancêtres, esclaves nés et nourris dans la famille. [Veyrières 1913 #539]
Fanazavana frantsay Ils sont dignes de respect. [Veyrières 1913 #539]

Ohabolana452 Andevon--trova : mandady miditra. [Samson 1965 #A63]

Ohabolana453 Andevo tokana amin' Andriana: raha tsy matin’ iraka, maty voky. [Houlder 1895 #1536, Cousins 1871 #171]
Andevo tokana amin' andriana : raha tsy matin' iraka, maty voky ; raha tsy maty voky, matin' iraka. [Veyrières 1913 #540]
Andevo tokana an-trano, ka raha tsy matin' iraka, maty voky. [Rinara 1974 #213]
Dikanteny frantsay Celui qui est seul esclave chez un noble : s' il ne meurt pas accablé de travail, il meurt d' indigestion; s' il ne meurt pas d' indigestion, il meurt accablé de travail. [Veyrières 1913 #540]
L' unique esclave d' un noble: s' il ne meurt pas de travail, il mourra de l' excès de nourriture. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il a beaucoup a faire, mais aussi beaucoup à manger. L' esclavage fut aboli à Madagascar le 27 Septembre 1896 par M. Laroche, résident général. [Houlder 1895]
Se disait des maîtres capricieux qui se montraient tantôt d'une bonté excessive, tantôt d' une cruelle exigence ; il se disait aussi des gens accablés de travail. [Veyrières 1913 #540]

Ohabolana454 Andevo tsy mba namana. [Veyrières 1913 #541]
Dikanteny frantsay Les esclaves et les hommes libres ne vont pas de pair. [Veyrières 1913 #541]
Fanazavana frantsay On ne se confie pas à un esclave. [Veyrières 1913 #541]

Ohabolana455 Andilam-pangaraka. [Veyrières 1913 #6720]
Dikanteny frantsay Taille de guêpe. [Veyrières 1913 #6720]
Fanazavana frantsay Se disait des tailles minces, et aussi d' une grande faim. [Veyrières 1913 #6720]

Ohabolana456 Andohalambo. [Veyrières 1913 #6618]
Dikanteny frantsay Cintre. [Veyrières 1913 #6618]
Fanazavana frantsay La pièce de cinq francs à l'effigie de Victor Emmanuel d' Italie, à cause des armes. [Veyrières 1913 #6618]

Ohabolana457 Andranobe leo menaka, ka tsy te-hijery tseroka an-tsena. [Rinara 1974 #214]
Andranobe leo-menaka: tsy te-hijery tseroka an-tsena. [Veyrières 1913 #1261, Cousins 1871 #198]
Randranobe leo-menaka tsy te-hijery solika an-tsena. [Rinara 1974 #3698, Cousins 1871 #2736]
Dikanteny frantsay Épouse bien repue de graisse dans sa maison : elle ne peut pas supporter la vue de l'huile au marché. [Veyrières 1913 #1261]
Fanazavana frantsay Se disait des femmes trop bien traitées par les maris et qui devenaient difficiles ; se disait aussi des personnes qui au marché, passaient avec dédain devant les étalages et dépréciaient par trop les marchandises. [Veyrières 1913 #1261]

Ohabolana458 Andranobe very laona ka miandry izay hingadonany. [Veyrières 1913 #1871, Cousins 1871 #199, Rinara 1974]
Rafotsibe very laona ka miandry izay hingadonany. [Rinara 1974]
Rafotsibe very laona : tsy mahavezivezy fa miandry izay ingadonany. [Rinara 1974 #230]
Randranobe very laona: miandry izay hingadonany. [Cousins 1871 #2740]
Randranobe very laona, tsy mitady fa mampandry sofina. [Rinara 1974 #240]
Dikanteny frantsay Femme qui a perdu son mortier à piler le riz : elle attend pour le recouvrer qu' on fasse du bruit en s' en servant. [Veyrières 1913 #1871]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui se croient rusés et qui sont peu actifs. [Veyrières 1913 #1871]

Ohabolana459 An-drano maneky an-tany manala volana. [Samson 1965 #A69]

Ohabolana460 An-drano manonohono, ambany saoka manontany. [Samson 1965 #A68]

Ohabolana461 An-drano tsy mahalà ny setroka. [Samson 1965]

Ohabolana462 Andrasan' amboa ohatra ny varavaran' ny mpitrosa. [Rinara 1974 #216]
Andrasan' amboa varavaranany mpitrosa. [Cousins 1871 #200, Nicol 1935 #356]
Ny trosa no iandrasan' amboa varavarana. [Rinara 1974 #3331]
Dikanteny frantsay Des chiens veillent à la porte des débiteurs. [Veyrières 1913 #4425]
La porte du débiteur est toujours gardée par un chien féroce. [Nicol 1935 #356]
Fanazavana frantsay C'est le jour qu'il faut frapper à la porte des débiteurs, car la nuit les chiens montent la garde. [Veyrières 1913 #4425]

Ohabolana463 Andraso ho folaka ny andro vao atao ny fandevenana. [Veyrières 1913 #2841]
Dikanteny frantsay Attendez que le jour soit à son déclin pour faire les funérailles. [Veyrières 1913 #2841]
Fanazavana frantsay Les Malgaches croyaient que cela portait malheur de faire les funérailles avant, car disaient-ils, enterrer lorsque le soleil est dans sa force c'est s' exposer à ce que la mortalité soit grande dans la famille. [Veyrières 1913 #2841]

Ohabolana464 Andriamahagaga sy Ramitandroavona: iza no haka kitay ? [Rinara 1974 #217, Cousins 1871]

Ohabolana465 Andriamanitra eny ho eny ihany. [Veyrières 1913 #3]
Andriamanitra etsy ho etsy ihany. [Veyrières 1913 #3]
Dikanteny frantsay Dieu est ici et là. [Veyrières 1913 #3]
Fanazavana frantsay Il est partout et pour tous ; il récompensera les bons et punira les méchants. [Veyrières 1913 #3]

Ohabolana466 Andriamanitra mby an-trano. [Veyrières 1913 #4]
Dikanteny frantsay C' est Dieu arrivé dans la maison. [Veyrières 1913 #4]
Fanazavana frantsay Cette expression se disait du soleil lorsque ses rayons pénètrent dans la maison ; elle se disait aussi de toute faveur inattendue, par exemple d'une guérison. [Veyrières 1913 #4]

Ohabolana467 Andriamanitra nanome, fa i Balita no tsy ambinina. [Rinara 1974 #218]

Ohabolana468 Andriamanitra no hamaly ka ho tonga tohatra hiakaranareo any an-danitra. [Veyrières 1913 #3]
Izay homenareo anie dia anjary tohatra hiakaranareo any an-danitra. [Veyrières 1913 #3]
Dikanteny frantsay Que Dieu vous récompense et que votre offrande devienne l' escalier qui vous fera monter au ciel. [Veyrières 1913 #3]
Fanazavana frantsay Paroles dites par les lépreux lorsqu' ils demandaient l' aumône. [Veyrières 1913 #3]

Ohabolana469 Andriamanitra tsy andrin' ny maika, andriko ihany. [Veyrières 1913 #6, Cousins 1871]
Andriamanitra tsy andrin' ny olona, andriko ihany. [Houlder 1895 #26, Rinara 1974 #219, Cousins 1871]
Andriamanitra tsy andrin' ny olona, andriko ihany ; fa tsy an' ny irery izy. [Veyrières 1913 #6]
Andriamanitra tsy andrin' ny sasany, andriko ihany. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Atao fampiononan-tena amin' ny ratsy ataon' ny sasany ny tena ny famalian' Andriamanitra, na ho ela na ho haingana, noho ny fahamarinany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Certains n' attendent pas Dieu mais moi je l' attends. [Houlder 1895]
D' autres comptent sans Dieu ; moi je compte sur lui, car je sais qu' il est pour tous et non pas pour un seul. [Veyrières 1913 #6]
Que d' autres, trop pressés, ne comptent pas sur Dieu ; moi je compte sur lui. [Veyrières 1913 #6]
Fanazavana frantsay C. à d. il faut savoir attendre patiemment la justice divine. [Houlder 1895]
Ces paroles sont dites aussi par celui auquel on donne tort et qui croit avoir raison. [Veyrières 1913 #6]
Il faut avoir un peu de patience : Dieu finit toujours par donner à chacun ce qu' il mérite. [Veyrières 1913 #6]

Ohabolana470 Andriamanitra tsy any ny irery. [Cousins 1871 #204]
Andriamanitra tsy an' ny irery. [Houlder 1895 #21]
Dikanteny frantsay Dieu n' est pas le Dieu d' un seul. [Houlder 1895 #21]

Ohabolana471 Andriamanitra tsy azo iambohoana. [Veyrières 1913 #9]
Dikanteny frantsay Impossible de tourner le dos à Dieu. [Veyrières 1913 #9]
Fanazavana frantsay Dieu voit tout ; il voit devant nous et derrière nous. [Veyrières 1913 #9]

Ohabolana472 Andriamanitra tsy eny ho eny ihany. [Cousins 1871]
Andriamanitra tsy etsy ho etsy ihany. [Cousins 1871]

Ohabolana473 Andriamanitra tsy mba lavitra. [Veyrières 1913 #10]
Dikanteny frantsay Dieu n' est pas loin. [Veyrières 1913 #10]
Fanazavana frantsay Dieu est témoin de toutes nos actions. [Veyrières 1913 #10]

Ohabolana474 Andriamanitra tsy mba mankarary olona. [Veyrières 1913 #11]
Dikanteny frantsay Ce n' est pas Dieu qui rend les hommes malades. [Veyrières 1913 #11]
Fanazavana frantsay Les Malgaches croyaient que les maladies venaient des mauvais sorts jetés par les sorciers. [Veyrières 1913 #11]

Ohabolana475 Andriamanitra tsy omen-tsininy, Zanahary tsy omem-pondro, fa ny olombelona no be siasia. [Veyrières 1913, Rinara 1974]
Andriamanitra tsy omen-tsiny, Zanahary tsy omem-pondro ; fa ny olombelona no be siasia. [Cousins 1871 #206, Nicol 1935 #50]
Dikanteny frantsay Dieu est sans reproche, le Créateur est sans malice ; mais c’est l’homme qui ne tient pas en place. [Nicol 1935 #50]
En Dieu il n' y a aucune faute, dans le Créateur il n' y a pas de défaut ; c' est aux hommes qu' appartiennent les fautes et les erreurs. [Veyrières 1913 #12]

Ohabolana476 Andriamanitra tsy tia ratsy. [Houlder 1895 #18, Cousins 1871 #205]
Dikanteny frantsay Dieu hait le mal. [Houlder 1895 #18]

Ohabolana477 Andriamatahitra tsy tia foza : omeo anahy ny takony hihinanako ny tainy. [Samson 1965 #A66]

Ohabolana478 Andriamatoa erý am-pasam-bato, Andriamatoa Andriamahandrimanana: aza misorona olona adala, na manarana olom-bodo. [Cousins 1871 #209, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Andriamatoa qui reposez dans votre tombeau de pierre, Andriamatoa surnommé le noble qui garde bien ce qu' il possède, écoutez : il ne faut pas avoir trop de condescendance pour les sots, ni satisfaire les caprices d' une personne sans expérience. [Veyrières 1913 #6494]
Fanazavana frantsay Ce proverbe faisait allusion à une légende. [Veyrières 1913 #6494]

Ohabolana479 Andriamatoa mihanta ny ditra, fa Ifaralahy mandatsa ny nenina. [Rinara 1974]
Andriamatoa mihanta ny ditra, faralahy mandatsa ny nenina. [Houlder 1895 #424, Veyrières 1913 #6340, Cousins 1871 #207]
Dikanteny frantsay L' aîné ne se gêne pas par entêtement, et le cadet insulte au malheur. [Veyrières 1913 #6340]
L' entêtement est comme un frère aîné volontaire, et le regret comme un frère cadet qui vous fait des reproches. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay A la vue de la folie des autres, réglez votre conduite. [Veyrières 1913 #6340]

Ohabolana480 Andriamatoa no hahefa raharaha, ka Ikotokely no voadabodaboka. [Rinara 1974]
Andriamatoa no hahefa raharaha, ka Ikotokely no voahavokavoka. [Veyrières 1913 #6469, Cousins 1871 #208]
Dikanteny frantsay C' est Andriamatoa l' aîné, qui entreprend, et c' est Ikotokely le cadet, qui est battu. [Veyrières 1913 #6469]
Fanazavana frantsay Payer pour les autres. [Veyrières 1913 #6469]

Ohabolana481 Andriamatoa no hendry ka Ifaralahy maditra no tian--dray sy reniny. [Rinara 1974 #233]

Ohabolana482 Andriambaviny Vonizongo: mitafy jabo, ka manao fehin-tongotra. [Cousins 1871 #210]
Andriambavin' Ivonizongo, mitafy jabo manao fehin-tongotra. [Rinara 1974 #234]
Andriambavy Vonizongo: mitafy jabo ka manao fehin-tongotra. [Houlder 1895 #1510]
Aza manao andriambavin' ny Vonizongo : mitafy jabo, ka manao fehin-tongotra. [Veyrières 1913 #2278]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme les dames nobles des Vonizongo : mal habillées, elles portent des anneaux d' argent aux bras et aux pieds. [Veyrières 1913 #2278]
Une princesse du Vonizongo: elle porte un pauvre vêtement, et pourtant se met des bracelets (d' argent) aux pieds. [Houlder 1895 #1510]
Fanazavana frantsay Se disait des riches avares qui vont mal vêtus. [Veyrières 1913 #2278]

Ohabolana483 Andriambohitra. [Veyrières 1913 #1609]
Dikanteny frantsay Chacun est maître dans son enclos. [Veyrières 1913 #1609]

Ohabolana484 Andriam-borivory. [Veyrières 1913 #469]
Dikanteny frantsay Prince violent et despote. [Veyrières 1913 #469]
Fanazavana frantsay Sens général : agir par la force, avec violence, en abusant de sa puissance. [Veyrières 1913 #469]

Ohabolana485 Andrianaivo no manao, ka Andriantompoinandriana no iantsamboran-doza. [Rinara 1974 #235, Cousins 1871 #211]

Ohabolana486 Andrianaivo no maty vady, ka Andrianirina no mandry irery. [Veyrières 1913 #1172, Rinara 1974 #236, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay La femme de Randrianaivo est morte, et Andrianirina couche seul. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ayant vu la femme de Randrianaivo mourir, Andrianirina hésite alors à se marier. [Houlder 1895]
Andrianaivo a perdu sa femme, et Andrianirina reste seul. [Veyrières 1913 #1172]
Cette mort fait hésiter Andrianirina à se marier. [Veyrières 1913 #1172]

Ohabolana487 Andrianampoinimerina aza tsy mahafa-badin' olona. [Veyrières 1913 #1358]
Dikanteny frantsay Le roi Andrianampoinimerina lui-même ne peut pas accorder le divorce à une femme mariée. [Veyrières 1913 #1358]
Fanazavana frantsay Le mari seul pouvait accorder le divorce à sa femme. [Veyrières 1913 #1358]

Ohabolana488 Andriana tsy ialan-kaforo, tsy masina. [Veyrières 1913 #367]
Dikanteny frantsay Un souverain auquel on ne sacrifie pas ses forces et sa vie, c' est un souverain qui n' est pour ainsi dire pas encore sacré. [Veyrières 1913 #367]
Fanazavana frantsay On se doit tout entier au souverain. [Veyrières 1913 #367]

Ohabolana489 Andriandahin' i Malaza : miantsena, lanjaina ; nony mody, milanja ondry. [Veyrières 1913 #470, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Seigneur de Malaza : quand il va au marché, il est porté en palanquin ; quand il revient du marché, il porte un mouton sur ses épaules. [Veyrières 1913 #470]
Fanazavana frantsay Allusion à un seigneur riche, mais original et de peu de tenue ; se disait en guise de moquerie. [Veyrières 1913 #470]

Ohabolana490 Andriandrainazy tsy manam-panjakana; andriana, lozabe tsy monina amim-bahoaka. [Houlder 1895 #1420]
Andriandrainazy, tsy manam-panjakana ; lozabe, tsy monina amin' olona. [Veyrières 1913 #186, Rinara 1974 #231, Cousins 1871 #213]
Dikanteny frantsay Un chef est-il débonnaire ? c’est le gâchis ; est-il cruel ? c’est la terreur. [Nicol 1935 #252]
Un roi trop débonnaire ne règne pas ; un roi trop sévère n' a pas de commerce avec les hommes, car on s' écarte de lui. [Veyrières 1913 #186]
Un souverain trop indulgent n' a pas de royaume (ou d' autorité); mais un souverain trop dur n' obtient pas l' affection de son peuple (litt. n' habite pas avec son peuple). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il faut un juste milieu. [Veyrières 1913 #5770]

Ohabolana491 Andrianjafy nanao ny lalàna no nihinana ny fotsimbary aloha. [Houlder 1895, Veyrières 1913]
Andrianjafy nanao ny lalàna no nihinana ny fotsimbary nialoha. [Cousins 1871]
Andrianjafy nanao ny lalàna no nihinana ny fotsimbary voalohany. [Rinara 1974 #232]
Dikanteny frantsay C' est Andrianjafy, le législateur, qui a mangé du riz blanc le premier. [Veyrières 1913 #277]
C' est Andrianjafy, le législateur qui a mangé le riz blanc le premier. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Hommage rendu au législateur. [Veyrières 1913 #277]

Ohabolana492 Andrianjato, Andrianarivo, aza manao Andrianentoarivo mitsara tsy mahefa mitsara aman-kodiny. [Veyrières 1913]
Aza manao toa an' Andrianentoarivo izay manameloka tsy milaza ny antony, ka sady mitsara no manenda-koditra. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Princes et seigneurs, qui que vous soyez, ne jugez pas comme Andrianentoarivo qui condamne sans jugement et sans dire le motif de la condamnation, mais qui juge en enlevant la peau du tanguin et en administrant le poison. [Veyrières 1913 #3332]
Fanazavana frantsay Allusion à la cruauté d'Andrianentoarivo qui non content d'administrer le poison aux poulets par l' épreuve du tanguin, l'administra le premier aux hommes : ce proverbe remonte à l' époque du roi Andrianjaka au commencement du XVIIe siècle. [Veyrières 1913 #3332]

Ohabolana493 Andrian-kitondra tsy mabolan’ ota. [Cousins 1871 #215]

Ohabolana494 Andrianteloray nafatotr' Andrianampoinimerina amin' ny Avaradrano, ombalahy nafatotra amin' ny ambora. [Veyrières 1913 #5162]
Dikanteny frantsay Les Andrianteloray et les Avaradrano, ce sont taureaux liés avec le bois ambora. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Paroles dites par le roi Andrianampoinimerina pour signifier l' union inséparable des castes nobles appelées Andrianteloray et des habitants de l'Imerina, au nord de l'Ikopa ; passées en proverbe, elles signifient une union inséparable. L' ambora est un bois dur et résistant. [Veyrières 1913]

Ohabolana495 Andry be fiankinana. [Veyrières 1913 #804]
Andry be fiankinana, vovonana iadian’ ny lohany. [Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Celui sur qui repose la gestion d' une affaire ou le gouvernement d' une société, est une colonne solide. [Veyrières 1913 #804]
Colonne de soutènement, faîtage où aboutissent les chevrons. [Nicol 1935 #352]

Ohabolana496 Andry boboka : ny fahavalo tsy aiza fa eo am-povoan-trano. [Rinara 1974 #246]
Fahavalo tsy lavitra toa andry boboka eo ampovoan-trano. [Rinara 1974 #1054]

Ohabolana497 Andringitra anie ka saro-javatra : ny zavatra moa no haninona fa hianao no tia katsakatsaka. [Rinara 1974]
Andringitra anie koa saro-javatra : ny zavatra moa no haninona, fa hianao no tia katsakatsaka. [Veyrières 1913 #66, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Comme c' est l' Andringitra, il est dangereux à cause des esprits; pourtant ils ne vous feraient rien si vous n' y alliez rôder (.... ce qui peut-être les dérange). [Houlder 1895]
Montagne Andringitra dont le séjour est impossible à cause des esprits : les esprits ne feraient rien, c' est vous qui cherchez le danger. [Veyrières 1913 #66]
Fanazavana frantsay C. à. d. c' est vous qui vous exposez volontairement au danger; l'Andringitra est une montagne au nord-ouest de Tananarive, qu' on dit hantée par les esprits des Vazimba, les premiers habitants du pays. [Houlder 1895]
Il ne faut pas s'exposer au ressentiment des Vazimba qui hantent l'Andringitra, au nord-ouest de Tananarive. [Veyrières 1913 #66]

