Ohabolana : aritra

Ohabolana2178 Fo tsy aritra no vonona , ody fiaretana no tsy misy. [Houlder 1895 #1045, Rinara 1974 #1204, Cousins 1871 #988]
Ny " fo tsy aritra " no vonona , ny " ody fiaretana " no tsy misy. [Veyrières 1913 #4487]
Dikanteny frantsay Ce qui est prêt est un petit acompte sur ce qui viendra, car il n' y a pas de charme pour pouvoir se passer de tout même en attendant. [Houlder 1895]
Si on a préparé quelque chose qui satisfasse l' impatience en attendant le moment de la grande réjouissance, c' est qu' il n' y a pas de remède qui puisse faire patienter. [Veyrières 1913 #4487]
Fanazavana frantsay Ce proverbe fait allusion à une coutume se rapportant à L'ancienne fête nationale malgache, dite "fête du bain" ; le grand jour venu, on tuait beaucoup de bœufs pour les réjouissances, mais les jours précédents il était défendu d' en tuer; mais comme il fallait quand même manger quelque chose on tuait des volailles, par exemple, en attendant. [Houlder 1895]
On appelait fo tsy aritra, le coeur impatient, les volailles qu'on mangeait la veille du premier jour de l' an pour attendre les boeufs qu' on tuerait ce jour-là. [Veyrières 1913]

Ohabolana3322 Mahitsy tsy aritra : ny rariny tsy enti-mandalo . [Veyrières 1913 #643, Rinara 1974 #1891, Cousins 1871]
Mahitsy tsy aritra : ny rariny tsy enti-mandefitra . [Veyrières 1913 #643, Cousins 1871]
Ny hitsiny tsy aritra , ny rariny tsy enti-mandefitra . [Veyrières 1913 #3390, Houlder 1895]
Ny mahitsy tsy aritra , ny rariny tsy enti-mandalo . [Veyrières 1913 #2964, Rinara 1974 #3094, Cousins 1871]
Ny mahitsy tsy aritra , ny rariny tsy enti-mandefitra . [Veyrières 1913 #2964, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay La justice ne peut pas attendre, le droit ne peut pas plier. [Veyrières 1913 #3390]
Le droit, on ne passe pas outre sans le dire. [Veyrières 1913 #2964]
L' équité ne peut pas attendre, et le droit ne peut pas se soumettre. [Houlder 1895]
Quand on a pour soi la justice, on ne se contient pas ; quand on a le droit, on ne se plie pas. [Veyrières 1913 #643]
Fanazavana frantsay Paroles proverbiales dites par les chefs ; elles servaient en général à affirmer la vérité. [Veyrières 1913 #643]

Ohabolana3560 Manao fo tsy aritra . [Veyrières 1913 #6170]
Dikanteny frantsay L' impatient : son coeur ne peut pas attendre. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait d'une petite jouissance accordée préalablement à l'impatience, par exemple des volailles en attendant les boeufs tués au premier jour de l' armée. [Veyrières 1913]

Ohabolana4583 Mpamosavy , ka tsy mandalo fasam-bao . [Veyrières 1913 #158, Rinara 1974 #165, Cousins 1871 #1950]
Mpamosavy mandalo fasam-bao : zava-panao , ka tsy aritra . [Houlder 1895 #47, Veyrières 1913 #159, Cousins 1871 #1951]
Dikanteny frantsay C' est un sorcier : il ne peut pas passer à côté d' un tombeau neuf sans le piétiner, alors même qu' aucun mort n'y est encore enseveli. [Veyrières 1913 #158]
Sorcier qui passe à côté d'un tombeau neuf : il le piétine car c' est son habitude, il ne peut pas se contenir. [Veyrières 1913 #159]
Un sorcier passant près d' un tombeau neuf: il faut qu' il suive son habitude. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C. à d. qu' il y danse. [Houlder 1895]
Ce proverbe disait l' acharnement que les sorciers étaient censés mettre à danser sur les tombes : les Malgaches avaient grand respect pour les morts et pour les tombeaux, mais ils croyaient que les sorciers les méprisaient ; le proverbe se disait aussi de ceux qui sont tellement habitués au mal qu' ils ne peuvent pas se contenir. [Veyrières 1913 #158]

Ohabolana5291 Ny mahitsy tsy aritra , ny soa maha-te hilaza. [Veyrières 1913 #2965]
Dikanteny frantsay Le droit ne peut pas se taire, le bien se fait dire. [Veyrières 1913 #2965]

Fizahan-teny