Teny iditra Rasamuel Maurice
Sokajin-teny   anaran-tsamirery (olona) [firaketana]
Famaritana malagasy   Rasamuël Maurice (1886-1954) [0]
Dikanteny frantsay   prêtre anglican fort avantageusement connu comme homme de lettres, membre de l'Académie Malgache et de l'Amicale des Journalistes et Ecrivains Malgaches...

L'activité littéraire de Rasamuel Maurice a été considérable; il a produit cinq grandes oeuvres:
Kabary fampisehoan-dambamena,
Kabary amin' ny famadihana,
Ny Fitenin-drazana (5 volumes),
Tao Manjakadoria (roman),
Tantaran' ny Zanakantitra sy ny Menalamba tao andrefan' Ankaratra (6 volumes). [Rajemisa 1966]

   Maurice Rasamuel est né en 1886 à Morarano, petit hameau près de Ramainandro sur le plateau central. Par sa mère, il est descendant d'un personnage célèbre d'Ilafy, dans la banlieue de Tananarive. Par son père il est Zanakantitra (littéralement: enfant d'ancêtre, ceux-ci étant réputés pour être des hommes d'expériences et de sagesse, aux dires élégants). Il n'est donc pas étonnant que Maurice Rasamuel soit connu plus tard par sa science du verbe, autant dire de la littérature vraie, l'orale, la traditionnelle qui continue d'être à la base de la culture malgache et que l'habitant de la Grande Île adapte aujourd'hui à la vie moderne, plie aux exigences de l'évolution.

A dix-sept ans, il obtient son brevet d'enseignement après de bonnes études au Collège anglican d'Ambatoharanana, ce havre de verdure parmi la campagne aride, où un membre de la mission, nostalgique de son pays, a fait ériger un petit temple en pierres rappelant à s'y méprendre ceux que l'on rencontre dans les vieilles campagnes anglaises.

Car Maurice Rasamuel se prépare à devenir prêtre anglican - il est ordonné en décembre 1930 - et, une fois ses études théologiques terminées, il est nommé à vingt ans professeur de l'enseignement primaire du 2e degré dans les différentes écoles de la mission qui, jusqu'à ce jour, restent bien fréquentées dans la région.

Le prêtre enseignant exerce son métier sans désemparer jusqu'en 1943, formant de nombreux jeunes dont un grand nombre seront bien connus plus tard, et parmi ceux-ci son propre fils, Pierre Ramanase, considéré comme un phénomène d'intelligence à son époque au lycée Galliéni de Tananarive. Pierre Ramanase, né en 1913, est le premier Malgache grand admissible à l'École Polytechnique de Paris; il trouve la mort en Europe pendant la guerre de 1940 comme brigadier d'artillerie.

A trente-six ans, Maurice Rasamuel est reçu à l'Académie malgache en tant qu'homme de lettres.

Si l'œuvre de Maurice Rasamuel ne peut être considérée comme très abondante, elle est néanmoins remarquable tant par son volume que par sa valeur lorsqu'elle est comparée à celle de ses contemporains. D'ailleurs, sa qualité la place bien au-dessus des oeuvres connues jusqu'ici à Madagascar.

Son ouvrage le plus renommé est Ny Fitenin-drazana (Les dires des ancêtres) paru en cinq petits volumes. C'est un ensemble de ohabolana (sentences et proverbes), de hain-teny, d'historiettes et de contes, écrits dans un malgache particulièrement limpide, que l'auteur livre pêle-mêle au lecteur, libre à celui-ci d'en tirer parti ou d'en distinguer les genres.

"Je me garderai bien ici," écrit-il, "de parler grammaire ou de commenter des textes, de faire la critique des ohabolana et des fiteny (dires ou façons de s'exprimer), je me contenterai de montrer la véritable manière de parler des ancêtres selon les circonstances."

Maurice Rasamuel poursuit: "Il est affligeant que le malgache n'ait pu garder sa pureté et se soit métissé de mots français." Il n'est pas pour autant sans une profonde admiration pour les écrivains français; parlant de Mirabeau, il s'enthousiasme "La salle vibre lorsque Mirabeau prend la parole."

Dans son choix de textes, Maurice Rasamuel aime à user de parallélisme presque sans fin, mettant côte à côte ohabolana, hain-teny et citations de mpihira gasy, ces troubadours de talent:

    Les arachides qu'on cultive se rangent par filaments;
    La soie en écheveau se classe par dimensions;
    Le riz qu'on fauche se met en gerbes;
    La natte qu'on tresse à sa propre largeur;
    L'orange qu'on pèle comporte des divisions;
    Le bananier a des régimes de diverses tailles...

Ses autres ouvrages sont: Kabary fampisehoan-dambamena (discours lors d'exposition de linceuls), Kabary amin' ny famadihana (discours de retournement de morts), Tao Manjakadoria (à Manjakadoria, roman), Tantaran' ny Zanakantitra sy ny Menalamba tao andrefan' Ankaratra (histoire de la tribu Zanakantitra et des rebelles Menalamba à l'ouest d'Ankaratra). D'autre part, il est l'auteur de nombreux articles dans divers journaux et revues, dont "Faneva" (drapeau) et "Tantanaran'ny hevitra" (histoire des idées), publications confessionnelles sous sa direction.

Mort en 1954, Maurice Rasamuel est jusqu'à ce jour inégalé en tant qu'écrivain attaché à la forme traditionnelle.

[Flavien Ranaivo] [http:]

Voambolana  
Asa navoany  

Nohavaozina tamin' ny 2014/10/15