Ohabolana498 Andry ombin' ankizy, ka raha tsy afa-po mifamerina. [Rinara 1974 #247]
Ny fitia toy ny andry ombin' ankizy : afa-po dia misaraka, tsy afa-po mifamerina. [Veyrières 1913 #5117]
Dikanteny frantsay L' amour, c'est comme les enfants qui gardent les boeufs : si on en a assez, on se sépare ; si on n' en a pas assez, on se donne encore rendez-vous. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Allusion aux enfants qui jouent ensemble en gardant les boeufs. [Veyrières 1913]

Ohabolana499 Andry ombin' Ifiringa adala, ka ny aloha voatora-tandroka, ary ny aoriana voafola-drambo. [Houlder 1895]
Andry ombin' Ifiringa adala, ny aloha voatoran-tandroka, ny aoriana voafola-drambo. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Firinga le sot (ou le cruel) gardant les bœufs: il lance des pierres aux cornes de ceux qui vont devant, et il tord la queue de ceux qui vont derrière. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce n' est pas ainsi qu' il faut traiter les bœufs. [Houlder 1895]

Ohabolana500 Andry ombin' Imalemifanahy : ny noana voasafosafo, ny voky voalambolambo. [Rinara 1974 #249]

Ohabolana501 Andry ondrin' Ikotokely, ka ny maty no ananam-be. [Rinara 1974 #250]
Ikotokely miandry ondry ka ny maty no ananam-be. [Rinara 1974 #1394]
Ikotokely miandry ondry, ka ny maty no ananany. [Houlder 1895 #1445, Veyrières 1913 #554]
Ikotokely miandry ondry: ny maty no ananany. [Cousins 1871 #1109]
Dikanteny frantsay Ikotokely est gardien de brebis : quand une brebis meurt, c' est alors qu' il a une grande part. [Veyrières 1913 #554]
Le petit gamin gardant des moutons: c' est de ceux qui ont péri seulement qu' il lui revient quelque chose. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il n' a encore aucun salaire, mais lorsqu' un animal périt par accident, il attrape un morceau de viande. [Houlder 1895]
Se disait des esclaves appartenant à des maîtres exigeants et cruels ; ils se réjouissaient des pertes de leurs maîtres, car ils pouvaient manger les bêtes qui mouraient ; on appliquait ce proverbe à tous ceux qui profitaient des pertes des autres. [Veyrières 1913 #554]

Ohabolana502 Andry telo itoviana aman' olona. [Veyrières 1913 #836, Rinara 1974 #251]
Andry telo itoviana amin' olona. [Houlder 1895 #849, Cousins 1871 #201]
Dikanteny frantsay Tout le monde se ressemble en ayant trois piliers. [Houlder 1895]
Trois piliers dans la case : c' est par à qu' on ressemble à tout le monde. [Veyrières 1913 #836]
Fanazavana frantsay Allusion aux trois piliers de bois des anciennes cases malgaches qui soutenaient le toit. Il est donc ridicule de se vanter d' une chose que tout le monde possède. [Houlder 1895]
Malgré l' inégalité des conditions, tout le monde se ressemble à certains points de vue : tout le monde habite des cases construites de la même façon, avec trois piliers. [Veyrières 1913 #836]

Ohabolana503 Andri-tranon’ Ikaladedaka : ny any ny tena feno tain’ akoho, ka ilaozana mifafa ny an’ olona. [Cousins 1871 #216]
Andry tranon' Ikaladedaka : ny an' ny tena feno tain' akoho, ka ilaoza-mifafa ny an' olona. [Rinara 1974]

Ohabolana504 Andro ahamaizan' ny trano mitondra afo am-bilany kely, fa nony ampitso manao fanilo miohatra ny loha. [Rinara 1974]
Andro hamaizan' ny trano dia manao afo am-bilany kely, fa rahampitso manao afo am-borodamba. [Houlder 1895 #724]
Andro hamaizan-trano mitondra afo am--bilany kely; fa nony afaka eo, manao fanilo main’ andro. [Veyrières 1913 #5324, Cousins 1871 #217]
Dikanteny frantsay Le jour de l' incendie de la maison on porte du feu dans une petite marmite ; ce jour passé, on porte des torches en plein soleil. [Veyrières 1913]
Le jour où votre maison brûle vous portez du feu dans une petite marmite, mais le lendemain vous le portez dans un chiffon. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le danser écarté, on oublie vite et on recommence à faire des imprudences. [Veyrières 1913 #5324]
Les allumettes étaient autrefois inconnues à Madagascar. On allait chercher du feu chez le voisin - des braises - que l'on transportait dans une marmite ou un tesson, ou seulement dans un chiffon; ce manque de précautions pouvait causer l'incendie de la case au toit de chaume. [Houlder 1895]

Ohabolana505 Andro mahatsara vahiny. [Veyrières 1913 #6539]
Dikanteny frantsay Au crépuscule du soir, lorsqu' il est clair : il favorise les voyageurs. [Veyrières 1913 #6539]

Ohabolana506 Andro mandrorona. [Veyrières 1913 #6540]
Dikanteny frantsay Quand le jour descend, depuis midi jusqu' au coucher du soleil. [Veyrières 1913 #6540]

Ohabolana507 Androm-balala. [Veyrières 1913 #3094]
Dikanteny frantsay Temps lourd avec brise accablante, est un jour à sauterelles. [Veyrières 1913 #3094]

Ohabolana508 Androm-boron-dolo. [Veyrières 1913 #6541]
Dikanteny frantsay Au moment des hiboux : quand la pluie tombe avec de beaux rayons de soleil. [Veyrières 1913 #6541]

Ohabolana509 Andro misandratra. [Veyrières 1913 #6542]
Dikanteny frantsay Quand le jour monte, depuis le lever du soleil jusqu' à midi. [Veyrières 1913 #6542]

Ohabolana510 Andron-dolo. [Veyrières 1913 #6543]
Dikanteny frantsay Au moment des esprits, le matin au lever du soleil lorsque l'horizon est rouge. [Veyrières 1913 #6543]

Ohabolana511 Androngo an' asa: (amin' ny tany asaina) ka samy miaro ny rambony tsy ho tapaka. [Rajemisa 1985]
Androngo an-asa : ka samy miaro ny rambony tsy ho tapaka. [Houlder 1895 #1170, Rinara 1974 #235, Cousins 1871 #218]
Fanazavana malagasy Samy mamonjy ny ainy avy raha misy olona miasa tany fa sao tapaky ny angady eo ny rambo. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Des lézards dans la terre qu' on laboure: chacun s' esquive pour sauver sa queue (pour l' empêcher d' être coupée par les coups de bêche). [Houlder 1895]

Ohabolana512 Androngo efa hita ka na mitsipelika aza tsy mahataitra intsony. [Rinara 1974 #236]
Androngo efa hita : na mitsipelika aza, tsy mahataitra intsony. [Veyrières 1913 #5685, Cousins 1871 #219]
Dikanteny frantsay Lézard qui s' est montré : il a beau s' agiter, il n' effraie plus. [Veyrières 1913 #5685]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qu'on ne redoute plus. [Veyrières 1913 #5685]

Ohabolana513 Androngolahy manetsa : mandro matetika vao mavo lamosina. [Rinara 1974 #237]
Androngolahy manetsa : mandro matetika vao mavo lamosina ; tongo-dririnina : hosoran-tsavony vao mihavasoka. [Veyrières 1913 #701, Cousins 1871 #227]
Dikanteny frantsay Lézard à l' époque du repiquage du riz : il prend des bains fréquents et il a le dos sale ; les pieds en hiver, on les enduit de savon et ils sont ternes. [Veyrières 1913 #701]
Fanazavana frantsay Se disait des officiers concussionnaires. [Veyrières 1913 #701]

Ohabolana514 Androngolahy milanja voantay : izy milanja ny manga indray no milaza manehi-nify. [Veyrières 1913 #700, Cousins 1871 #223]
Androngo milanja voatay : ny milanja ny manga indray no milaza ho manehi-nify. [Rinara 1974 #241]
Aza manao androngolahy milanja voantay, ka izy milanja ny manga indray no milaza manehi-nify. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Lézard qui porte un bousier : il porte une riche proie, et voilà qu' il se plaint d' avoir mal aux dents. [Veyrières 1913 #700]
Fanazavana frantsay Le peuple est exploité, et ce sont les exploiteurs qui se plaignent. [Veyrières 1913 #700]

Ohabolana515 Androngo may, antsiantsy mirehitra: izay may mamonjy rano. [Rinara 1974 #238, Cousins 1871 #220]

Ohabolana516 Androngo mangataka, ka ny mody no ady. [Rinara 1974 #242]
Androngo nangataka ka ny mody no adiny. [Rajemisa 1985]
Androngo nangataka : ny mody no adiny. [Veyrières 1913 #703, Cousins 1871 #224]
Dikanteny frantsay Lézard qui est allé chasser : le difficile c' est de rentrer chez lui. [Veyrières 1913 #703]
Fanazavana frantsay Se disait des concussionnaires, mais aussi du sens propre, de ceux qui revenaient après une chasse. [Veyrières 1913 #703]

Ohabolana517 Androngo miditra ala : ny tompon-tany ihany no aloha. [Veyrières 1913 #613, Cousins 1871]
Androngo miditra ala, ny tompon-tany no mialoha lalana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Lézards qui vont sous bois : ce sont les habitués du pays qui vont devant. [Veyrières 1913 #613]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait des chefs qui étaient les premiers, mais opprimaient le peuple ; dans un sens plus général, il signifiait que les gens habitués à un métier devaient donner l'exemple. [Veyrières 1913 #613]

Ohabolana518 Androngo milanja lolo : be am-pitondrana fa kely am--pihinanana. [Cousins 1871 #222, Nicol 1935 #360]
Dikanteny frantsay Lézard qui transporte un papillon : la charge est volumineuse, mais le profit maigre. [Nicol 1935 #360]

Ohabolana519 Androngo milanja vonin' avoko : ny mihinana tsy toy inona, fa ny mielo mena no tsy tanty. [Veyrières 1913 #704]
Androngo nilanja vonin' avoko, ny mihinana tsy ela, fa ny mielo mena no tsy tanty. [Rinara 1974 #245]
Androngo nilanja vonin' avoko: ny mihinana tsy toy inona, fa ny mielo mena no tsy tanty. [Cousins 1871 #226]
Dikanteny frantsay Lézard qui porte une fleur d'avoko : la manger, ce n' est pas une affaire, mais le dangereux c' est de porter un parasol rouge. [Veyrières 1913 #704]
Fanazavana frantsay La fleur d' avoko est rouge ; le proverbe fait allusion au parasol rouge, signe de la souveraineté ; le sens est que les officiers concussionnaires ne craignent que le souverain. [Veyrières 1913 #704]

Ohabolana520 Androngo nahazo voangory: ny mihinana tsy toy inona, fa ny mamolapolaka ny elany no tsy tanty. [Veyrières 1913 #702, Cousins 1871 #225, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Lézard qui a pris un hanneton : le manger n' est pas une affaire, mais le difficile c' est de briser ses ailes. [Veyrières 1913 #702]
Fanazavana frantsay S'appliquait aux officiers concussionnaires qui prenaient soin d'empêcher les résistances des exploités. [Veyrières 1913 #702]

Ohabolana521 Androngo: tapaka vao mirebika. [Rajemisa 1985]
Tapaka vao mirebika, tahaka ny androngo. [Rinara 1974 #4100]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona mifaly aorian' ny fahoriana nihatra taminy. [Rajemisa 1985]

Ohabolana522 Andro tsara ny miarim-bolana, ka soa ny tanteraka aminy, fa manantena ho feno. [Veyrières 1913 #67]
Dikanteny frantsay C' est un jour favorable que le treizième de la lune : les affaires entreprises ce jour-là réussiront, car on attend qu' il y ait plénitude. [Veyrières 1913 #67]
Fanazavana frantsay La lune sera pleine et l' affaire réussira parfaitement. [Veyrières 1913 #67]

Ohabolana523 Andro velona tsy mandihy, ka mirakaraka volo vao mitsinjaka toa mpamosavy. [Rinara 1974 #245]

Ohabolana524 Angabe nihanana : ny trebitrebiky ny rano ka reny fa ny vatabeny tsy hita. [Samson 1965 #A71]

Ohabolana525 Angady mondro nihadian-tany, ka midofoka ihany, fa tsy mety latsaka. [Veyrières 1913 #5429]
Angady mondro nihadian-tany: midofitra ihany fa tsy mety latsaka. [Houlder 1895 #2169]
Angady mondro nihadian-tany : mifototra ihany, fa tsy mety latsaka. [Veyrières 1913 #3654]
Angady mondro nihadian-tany : teo ihany fa tsy latsaka. [Rinara 1974]
Angady mondro nihadian-tany : teo ihany fa tsy nievotra. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Bêche usée dont on se sert pour creuser la terre, elle donne des coups, mais elle ne pénètre plus dans la terre. [Veyrières 1913 #5429]
Bêche usée qui a servi à creuser la terre : elle frappe fort, mais elle n' entre pas. [Veyrières 1913 #3654]
Une bêche tout usée ayant servi à labourer la terre: elle frappe fort (jusqu' au manche), mais n' enfonce pas beaucoup. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas oublier les bienfaits reçus. [Veyrières 1913 #5429]
Parce quelle est trop émoussée. [Houlder 1895]

Ohabolana526 Angady mondro sy reniakoho: izay mananda no resy. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Angady mondro sy reniakoho, ka izay mananda no resy. [Veyrières 1913 #4362]
Toy ny angady mondro sy ny reniakoho, ka izay mananda no resy. [Houlder 1895 #1197]
Toy ny angady mondro sy reniakoho : izay mananda no resy. [Cousins 1871 #3181]
Toy ny angadimondro sy reniakoho, ka izay mananda no resy. [Rinara 1974 #4260]
Fanazavana malagasy Enti-milaza zavatra roa mitovitovy vidy; ka raha ampifanakalozina dia resy izay manampy zavatra hafa. [Rajemisa 1985]
Izany hoe zavatra roa mitovy vidy izy roa ireo ka raha misy olona roa mifanakalo azy ireo, izay mbola manome sandany, na fanampiny, an' ilay iray hafa dia azo heverina ho resy, namaty antoka. [Rajemisa 1985]
Zavatra roa mitovy ka tsy tokony hisy hihevi-tena ho voa na mahavoa izay mahazo ny anankiray aminy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Comme une bêche usée et une poule (qu' on échange), celui qui donne quelque chose en plus y perd. [Houlder 1895]
Quand une vieille poule est échangée avec une bêche usée, c' est celui qui ajoute un supplément qui perd à l' échange. [Veyrières 1913 #4362]
Fanazavana frantsay Ce proverbe signifiait : de même valeur. [Veyrières 1913 #4362]
Parce que les deux choses sont considérées comme ayant exactement la même valeur. [Houlder 1895]

Ohabolana527 Angady tokana an-tanana, ka raha tapaka tsy misy hanakambanana azy. [Rinara 1974]
Angady tokana : ka raha tapaka, tsy misy tohiny. [Houlder 1895 #1863, Veyrières 1913 #899]
Angady tokana: raha tapaka tsy misy hanakambana azy indray. [Houlder 1895 #1857]
Dikanteny frantsay Une bêche unique: une fois cassée, il n' y en a pas d' autre pour la remplacer. [Houlder 1895]
Une bêche unique: une fois cassée, on n' en a plus d' autre. [Houlder 1895]
Une seule bêche : quand elle est cassée, on n' en a pas d' autre. [Veyrières 1913 #899]
Fanazavana frantsay Se disait de l' enfant unique. [Veyrières 1913 #899]

Ohabolana528 Angady tokana ny aina: raha tapaka tsy misy hasolo azy. [Cousins 1871 #228, Nicol 1935 #464]
Dikanteny frantsay La vie est une bêche unique : si elle se brise, plus moyen de la remplacer. [Nicol 1935 #464]

Ohabolana529 Angady tsy mahatapaka ahitra. [Veyrières 1913 #5975]
Fangady tsy mahatapaka ahitra. [Cousins 1871 #925]
Dikanteny frantsay Pioche émoussée ne peut pas couper l' herbe. [Veyrières 1913 #5975]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui n' osent pas user de leur pouvoir pour la répression, et de ceux qui sont incapables de trancher une difficulté. [Veyrières 1913 #5975]

Ohabolana530 Angaha noheverin-ko faty aho no nariana tamin' ny aretina ? [Rinara 1974 #256]

Ohabolana531 Angaha parasy no hivelona amim-bahiny ? [Rinara 1974]
Ny parasy no mivelona amin' ny vahiny. [Houlder 1895 #2159, Veyrières 1913 #1684]
Dikanteny frantsay Ce sont les puces qui vivent sur les étrangers. [Veyrières 1913 #1684, Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas faire comme elles. [Veyrières 1913 #1684]
Les gens ne doivent pas faire de même. [Houlder 1895]

Ohabolana532 Angaha varotr' alika no hifanerena ? [Rinara 1974 #257]
Dia varotra alika ve io no hifanerena. [Rinara 1974 #982]
Dia varotr’ alika va iny, ka hifanerena ? [Cousins 1871 #834, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Est-ce qu' il s' agit de vendre et d' acheter un chien, qu' il faille se presser ainsi l' un l' autre? [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les chiens n' avaient que peu de valeur et avaient peu d'amateurs; c' était une marchandise difficile à placer et facile à acheter. [Houlder 1895]

Ohabolana533 Angalisa rovi--kazo, ka anarany no sisa. [Houlder 1895 #1331]
Angalisa rovi--kazo, ka anaran-tsy very no sisa. [Rinara 1974]
Angalisa rovi--kazo, ka ny anarana no sisa. [Veyrières 1913 #407]
Angalisa rovi-kazo : ny anarany no sisa. [Cousins 1871 #229]
Basy angalisa rovi--kazo: anaran-tsy very no sisa. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Entimilaza zavatra, na olona koa aza, izay nahavita be tamin' ny androny, nefa efa antitra na simba ka ny anarany sisa mijanona. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Fusil anglais dont la crosse est usée : le nom seul lui reste. [Veyrières 1913 #407]
Un fusil dont le fût est vermoulu, il n' a plus de fusil que le nom. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay "Angalisa" est le nom du mousquet à pierre introduit à Madagascar d'Angleterre, il y a une centaine d' années. [Houlder 1895]
Se disait des guerriers usés par l' âge et la maladie ; et aussi de toutes les personnes ou choses usées. [Veyrières 1913 #407]

Ohabolana534 Angalisa zanaky ny tafondro : ny feon--drainy ihany no feon--janany. [Veyrières 1913 #956, Cousins 1871]
Tafondro niteraka angalisa, ka ny feon--drainy ihany no feon--janany. [Rinara 1974 #3970]
Dikanteny frantsay Le fusil est fils du canon : la voix du père est la voix du fils. [Veyrières 1913 #956]
Fanazavana frantsay Tel père, tel fils. [Veyrières 1913 #956]

Ohabolana535 Angamenavava ity : tsofina, tsy mirehitra ; avela, mivaivay. [Veyrières 1913 #346]
Dikanteny frantsay Il est comme un feu follet ou un ver luisant : on souffle, il ne s' allume pas ; on le laisse, il s' embrase. [Veyrières 1913 #346]
Fanazavana frantsay Se disait des gens suspects qui ne veulent pas faire d' aveux, et qui mettent le désordre dès qu'on les laisse tranquilles. [Veyrières 1913 #346]

Ohabolana536 Angamenavava ka samy mitsilo ny alehany. [Rinara 1974 #260]
Angamenavava, ka samy mitsilo ny halehany. [Houlder 1895 #1620]
Angamenavava: samy mitsilo ny tandrifiny. [Cousins 1871 #231]
Dikanteny frantsay Les vers luisants: ils éclairent eux-mêmes leur route. [Houlder 1895]

Ohabolana537 Anga-mifindra : miainga mianakaby. [Samson 1965 #A70]

Ohabolana538 Angano angano, arira arira, tsy izaho no mpandainga, fa ny ntaolo. [Veyrières 1913 #315]
Dikanteny frantsay Les contes sont des contes : ce n' est pas moi qui suis un menteur, ce sont les ancêtres qui nous les ont transmis. [Veyrières 1913 #315]

Ohabolana539 Angely ka samy maneno eo am--baravarany. [Rinara 1974 #261]
Angelilahy ka samy maneno am--baravarana. [Veyrières 1913 #3452]
Angely : samy maneno am--baravarany. [Cousins 1871 #232]
Dikanteny frantsay Les grillons : chacun chante sur la porte. [Veyrières 1913 #3452]
Fanazavana frantsay Se disait des gens batailleurs qui cherchent avec qui engager une querelle, mais ne sont forts qu' en paroles. [Veyrières 1913 #3452]

Ohabolana540 Angidi-miriorio, ka ho any an-kady no farany. [Veyrières 1913 #2990]
Dikanteny frantsay Libellule qui promène çà et là son vol égaré, finit dans le fossé. [Veyrières 1913 #2990]
Fanazavana frantsay Têtes légères se conduisant au hasard. [Veyrières 1913 #2990]

Ohabolana541 An-goboka hoatry ny mivaro-boanantsindrana. [Veyrières 1913 #4363]
An-goboka hoatry ny voanantsindrana. [Veyrières 1913 #4364]
An-goboka ihany, tahaka ny varo-boanatsindrana. [Rinara 1974 #262]
An-goboka, ohatra ny mivaro-boanatsindrana. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Cacher son vol comme la plante voanantsindrana cache ses fruits. [Veyrières 1913 #4364]
Rusé comme le marchand de fruits de voanantsindrana. [Veyrières 1913 #4363]

Ohabolana542 Angolain' ny fitia rafozana, ka ondry velona no hosoram-panasina. [Houlder 1895 #1840]
Angolangolain’ ny fitia rafozana, ka ondry velona no hosoram-panasina. [Veyrières 1913 #1436, Rinara 1974 #264, Cousins 1871 #235]
Dikanteny frantsay Poussé par l' amour de ses beaux-parents on sale un mouton vivant. [Veyrières 1913 #1436]
Pris d' une affection bizarre pour ses beaux-parents, il met au sel un mouton tout vivant. [Houlder 1895 #1840]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui faisaient des choses extraordinaires pour plaire à leurs beaux-parents. [Veyrières 1913 #1436]

Ohabolana543 Angolangolaim--badikely, ka hanary ny efa nihary. [Cousins 1871 #234]
Angolangolaim--badikely, ka manary ny efa nihary. [Rinara 1974 #263]
Rangahy nangolangolaim--bady kely, ka hanary ny efa nihary. [Veyrières 1913 #1404]
Rangahy nangolangolaim-bady kely ka nanary ny efa nihary. [Houlder 1895 #1823]
Dikanteny frantsay Ô homme marié qui te laisse prendre aux cajoleries d' une nouvelle épouse, ne vois-tu pas que tu rejettes sans raison celle qui est le vrai trésor amassé dans ta jeunesse. [Veyrières 1913]
Un vieillard, gâté par une jeune femme, renvoie celle qui avait amassé (pour lui). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il s' agit d' un homme qui prend une seconde (litt. petite) femme jeune, sur ses vieux jours, puis renvoie sa première femme qui était avec lui depuis longtemps, et avait ainsi beaucoup contribué à augmenter son bien. [Houlder 1895]
Sens général : préférer une petite chose à une plus grande. [Veyrières 1913 #1404]

Ohabolana544 Angolangolain' ny anaran--jaza: atao Andrianoly ka raha maty sarotra itaniana. [Houlder 1895]
Aza anganonganoina ny anaran--jaza, ka atao Andrianoly ; fa raha maty, saro-taniana. [Veyrières 1913 #1493, Cousins 1871]
Aza anganonganoina ny anaran' ny zaza, fa raha maty sarotra itomaniana. [Rinara 1974 #369]
Dikanteny frantsay Avoir donné un nom bizarre à son enfant: l' avoir appelé Andrianoly et, s' il meurt, pouvoir difficilement le pleurer. [Houlder 1895]
Ne donnez pas aux enfants des noms trop plaisants, par exemple : le Frisé, car s' ils meurent, on est très embarrassé pour prononcer leurs noms dans les lamentations funèbres. [Veyrières 1913 #1493]
Fanazavana frantsay Souvent les parents donnent à leurs enfants de vilains noms dans l'espoir d'en éloigner les mauvais esprits ou les influences néfastes qu' ils croient les menacer. Andrianoly vient sans doute de "Kinaoly" , nom d' êtres fabuleux à figure terrifiante. Pleurer un enfant portant le nom d' un de ces êtres malins eût été funeste. [Houlder 1895]

Ohabolana545 Angolangolako eo imasonao, fa raha takona anao fo hijaly. [Houlder 1895]
Angolangolako eo imasonao, fa raha takona anao foi-jaly. [Veyrières 1913 #5325]
Angolangolako eo imasonao, fa raha takona anao fo mijaly. [Rinara 1974 #265]
Dikanteny frantsay Bien traité en votre présence, mais abandonné quand vous n' êtes plus là. [Veyrières 1913 #5325]
Tant que je suis auprès de vous, j' ai des caprices (que vous me passez); mais quand je serai loin, j' aurai à souffrir. [Houlder 1895]

Ohabolana546 Angonim-poana toa lainga, fa raha tafavory mamoa-doza. [Rinara 1974 #266]

Ohabolana547 Angoronan--damba. [Veyrières 1913 #144]
Dikanteny frantsay C' est un sorcier et la peur qu' on a de ses sortilèges fait qu' on se cache sous le lamba. [Veyrières 1913 #144]
Fanazavana frantsay Les Malgaches avaient une grande frayeur des sorciers et au moindre bruit qu' ils entendaient la nuit, ils se cachaient sous leur natte ou leur lamba. [Veyrières 1913 #144]

Ohabolana548 Any Ambongo no maty, ka ny atý no voasiotsioka. [Cousins 1871, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay C' est à Ambongo qu' il y a un mort et ce sont les gens d' ici qui sont éventés. [Veyrières 1913 #2842]
Fanazavana frantsay Ce proverbe qui fait allusion à l' usage funèbre de l' éventail, se disait de la séparation de deux choses qui doivent aller ensemble. [Veyrières 1913 #2842]

Ohabolana549 Any aminao no fara fodiana. [Veyrières 1913 #1144, Cousins 1871 #262]
Any aminao no fara-fodiana ka aza latsaina. [Rinara 1974 #310]
Dikanteny frantsay C' est chez vous mon dernier asile. [Veyrières 1913 #1144]
Fanazavana frantsay Paroles d'une soeur à son frère, pour lui dire quelle reviendra chez lui si son mari meurt ou la répudie. [Veyrières 1913]

Ohabolana550 Any an' ala no mandoro tavy, ka Imerina no manjavona antoandro (hariva). [Rinara 1974 #311]

Ohabolana551 Any Betsileo no voky tsaramaso, ka atý Antananarivo no mivozihi-kibo. [Cousins 1871 #265]

Ohabolana552 Any milefona omby, ary etý mively rano. [Cousins 1871 #264]
Any milefona omby hianao, ary atý mively rano. [Houlder 1895 #506]
Dikanteny frantsay Là-bas vous tuez un bœuf avec une sagaie, ici vous frappez l' eau. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Vous voulez suivre deux maîtres. L' action de transpercer un bœuf d' une lance et celle de frapper l'eau faisaient partie des cérémonies de la prestation du serment de délité aux souverains. [Houlder 1895]

Ohabolana553 Any milefona omby, aty mamaky ampinga. [Rinara 1974 #313]

Ohabolana554 Anio milelaka ny lefona, ka no rahampitso dia hiohatra ny mandà. [Rinara 1974]

Ohabolana555 Anisaisana ny ratsy, hihavian’ ny soa. [Veyrières 1913 #6205, Cousins 1871 #236]
Anisanisaina ny ratsy hihavian' ny soa. [Rinara 1974 #268]
Anisanisana ny ratsy hihavian' ny soa. [Houlder 1895 #95]
Dikanteny frantsay Prévoir le mal est une source de bien. [Veyrières 1913 #6205]
Raconter le mal pour que le bien apparaisse. [Houlder 1895 #95]

Ohabolana556 Anjaingin' Imonjihasina no mahatafakatra ny Sakalava. [Veyrières 1913 #408, Rinara 1974 #269, Cousins 1871 #237]
Dikanteny frantsay C' est grâce au fer de lance d' Imonjihasina que les Sakalava sont montés à l' assaut. [Veyrières 1913 #408]

Ohabolana557 Anjaran' ny mpanan-karena ny milamin-tokantrano, fa tsy mba anay malahelo. [Veyrières 1913 #2485]
Dikanteny frantsay C' est bon pour les riches d' avoir un ménage bien en ordre, mais pas pour nous pauvres malheureux. [Veyrières 1913 #2485]
Fanazavana frantsay Excuses des femmes pauvres. [Veyrières 1913 #2485]

Ohabolana558 An-kadin-kary. [Veyrières 1913 #3233]
Dikanteny frantsay C' est comme dans un fossé habité par le chat sauvage. [Veyrières 1913 #3233]
Fanazavana frantsay Se disait des affaires peu claires, lorsqu' on était loin d' arriver à un accord ; autre sens : c' est à une longue distance. [Veyrières 1913 #3233]

Ohabolana559 Ankadivory masiaka amboa : mandany zara ny tompony. [Rinara 1974 #270, Cousins 1871 #239]
Masiaka amboa an-kadivory, ka mandany zara ny tompony. [Houlder 1895 #433, Veyrières 1913 #5703]
Masiaka amboa an-kadivory : mandany zara ny tompony. [Cousins 1871 #1646]
Masiaka amboa hadivory ka mandany zara ny tompony. [Rinara 1974 #2151]
Dikanteny frantsay Chien méchant dans un enclos : il enlève à ses maîtres, tous les bons partis de mariage, car on a peur d' entrer. [Veyrières 1913 #5703]
Un chien féroce qui se tient dans le fossé fera du tort à son maître. cause du chien, personne n' osera approcher. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des parents méchants qui étaient un obstacle au mariage de leurs filles. [Veyrières 1913 #5703]
S' il a une fille, par exemple, elle n' aura pas de prétendant, car, à. [Houlder 1895]

Ohabolana560 Ankehitriny izay adala no toa an-dreniny. [Veyrières 1913 #316, Cousins 1871 #38]
Dikanteny frantsay Les femmes qui ne surpassent pas leurs mères en sagesse sont des sottes. [Veyrières 1913 #316]
Fanazavana frantsay Les Malgaches traitaient d' imbéciles les femmes qui n' étaient pas en progrès sur leurs devancières. [Veyrières 1913 #316]

Ohabolana561 An-kibo tsy lany, molo-baky lilafina. [Samson 1965 #A74]

Ohabolana562 Ankitiny izay, hoy ny Sakalava. [Veyrières 1913 #3234, Cousins 1871 #240]
Dikanteny frantsay C' est bien, disent les Sakalava. [Veyrières 1913 #3234]
Fanazavana frantsay Manière de dire : c' est entendu, c'est réglé. [Veyrières 1913 #3234]

Ohabolana563 Ankizy lasa sakaiza, ka milalao vovoka irery. [Houlder 1895]
Ankizy lasa sakaiza, milalao vovoka irery. [Veyrières 1913 #1550]
Ankizy nilaozan-tsakaiza ka milalao vovoka irery. [Rinara 1974 #286, Rajemisa 1985]
Zaza diso sakaiza : milalao vovoka irery. [Veyrières 1913 #1550, Cousins 1871 #3775]
Zaza nilaozan-tsakaiza, ka sady milalao vovoka irery no tsy misy mpiara-mitomany. [Rinara 1974 #5096]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ireo rehetra mahatsiaro ny mahasingany azy tsy eo namana, ka voatery mamalifaly ny tenany irery. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Des enfants qui ont perdu leurs amis jouent tout seuls dans la poussière. [Houlder 1895 #1885]
Enfant qui n' a pas d'ami : il joue seul dans la poussière. [Veyrières 1913 #1550]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui se tenaient à l'écart. [Veyrières 1913 #1550]

Ohabolana564 Ankizy toa misy ambiny, lehibe toa tsy ampy kely, ohatra ny antitra nahazo bodokely. [Rinara 1974 #285]

Ohabolana565 An-koatra ny bonga toa hisy tafika, vilany misarona toa misy hena ary ny ahiahy tsy ihavanana. [Rinara 1974]
Ankoatry ny bonga toa hisy tafika; fandrahoan-kena mirakotra toa misy hena ; ary ny ahiahy tsy ihavanana. [Cousins 1871 #241]

Ohabolana566 An' ny andriana ny vy. [Veyrières 1913 #187]
Dikanteny frantsay Le fer est au souverain. [Veyrières 1913 #187]
Fanazavana frantsay Le souverain seul avait le droit de punir par le fer. [Veyrières 1913 #187]

Ohabolana567 Anoano be izany, ataovy izay ataonao ! [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Fantômes et chimères dont on te fait peur, tout cela ! fais ton oeuvre, va de l' avant ! [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui ont de vaines frayeurs et s' excusent d' agir. [Veyrières 1913 #5686]

Ohabolana568 An-ohatra ihany, ohatra ny afovato hazo. [Cousins 1871]

Ohabolana569 Anontanio izay amidiny, vao miady varotra. [Veyrières 1913 #4365, Cousins 1871 #244]
Anontanio izay hamidy vao miady varotra. [Rinara 1974 #288]
Dikanteny frantsay Demandez-lui pour combien il veut acheter avant de débattre le prix. [Veyrières 1913 #4365]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui ont la manie de débattre à outrance les prix. Autre sens : il faut consulter sa bourse avant d'acheter. [Veyrières 1913 #4365]

Ohabolana570 Anosizato milalao, ary ny terak’ Ambohimanarina manetsa ririnina; fararano an-tanan-dany tsy mba vatry ny olon-tsy hanana azy, fa vatran’ ny hanana azy. [Veyrières 1913 #6206, Cousins 1871 #243]
Anosizato milalao, ary ny terak' Ambohimanarina manetsa ririnina, fararano an-tanan-dany : tsy vatran' ny olona tsy hanana azy fa vatran' ny hanana azy. [Rinara 1974 #289]
Dikanteny frantsay Proverbe analogue à la fable de la cigale et de la fourmi : rira bien qui rira le dernier. [Veyrières 1913 #6206]
Fanazavana frantsay Anosizato s' amuse, et les gens d' Ambohimanarina plantent le riz en hiver ; être à l' époque de la moisson alors que les provisions s' épuisent, c' est bien pour ceux qui vont avoir une récolte, mais pas pour ceux qui n' en auront pas. [Veyrières 1913]

Ohabolana571 Antaimorona nivavaka : amaraina koa andro. [Samson 1965 #A79]

Ohabolana572 Antakay milañona: tsy ialam-potsy maso. [Houlder 1895]
Antankay milanona, tsy ialam-potsi-maso. [Samson 1965 #A75]
Fanazavana malagasy Antankay mivory tsy ialan' izay fotsy maso. + Ny mikapo-bary eny am-pamoloana no dia mahafotsy ny mason' ny ankabeazan' ny Antankay (Bezanozano). Saiky fotsy maso an' ila avokoa ny ankamaroan' izy ireny. [Houlder 1895]

Ohabolana573 Antananarivo havana ivatsiana. [Veyrières 1913 #1051]
Dikanteny frantsay Quand on va visiter ses parents à Tananarive, il faut porter des provisions de voyage. [Veyrières 1913 #1051]
Fanazavana frantsay Contrairement à l' usage de large hospitalité chez les Malgaches, les gens de Tananarive avaient la réputation de ne pas être fort hospitaliers ; se disait des gens qui se montraient d'un accueil peu empressé. [Veyrières 1913 #1051]

Ohabolana574 Antananarivo no tsara trano ka Ivakiniadiana no sola vantony. [Rinara 1974 #326, Cousins 1871 #245, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Ny soa ho an' ny sasany indraindray mitarika fahavoazana ho an' ny hafa. [Rajemisa 1985]

Ohabolana575 An-tanan-dahy. [Veyrières 1913 #1751]
Dikanteny frantsay Femme que le lucre retient entre les mains d' un homme, dans le concubinage. [Veyrières 1913 #1751]

Ohabolana576 An-tanan-doza. [Veyrières 1913 #2584]
Dikanteny frantsay Entre les mains du malheur. [Veyrières 1913 #2584]
Fanazavana frantsay Être dans une position critique. [Veyrières 1913 #2584]

Ohabolana577 Antandrona mody : tsy mijijy tambana. [Samson 1965 #A80]

Ohabolana578 Antanjo-meloka : naman’ ny anilany. [Samson 1965 #A77]

Ohabolana579 Antatsimo tsy manoha-drengitra. [Samson 1965 #A76]

Ohabolana580 Antemorona very : telegrafy arahiny. [Samson 1965 #A78]

Ohabolana581 Antena mpamosavin’ olona, ny olona mpamosavin-tena. [Samson 1965 #A94]

Ohabolana582 Anti-bady ka malai-mody. [Rinara 1974 #290]
Ratsy vady ka malai-mody. [Houlder 1895 #1808, Veyrières 1913 #1327]
Dikanteny frantsay Avoir une méchante femme, et ne pas aimer à rentrer chez soi. [Houlder 1895]
Le mari dont la femme est méchante, n' est pas pressé de rentrer chez lui. [Veyrières 1913 #1327]

Ohabolana583 Antibavy kendan-drano : lany raha niangonana. [Samson 1965 #A81]
Antidahy kendan-drano: lany raha niangoana. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Anti-dahy kendan-drano, lany rehaka. + Ny rano no sisa zavatra ireharehan-drangahy, fa hany sisa laniny, fa ny zavatra rehetra efa tsy omby ny tendany avokoa; nefa io indray aza nahakenda azy. [Houlder 1895]

Ohabolana584 Antibavy nanano fodiavoho, atero Ambodivavaka fa nangala--tsonia. [Samson 1965 #A84]

Ohabolana585 Antibavy nanano tsitenotenona : mahatsiaro raha fanin-taloha. [Samson 1965 #A82]

Ohabolana586 Antibavy nanara-bady, nandao havam-poana. [Samson 1965 #A83]

Ohabolana587 Antidahin-dambo, antitra am-pandrembezana. [Samson 1965 #A85]

Ohabolana588 Anti-kely toa fanoto. [Rinara 1974 #292]

Ohabolana589 Antimatima. [Veyrières 1913 #6726]
Dikanteny frantsay Figure de singe. [Veyrières 1913 #6726]
Fanazavana frantsay Se disait des gens laids. [Veyrières 1913 #6784]

Ohabolana590 Anti-poana hoatry ny amboan' Avaradrano. [Veyrières 1913 #1801]
Dikanteny frantsay Vieillards qui ne sont plus bons à rien, sont comme les vieux chiens des gens à Avaradrano qui ne prennent des ans que le poids et la décrépitude. [Veyrières 1913 #1801]

Ohabolana591 Antitra fahanan-kanina, ka na atao voky an-tenda aza mbola manjoko ihany. [Rinara 1974 #293]
Antitra fahanan-kanina, ka na atao voky hatenda aza, mbola manjoko ihany. [Veyrières 1913 #1802, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Vieillard auquel on donne de la nourriture : il a beau être rassasié jusqu' au gosier, il marche toujours courbé. [Veyrières 1913 #1802]
Fanazavana frantsay Soins inutiles. [Veyrières 1913 #1802]

Ohabolana592 Antitra manara am--pandriana: mivoady ny masoandro hiseho. [Veyrières 1913 #1803, Cousins 1871 #247]
Antitra mangatsiaka am--pandriana ka mivoady ny masoandro hiseho. [Rinara 1974 #294]
Dikanteny frantsay Vieillard qui a froid sur sa couche : il appelle de tous ses voeux le lever du soleil pour se chauffer. [Veyrières 1913]

Ohabolana593 Antitra natonton' olona, ka zara raha nahatana ny ainy. [Rinara 1974 #295]
Antitra natonton’ olona : zara raha mahatana ny ainy. [Veyrières 1913 #1804, Cousins 1871 #248]
Dikanteny frantsay Vieillard qu' on se met à frapper : heureux pour lui s' il garde la vie. [Veyrières 1913 #1804]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui étaient sans défense. [Veyrières 1913 #1804]

Ohabolana594 Antoandro. [Veyrières 1913 #6544]
Dikanteny frantsay Le plein jour, de sept heures du matin à cinq heures du soir, mais surtout de huit heures du matin à midi. [Veyrières 1913 #6544]

Ohabolana595 Antoandro amin' ny maim-bohon-dravina. [Veyrières 1913 #6545]
Dikanteny frantsay Quand le dos des feuilles qui reçoit la rosée est sec, vers huit ou neuf heures du matin. [Veyrières 1913 #6545]

Ohabolana596 Antoandrobe. [Veyrières 1913 #6546]
Antoandrobenanahary. [Veyrières 1913 #6546]
Dikanteny frantsay Grand jour : de huit à dix heures du matin. [Veyrières 1913 #6546]

Ohabolana597 Antoandro faka ronono, ka nilaozan’ ny omby niboridana. [Cousins 1871 #249]
Antoandro faka ronono, ka nilaozan’ ny omby nihahaka. [Cousins 1871 #249, Nicol 1935 #182]
Dikanteny frantsay Celui qui tarde à venir traire les vaches, risque de les trouver déjà dispersées. [Nicol 1935 #182]

Ohabolana598 Antoandro ny andro. [Veyrières 1913 #6547]
Dikanteny frantsay Il fait grand jour. [Veyrières 1913 #6547]
Fanazavana frantsay Appel aux travailleurs : allons-y. Autre sens : il est tard. [Veyrières 1913 #6547]

Ohabolana599 Antoandro tsy mifoy hao, ka alina vao manao piakoho. [Veyrières 1913 #6208, Rinara 1974 #297, Cousins 1871 #250]
Dikanteny frantsay Ne pas écraser les poux quand il fait jour, et, la nuit arrivée, pincer les ongles. [Veyrières 1913 #6208]
Fanazavana frantsay Laisser passer l' occasion, et se mettre à l' oeuvre quand on n'est plus servi par les circonstances. [Veyrières 1913]

Ohabolana600 Antomo-dava lalana, toy ny fandroana. [Veyrières 1913 #188, Cousins 1871 #251]
Antomo-dava ohatra ny fandroana. [Rinara 1974 #298]
Antomo-dava toy ny fandroana. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Chose qui revient souvent et périodiquement comme la fête du Bain du souverain. [Veyrières 1913 #188]
Qui parait imminent, mais se fait longtemps attendre comme le Fandroana. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Cette fête était le premier jour de l' an malgache et la fête nationale. [Veyrières 1913 #188]
On parle souvent de cette fête, on s' en réjouit à l' avance, et ainsi elle paraît toujours rapprochée. [Houlder 1895]

Ohabolana601 Antomotra hoatry ny oron-tsaka. [Veyrières 1913 #2686]
Dikanteny frantsay C' est proche et sur le point d' arriver : c' est comme le nez du chat. [Veyrières 1913 #2686]

Ohabolana602 Antonony izay, hoy Rainibesahafa. [Rinara 1974 #299, Cousins 1871 #252]

Ohabolana603 Antoraka indroa, toy ny mpinona tanan-doza. [Cousins 1871 #324]
Atoraka indroa ohatra ny mpinona an-tanan-doza. [Houlder 1895, Rinara 1974]
Atoraka indroa toy ny mpinona tanan-doza. [Veyrières 1913 #2585]
Dikanteny frantsay Deux frois frappé, comme celui qui a bu le tanguin et ne peut pas rejeter les peaux du poulet. [Veyrières 1913 #2585]
Être doublement frappé, comme un accusé qui boit le tanguin et qu' un autre malheur attend. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Allusion à l' épreuve par le poison tanguin ; ceux qui ne rendaient pas les peaux étaient censés coupables. [Veyrières 1913 #2585]
Ses biens seront confisqués, ou il sera enseveli comme un malfaiteur. [Houlder 1895]

Ohabolana604 Antova a Sahalampona, anin-tompontany tsara; anim-bahiny mahafaty. [Samson 1965 #A86]

Ohabolana605 Antova ka nova, sahafa ka hafa. [Samson 1965 #A87]

Ohabolana606 An-trano mpihary, alan-trano mpanarangarana. [Rinara 1974 #300]
An-trano mpihary, alatrano mpanarangarana. [Veyrières 1913 #1173, Cousins 1871 #253]
Ny an-trano mpihary, ny any ivelany mpanarangarana. [Rinara 1974 #2895]
Dikanteny frantsay A l'intérieur de la maison on amasse, du dehors on observe. [Veyrières 1913 #1173]
Fanazavana frantsay Paroles dites au jeune ménage par les parents ; le sens est que personne n' aidera les époux à gagner de l'argent, mais on les méprisera s' ils n' en ont pas ; malheur à ceux qui n'amassent pas de biens, ils seront déshonorés. [Veyrières 1913 #1173]

Ohabolana607 An-tranon-takatra, an-tranon' Andriana, izay malaza no tompon' anarana. [Rinara 1974 #301]
An-tranon-takatra, an-tranon' andriana : ny malaza no tompon' anarana. [Veyrières 1913 #614, Cousins 1871 #254]
Dikanteny frantsay Dans la maison des princes, c' est comme dans les nids de takatra : le plus fort se rend maître du nom. [Veyrières 1913 #614]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui obtenaient la prééminence. [Veyrières 1913 #614]

Ohabolana608 Antsafa an-dakana, raha rombahina. [Samson 1965 #A88]

Ohabolana609 Antsaim-potaka, antsaim-parihy, antsain’ olon-tsy tiana tsy mampanino. [Samson 1965 #A90]

Ohabolana610 Antsantsa an-drano, ny fanantsana tsy miboso. [Samson 1965 #A89]

Ohabolana611 An-tsarotso, mañola an-jeneñe, amonto, mañola an-jañe. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Dans le ventre, il embête la mère, dehors, il embête le père. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana612 Antsibe atsipy ami-manam-panahy, ka raisin' ny ampy saina. [Veyrières 1913 #3235]
Antsibe atsipy ami-manam-panahy, ka raisin' ny mpahalala. [Veyrières 1913 #3235]
Antsibe atsipy ami-manam-panahy, ka raisin' ny mpisaina. [Veyrières 1913 #3235]
Antsibe atsipin' ny manam-panahy, raisin' ny mpahalala. [Rinara 1974 #302]
Antsibe atsipin’ ny mpanam-panahy : raisin’ ny mpahalala. [Houlder 1895 #1590, Veyrières 1913 #3235, Cousins 1871 #256, Nicol 1935 #317]
Teny atsipy ami-mpanam-panahy, koa raisin' ny mpisaina. [Cousins 1871 #3076, Nicol 1935 #332]
Teny atsipin' ny manam-panahy, raisin' ny mpahalala. [Houlder 1895 #1589]
Teny atsipin' ny mpanam-panahy, raisin' ny mpahalala. [Veyrières 1913 #3235]
Dikanteny frantsay Cognée jetée à qui sait la recevoir et transmise à qui comprend. [Veyrières 1913 #3235]
Coutelas lancé par un homme intelligent et attrapé au vol par quelqu' un qui comprend. [Veyrières 1913 #3235]
Grand couteau jeté par un homme intelligent ; c’est à l’homme avisé à s’en servir. [Nicol 1935 #317]
Paroles jetées à ceux qui peuvent réfléchir; l’homme sensé s’en saisit. [Nicol 1935 #332]
Un conseil donné (litt. jeté) par les sages est reçu par les intelligents. [Houlder 1895]
Un grand couteau jeté par un sage est saisi par un clairvoyant. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay A bon entendeur, salut! [Houlder 1895]
Le sens est : parole ou pensée suggérée par quelqu' un, et attrapée au vol ; l'expression se disait aussi d' un conseil écouté attentivement. [Veyrières 1913 #3235]
Se disait des mots d' ordre ou des secrets confiés à des personnes sûres, qui comprennent leur portée et l' usage à en faire. [Veyrières 1913 #3235]

Ohabolana613 Antsibe latsaka an-dobo; raha ilaozana, harafesina. [Houlder 1895]
Antsibe latsaka an-dobo: tsiriho matetika, fandrao dia harafesina. [Cousins 1871 #257]
Antsibe latsaka an-dobo : tsiriho matetika fandrao harafesina. [Veyrières 1913 #615, Rinara 1974 #303]
Antsibory latsaka an-kady : tsara tahiry vao harafesina. [Rinara 1974 #291]
Dikanteny frantsay Couteau tombé dans l' eau : qu' on le voie souvent de peur qu' il ne se rouille. [Veyrières 1913 #615]
Un grand couteau tombé dans une mare: si on l' y laisse, il se rouillera. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des chefs qu' il fallait surveiller car l' occasion fait le larron. [Veyrières 1913 #615]

Ohabolana614 Antsiben-dRainisamboady, ka langan' ny an' olona. [Veyrières 1913 #33]
Antsiben-dRainisamboady : langan' ny an' olona, mandeha misedisedy, fa ny an-tena tsy atao. [Rinara 1974 #304]
Antsiben-dRainisamboady : tefitry ny an-olona ; mandehandeha misedisedy, ny any ny tena tsy atao. [Cousins 1871 #259]
Dikanteny frantsay Cognée de Rainisamboady : elle s' attaque à ce qui est aux autres. [Veyrières 1913 #33]
Fanazavana frantsay Rainisamboady était connu pour s' occuper des affaires des autres et négliger les siennes ; ce proverbe se disait de ceux qui portent la parole pour autrui sans en être chargés. [Veyrières 1913]

Ohabolana615 Antsibe tsara ofana ireo, adidy tsy mba mahadilo ; lefona tsara varombo, atomboka tsy mba milefitra ; tangen-tsara hafatra, tsy mba mena-maso mitsara. [Veyrières 1913 #616]
Dikanteny frantsay Les chefs sont comme des coutelas bien trempés qui ne s' émoussent pas en tranchant ; comme des lances bien emmanchées qui ne plient pas en pourfendant ; comme le tanguin qui exécute fidèlement ce dont on le charge et juge avec impartialité. [Veyrières 1913 #616]
Fanazavana frantsay Paroles du roi Andrianampoinimerina à son fils Radama ; elles servaient d' éloges pour ceux qui travaillaient bien. [Veyrières 1913 #616]

Ohabolana616 Antsy be vaky maso: ka na tsy hitan' ny olona aza, hitan' ny hazo. [Houlder 1895 #1078]
Antsibe vaky maso, na tsy hitan' ny olona aza hitan' ny hazo. [Rinara 1974 #305, Cousins 1871 #258]
Antsibe vaky maso, na tsy hitan' ny tompony aza, hitan' ny hazo. [Veyrières 1913 #15, Cousins 1871 #258]
Antsibe vaky maso, na tsy hitan' olombelona aza, hitan' ny hazo. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Cognée dont le tranchant est fendu invisiblement et qui saute au premier coup : elle a pu tromper son maître et les personnes qui ignoraient son défaut, mais elle ne trompe pas l' arbre de la forêt. [Veyrières 1913 #15]
Une hache ébréchée: même si les gens ne le voient pas (qu' elle est ébréchée), le bois le voit bien. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le mal finit toujours par être découvert, d'une façon ou d'une autre. [Houlder 1895]
Se disait de ceux qui font le mal en secret et trompent les hommes, mais ne trompent pas Dieu. [Veyrières 1913 #15]

Ohabolana617 Antsy fiharatra novelezin-tantanana : fisaky ny ray aman-dreniny. [Veyrières 1913 #617, Cousins 1871 #255]
Antsy fiharatra novelezin-tantanana, ka fisaky ny ray aman-dreny. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Couteau de tisserand qu' on frappe avec un marteau : il est aplati par ses parents. [Veyrières 1913 #617]
Fanazavana frantsay Se disait des inférieurs ou des enfants qui avaient à se plaindre de leurs chefs ou de leurs parents. [Veyrières 1913 #617]

Ohabolana618 Antsifotsy. [Veyrières 1913 #957]
Dikanteny frantsay L' aîné des garçons est le coutelas de sûreté. [Veyrières 1913 #957]
Fanazavana frantsay Expression analogue à l' expression française : bâton de vieillesse. [Veyrières 1913 #957]

Ohabolana619 Antsikely be zarana. [Veyrières 1913 #6341]
Dikanteny frantsay Le têtu est comme le couteau court et bien emmanché. [Veyrières 1913 #6341]
Fanazavana frantsay Se disait des gens de peu d' esprit et têtus. [Veyrières 1913 #6341]

Ohabolana620 Antsiñary maty aomby tokana: tonga antoetr' androny. [Houlder 1895]
Tsiniary maty aomby tokana : nody an-toetr’ androny. [Samson 1965 #T146]
Fanazavana malagasy Ilay mahantra (antsinahary) maty omby tokana (hany nananana): ka nody amin' ny toetrany taloha. [Houlder 1895]

Ohabolana621 Antsipeko miango ampanga, miango raha tsy tia an-tena. [Samson 1965 #A91]

Ohabolana622 Antsongin-dambo, tompony mandratra anazy. [Samson 1965 #A92]

Ohabolana623 Antsontsany hoatry ny fihinanana fadin-kena : hanina mafana, mandoro ; hanina mangatsiaka, miraikitra amin' ny lanilany. [Veyrières 1913 #5644]
Antsontsany ohatra ny fihinana fadin-kena : hanina mafana, mandoro; hanina mangatsiaka, miraikitra amy ny lanilany. [Cousins 1871]
Antsontsany ohatra ny fihinanana fadin-kena : hanina mahamay mandoro, hanina mangatsiaka, miraikitra an-danilany. [Rinara 1974 #292]
Dikanteny frantsay Chercher difficultés et querelles comme l' intérieur de boeuf, quand on le mange : chaud, il brûle ; froid, il s' attache au palais. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Il faut en tout un juste milieu ; ce proverbe se disait des gens trop hésitants. [Veyrières 1913 #1198]
Se disait des personnes difficiles de caractère. [Veyrières 1913 #5644]

Ohabolana624 Antsotry morona, saiky tsy namoa ka mifaoka amin' ny tany. [Samson 1965 #A93]

Ohabolana625 Antso valala. [Veyrières 1913 #1488]
Dikanteny frantsay Cris des enfants lorsque les nuées de sauterelles paraissent. [Veyrières 1913 #1488]
Fanazavana frantsay Se disait de grands cris. [Veyrières 1913 #1488]

Ohabolana626 Ao am-bava ny aretina ka fidio ny teny havoaka. [Rinara 1974 #314]
Ao am-bava no aretina. [Houlder 1895 #1995]
Dikanteny frantsay Ce sont les paroles (mauvaises ou injustes) que vous dites qui sont une maladie. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Et on peut vous en blâmer, tandis qu' on ne peut vous faire un reproche d' une maladie physique que vous pouvez avoir. [Houlder 1895]

Ohabolana627 Añatiny tsy voan' ñy menañy ka raha avakaomby. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Anatiny tsy misy menaka toy ny abokabokena (dravony). [Houlder 1895]

Ohabolana628 Ao, hoy ny vadin’ Andriantsileondoza, raha asian-kena ny variny. [Veyrières 1913 #1262, Rinara 1974 #319, Cousins 1871 #269]
Dikanteny frantsay Voilà mon assiette, mettez-en, dit la femme d'Andriantsileondoza quand on vient mettre un morceau de viande sur son riz. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des femmes qui se faisaient servir et prier. [Veyrières 1913]

Ohabolana629 Ao ihany ny andro mahory na be aza ny harena. [Rinara 1974 #316]

Ohabolana630 Ao ihany ny takatra nihinana ny valala. [Rinara 1974 #317, Cousins 1871]
Ao ihany ny takatra nihinana ny valala, ao ihany ny vano nitsaingoka ny sahona. [Veyrières 1913]
Ao ihany ny takatra nihinana ny valala sy ny vano nitsaingoka ny sahona. [Houlder 1895]
Ao ihany ny vano nitsaingoka ny sahona. [Rinara 1974 #318, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ils sont là les takatra qui ont mangé les sauterelles, les hérons qui ont mangé les grenouilles. [Veyrières 1913 #3327]
Le "takatra" (grand oiseau) qui a mangé les sauterelles, et le héron qui a happé les grenouilles, sont là. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se dirait, par ex., pour marquer qu' un voleur qu' on cherche est là présent, qu' il n' a pu s' enfuir, et qu' on doit le découvrir. [Houlder 1895]
Se disait des mauvais juges, des faux témoins, des exploiteurs. [Veyrières 1913 #3327]

Ohabolana631 Aoka atao resaka, fa raha atao ady, mandany fananana. [Veyrières 1913 #3328]
Aoka hatao resaka fa raha ady mandany harena. [Rinara 1974 #324]
Aoka hatao resaka, fa raha atao ady, mandany fananana. [Houlder 1895 #1084]
Dikanteny frantsay Essayons de causer, car si nous plaidons, nous y laisserons nos biens. [Veyrières 1913 #3328]
Tâchons de nous entendre, car si nous nous mettons en procès, nous y perdrons notre bien. [Houlder 1895 #1084]

Ohabolana632 Aoka fa ny renikely no manana adidy. [Rinara 1974 #321]
Aoka, fa ny renikely no mpanana adidy. [Houlder 1895 #1872, Veyrières 1913 #933, Cousins 1871 #273]
Ny renikely mpanana adidy. [Veyrières 1913 #933]
Dikanteny frantsay Assez! c' est la belle-mère qu' il faut blâmer. [Houlder 1895]
Marâtre : alors même qu' elle traite bien les enfants de l' autre femme, on l' accuse de partialité. [Veyrières 1913 #933]
Fanazavana frantsay On rejette tout sur elle, les belles-mères n' ayant pas meilleure réputation à Madagascar qu' ailleurs. [Houlder 1895]
Se disait de ceux qui étaient censurés malgré tous leurs efforts. [Veyrières 1913 #933]

Ohabolana633 Aoka hanao vero an-tahala: ny lava tsy hanosihosy ny fohy, ny fohy tsy hamingana ny lava. [Veyrières 1913 #5163, Cousins 1871 #276]
Aoka hatao vero am-bala : ny lava tsy hanosihosy ny fohy ary ny fohy tsy hamingana ny lava. [Rinara 1974 #325]
Dikanteny frantsay Qu' on fasse comme les plantes vero dans un enclos : les hautes ne piétinent pas celles qui sont moins hautes, et celles-ci ne renversent pas celles qui sont plus hautes. [Veyrières 1913 #5163]
Fanazavana frantsay Se disait de l' entente et de l' harmonie. [Veyrières 1913 #5163]

Ohabolana634 Aoka handrovi-tsihy, fa ho faty ihany. [Veyrières 1913 #2843]
Dikanteny frantsay Usons les nattes et jouissons un peu, car nous mourrons un jour. [Veyrières 1913 #2843]
Fanazavana frantsay Autre sens : faire un dernier coup avant de subir le malheur. [Veyrières 1913 #2843]

Ohabolana635 Aoka hatao asa am-balabe : ny manana ny tsy efa hiverenana. [Veyrières 1913 #3833, Rinara 1974 #322, Cousins 1871 #274]
Dikanteny frantsay Qu' il en soit comme pour le travail des grandes rizières : on reviendra pour celui qui a un travail inachevé. [Veyrières 1913 #3833]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui promettent de s' entraider pour des travaux. [Veyrières 1913 #3833]

Ohabolana636 Aoka hatao lomano tsy mikobaka. [Houlder 1895 #1222, Veyrières 1913 #1052, Cousins 1871 #275]
Aoka hatao lomano tsy mikobana. [Rinara 1974 #323]
Dikanteny frantsay Il faut nager sans bruit. [Veyrières 1913 #1052]
Nagez doucement sans agiter l' eau. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe est analogue au proverbe français : il faut laver son linge sale en famille. [Veyrières 1913 #1052]
Faites vos affaires sans bruit. [Houlder 1895]

Ohabolana637 Aoka hifanatrehana ohatra ny loa-bary an-dasy. [Rinara 1974 #326]
Aoka hifanatrehantsika, tahaka ny loa-bary an-dasy. [Cousins 1871 #277]
Aoka hifanatrehantsika tahaky ny loa-bary an-dasy. [Veyrières 1913 #3190]
Dikanteny frantsay Que ce soit réglé en présence de nous tous, comme se fait dans un camp la distribution du riz extrait de la marmite. [Veyrières 1913 #3190]
Fanazavana frantsay Le sens est que le partage doit être public. [Veyrières 1913 #3190]

Ohabolana638 Aoka ho samy masina an-taniny. [Rinara 1974 #328]
Aoka ho samy masina an-toerany. [Veyrières 1913 #837, Cousins 1871 #279]
Dikanteny frantsay Que chacun soit libre dans sa position. [Veyrières 1913 #837]

Ohabolana639 Aoka ho simba, raha bongo ravan-tompony. [Houlder 1895 #2238, Veyrières 1913 #2344, Rinara 1974 #327, Cousins 1871 #278]
Dikanteny frantsay Que ce soit donc abîmé, puisque c' est une case détruite par son maître. [Veyrières 1913 #2344]
Si une cabane est détruite par son propriétaire lui-même, laissez-la tomber en ruines. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le sens est : biens dépensés par le maître, cela le regarde. [Veyrières 1913 #2344]

Ohabolana640 Aoka ny akobon-jaza, fa ny voron-dasiray atao. [Cousins 1871 #280]
Aoka ny akohon-jaza, fa ny voron-dasiray atao. [Veyrières 1913 #2276, Rinara 1974 #329]
Dikanteny frantsay Laissez la poule de l' enfant et servez le canard de six sous. [Veyrières 1913 #2276]
Fanazavana frantsay Ne soyez pas chiche. [Veyrières 1913 #2276]

Ohabolana641 Aoka ny angana, fa ny nato atao. [Veyrières 1913 #4366]
Dikanteny frantsay Assez de la teinture indigo, mais prenez cette teinture rouge de l' arbre qu' on appelle natte : elle est meilleure. [Veyrières 1913]

Ohabolana642 Aoka ny lasa homba ny lasa, fa ny sisa dia hotandremana. [Veyrières 1913 #6210]
Dikanteny frantsay Laissez le passé suivre le passé, mais faites attention à la suite. [Veyrières 1913 #6210]

Ohabolana643 Aoka tsy hifampidera fihinanana fa ao ny taviny hilaza azy. [Rinara 1974 #330]
Aoka tsy hisy hifampidera fihinana, fa ao ny taviny hilaza azy. [Veyrières 1913 #4462, Cousins 1871 #281]
Dikanteny frantsay Qu'on n' aille pas au-dehors vanter la bonne chère qu' on fait : l' embonpoint de chacun est là pour en témoigner. [Veyrières 1913 #4462]
Fanazavana frantsay Se disait des vantards. [Veyrières 1913 #4462]

Ohabolana644 Aombelahy mialy, vositse tera-tay. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Taureaux qui se battent, le châtré défèque. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana645 Aombe mahia tsy lelafiñi ty namañe. [Poirot & Santio: Vezo]
Ny omby mahia tsy lelafin' ny namany. [Houlder 1895 #1481, Rajemisa 1985]
Ny omby mahia tsy lelafin' ny namany, ary ny ory tsy havan' ny manana. [Rinara 1974 #3193]
Ny omby mahia tsy lelafin’ ny namany ; ny malahelo tsy mba havan’ ny manana. [Nicol 1935 #375, Cousins 1871]
Omby mahia tsy lelafin' ny namany : ny malahelo tsy mba naman' ny manana. [Veyrières 1913 #2551]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fa andosiran' ny namany ny mahia, ny tsy manana, ny oriory, fa ifanotofana kosa ny manana, ny matavy. [Rajemisa 1985]
Ny mahantra, ny madinika tsy mba mana-namana; ny lehibe, ny mpanan-karena ihany no hodidinin-tsakaiza maro. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay La vache maigre n’est pas léchée par ses congénères ; le malheureux n’a pas de parents. [Nicol 1935 #375]
Les boeufs ne lèchent pas leurs compagnons maigres, les pauvres ne sont pas camarades des riches. [Veyrières 1913]
Les boeufs ne lèchent pas leurs compagnons maigres. [Poirot & Santio: Vezo]
Les bœufs maigres ne sont pas léchés par les autres. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les pauvres sont sans parents et sans amis. [Veyrières 1913 #2551]

Ohabolana646 Aomby bory manonofy tandroka, manonofy raha tsy ho azo. [Samson 1965 #A97]

Ohabolana647 Aombilahy be ti-hinon-drano, tsy manan-kasaina ka manira-batana. [Samson 1965 #A105]

Ohabolana648 Aombilahy marangitra, tsy mifidy tany hiadiana. [Samson 1965 #A102]

Ohabolana649 Aombilahy nihaotra an-tanimena, mavon’ ny nataony. [Samson 1965 #A101]

Ohabolana650 Aombilahy tapa-tandroka, very fahahy mbola velona. [Samson 1965 #A106]

Ohabolana651 Aombilahy valo tsy vala raika. [Samson 1965 #A104]

Ohabolana652 Aombilahy vanga, tsara morika tsara mivalana. [Samson 1965 #A103]

Ohabolana653 Aomby lava hotro, fangalàna ny zanany. [Samson 1965 #A98]

Ohabolana654 Aomby mahia be tandroka, indao an-daiha. [Samson 1965 #A95]

Ohabolana655 Aombim-biavy, vahan’ ny an’ olona. [Samson 1965 #A100]

Ohabolana656 Aomby namany an-drano, ny be indraika nitovonana. [Samson 1965 #A96]

Ohabolana657 Aombin' Iaroka, mavon’ ny an’ olona. [Samson 1965 #A99]

Ohabolana658 Ao ny be fanahy maty foana, ao kosa ny kely fanahy sitrak' olona. [Rinara 1974 #331]
Ao ny be fanahy maty foana; ao ny kely fanahy sitrak’ olona ; ao ny tsy tiana, fa manana ; ao ny hala, fa malahelo. [Cousins 1871 #270]

Ohabolana659 Ao ny tranobe nihantonan' ny amponga sy ny volombodin-trano nihantonan' ny samoina. [Rinara 1974 #332, Cousins 1871 #271]

Ohabolana660 Ao ny tsy tiana fa manana, ao kosa ny hala fa malahelo. [Rinara 1974 #333]

Ohabolana661 Arahaba mamba : tsy fitia fa tahotra. [Nicol 1935 #196]
Aza manao arahaba mamba: tsy fitia, fa tahotra. [Cousins 1871 #420, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ne saluez pas comme on salue un caïman: ce ne serait pas de l'amitié, mais de la peur. [Houlder 1895]
Saluer le caïman, ce n’est pas amour, c’est crainte. [Nicol 1935 #196]

Ohabolana662 Arahaba nahazo tokantrano. [Veyrières 1913 #4104]
Dikanteny frantsay Salut, vous qui êtes entrés en ménage. [Veyrières 1913 #4104]
Fanazavana frantsay Formule de félicitations aux nouveaux mariés. [Veyrières 1913 #4104]

Ohabolana663 Arahaba nieren' ny afo. [Veyrières 1913 #4105]
Dikanteny frantsay Salut, vous dont le feu s'est détourné pour reculer. [Veyrières 1913 #4105]
Fanazavana frantsay Salut à une famille après un incendie voisin. [Veyrières 1913 #4105]

Ohabolana664 Arahaba nomen' Andriamanitra ny fara. [Veyrières 1913 #4106]
Dikanteny frantsay Nous vous saluons, vous à qui Dieu a donné un successeur. [Veyrières 1913 #4106]
Fanazavana frantsay Formule de félicitations à une famille à l'occasion de la naissance d' un enfant. [Veyrières 1913]

Ohabolana665 Arahabao ny mpandalo, fa tsy fantatra izay ho fara rafozana. [Veyrières 1913 #2687]
Dikanteny frantsay Saluez ceux que vous rencontrez sur votre chemin, car vous ne savez pas en définitive qui sera un jour votre beau-père ou votre belle-mère. [Veyrières 1913 #2687]
Fanazavana frantsay Se disait des vicissitudes de la vie et de l' inconstance de la fortune. [Veyrières 1913 #2689]

Ohabolana666 Arahaba sitrana soa aman-tsara. [Veyrières 1913 #4107]
Dikanteny frantsay Salut, vous qui êtes guéri, sain et sauf. [Veyrières 1913 #4107]
Fanazavana frantsay Félicitations après guérison. [Veyrières 1913 #4107]

Ohabolana667 Arahaba sitran' ny teritery manjo. [Veyrières 1913]
Sitran' ny teritery manjo. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Salut, vous qui êtes guéri de la maladie qui vous avait frappé. [Veyrières 1913 #4161]
Fanazavana frantsay Salut à celui relève d' une maladie. [Veyrières 1913 #4161]

Ohabolana668 Arahaba tratry ny taona. [Veyrières 1913 #4108]
Dikanteny frantsay Salut, vous qui avez le bonheur d' être trouvé vivant par la nouvelle année. [Veyrières 1913 #4108]
Fanazavana frantsay Premier salut à la nouvelle année. [Veyrières 1913 #4108]

Ohabolana669 Arahaba tsy maty fo aman' aina. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Salut, vous dont la mort a respecté le coeur et la vie. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Formule de salut après un accident ou un malheur. [Veyrières 1913]

Ohabolana670 Arakaraka ny zaza maty ny haren-kiala. [Veyrières 1913 #2844]
Dikanteny frantsay La dépense des funérailles est proportionnée au défunt qu' on enterre. [Veyrières 1913 #2844]
Fanazavana frantsay En tout il faut proportionner les frais à l' importance de la chose, ainsi les funérailles d' un enfant sont moins dispendieuses que celles d' un adulte. [Veyrières 1913 #2844]

Ohabolana671 Arakara-tarehy voa-javatra. [Veyrières 1913 #2420, Rinara 1974 #334]
Dikanteny frantsay Ce qu' on fait doit être proportionné à la position que l' on a. [Veyrières 1913 #2420]

Ohabolana672 Ara manao famakiloha anaty katsaka: ka izay mitranga rangahy avokoa. [Houlder 1895]
Aza manao famakiloha anaty katsaka : izay mitranga rangahy daholo. [Veyrières 1913 #840, Cousins 1871 #428]
Dikanteny frantsay Ne croyez pas qu' il en soit de vous comme des mantes religieuses au milieu des tiges de maïs: toutes celles qui se montrent paraissent également vénérables. [Houlder 1895]
Ne faites pas comme les mantes dans un champ de maïs : toutes celles qui paraissent sont grandes. [Veyrières 1913 #840]
Fanazavana frantsay Ce proverbe veut dire qu' il ne faut pas se croire soi-même riche ou instruit par le fait qu' on se trouve clans la compagnie de gens qui le sont. [Houlder 1895]
Il ne faut pas vouloir en imposer dans la société ; à chacun sa condition. [Veyrières 1913 #840]

Ohabolana673 Aretim--bilany. [Veyrières 1913 #4463]
Dikanteny frantsay Avoir la maladie de la marmite. [Veyrières 1913 #4463]
Fanazavana frantsay Se disait soit de la faim, soit d' une indigestion. [Veyrières 1913 #4463]

Ohabolana674 Aretina tsy miohatra ny boka, biby tsy miohatra ny mamba. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Pas de maladie pire que la lèpre, ni d'animal pire que le caïman. [Veyrières 1913 #1944]
Fanazavana frantsay Se disait des choses excessives, comme les malheurs. [Veyrières 1913]

Ohabolana675 Ariary zato iombonana, ka ny kisoa iray no iadiana. [Veyrières 1913 #3191]
Ny ariary zato iombonany fa ny kisoa iray iadiany. [Rinara 1974 #2906]
Ny ariary zato iombonany, ka ny kisoa iray iadiany. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Avoir cent piastres en commun, et se battre pour un cochon (qui ne valait peut-être guère plus d' une piastre). [Houlder 1895 #303]
S'accorder dans le partage de cinq cents francs et se brouiller pour un porc. [Veyrières 1913 #3191]

Ohabolana676 Arim-batana fa tsy ary fanahy. [Veyrières 1913 #1610]
Dikanteny frantsay Gros de corps, mais borné d' esprit. [Veyrières 1913 #1610]
Fanazavana frantsay Se disait des gens de peu de portée. [Veyrières 1913 #1610]

Ohabolana677 Arim-batana, fa tsy arin-karena. [Houlder 1895 #1466, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Grand et fort, mais pas de biens. [Houlder 1895 #1466]

Ohabolana678 Ariralahy manetra-lakana: lavo ho azy fa tsy voatoraka. [Veyrières 1913 #6271, Cousins 1871, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Farceur qui affronte une pirogue lancée : il tombe par sa propre faute, car aucun projectile ne lui a été lancé. [Veyrières 1913 #6271]
Un farceur qui veut arrêter une pirogue (en marche): il tombe par son propre fait, personne ne l' a frappé. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il est victime de sa témérité. [Veyrières 1913 #6271]

Ohabolana679 Ary tongotra aman-tanana. [Veyrières 1913 #1490]
Dikanteny frantsay Enfant qui a les pieds et les mains formés : il court çà et là. [Veyrières 1913]

Ohabolana680 Arivo tatatra, zato renirano; faran' ny rano Ikopa ihany. [Houlder 1895 #456, Cousins 1871]
Renirano zato, sakeli-drano arivo : Ikopa ihany no farany. [Nicol 1935 #165]
Renirano zato, sakeli-drano arivo : Matsiatra ihany no farany. [Nicol 1935 #165]
Renirano zato, tatatra arivo, fa Ikopa ihany no farany. [Rinara 1974]
Renirano zato, tatatra arivo: Ikopa ihany no farany. [Cousins 1871]
Tatatra zato, sakelidrano arivo, faran' ny rano any Matsiatra. [Rinara 1974 #4113, Cousins 1871 #3048]
Dikanteny frantsay Mille canaux, cent rivières: leur fin à tous est l' Ikopa. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le mensonge finit toujours par être dévoilé. [Houlder 1895]

Ohabolana681 Arivo teny, zato kabary: faran’ ny teny ifanatrehana. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Cent discours, mille paroles; la confrontation mettra fin aux disputes. [Houlder 1895]

Ohabolana682 Arivo vavy iray tanàna tsy mifandrandrana, toy ny zozoro. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Ny zozoro no maro vavy tsy mifandrandrana. [Rinara 1974 #3386]
Dikanteny frantsay Mille femmes qui sont dans le même village et qui ne s' aident pas à tresser leurs cheveux, c' est comme les joncs qui eux aussi ont une touffe sur la tête et ne s'entraident pas. [Veyrières 1913 #1752]
Fanazavana frantsay Il faut s'entraider. [Veyrières 1913 #1752]

Ohabolana683 Asa azy ! raharahan' Ibozy izany. [Veyrières 1913 #1263]
Dikanteny frantsay Que sais-je ! c'est l' affaire de Bozy la servante. [Veyrières 1913 #1263]
Fanazavana frantsay Paroles dites par la femme fière et paresseuse qui ne veut pas s'occuper du ménage, à son mari lorsque celui-ci se plaint de quelque chose. [Veyrières 1913 #1263]

Ohabolana684 Asaina andro, dia andro ; asaina alina, dia alina. [Veyrières 1913 #368]
Dikanteny frantsay Qu' on soit convoqué le jour ou la nuit, il faut venir. [Veyrières 1913 #368]
Fanazavana frantsay Se disait des convocations royales et de la corvée : le peuple est toujours à la disposition du souverain ; se disait aussi de la fidélité avec laquelle on répondait à l'appel d' un chef ou d' un parent. [Veyrières 1913 #368]

Ohabolana685 Asaina tsy avy ka vao manarangarana. [Houlder 1895 #1114]
Asain-tsy avy, ka vao manarangarana. [Cousins 1871 #288]
Dikanteny frantsay Quand on l' invite, il ne vient pas, puis (plus tard) il cherche s' il ne pourrait pas attraper quelque chose. [Houlder 1895 #1114]

Ohabolana686 Asan’ ilay kamo: indroa amby ny folo no mila-tsafea (an-tsaha) vao misy kely hambolena. [Cousins 1871]
Asan’ilay kamo : indroa ambin’ ny folo no milatsaka an-tsaha vao misy kely ambolena. [Nicol 1935]
Asan' ilay kamo : indroa ambin' ny folo no milatsaka vao misy kely hambolena. [Veyrières 1913 #3890]
Dikanteny frantsay Travail de paresseux : il faut qu' il descende douze fois dans son champ pour avoir un lopin de terre à ensemencer. [Veyrières 1913 #3890]
Travail de paresseux : il lui faut douze voyages à son champ avant de commencer à planter quelque chose. [Nicol 1935 #183]

Ohabolana687 Asa vadi-drano, ka tsy vita tsy ifanakonana. [Veyrières 1913]
Asa vadi-drano: tsy vita raha tsy ifanakonana. [Rajemisa 1985]
Asa vadi-drano: tsy vita tsy ifanakonana. [Houlder 1895 #236, Cousins 1871 #287, Rajemisa 1985]
Asa zama, ka tsy vita tsy ifanakonana. [Veyrières 1913]
Ny raharaha hoatry ny miasa zama : raha tsy ifanokonana, tsy vita. [Veyrières 1913 #3289]
Fanazavana malagasy Tsy vita ny raharaha sarotra raha tsy iaraha-manao. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Durs travaux des rizières et défrichements : cela ne se fait point, sans que l' on s' aide les uns les autres. [Veyrières 1913 #5164]
Les affaires, c'est comme le gros travail des rizières et le défrichement : cela ne se fait point sans entente et secours mutuel. [Veyrières 1913 #3289]
Le travail des rizières ne peut se faire que si on s' y met plusieurs ensemble (d' habitude trois hommes). [Houlder 1895 #236]
Le travail des rizières n' est mené à bien que par l' entraide. [Urfer: Péril]
Travail des rizières : n’est réalisable que par la coordination des efforts. [Nicol 1935 #431]
Fanazavana frantsay Ces travaux se faisaient en commun. [Veyrières 1913 #3289]
Les grandes affaires, pour arriver à bonne fin, exigent l' entente et le secours mutuel. [Veyrières 1913 #5164]
L' union fait la force. [Houlder 1895]

Ohabolana688 Asesiky ny fitia sy ny hanina azy, ka tsy mahalala masoandro ho faty. [Houlder 1895 #1752, Cousins 1871 #290]
Asesiky ny fitia sy ny hanina izy, ka tsy mahalala masoandro ho faty. [Veyrières 1913 #5064]
Dikanteny frantsay Être tellement amoureux qu' on ne voit pas la nuit venir, quand il faudrait retourner chez soi. [Houlder 1895]
Pressé par l' amour et le regret, il ne connaît plus le coucher du soleil. [Veyrières 1913 #5064]
Fanazavana frantsay Se disait des débauchés. [Veyrières 1913 #5064]

Ohabolana689 Atao adala ka tezitra: vary misy ro ka haronina, sisan' Idalo ka hanina. [Rajemisa 1985]
Atao adala ka tezitra: vary misy ro ka haronina, sisan' ny Idalo ka hanina. [Houlder 1895 #1652]
Atao adala ka tezitra, vary misy ro ka haronina, tanan-tsy mioza ka enti-mitsabaka. [Cousins 1871 #291]
Atao ho adala ka tezitra, nefa vary misy ro ka haronina, sisan' Idalo ka hanina. [Veyrières 1913 #2060]
Atao ho adala ka tezitra, nefa vary misy ro ka haronina, tanan-tsy mioza ka enti-mitsabaka. [Veyrières 1913 #2060]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona tezitra raha atao hoe adala, kanefa ny toetra amam-pombany rehetra mitory toetran' olona adala. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Il s' irrite de ce qu' on le traite de sot, et cependant il met la main dans le riz cuit avec de la sauce, il la plonge sans s' être lavé et il mange les restes d'Idalo. [Veyrières 1913 #2060]
On le traite d' imbécile et il se fâche: pourtant il prend avec la main du riz sur lequel on a mis de la sauce, et il mange les restes d' Idalo (nom de quelqu' un de malpropre, très probablement). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui protestent contre ce qu' on dit d' eux et qui cependant, par leur conduite, montrent la vérité de ce qui est allégué contre eux. [Veyrières 1913 #2060]

Ohabolana690 Atao be ny raharaha, ka ny volivary indray no tsy vita. [Nicol 1935 #326]
Aza atao be ny raharaha ka ny voly vary indray no tsy efa. [Rajemisa 1985]
Aza dia be raharaha ka ny voly vary indray no tsy efa. [Rinara 1974 #437]
Nahoana no atao be ny raharaha, ka ny voli-vary indray no tsy efa ? [Cousins 1871]
Nahoana no atao be ny raharaha, ka ny voli-vary indray no tsy vita ? [Cousins 1871]
Nahoana no atao hoe: "Be ny raharaha" , ka ny voly vary indray no tsy efa? [Houlder 1895 #717]
Fanazavana malagasy Ilazana ny fanaovana an-tsirambina ny tena fototry ny aina. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Pourquoi dire: "Il y a beaucoup à faire" , et pourtant le riz n' est pas encore planté? [Houlder 1895]
S’embarrasser de bagatelles et négliger de planter du riz. [Nicol 1935 #326]
Fanazavana frantsay C' est là le travail le plus important et qui devrait se faire en premier lieu. [Houlder 1895]

Ohabolana691 Atao ho inona ny sola ka isatrohana ! [Houlder 1895 #2041, Veyrières 1913 #2128, Cousins 1871 #293]
Dikanteny frantsay Que peut-on bien penser d' un chauve qui porte un chapeau? [Houlder 1895]
Qu' est-ce donc que la calvitie pour qu' on la couvre d' un chapeau ! [Veyrières 1913 #2128]
Fanazavana frantsay Là où d' autres vont tête nue, comme à la maison, par ex. [Houlder 1895]
Se disait des gens qui gardant un ressentiment au fond du coeur, l' aggravaient ainsi. [Veyrières 1913]

Ohabolana692 Atao ihany ny tsy hisara-mianakavy, fa izay boka avoaka any ivelany. [Veyrières 1913 #1945, Cousins 1871]
Misambasamba tsy hisara-mianakavy, kanjo manary ny havana boka. [Veyrières 1913 #2015, Cousins 1871 #1827]
Misambasamba tsy hisara-mianakavy nefa manary havana boka. [Rinara 1974 #2399]
Dikanteny frantsay C' est vrai que les parents ne se séparent pas, mais les lépreux sont exclus. [Veyrières 1913 #1945]
En faisant la cérémonie des prémices et de la nouvelle année on fait des souhaits pour que la famille ne soit jamais séparée, et cependant on rejette les parents lépreux. [Veyrières 1913 #2015]
Fanazavana frantsay Se disait des parents lépreux ou mauvais sujets, de ceux qui sont le déshonneur de la famille. [Veyrières 1913 #1945]
Se disait des parents mauvais sujets. [Veyrières 1913 #2015]

Ohabolana693 Ataoko ambany ny sangany. [Veyrières 1913 #6446]
Dikanteny frantsay Je lui rabaisserai son toupet. [Veyrières 1913 #6446]
Fanazavana frantsay Je le couvrirai de confusion. [Veyrières 1913 #6446]

Ohabolana694 Ataoko fanjakana arindra. [Veyrières 1913 #189]
Dikanteny frantsay C' est ainsi que je constitue le royaume, en réglant la succession au trône. [Veyrières 1913 #189]
Fanazavana frantsay Paroles adressées par Rafohy et Rangita aux deux princes leurs successeurs ; jusque-là chacun s'érigeait en roi à son gré. [Veyrières 1913 #189]

Ohabolana695 Ataoko maty tanako amin' ny rambon-tsalakany. [Veyrières 1913 #411]
Dikanteny frantsay Je l' ai retenu dans sa fuite par les bouts du salakany dont il s' entoure les reins, et je le mets à mort. [Veyrières 1913 #411]
Fanazavana frantsay Ces paroles étaient devenues proverbiales et se disaient des fuyards ; le roi Andrianampoinimerina obligeait les soldats à laisser pendre les deux bouts du salaka, afin d'être plus facilement attrapés, s' ils prenaient la fuite, et mis à mort. [Veyrières 1913 #411]

Ohabolana696 Atao matave ty foriry fe lakolako ty kary. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Le poisson frit est bon à manger, encore plus le poisson en sauce. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana697 Atao mikalo. [Veyrières 1913 #5430]
Dikanteny frantsay Personne trompée est réduite à regretter son passé. [Veyrières 1913 #5430]

Ohabolana698 Atao mpisorona afo, dia tsy mandà ; atao mpaka kitay, dia tsy mandà ; atao mpitoto vary, dia mitoto ; ary hovonoina, dia maty rahateo ; hovelomina, dia izy mpanjaka no mifidy. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Si on me condamne à entretenir le feu, je ne refuse pas ; si je dois aller chercher de la paille à brûler, j' obéirai ; si on me fait piler le riz, je le ferai ; si on veut me tuer, je suis déjà mort ; si on veut me conserver la vie, le roi est le maître. [Veyrières 1913 #190]
Fanazavana frantsay Paroles de soumission du roi détrôné à son frère Andriamasinavalona. [Veyrières 1913 #190]

Ohabolana699 Ataonay fihinan-daingon’ adala, ka tombo-tokana ihany. [Veyrières 1913 #2061, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Nous faisons comme les imbéciles qui prennent du laingo, l' herbe qui sert à nettoyer les dents, et la mangent d' un seul coup au lieu de s' en frotter les dents. [Veyrières 1913 #2061]

Ohabolana700 Ataonao ho haren' ny maty momba angaha no tabatabainao ? [Veyrières 1913 #3192]
Dikanteny frantsay Pensez-vous que ce soient là des richesses de quelqu' un qui est mort sans enfant, pour faire tant de tapage et de réclamations ? [Veyrières 1913 #3192]
Fanazavana frantsay Se disait dans les partages ; à la mort des gens sans enfants, il y avait ordinairement beaucoup de difficultés. [Veyrières 1913 #3192]

Ohabolana701 Ataonao ho katsaka va aho ka hiteraka an-tehezana. [Veyrières 1913 #1264, Cousins 1871 #295]
Ataonao ho katsaka ve aho ka hiteraka an-tehezana? [Houlder 1895 #1663]
Dikanteny frantsay Me prenez-vous pour du maïs que vous pensiez que je puisse produire (ou engendrer) par mes côtes? [Houlder 1895]
Pensez-vous que je sois comme le maïs qui porte ses fruits sur le côté ? [Veyrières 1913 #1264]
Fanazavana frantsay Allusion au fait que les épis du maïs viennent vers le milieu de la tige. S' applique à ce qui n' est pas dans l'ordre, ou à quelque chose qu' il n' est pas raisonnable de demander de quelqu' un. [Houlder 1895]
Ces paroles étaient dites de dépit par les personnes stériles ; elles faisaient allusion à la fécondité étonnante du maïs ; elles avaient aussi un sens général : vous me demandez ce que je n'ai pas. [Veyrières 1913 #1264]

Ohabolana702 Ataonao ho katsaka va aho, ka ikatsahanao ? [Veyrières 1913 #2991]
Ataonao ho katsaka ve aho, ka ikatsahanao ? [Cousins 1871 #296]
Dikanteny frantsay Croyez-vous que je sois un champ de maïs, pour que vous y maraudiez ainsi? [Veyrières 1913 #2991]
Fanazavana frantsay Jeu de mots sur le mot katsaka qui veut dire : maïs et chercher ; la femme répondait par ce proverbe à des paroles trop libres. [Veyrières 1913 #2991]

Ohabolana703 Ataonao ho kibobo tsy enina akotry va aho, no hitsindroka vato kely ? [Cousins 1871]

Ohabolana704 Ataonao ho manana inona aho no angatahanao lasiray fahavaratra ? [Veyrières 1913 #2487]
Dikanteny frantsay Vous me croyez donc bien riche que vous me demandez six sous en été au moment où les provisions sont épuisées? [Veyrières 1913 #2487]
Fanazavana frantsay Réponse à un quémandeur. [Veyrières 1913 #2487]

Ohabolana705 Ataonao ho omby tsy enin-drano ve aho, ka hisotro ranon-tambiazona ? [Cousins 1871 #298]

Ohabolana706 Ataonao ho soavaly vahiny angaha aho no tsy hahalala an' i Mahamasina? [Houlder 1895]
Tsy soavaly vao aho ka tsy hahalala an' i Mahamasina. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Olona mahalala ny ataoko aho. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Me prenez-vous pour un cheval d' étranger que je ne connaisse pas Mahamasina? [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Mahamasina est le nom d' une vaste place gazonnée de Tananarive (le stade actuel) et c' est là qu' autrefois on mettait tous les chevaux pâturer. [Houlder 1895]

Ohabolana707 Ataonao ho vilanibe manta vary angaha aho, ka hotabatabain’ ny ankizy. [Cousins 1871 #299]

Ohabolana708 Ataonao tahaky ny amponga izahay : ny iray tehatehafina ary ny iray havokavohana. [Veyrières 1913 #5495]
Dikanteny frantsay Tu fais avec nous comme avec des tambours : sur l' un tu donnes avec la main de petits coups, et sur l' autre tu frappes à grands coups de bâton. [Veyrières 1913 #5495]
Fanazavana frantsay Partialité. [Veyrières 1913 #5495]

Ohabolana709 Ataony an-kila bao. [Veyrières 1913 #3655]
Dikanteny frantsay Qui ne fait un paquet que d' un côté du bao. [Veyrières 1913 #3655]
Fanazavana frantsay Se disait de celui qui avait besoin d' un aide dans son travail ; le bao était un gros bâton servant à porter des paquets en balance sur l'épaule. [Veyrières 1913 #3655]

Ohabolana710 Ataony ho aretin’ inona, ka hoe : "Hohaniko ny sisan’ Ikaky". [Veyrières 1913 #1491, Cousins 1871 #302]
Dikanteny frantsay Il ne sait de quelle maladie souffre son père et il dit : je mangerai les restes des bonnes choses qu' on a données à mon père. [Veyrières 1913 #1491]
Fanazavana frantsay Se disait de l' égoïsme et de la gourmandise des enfants, qui sans songer aux souffrances de leurs parents, se réjouissaient de manger leurs restes. [Veyrières 1913 #1491]

Ohabolana711 Atao ravinkazo nanintsana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Hadinoina tanteraka. [Rajemisa 1985]

Ohabolana712 Ataovy am-bato tsy hahavery: katsaho ka tadiavo. [Houlder 1895 #773]
Ataovy am-bato tsy very : katsaho ka tadiavo. [Veyrières 1913 #3237, Cousins 1871 #303]
Dikanteny frantsay (Pour obtenir ce que vous désirez) faites comme pour une chose cachée auprès d' un rocher et qui n' est pas perdue: cherchez. [Houlder 1895]
Traitez cette affaire comme le caillou consacré, donné après l' exorcisme pour préserver contre le mauvais destin : s' il s' égare, il faut le chercher et fouiller partout. [Veyrières 1913 #3237]
Fanazavana frantsay Traitez cette affaire avec soin. [Veyrières 1913 #3237]

Ohabolana713 Ataovy anatra imaso hifanatrehana, fa raha takona tonga fosa. [Rajemisa 1985]
Ataovy anatra imaso ifanatrehana: fa raha takona tonga fosa. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Si vous avez des remontrances à faire à quelqu' un, faites-les à la personne que cela concerne; car si vous en parlez à d' autres, vous tomberez dans la médisance. [Houlder 1895]

Ohabolana714 Ataovy anoano ao na hisy na tsy hisy. [Veyrières 1913 #3656]
Dikanteny frantsay Cherche bien pour voir s' il y a ombre de personne ou de chose en cet endroit, et si tu trouves, apporte. [Veyrières 1913 #3656]
Fanazavana frantsay Ce proverbe vient d' un conte malgache où une personne oubliée par Dieu dans la répartition des noms, fut changée par lui en un insecte puant ; ces paroles servaient de stimulant. [Veyrières 1913 #3656]

Ohabolana715 Ataovy betsaka ny sakaizanao, fa ataovy vitsy ny itokiana. [Veyrières 1913 #5067]
Ataovy maro ny sakaiza, fa ataovy vitsy ny mahatoky. [Veyrières 1913 #5067]
Ataovy maro ny sakaiza, fa iray ihany no itokisana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Ohabolana mampahatsiaro fa na maro aza ny namana, vitsy no tena azo itokisana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Ayez beaucoup d' amis, mais confiez-vous à un petit nombre. [Veyrières 1913 #5067]

Ohabolana716 Ataovy fanjakan' ny malahelo, ka mangin-tsy afoy. [Veyrières 1913 #3169]
Dikanteny frantsay Faites-en un fief des malheureux qu' on garde sans bruit. [Veyrières 1913 #3169]
Fanazavana frantsay Ces paroles furent dites par le roi Andrianampoinimerina aux descendants d' Andriantompokoindrinda pour leur dire de ne pas abandonner leurs fiefs ; elles sont devenues proverbiales pour signifier les biens héréditaires qu' on n'abandonne pas : il vaut mieux garder son bien sans éclat que de le perdre avec éclat. [Veyrières 1913 #3169]

Ohabolana717 Ataovy fihavanam-bava sy tanana: koa raha marary ny tanana, dia mitsoka ny vava, ary marary ny vava dia misafo ny tanana. [Houlder 1895]
Ataovy fihavanam-bava sy tanana : raha marary ny tanana, dia mitsoka ny vava; ary raha marary ny vava, dia misafo ny tanana. [Cousins 1871 #304, Veyrières 1913]
Fihavanam-bava sy tanana : raha marary ny tanana, mitsoka ny vava ; ary raha marary ny vava, misafo ny tanana. [Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Imitez l' union de la bouche et de la main : si la main est malade, la bouche souffle dessus, et si la bouche est malade, la main la caresse. [Veyrières 1913 #5165]
Que vos rapports d'amitié soient comme les rapports de la bouche et de la main: quand la main a mal, la bouche souffle dessus; et quand la bouche a mal, c' est la main qui la frotte. [Houlder 1895]
S’aimer comme la bouche et la main : si la main souffre, la bouche souffle dessus ; et si la bouche a mal, c’est la main qui la panse. [Nicol 1935 #6]
Fanazavana frantsay Se disait de l'accord et du secours mutuel. [Veyrières 1913 #5165]

Ohabolana718 Ataovy fihavana-molotra: tezitra, vao mifanatona. [Cousins 1871 #439]
Aza manao fihavana-molotra : tezitra vao mifanatona. [Cousins 1871 #439, Nicol 1935 #403]
Dikanteny frantsay Que votre union ne ressemble pas à celle des lèvres : ce n’est que dans la colère qu’elles se rapprochent. [Nicol 1935 #403]

Ohabolana719 Ataovy fitia landihazo: ka ny madilana tentenana, ary ny maito tohizana. [Houlder 1895 #195]
Ataovy fitia landihazo : ny madilana tentenana, ny maito tohizana. [Veyrières 1913 #5065, Cousins 1871 #306]
Fitia landihazo : ny madilana tentenana, ny maito tohizana. [Nicol 1935 #7]
Dikanteny frantsay Comme le coton : les endroits jninces se doublent, les fds coupés se rattachent. [Nicol 1935 #7]
Dans vos affections faites comme pour le coton : les fils trop minces, on les renforce ; les fils rompus, on les unit. [Veyrières 1913 #5065]
Traitez vos amis comme on traite un fil de coton: s' il est trop mince, on y ajoute, et s' il se casse, on rattache les deux bouts. [Houlder 1895 #195]

Ohabolana720 Ataovy fitian-dranon' erika: madini-pihavy fa mahatondra-drano. [Houlder 1895 #200]
Aza manao fitian-dranon' erika: fa aoka hasesiky ny fitia tanteraka, ka tsy mahalala ranonorana ho lany. [Rinara 1974 #499]
Aza manao fitian-dranon’ erika : madini-pihavy, fa mahatondra-drano ; fa aoka hasesiky ny fitia tanteraka, ka tsy mahalala ranonorana ho lany. [Cousins 1871 #444]
Dikanteny frantsay Que votre amitié soit comme la bruine: elle tombe fine, mais elle peut faire déborder les rivières. [Houlder 1895]

Ohabolana721 Ataovy fitia tera-bary : tsy vitan’ ny efa nijoro, fa niondrika indray hila saina. [Cousins 1871 #305, Nicol 1935 #318]
Dikanteny frantsay Faites comme les épis de riz naissant: c’est peu de se tenir debout, il faut encore s’incliner pour prendre conseil. [Nicol 1935 #318]

Ohabolana722 Ataovy fitia voampoa : mbola lavitra ihany dia ampoizina. [Houlder 1895, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Aimer comme on aime les fruits du Voampoa : on est encore loin et déjà on se réjouit de les manger. [Veyrières 1913]
Aimez comme on aime les fruits du "voampò" (autre plante de la famille des solanées): alors qu' on en est encore loin, on se réjouit de les manger (litt. on les attend). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Assonance : voampoa et ampoizina. [Veyrières 1913]
Ce proverbe repose sur un jeu de mots. [Houlder 1895]

Ohabolana723 Ataovy hanin’ omby : sady mimamà no miraoka ; fa ny alahelo tsy efan-joretra. [Cousins 1871, Houlder 1895, Veyrières 1913, Rajemisa 1985]
Ataovy hanin’ omby : sady mimamà no miraoka ; fa ny alahelo tsy ny hanina. [Cousins 1871]
Fanazavana malagasy Tsy tokony hitanondrika foana amin' ny alahelo, fa na malahelo aza, tsy azo avala ny asa fitadiavam-pivelomana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Faites comme le bœuf, il beugle mais en même temps il broute, car ce n' est pas par la mélancolie qu' on chasse le besoin. [Houlder 1895]
Imitez la vache qui regrette son veau : elle beugle et paît en même temps, car le malheur ne se guérit pas dans la mélancolie. [Veyrières 1913 #2845]
Fanazavana frantsay Se disait comme paroles de consolation aux personnes en deuil qui ne veulent pas manger : que le malheur n' empêche pas de manger et de travailler, il ne faut pas se laisser abattre. [Veyrières 1913 #2845]

Ohabolana724 Atao vikina alina: aleo manana amby, toy izay tsy ampy. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Raha misy zavatra mampatahotra na mampisalasala, aleo manao miohatra noho izay tokony hatao toy izay manao latsaka. [Rajemisa 1985]

Ohabolana725 Atao vikin’ alina : aleo miohatra toy izay ho latsaka. [Cousins 1871, Nicol 1935]
Ataovy vikin' alina, ka aleo miohatra toy izay ho latsaka. [Houlder 1895]
Vikin' alina ka aleo miohatra toy izay latsaka. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Faire comme celui qui saute de nuit un jossé : mieux vaut un saut trop long que trop court. [Nicol 1935 #214]
Faites comme lorsqu' on saute (un fossé) de nuit; il vaut mieux sauter trop loin que pas assez et tomber (dans le fossé). [Houlder 1895]

Ohabolana726 Ataovy lava ny tendanao, ravano, hahenina anay mianakavy. [Veyrières 1913 #4465, Cousins 1871 #308]
Dikanteny frantsay Héron, fais que ton cou soit assez long pour que toute notre famille en ait un morceau. [Veyrières 1913 #4465]
Fanazavana frantsay Se disait dans les partages et les distributions : qu' il y en ait pour tout le monde. [Veyrières 1913 #4465]

Ohabolana727 Ataovy mifikitra amim-bahy lena, fa tsy amim-bahy maina. [Veyrières 1913 #828]
Tsy mifikitra amim-bahy maina, fa mifikitra amim-bahy lena. [Veyrières 1913 #828, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Miantehitra na miankina amin' ny olona azo antoka. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Il ne faut pas s' appuyer sur une liane sèche, mais sur une liane verte. [Veyrières 1913 #828]
Fanazavana frantsay Il faut chercher des appuis solides. [Veyrières 1913 #828]

Ohabolana728 Ataovy mitombo hoatry ny tohatr' omby fahavaratra, fa aza atao mihena hoatry ny trafon' omby ririnina. [Veyrières 1913 #2171]
Ataovy mitombo ohatra ny tohatr’ omby fahavaratra, fa aza atao mihena ohatra ny trafon’ omby ririnina. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Faites prospérer vos biens comme les mamelles des vaches qui se gonflent en été ; ne les laissez pas décroître comme la bosse du boeuf qui se ratatine en hiver. [Veyrières 1913]

Ohabolana729 Ataovy roa ny sanga : izay maneva indao milanona. [Samson 1965 #A108]

Ohabolana730 Ataovy sotro ranon’ akoho: kely azo, andrandraina; be azo, andrandraina. [Houlder 1895 #573, Cousins 1871 #310]
Sotro ranon' akoho : kely azo andrandraina, be azo andrandraina. [Rinara 1974 #3960]
Sotroranon' akoho, kely azo iandrandrana, be azo iandrandrana. [Veyrières 1913 #52]
Dikanteny frantsay Faites comme les poules quand elles boivent de l' eau: qu' elles en prennent peu ou qu' elles en prennent beaucoup, elles lèvent toujours la tête (comme pour remercier). [Houlder 1895 #573]
Une poule qui boit : qu' elle boive peu ou beaucoup, elle lève la tête vers le ciel. [Veyrières 1913 #52]
Fanazavana frantsay Il faut remercier Dieu de tous les biens qu' il nous donne, petits ou grands. [Veyrières 1913 #52]

Ohabolana731 Ataovy tery omby ririnina ka atao izay tsy hahabotry ny zanany ary tsy hankahia ny reniny. [Rajemisa 1985]
Tery omby ririnina : atao izay tsy hankahia ny reniny ary tsy hahabotry ny zanany. [Veyrières 1913 #398]
Tery omby ririnina ka atao izay tsy hahakely ny reniny ary tsy hahabotry ny zanany. [Rajemisa 1985]
Tery omby ririnina ka atao izay tsy hankahia ny reniny ary tsy hahabotry ny zanany. [Rajemisa 1985]
Toy ny tery omby ririnina: atao tsy mankahia ny reniny, tsy mahabotry ny zanany. [Houlder 1895 #1273, Veyrières 1913 #6194, Cousins 1871]
Toy ny tery omby ririnina : ataovy izay tsy hankahia an-dreniny ary tsy hahabotry ny zanany. [Rinara 1974 #4337]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fitsimbinana antokon' olona roa, izay samy mitady tombontsoaho azy avy, toy ny mpivarotra sy ny mpividy izany, ohatra, ka amin' ny fiadiam-barotra indrindra no ampiasaina io ohabolana io. [Rajemisa 1985]
Enti-milaza fltsimbinana olona na zavatra roa tonta, ny andaniny sy ny ankilany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay C' est comme lorsqu' on trait une vache en hiver : on le fait de manière à ce que la vache ne s' amaigrisse pas, et que le veau ne soit pas rabougri. [Veyrières 1913 #6194]
Manière de traire les vaches en hiver : il ne faut pas rendre la vache trop maigre ni rendre le veau trop chétif. [Veyrières 1913 #398]
Pareil à une vache que l' on trait en hiver: il faut lui laisser un peu de lait afin de ne pas la faire maigrir trop, et pourtant il faut aussi que le veau ait sa part afin de ne pas rester chétif. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il y a peu de lait en hiver. Se disait de la prudence et du savoir faire à tout concilier, ainsi il ne faut pas trop pressurer le peuple par les impôts et la corvée. [Veyrières 1913 #6194]
Il ne faut pas trop pressurer les gens par l' impôt, la corvée, les demandes de service ; il faut être sage à tout concilier. [Veyrières 1913 #398]

Ohabolana732 Ataovy toy ny dian-tana : jereo ny aloha, todiho ny aoriana. [Nicol 1935 #253, Cousins 1871]
Dian-tana : sady mitazana ny eo aloha no mijery ny eo aoriana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Marchez comme le caméléon ; regardez devant vous, mais ayez un œil vers l’arrière. [Nicol 1935 #253]

Ohabolana733 Ataovy toy ny lamban’ akoho ny fanambadiana : faty no hisarahana. [Cousins 1871 #312]
Ataovy toy ny lamban' akoho ny fanambadiana : faty no isarahana. [Veyrières 1913 #1359]
Ataovy toy ny lamban' akoho ny fanambadiana, ka faty no isarahana. [Houlder 1895 #1817, Rinara 1974 #336]
Dikanteny frantsay Que le mariage soit comme les plumes (litt, le "lamba" ) d' un poulet: on ne se sépare qu' à la mort. [Houlder 1895]
Que le mariage soit pour vous comme les plumes des volailles qui ne les quittent qu' à la mort : qu' il soit indissoluble jusqu' à la mort. [Veyrières 1913 #1359]

Ohabolana734 Ataovy toy ny landy: an-trano vao manatevina. [Houlder 1895 #760]
Ataovy toy ny landy ny tokantrano : an-trano vao manatevina. [Veyrières 1913 #75]
Ataovy toy ny landy ny tokantrano : ao an-trano vao manatevina. [Rinara 1974 #337, Cousins 1871 #313]
Dikanteny frantsay Faites comme le ver à soie: ce n' est qu' une fois qu' il est entré dans sa maison qu' il commence à l' arranger (litt. à l' épaissir). [Houlder 1895]
Que votre ménage soit comme le ver à soie : c' est quand le ver à soie est dans le cocon qu' il grossit. [Veyrières 1913 #75]
Fanazavana frantsay Allusion à la façon dont le ver à soie fait son cocon. [Houlder 1895]
Il ne faut pas courir au lieu de s' occuper du ménage ; ou bien les richesses n' arrivent pas tout d' un coup mais peu à peu. [Veyrières 1913 #75]

Ohabolana735 Ataovy toy ny landy, ny bokaboka mameno ny kely andilana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Aoka hifanampy ka ny manana tombony hameno ny tsy ampy. [Rajemisa 1985]

Ohabolana736 Ataovy toy ny sira ny fitondra havana : mahery, tsy mahafola-nify ; malemy, misy hitelemana ; fa ny havana no lelafin-katelina. [Cousins 1871 #314]
Ataovy toy ny sira ny fitondrana havana : mahery, tsy mahafola-nify ; malemy, misy hitelemana ; fa ny havana no lelafin-katelina. [Veyrières 1913 #1053]
Ataovy toy ny sira ny fitondran--kavana : mahery tsy mahafola-nify, malemy misy hitelemana, fa ny havana no lelafin-katelina. [Rinara 1974 #338]
Dikanteny frantsay Il en est des rapports avec les parents comme du sel : même s' il y a beaucoup de sel, cela ne casse pas les dents ; s' il y en a une juste dose, on avale avec plaisir, car les parents sont aimés et chéris. [Veyrières 1913 #1053]

Ohabolana737 Ataovy toy ny tsimpon-tainomby ny filan-karena : na kely azo, na be azo, ataovy an-karona. [Veyrières 1913 #2172, Cousins 1871 #315]
Ataovy toy ny tsimpon-tain' omby ny filan-karena: na kely azo, na be azo, ataovy an-karona avokoa. [Houlder 1895 #765]
Ataovy toy ny tsimpon-tain' omby ny filan-karena : ny kely azo, atao an-karona, ny be indrindra indrindra. [Rinara 1974 #339]
Dikanteny frantsay Faites pour les richesses ce que l' on fait pour la bouse de vache : qu'il y en ait peu ou beaucoup, la corbeille reçoit ce qu' il y a. [Veyrières 1913 #2172]
Pour vous enrichir, faites comme ceux qui ramassent de la bouse de vache (servant de combustible): que vous en trouviez (c.à.d. de l' argent) peu ou beaucoup, mettez tout dans la corbeille. [Houlder 1895]

Ohabolana738 Ataovy toy ny tsipoy mifamelona. [Houlder 1895 #1778, Cousins 1871 #316]
Ataovy toy tsipoy mifamelona. [Veyrières 1913 #76]
Ataovy tsipoy mifamelona, fa aza atao vay ratsy mifampihinana. [Rinara 1974 #340]
Dikanteny frantsay Époux, agissez entre vous comme les perdrix qui savent se nourrir mutuellement. [Veyrières 1913 #76]
Faites comme les perdrix qui se nourrissent l' une l' autre. [Houlder 1895 #1778]
Fanazavana frantsay Aidez-vous réciproquement. [Veyrières 1913 #76]

Ohabolana739 Ataovy tsy very ny soa, fa ny vato aza raha nanambina nohosora-menaka. [Rinara 1974 #342]

Ohabolana740 Ataovy vatsin-tsorohitra : an-dalana vao mitady. [Veyrières 1913 #4466, Cousins 1871 #317]
Ataovy vatsin-tsorohitra, ka an-dalana vao mitady. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Faites provision de voyage à la façon des alouettes : elles ne cherchent de nourriture qu' en chemin. [Veyrières 1913 #4466]
Fanazavana frantsay Vivre au jour le jour. [Veyrières 1913 #4466]

Ohabolana741 Atero, ka alao. [Veyrières 1913 #4427]
Dikanteny frantsay Donnez et reprenez. [Veyrières 1913 #4427]
Fanazavana frantsay Allusion aux présents à l'occasion des naissances : donnez, on vous donnera quand à votre tour vous aurez un enfant. [Veyrières 1913 #4427]

Ohabolana742 Atero ka alao ohatra ny nampisambotra ny mpanana. [Rinara 1974 #343]
Atero koa alao, hoatry ny mampisambotra ny mpanana. [Veyrières 1913 #4426]
Atero koa alao, ohatra ny mampisambotra ny mpanana. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Apportez et emportez, c' est comme celui qui prête de l' argent à un riche. [Veyrières 1913 #4426]

Ohabolana743 Atý milelaka lelafo; any mamaky ampinga. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ici vous léchez une lance, là-bas vous brisez un bouclier. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Vous voulez suivre deux maîtres. [Houlder 1895]

Ohabolana744 Aty milelaka ny lefona, any manapaka ny lefona hiadiana. [Rinara 1974]

Ohabolana745 Atin’ aomby mibaby afo. [Samson 1965]

Ohabolana746 Aty sy afero, ka izay voatohina, maharary. [Veyrières 1913 #1054]
Dikanteny frantsay Foie et bile : touchez le foie et la bile est remuée. [Veyrières 1913 #1054]
Fanazavana frantsay Chacun ressent les malheurs de ses parents. [Veyrières 1913 #1054]

Ohabolana747 Atodiakoho ka ny matoa indray no voahosotra arina. [Rinara 1974 #344]
Atodiakoho : ny matoa indray no voahosotra arina. [Veyrières 1913 #1143, Cousins 1871 #323]
Dikanteny frantsay Oeuf de poule : c'est l' aîné qui est marqué au charbon. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay On marquait au charbon le premier oeuf qui était placé dans la corbeille pour attirer la poule ; ce proverbe se disait de l' aîné de la famille ou du plus digne, qu'il fallait respecter. [Veyrières 1913]

Ohabolana748 Atodiakohon-dRenifiankinana : nakotri-behivavy, noraisin-dehilahy, ka alao fa adala tompo. [Veyrières 1913 #753, Houlder 1895]
Aza atao atodiakohon-dRenifiankinana, nakotri-behivavy, noraisin-dehilahy. [Rinara 1974 #30]
Dikanteny frantsay Les œufs de poule de Renifiankinana: une femme (celle que l' on vient de nommer) les a mis couver, un homme s' en est emparé, donc prenez-les, car leur propriétaire est imbécile. [Houlder 1895]
Oeufs de poule de Renifiankinana : c' est une femme qui les a fait couver, un homme s' en est emparé ; prenez-les donc puisque la propriétaire est assez sotte pour ne pas les défendre. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Elle est impuissante à faire respecter son bien, donc il ne faut pas se gêner, puisqu' il n' y a rien à craindre. [Houlder 1895]

Ohabolana749 Atody avivitra. [Veyrières 1913 #1492]
Dikanteny frantsay L' enfant issu d' une mère qui est jeune mais qui n'enfante plus : c' est comme le dernier oeuf pondu par une poule dont on espérait encore beaucoup d'oeufs. [Veyrières 1913]

Ohabolana750 Atodibe, ka raha tsy loza, harena. [Veyrières 1913 #5747]
Dikanteny frantsay Oeuf d' une grosseur extraordinaire : si ce n' est pas un signe de malheur, c' est un présage de bon augure et de richesses. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Tout phénomène attirait l' attention superstitieuse des Malgaches. Ce proverbe se disait aussi des grandes entreprises, où bénéfices et pertes pouvaient être importants. [Veyrières 1913 #5747]

Ohabolana751 Atodibe no foy. [Veyrières 1913 #5748]
Dikanteny frantsay Un gros oeuf est éclos. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay C' était un présage aux yeux des Malgaches. [Veyrières 1913 #5748]

Ohabolana752 Atodiky ny vady ny lehilahy dia manaraka. [Veyrières 1913 #1265]
Dikanteny frantsay Quand l' homme est détourné par la femme, il suit. [Veyrières 1913 #1265]
Fanazavana frantsay Allusion à l'ancienne coutume qui obligeait la femme à marcher derrière son mari par respect. [Veyrières 1913 #1265]

Ohabolana753 Atodim-boromahery antenantenan-tsolatra : izay mikiaka no zanany. [Rinara 1974 #345]
Atodim-boromahery an-tenatena-solatra : ny mikiaka no zanany. [Cousins 1871 #322]

Ohabolana754 Atodim-boronkontsy ambony fandrana : hanihina matahotra ny fatsy, hitevesina matahotra ny ho vaky. [Samson 1965 #A109]

Ohabolana755 Atodin’ akoho : teraka iniany, manditra iniany. [Samson 1965 #A112]

Ohabolana756 Atodin’ akoho tsy miady amim-bato. [Samson 1965 #A111]
Atody tsy miady amam-bato. [Cousins 1871 #319, Nicol 1935 #254]
Atody tsy miady amim-bato. [Houlder 1895 #340]
Izy no tia loza, atody ka miady amim-bato. [Rinara 1974 #1533]
Dikanteny frantsay Un œuf ne se bat pas contre une pierre. [Houlder 1895]
Un œuf ne se mesure pas avec une pierre. [Nicol 1935 #254]
Fanazavana frantsay Si disait de l' impuissance des Malgaches à se battre ou soutenir une querelle contre les Européens. [Houlder 1895]

Ohabolana757 Atodin' anganga : avela, mahafaty raibe ; entina, mahafaty renibe. [Veyrières 1913 #5789]
Toy ny atodin' anganga : entina mahafaty raibe, avela mahafaty renibe. [Rinara 1974 #274]
Toy ny atodin’ anganga: havela, mahafaty raibe; entina, mahafaty renibe. [Cousins 1871 #3186]
Toy ny atodin' anganga: ka avela, mahafaty raibe; entina, mahafaty renibe. [Houlder 1895 #86]
Dikanteny frantsay Oeuf d'anganga, oiseau qui porte malheur : le laisser tue le grand-père, l'emporter tue la grand-mère, que faire ? [Veyrières 1913]
Semblable aux œufs de l' "anganga" (oiseau censé porter malheur): en les laissant on cause la mort de son grand-père, en les emportant on fait mourir sa grand' mère. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C' était une croyance superstitieuse. [Veyrières 1913 #5789]

Ohabolana758 Atodiny aza mikiaka, indrindra izany raha foy ! [Nicol 1935 #500]
Dikanteny frantsay Encore dans l’œuf, il piaille; que sera-ce lorsqu’il sera éclos ! [Nicol 1935 #500]

Ohabolana759 Atodin-taitso : sady farany, lohany. [Samson 1965 #A110]
Atodin-tetso: sady farany, lohany. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Atodin-taitso: sady farany no voalohany. [Houlder 1895]

Ohabolana760 Atodin-tsorohitra amoron-dalana : tsy nariako, fa narian-dreniny. [Houlder 1895 #1042, Cousins 1871 #321, Veyrières 1913, Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Zana-tsorohitra amoron-dalana : tsy nariako, fa narian-dreniny. [Cousins 1871 #3764, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Fanazavana malagasy Enti-milaza tsy fananana andraikitra amin' izay tsy nataon' ny tena. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Des œufs d' alouette au bord du chemin; ce n' est pas moi qui les ai mis là, c' est la mère. [Houlder 1895]
Oeuf ou petit d' alouette trouvé au bord du chemin : ce n' est pas moi qui l' ai abandonné, c' est sa mère. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Donc, ce n' est pas moi qui en suis responsable. [Houlder 1895]
Se disait des enfants que les parents abandonnaient à cause de leur conduite. [Veyrières 1913 #958]

Ohabolana761 Atody tsy afindra reny; ro tsy afindra vilany. [Houlder 1895 #182]
Ny atody tsy azo afindra reny; ny ro tsy azo afindra vilany. [Veyrières 1913 #5292, Cousins 1871 #2186, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Les oeufs ne doivent pas être changés de couveuse, le bouillon ne doit pas être transvasé dans une autre marmite. [Veyrières 1913 #5292]
Un œuf qu' on ne change pas de poule; de la sauce qu' on ne change pas de marmite. [Houlder 1895 #182]
Fanazavana frantsay Il faut de la constance pour arriver au but. [Veyrières 1913 #5292]

Ohabolana762 Atody tsy foy tsy afanaina. [Rinara 1974 #348]
Ny atody raha tsy afanaina, tsy foy. [Veyrières 1913 #5925, Rinara 1974 #2909, Cousins 1871 #2185]
Dikanteny frantsay Les oeufs, si on ne les chauffe pas, ne peuvent pas éclore. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Bien examiner une affaire. [Veyrières 1913]

Ohabolana763 Atody tsy nakotrika tsy zary zanany. [Rinara 1974 #350, Cousins 1871 #320, Veyrières 1913]
Atody tsy nokotrehina tsy zary zanany. [Cousins 1871 #320, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Oeufs qu' on n' a pas fait couver ne deviennent pas poussins. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay On ne recueille que les fruits de ses efforts : rien sans peine. [Veyrières 1913 #3657]

Ohabolana764 Atoko tsy amin-dranony, hivoarina tsy amin’ isiny. [Samson 1965 #A113]

Ohabolana765 Atsy bengy, atsy aondry. [Samson 1965 #A114]

Ohabolana766 Atsipy ny tady eny an-tandroky ny omby; atsipy ny teny any am--pon' ny manam-panahy. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fa ny olon-kendry dia mora mahazo ny teny atao aminy, na fananarana izany na torohevitra. [Rajemisa 1985]

Ohabolana767 Avaho tsara ny teninao, fa roa ny manonaka : ny iray mihonaka ny taviny ; ny iray nihonaka ny ihany. [Cousins 1871]
Avaho tsara ny teninao fa roa ny manonaka : ny iray mihonaky ny taviny, fa ny iray mihonaky ny ihany. [Rinara 1974]
Roa ny mihonaka (manonaka) : ny iray mihonaky ny taviny, ny iray mihonaky ny ihany. [Rinara 1974]

Ohabolana768 Avara-patana. [Veyrières 1913 #2173]
Dikanteny frantsay La place au nord du foyer. [Veyrières 1913 #2173]
Fanazavana frantsay C' était la place d' honneur dans la case. [Veyrières 1913 #2173]

Ohabolana769 Avelao hitaha hahitana ny lesoka; avelao hamindra hahitana ny tsivaka. [Cousins 1871 #326, Houlder 1895]
Avelao hitaha hahitana ny lesoka, avelao hamindra hijerena ny tsivaka. [Rinara 1974 #355]
Avelao hitaha hahitana ny lesoka, aveloa hamindra hahitana ny tsivaka. [Veyrières 1913 #1754]
Dikanteny frantsay Laissez-les concourir en beauté afin qu' on voie celle qui a le nez camus ; laissez-les marcher afin qu' on voie celle qui a les pieds tournés en dehors. [Veyrières 1913 #1754]
Qu' ils se mettent l' un à côté de l' autre pour qu' on voie lequel a le nez camus; qu' ils marchent pour qu' on voie lequel a les pieds en dehors. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Pour connaître les gens, il faut les laisser agir. [Veyrières 1913 #1754]

Ohabolana770 Avelao ho antitry ny ditrany izy. [Veyrières 1913 #6342]
Dikanteny frantsay Laissez-le se vieillir par son obstination. [Veyrières 1913 #6342]
Fanazavana frantsay Les Malgaches disaient qu' on se ratatine par l' entêtement. [Veyrières 1913 #6342]

Ohabolana771 Avelao iny ho any aloha. [Veyrières 1913 #6343]
Dikanteny frantsay Laissons cela de côté pour le moment. [Veyrières 1913 #6343]
Fanazavana frantsay Paroles d' époux entêtés. [Veyrières 1913 #6343]

Ohabolana772 Avy alina toa hen' ondry. [Cousins 1871, Rinara 1974]
Avy hariva toa hen' ondry. [Rinara 1974]

Ohabolana773 Avy manary tsy mitondra mody. [Samson 1965 #A115]

Ohabolana774 Avy tamin' ny anganongano, ka lany tamin' ny arirarira. [Houlder 1895 #778]
Dikanteny frantsay Obtenu par chance et dépensé follement. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce qui vient par la flûte s' en va par le tambour. [Houlder 1895]

Ohabolana775 Avy tsy nasaina fa kibo tsy manary havana. [Rinara 1974 #361]

Ohabolana776 Avoavo fiteny ohatra ny vinanto mpanan-karena. [Rinara 1974 #355]

Ohabolana777 Avoavoin' ny vava ka sahalain' ny vintana. [Houlder 1895 #89]
Avoavoin' ny vavany, ka sahalain' ny vintany. [Houlder 1895 #622]
Dikanteny frantsay S' élever (ou être insolent) par ses paroles, et être jugé (ou remis à sa place) par son destin. [Houlder 1895]
S' élever par ses paroles et être rabaissé par le sort. [Houlder 1895]

Ohabolana778 Avoavoin' ny vavany, fa aetrietrin' ny sainy. [Rinara 1974 #356, Cousins 1871 #328]

Ohabolana779 Avo fijery Andriamanitra, ka mahita ny takona. [Nicol 1935 #51]
Avo fijery ny Andriamanitra, ka mahita ny takona. [Cousins 1871 #327]
Dikanteny frantsay Dieu regarde d’en-haut, aussi voit-il jusque dans le secret. [Nicol 1935 #51]

Ohabolana780 Avoko no nasaina nohaniny ka soamalandona no nataony be am--bava. [Rinara 1974 #358]
Avoko no nasaina nohaniny ka soamalondona no nataony be am--bava. [Rajemisa 1985]
Avoko no nasaina nohaniny, ka soamalondona no nataony be am--bavany. [Houlder 1895]
Avoko no nasaina nohaniny, ka soihalondona no nataony be am--bava. [Cousins 1871 #329]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny olona izay tsy mitandrina amin' izay ataony. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay On lui ordonne de manger de "l' avoko" et c' est de "soamalondona" qu' il se bourre. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay L' "avoko" est une petite légumineuse dont la racine est bonne à manger; le "soamalondona" lui ressemble, mais est vénéneux; on rappelle aussi "tangem-boalavo" - tanguin des rats - parce que ses tubercules sont employés à détruire ces animaux. [Houlder 1895]

Ohabolana781 Avo ny lanitra ka tsy takatro. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Teny enti-milaza hafaliana sy haravoana raha toa ka ho tanteraka izay na sy tetehina. [Rajemisa 1985]

Ohabolana782 Avo tokonana ka be anjonanjona. [Rinara 1974 #29]

Ohabolana783 Aza adala lava ohatra ny valalanamboa : mandrak' antitra ka mitsipika ihany. [Rinara 1974 #362]
Aza adala lava toa valalan' amboa : mandrak' antitra mitsambikimbikina ihany. [Veyrières 1913 #2062, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas toujours sot, comme les sauterelles de chiens qui ne font que sautiller jusqu' à la vieillesse. [Veyrières 1913 #2062]
Fanazavana frantsay Se disait des lourdauds. [Veyrières 1913 #2062]

Ohabolana784 Aza adala lava toa valalanamboa: kely mitsipika, lehibe mandady. [Cousins 1871]

Ohabolana785 Aza afa-po toa an-dRahisatra. [Houlder 1895 #698]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas satisfait de vous-même comme l' écorce. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il s' agit de l' écorce du "zozoro" ou jonc souchet, que l'on divise pour en faire des nattes, des corbeilles, etc. Pour cela on enlève l' intérieur ou le cœur, et il ne reste plus que l' écorce fibreuse, qui paraît toute contente d' être seule; de là le proverbe. [Houlder 1895]

Ohabolana786 Aza afovoany tsy matavy toa havokavo-kena. [Rinara 1974 #363]

Ohabolana787 Aza akoholahy lava fantsy nefa tsy haneno. [Rinara 1974 #364]

Ohabolana788 Aza akoholahy manompo, ka na mahaloa-peo aza mikoraraika. [Rinara 1974 #365]

Ohabolana789 Aza akoholahy manompo ka tafadify vao maneno misesisesy. [Rinara 1974 #366]

Ohabolana790 Aza anaovana didy boraingona Ralaikamboty. [Rinara 1974 #367]

Ohabolana791 Aza anaovana refy tsy miampatra. [Rinara 1974 #368]

Ohabolana792 Aza anganonganoina ny fandroaka omby : omby telo ka atao telo dia. [Rinara 1974 #370]
Aza anganonganoina ny firoaka omby : omby telo, ka natao telo dia. [Cousins 1871]

Ohabolana793 Aza ankobohinareo ny tenin' andriana, fa vakio fono izy. [Veyrières 1913 #191]
Dikanteny frantsay Ne tenez pas secrète la parole du souverain, mais manifestez-la. [Veyrières 1913 #191]
Fanazavana frantsay Tout le monde doit connaître et accomplir les volontés du souverain. [Veyrières 1913 #191]

Ohabolana794 Aza arianao re ny variko, fa ny mitombo-doha manariva no tsy afako. [Cousins 1871 #386, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Ne jetez pas mon riz car il m' est pénible d' écraser les mottes des rizières jusqu' à la nuit tombante. [Veyrières 1913]

Ohabolana795 Aza arian-davitra ohatra ny vilanibe nanatoana. [Rajemisa 1985]
Tsy azo arian-davitra hoatry ny vilanibe nanatoana. [Veyrières 1913 #5481]
Fanazavana malagasy Enti-miangavy tsy hanary ny olona nahitana soa na dia efa antitra sy tsy ilaina intsony ara izy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Qu' il ne faut pas rejeter au loin, comme on rejette la grande marmite qui a servi à la teinture. [Veyrières 1913 #5481]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas oublier les bienfaiteurs. [Veyrières 1913 #5481]

Ohabolana796 Aza asesiky ny fitia tanteraka, ka tsy mahalala ny ranonorana ho avy. [Houlder 1895 #209]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas tellement emporté par votre amour que vous n' en voyiez pas. la pluie venir. [Houlder 1895]

Ohabolana797 Aza asiana anga-potsy sy anga-mainty, fa ataovy angana iray ihany. [Houlder 1895 #266]
Dikanteny frantsay Ne teignez pas en blanc et en noir, mais mettez une seule teinte. [Houlder 1895 #266]

Ohabolana798 Aza asiana havan' ny lahy sy havan' ny vavy. [Rinara 1974 #371]
Aza manao havan' ny lahy sy havan' ny vavy. [Veyrières 1913 #1271, Rinara 1974 #510, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne distinguez pas avec partialité les parents du mari et ceux de la femme. [Veyrières 1913 #1271]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui montraient de la partialité ; et spécialement de l'époux qui était tout pour ses parents et rien pour les parents de l' autre époux. [Veyrières 1913 #1271]

Ohabolana799 Aza asiana nofin' ny lahy, ka tsara, ary ny nofin' ny vavy hampidi-doza. [Rinara 1974 #372]
Aza asiana nofin' ny lahy sy nofin' ny vavy. [Veyrières 1913 #266, Cousins 1871 #334]
Dikanteny frantsay Qu'il n' y ait point rêve du mari et rêve de la femme. [Veyrières 1913 #266]
Fanazavana frantsay Il doit y avoir entente entre les époux. [Veyrières 1913 #266]

Ohabolana800 Aza asian-dainga, fa heloka ny fitia-mifandainga. [Houlder 1895 #472]
Dikanteny frantsay Ne mentez pas, car c' est mal de se mentir l' un à l' autre quand on s' aime. [Houlder 1895]

Ohabolana801 Aza atao akohon’ Ibafo: mivoaka, kohokohoina ; mandroso, kapohina. [Veyrières 1913 #2063, Cousins 1871 #335]
Aza atao akohon' Ibafo : mivoaka kohokohoina, nony miditra kapohina. [Rinara 1974 #373]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme Ibafo avec ses poules : quand les poules sortent, elles entendent kohokoho le mot qui sert à les appeler ; et quand elles viennent, elles sont frappées. [Veyrières 1913 #2063]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas traiter ainsi les gens. [Veyrières 1913 #2063]

Ohabolana802 Aza atao alon-daokan' ny Betsimisaraka, ka ny mialo no voky aloha. [Rinara 1974 #31]
Manao aloben' ny Betsimisaraka, ka izy mialo no voky aloha. [Veyrières 1913 #4515]
Dikanteny frantsay Faire comme dans la distribution des parts de nourriture chez les Betsimisaraka : c' est celui qui distribue les parts qui est le premier repu. [Veyrières 1913 #4515]
Fanazavana frantsay Se disait de celui qui mangeait tout, en distribuant aux autres. [Veyrières 1913 #4515]

Ohabolana803 Aza atao am-bozokely tsy mahaleo tady. [Rinara 1974 #374]
Aza atao am-bozon-kely tsy mahaleo tady. [Houlder 1895 #1360, Cousins 1871 #339]
Aza atao am-bozon-kely tsy mahaleo tady, aza atao miesora ny vody kely hipetrahan' ny vody be, aza atao ny kely tsy mba mamindro. [Veyrières 1913 #705]
Dikanteny frantsay Ne le traitez pas comme un cou frêle auquel on met une corde qu' il ne peut supporter. [Houlder 1895]
N' étranglez pas le malheureux qui lutte contre la corde que vous lui avez passée au cou ; ne chassez pas le faible qui a un petit postérieur pour mettre à la place votre gros et puissant postérieur ; n' empêchez pas le petit d' avoir sa part du feu et de se chauffer auprès du souverain. [Veyrières 1913 #705]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas se croire tout permis avec les petits. [Veyrières 1913 #705]
Ne vous montrez pas trop exigeant envers les petits et les faibles. [Houlder 1895]

Ohabolana804 Aza atao andry ombin' ilay adala, ka ny aloha voatora-tandroka, ary ny aoriana voafola-drambo ; fa ataovy andry ombin' ilay mora, ka ny aloha voakahankahana, ny aoriana voasafosafo. [Veyrières 1913]
Aza atao andri-ombin’ ilay adala, ka ny aloha voa-tora-tandroka, ary ny aoriana voahavokavoka ; fa ataovy andry ombin’ ilay mora, ka ny aloha voakahankahana, ny aoriana voasafosafo. [Cousins 1871 #336, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Ne gardez pas les boeufs comme ce sot qui lance des pierres aux comes de ceux qui sont devant et frappe ceux qui sont derrière ; mais imitez la douceur de celui qui appelle ceux qui vont trop vite et caresse ceux qui sont derrière. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait de la manière de traiter et de conduire les gens : il ne faut pas les traiter avec méchanceté. [Veyrières 1913 #2064]

Ohabolana805 Aza atao any ray mila. [Veyrières 1913 #2345, Rinara 1974 #376, Cousins 1871 #338]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme celui qui dit : j' ai là-bas un père qui travaille à s' enrichir. [Veyrières 1913 #2345]

Ohabolana806 Aza atao an-kambo ny hitsak' ondry, fa maharary. [Houlder 1895 #1350, Veyrières 1913 #2688]
Dikanteny frantsay Ne traitez pas de petite chose qu' un mouton me marche sur le pied, cela fait mal. [Veyrières 1913 #2688]
Quand un mouton me marche sur les pieds, ne dites pas que ce n' est rien, car ça fait mal quand même. [Houlder 1895 #1350]

Ohabolana807 Aza atao antsy anomindana akoho : maty tankinan’ ny ra. [Veyrières 1913 #3834, Cousins 1871 #337, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ne le traitez pas comme le couteau avec lequel on a coupé la tête à une poule et qui meurt noyé dans le sang. [Veyrières 1913 #3834]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas qu'il meure pour un autre. [Veyrières 1913 #3834]

Ohabolana808 Aza atao aretin' alika, ka vitan-delaka ihany. [Rinara 1974 #377]
Aza atao hoatry ny aretin' alika, ka vitan-delaka ihany. [Veyrières 1913 #5073]
Aza atao ohatra ny aretin’ alika, ka vitan-delaka ihany. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme le chien malade qui se contente de lécher la partie malade. [Veyrières 1913 #5073]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas se contenter de bonnes paroles pour assister un ami dans le malheur. [Veyrières 1913 #5073]

Ohabolana809 Aza atao famaky manan-tsiny amin’ izay kiakiak’ akoho. [Houlder 1895 #156, Cousins 1871 #340]
Aza atao famaky manan-tsininy amin' izay kiakiak' akoho. [Veyrières 1913]
Aza atao famaky manan-tsininy amin' izay kiakiakan' akoho. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ce n' est pas à la hache qu' il faut faire des reproches quand le poulet (qu' on va tuer) crie. [Houlder 1895]
Ne le blâmez pas comme la hache qu' on blâmerait parce que le poulet crie. [Veyrières 1913 #618]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas écouter les fausses dénonciations, et blâmer le chef qui fait son devoir et est obligé de punir. [Veyrières 1913 #618]

Ohabolana810 Aza atao fandraka antoanim-pively aho. [Houlder 1895 #439, Rinara 1974]
Aza atao fandraka atoham-pively. [Veyrières 1913 #3453]
Aza atao fandraka tohanam-pively. [Veyrières 1913 #3453]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme un ciseau qui sert à frapper. [Veyrières 1913 #3453]
Ne me traitez pas comme un ciseau qui a besoin du maillet. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Le ciseau est tranchant, mais il faut le maillet pour frapper dessus, autrement il est inutile. [Houlder 1895]
N'excitez pas autres à se battre. [Veyrières 1913 #3453]

Ohabolana811 Aza atao fiantontana raha resy ny havana. [Rinara 1974]
Aza atao filana raha tsy mahita, na fiantontana raha resy ny havanao. [Veyrières 1913 #806, Houlder 1895]
Aza atao filana raha tsy mahita ny havana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay N' allez pas demander à vos parents quand vous n' avez rien trouvé ailleurs, et n' ayez pas recours à eux quand vous êtes battu. [Houlder 1895]
N' attendez pas de n' avoir rien trouvé ailleurs pour demander à vos parents, n' attendez pas d' être vaincu pour recourir à eux. [Veyrières 1913 #806]

Ohabolana812 Aza atao fia-zana-borona, na kely tsy mba mamindro. [Cousins 1871 #341]

Ohabolana813 Aza atao fihavanam-a-bato : raha tapaka, tsy azo atohy; fa ataovy fihavanan-dandy: raha madilana aza, tohizana. [Cousins 1871 #342]
Aza atao fihavanam--bato, ka raha tapaka tsy azo atohy, fa ataovy fihavanan--dandy, ka ny maito azo tohizana, ny mandilana, arahim-panondro. [Rinara 1974 #382]
Aza atao fihavanam--bato, ka raha tapaka, tsy azo atohy; fa ataovy fihavanan--dandy, ka raha madilana, azo tohizana. [Houlder 1895 #213]
Aza atao fihavanam-bato : raha tapaka tsy azo atohy ; fa ataovy fihavanan-dandy : raha madilana, azo tohizana. [Veyrières 1913 #5068, Nicol 1935]
Manao fihavanam-bato ka tapaka tsy azo atohy. [Rinara 1974 #1989]
Manao fihavanam-bato: tapaka tsy azo atohy. [Cousins 1871 #1532]
Dikanteny frantsay Que votre amitié ne ressemble pas aux pierres brisées dont les fragments ne peuvent plus être réunis, mais aux fils de soie qu' il est facile de renforcer lorsqu' ils menacent de se rompre. [Veyrières 1913 #5068]
Que votre amitié ne soit pas comme une pierre, car, si elle se brise, on ne peut plus rejoindre les morceaux; mais qu' elle soit comme un fil de soie, car, s' il est trop tenu, on peut toujours y ajouter pour le renforcer. [Houlder 1895]
Que votre union ne ressemble pas à celle de la pierre : une fois brisée, elle ne se raccommode pas ; qu’elle ressemble plutôt à celle des fils de soie : s’il en est de plus ténus, on les double. [Nicol 1935 #402]
Fanazavana frantsay Encouragement à bien s' aimer. [Veyrières 1913 #5068]

Ohabolana814 Aza atao fihavanan' alika, ka taolana iray no isarahana. [Rinara 1974 #383]
Aza manao fihavanan' amboa, ka taolana iray no isarahana. [Houlder 1895 #206]
Aza manao fihavanan' amboa : taolana iray no isarahana. [Veyrières 1913 #5327]
Manao fihavanan' amboa, ka taolana iray no isarahana. [Rinara 1974 #1990]
Manao fihavanan’ amboa: taolana iray no isarahana. [Cousins 1871 #1533]
Dikanteny frantsay N' agissez pas envers vos amis, comme les chiens qui se séparent pour un os. [Veyrières 1913 #5327]
N' aimez pas comme s' aiment les chiens, qui se séparent pour un os. [Houlder 1895]

Ohabolana815 Aza atao fitia fary ka raha lany ny mamy, dia nariana. [Rinara 1974 #385]

Ohabolana816 Aza atao fitia mangahazo : tiana ihany ka akapokapoka. [Veyrières 1913 #5069, Rinara 1974 #386, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Que votre amour ne ressemble pas à celui qu' on a pour le manioc : on aime le manioc, mais on le frappe et on le jette contre la pierre du foyer. [Veyrières 1913 #5069]
Fanazavana frantsay On frappe ainsi le manioc grillé sous la cendre pour enlever la cendre. Ne croyez pas aimer si vous traitez mal. [Veyrières 1913 #5069]

Ohabolana817 Aza atao fitia miharo avona. [Veyrières 1913 #5070, Cousins 1871]
Aza atao fitia sisihana avona. [Rinara 1974 #391]
Aza manao fitia mifono avona. [Houlder 1895 #208]
Dikanteny frantsay N' ayez pas un amour mélangé d' orgueil. [Veyrières 1913 #5070]
Que votre amitié soit sans orgueil. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ne regardez pas de haut. [Veyrières 1913 #5070]

Ohabolana818 Aza atao fitia paraky : nony lany tsiro narora amim-bovoka. [Rinara 1974]

Ohabolana819 Aza atao fitia rano-trambo : be fihavy ka mora ritra ; fa ataovy tahaka ny rano am--pasika : tsy nampoizina hisy ka nahazoana. [Nicol 1935]
Aza ataonao fitia ranon-trambo : be fihavy, ka mora ritra ; fa ataovy tahaky ny rano am--pasika : tsy nampoizina hisy, ka nahazoana. [Veyrières 1913 #5074]
Aza ataonao fitia rano-trambo: be fihavy, ka mora ritra; fa ataovy tahaka ny rano am--pasika: tsy nampoizina hisy, ka nahazoana. [Cousins 1871 #375]
Aza dia atao toy ny ranotrambo ny fitia, ka be fihavy fa mora tankina. [Rinara 1974 #434]
Aza manao fitia ranotrambo: be fihavy, fa mora mianina. [Cousins 1871 #443]
Aza manao fitia ranotrambo: be fihavy, fa mora ritra. [Cousins 1871 #443]
Aza manao fitia rano trambo: be fihavy, ka mora lasa. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Que l’amour n’imite pas les fortes ondées : abondantes mais vite épuisées; mais qu’il soit comme l’eau cachée dans le sable : on n’y comptait pas, et l’on en trouve. [Nicol 1935 #9]
Que votre amitié ne soit pas comme l' eau d' un torrent: elle vient en grande abondance, mais disparaît en peu de temps. [Houlder 1895]
Que votre amour ne soit pas comme le torrent qui se déverse à grands flots et tarit vite ; mais qu' il soit comme l' eau dans le sable : on n' espérait pas en trouver et cependant on a pu en recueillir. [Veyrières 1913 #5074]

Ohabolana820 Aza atao fitia savony : tiana ihany fa navalana rano. [Rinara 1974 #390]
Aza atao fitia savony : tiana ihany ka avalan-drano. [Veyrières 1913 #5326]
Aza atao fitia savony: tiana ihany, ka avalan-drano; fa ataovy fitia foza kely, ka lany mbamy ny tongony. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne faites pas de l'amitié ainsi qu' on fait du savon, qu' on aime, mais qu' on laisse partir au courant de l' eau ; faites de l' amitié ce qu'on fait pour les jeunes crabes, dont on mange jusqu' aux pattes. [Veyrières 1913 #5326]
Fanazavana frantsay Soyez constant dans vos affections et prouvez-le. [Veyrières 1913 #5326]

Ohabolana821 Aza atao fitia varavarana, tiana ihany fa atositosika. [Houlder 1895 #217]
Aza atao fitia varavarana : tiana ihany fa natositosika. [Rinara 1974 #388]
Aza atao fitia varavarana: tiana ihany, ka atosilosika. [Nicol 1935 #8]
Aza atao fitia varavarana : tiana ihany ka atositosika. [Veyrières 1913 #5071, Cousins 1871]
Fitia varavarana : tiana ihany fa atositosika. [Rinara 1974 #1183]
Dikanteny frantsay N' aimez pas comme on aime une porte: on l' aime et pourtant on la pousse tantôt d' un côté tantôt de l' autre. [Houlder 1895]
Ne pas aimer comme on aime la porte : on la repousse sans cesse. [Nicol 1935 #8]
Que vos affections ne ressemblent pas à la porte : on aime bien la porte, mais on la pousse et repousse à chaque instant. [Veyrières 1913 #5071]
Fanazavana frantsay Se disait des liaisons rompues et reprises. [Veyrières 1913 #5071]

Ohabolana822 Aza atao fitia voangivy : mbola lavitra ihany ka kivy. [Veyrières 1913 #5072, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay N' aimez pas comme on aime les fruits de l' "angivy" (plante de la famille des solanées): alors qu' on en est encore loin on sait qu' on ne pourra pas les manger (litt. on est découragé). [Houlder 1895]
Que vos affections ne ressemblent pas aux fruits de l'angivy : on est loin encore et on est découragé. [Veyrières 1913 #5072]
Fanazavana frantsay A cause des épines de la plante. Jeu de mots : voangivy et kivy. [Veyrières 1913 #5072]
Ce proverbe repose sur un jeu de mots. [Houlder 1895]

Ohabolana823 Aza atao fitia vonindraozy : izy tiana indray no manindrona. [Rinara 1974 #389]

Ohabolana824 Aza atao fitsara-mitanila. [Cousins 1871 #347]
Aza atao fitsara-mitanila, fa samy zanaka. [Rinara 1974 #392]
Aza manao fitsara-mitanila. [Veyrières 1913 #3329]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas partial dans les jugements que vous rendez. [Veyrières 1913 #3329]

Ohabolana825 Aza atao fively ampongalahy ny havana: ny ambaviny tambatambazana, ny andahiny dobodobohana. [Rajemisa 1985]
Aza atao fively amponga ny havana, ka ny ambaviny tambatambazana toy ny manana anaka, fa ny andahiny dobodobohina ho afa-jaza. [Rinara 1974]
Aza atao fively amponga ny havana: ka ny iray ambaviny tambatambazana, ary ny iray kosa andahiny hodobodobohana. [Houlder 1895 #225]
Aza atao toy ny fively amponga ny fihavanana ka ny iray ambaviny tambatambazana, ny iray andahiny dobodobohana. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Tsy tokony hasiana fiangarana ny fitiavan-kavana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Ne faites pas à vos amis comme à un tambour, frappant légèrement sur l' un des côtés, mais très fort sur l' autre. [Houlder 1895]

Ohabolana826 Aza atao fola-tana-manondro. [Cousins 1871 #348, Nicol 1935 #304]
Aza atao fola-tana-manondro, na fotsy rora miteny. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Ne brisez pas le doigt qui indique. [Nicol 1935 #304]

Ohabolana827 Aza atao fotsy volo manara-dalana, na miteny fa tsy henoina. [Rinara 1974]
Aza atao fotsy volo mitozo-poana. [Veyrières 1913 #1805]
Aza atao fotsy volo mitozo-poana, na miteny fa tsy henoina. [Rinara 1974]